CNRACL | CGT Santé et Action sociale/Fédération CGT des Services publics : Adresse aux syndicats

Le vote CNRACL est clos ! Le taux global de participation, tous collèges confondus, est de 21,07% alors qu’en 2014 il avait été de 35%.
La participation est de 16,28% pour les actif·ve·s et de 29,03% pour les retraité·e·s.

Le premier constat est l’absence d’engagement global des directions d‘établissements et des collectivités dans ce scrutin depuis le lancement du processus électoral qui porte sa part de responsabilité dans cette faible participation.

Par ailleurs, nous observons que dans la période actuelle, les agent·e·s publics qui sont toutes et tous en première ligne depuis le début de la crise sanitaire il y a un an, leur préoccupation pour participer à ce vote n’a pas été effective.

La CGT, 1ère organisation dans le collège actif·ve·s et retraité·e·s recueille 4 sièges sur 8 de représentant·e·s du personnel et des retraité·e·s.

La CGT a fait remonter, tout au long du scrutin, de nombreux dysfonctionnements sur le processus électoral.

Au vu du déroulement de la dernière journée de dépouillement, qui a connu un problème « technique » il a fallu que le bureau de vote agrège les résultats de manière quasi manuelle… !

La proclamation des résultats initialement prévus le 24 mars à 18h n’a été finalement effective qu’à 3h30 du matin le 25 mars 2021.

Ce dysfonctionnement démontre la nécessité d’organiser un « vote à l’urne » au plus près des agents, sur les lieux de travail , et dans les mairies pour les retraités avec un dépouillement manuel sous contrôle des listes des organisations syndicales candidates.

Collège Actif·ve·s Collège Retraité’e’s
FO 18,01% (1 siège) CFDT 21,09% (1 siège)
CFDT 19,62% (2 sièges) Liste Union 7,35%
FGAF 2,09% SNPP 3,03%
CGT 28,76% (3 sièges) CFE-CGC 2,92%
SUD 5,98% FSU 1,77%
CFE-CGC 1,82% CGT 23,96% (1 siège)
Corbeil-Essonnes 0,10% CFTC 7,65%
FSU 2,92% SUD 3,79%
SNPP 1,62% FAFP 5,54%
CFTC 3,54% UNSA 3,88%
UNSA 6,42% FGAF 3,57%
FAFP 5,24% FO 15,44%
LAATH 3,88%

AMPUTATIONS DE SALAIRE : LETTRE OUVERTE A MONSIEUR LE MAIRE

Monsieur le Maire,

Tous les agents se rappellent la circulaire adressée le 22 mai 2017 par la Direction Générale, pour les informer que dix cadres A verraient leur rémunération brutalement amputée de leur régime indemnitaire dès la paye du mois de  mai, au prétexte allégué « d’un courrier adressé par les OS CGT-UGICT au trésorier principal » l’interrogeant sur la légitimité d’une prime attribuée à la DG.

Selon cette circulaire, ces décisions n’étaient mises en œuvre par la collectivité qu’à son corps défendant, puisque « Monsieur le Maire » avait « ordonné à l’Administration de mobiliser tous les moyens pour apporter un fondement réglementaire à ces rémunérations » mais « Malheureusement, cette situation juridiquement indéfendable ne nous a pas permis d’éviter l’injonction faite à la Ville par le Trésorier, de procéder à la suspension du trop-perçu »

Avec un rare empressement, 10 lettres individuelles, puis 10 arrêtés ont mis en œuvre cette « injonction ».

Le 24 juillet, l’une des victimes, spécialement désignée au zèle du Maire par ses responsabilités syndicales, a saisi le Tribunal d’un recours en annulation, assortie d’une requête en référé suspension, dont l’examen était fixée par le Juge des référés à son audience du 9 août.

Si vous aviez eu le souci de la situation de vos agents, vous vous en seriez remis à l’analyse du Juge du caractère « défendable » ou non de la situation : tel n’a pas été votre choix, puisque votre conseil a déposé le 8 août un mémoire de 14 pages, pour résister coûte que coûte à la requête, y compris en usant d’arguments de la plus mauvaise foi.

La décision du juge des référés, rendue le 14 août, est d’une extrême limpidité : c’est en parfaite légalité que le régime indemnitaire des agents avait été déterminé, et que :

« par suite, le maire de la commune de Villejuif n’était pas fondé à suspendre le versement de la prime de fonction et de résultats à Mme B…. au motif que l’arrêté du 26 juin 2014 aurait été pris en méconnaissance de la délibération du 6 février 2014 du conseil municipal de la commune de Villejuif prise en application de l’article lei du décret n° 91-875 du 6 septembre 1991 ; qu’ainsi, le moyen tiré de ce que la décision litigieuse du maire de la commune de Villejuif est entachée d’une erreur de droit est, en l’état de l’instruction, de nature à faire naître un doute sérieux quant à la légalité de ladite décision ; qu’il y lieu, dès lors, sans qu’il soit besoin de statuer sur les autres moyens de la requête, de suspendre l’exécution de la décision du maire de la commune de Villejuif de suspendre le versement de la prime de fonction et de résultats à Mme B…… à compter du 1er mai 2017 ;

C’est en revanche l’illégalité du  retrait sur leurs salaires qui ne fait guère de doute, et la solution s’impose :

Article Ier: L’exécution de la décision du maire de la commune de Villejuif de suspendre le versement de la prime de fonction et de résultats à Mme B.. à compter du 1er mai 2017 est suspendue.

Article 2 : Il est enjoint au maire de la commune de Villejuif de reprendre dans les conditions énoncées au point 12 de la présente ordonnance le versement à Mme B….. de la prime de fonction et de résultats.

Article 3 : La commune de Villejuif versera la somme de 1 500 euros à Mme B….. en application de l’article L. 761-1 du code de justice administrative.

Comme quoi il n’était pas nécessaire d’ordonner à l’Administration de mobiliser autant de moyens : Il suffisait de nous demander !

Et l’ordonnance du juge des référés vous donne la solution pour régler sans retard une situation parfaitement défendable, pour autant que l’objectif n’ait pas été d’abord de stigmatiser à tort la CGT, et ensuite de sanctionner ses militants.

VICTOIRE DES TRAVAILLEURS SANS PAPIERS A RUNGIS !

Après 3 semaines de grève et d’occupation de la Tour Semmaris, les pressions sur les entreprises pour l’établissements des CERFA, les parties (Préfecture, Min de Rungis, Cgt) se sont mis d’accord sur les points suivants :

  • Etablissement par les services préfectoraux de récépissés avec autorisation de travail pour l’ensemble des grévistes ;
  • Dépôts des dossiers des 128 travailleurs sans papiers en Préfecture du Val-de-Marne.

En conséquence, l’occupation de la Tour Semmaris a pris fin dimanche 9 avril 2017.

Cette victoire est incontestablement à mettre au crédit de la lutte, de la détermination des travailleurs sans papiers, des militants de la CGT, des nombreux et divers soutiens qui auront pu s’exprimer. 

On bosse ici, on vit ici, on reste ici !

VICTOIRE AU KREMLIN BICETRE

Il y a peu de temps, nous vous informions de la situation du syndicat des agents au Kremlin-Bicêtre.

2011-local-syndical

La problématique : le local occupé par les syndicats des territoriaux du Kremlin-Bicêtre devant être démoli pour permettre la construction de logements, le maire mettait pour le remplacer à disposition des organisations syndicales un logement, non accessible aux personnes à mobilité réduite, éloigné de la mairie, sans signalétique… FO a dit oui tout de suite, la CGT, se rendant compte que le local n’était pas adapté et très en dessous de ce à quoi les personnels du Kremlin-Bicêtre avaient droit, ont fait de la résistance… Et tout de même passé un bon mois à occuper un local dont l’électricité et l’eau avaient été coupés.

Les négociations ont payé puisque le maire a cédé aux revendications et s’est engagé à leur fournir un local adapté. Dans l’intervalle, le syndicat des agent se réfugie à l’Union Locale du Kremlin-Bicêtre.

La manifestation annoncée pour le 26 janvier est donc annulée !

VICTOIRE POUR LAURENT !

Une belle victoire pour notre camarade Lolo Pepe : Le verdict du procès est tombé ! Ce n est pas une relaxe puisqu’ il y a un rappel à la loi mais sans peine de prison même avec sursis et sans amende. Rien d’inscrit au casier judiciaire. Les charges de « Violence en bande organisée » ont été requalifiées en « port d’arme illégal ». Étant donné les réquisitions et le ton initial de la procureure c est incontestablement une victoire syndicale complète que nous avons obtenu par la mobilisation.

20170106_095654