28 JUIN : STOP A LA REGRESSION SOCIALE CHEZ SMOVENGO

Depuis le 17 avril, les salariés de Smovengo sont en grève. Une grève justifiée par tous les mauvais coups de la direction en place, depuis la reprise de la gestion des Vélib’ par la nouvelle entreprise gérante : division par cinq de la majoration des heures de nuit, etc.

C’est un climat social délétère fait d’exigences, de régressions sociales et de sacrifices inacceptables pour les travailleurs, qui est apparu.

Lorsque ceux-ci ont décidé avec leur syndicat CGT, de lancer une grève pour faire valoir leurs droits, la direction n’a hésité devant aucun mauvais coup : appel à des intérimaires, plainte judiciaire pour « grève illicite » … Mais rien n’a entamé la volonté des grévistes qui ont montré depuis deux mois qu’ils ne lâcheraient rien.

En plus des nombreuses actions de mobilisations mises en œuvre depuis des semaines, les salariés ont défendu pied à pied leur point de vue devant les tribunaux. Si le jugement du tribunal a reconnu qu’il aurait fallu un préavis de grève, il reconnait aussi « la bonne foi » des grévistes et ne demande jamais la cessation de la grève. Pourtant, la direction a d’ores et déjà envoyé des lettres de licenciement aux personnels mobilisés ! Ainsi donc voici la conception qu’ont certains en 2018 des relations avec les syndicats ? Quand une grève éclate, on licencie les grévistes au mépris des principes de bases du droit du travail ! Et après on ose nous parler du prétendu « dialogue social » ? Quelle farce !

La mascarade est d’autant plus odieuse que l’entreprise Smovengo a pour client et donneur d’ordres la Mairie de Paris. Or, dans un contexte de médiatisation du conflit tous les groupes politiques au Conseil de Paris ont apporté leur soutien aux grévistes … sauf le groupe PS. Ceci ne saurait être accepté. Ceci ne saurait perdurer.

Les Unions Départementales CGT du Val-de-Marne et de Paris, l’Union régionale Ile-de-France CGT interpellent Anne Hidalgo, Maire de Paris, pour qu’elle prenne position en faveur des grévistes et exige de l’entreprise Smovengo qu’elle respecte scrupuleusement les droits des salariés et des syndicats en cessant de criminaliser l’action syndicale et la grève et en mettant fin au dumping social.

LA LUTTE PAYE !

Après 6 semaines de grève :

Victoire des 160 travailleurs sans-papiers en Ile de France !

Les 160 travailleurs sans-papiers franciliens en grève depuis le 12 février ont pu, tous ensemble, lever les piquets de grève dès la fin de la matinée.

Cette décision  a été collective comme leur lutte, après engagement écrit des autorités publiques, sur une issue favorable à leur demande de régularisation pour tous.

Cette victoire est à mettre au crédit du courage, de la pugnacité et de la solidarité de tous ces travailleurs unis pour un même combat : leurs droits.

Avec la CGT coordonnée entre territoires et professions, ils se sont organisés pour défendre leurs droits et être reconnus comme des travailleurs à part entière.

D’ores et déjà, une Section Syndicale CGT Intérim est née sur l’Ul de Massy (91), pour accueillir ces nouveaux syndiqués issus de la lutte.

La lutte pour l’égalité des droits entre tous les travailleurs, l’unité du salariat, la solidarité  sont les seuls moyens efficaces pour combattre le dumping social !

Montreuil le 23 mars 2018.

Union Régionale d’Ile de France CGT 263 rue de Paris, case 455, 93514 Montreuil cedex. Téléphone 01 55 82 88 00. Fax : 01 48 51 68 97 e-mail : urif@cgt.fr. Site : www.urif.cgt.fr

Et des félicitations toutes particulières aux camarades qui ont, pendant toute la durée du mouvement, assuré les permanences,  y compris de nuit, auprès des travailleurs mobilisés !

Solidarité avec les 161 Travailleurs Sans Papiers en grève en Île-de-France

ILS BOSSENT ICI, ILS VIVENT ICI, ILS RESTENT ICI !

Depuis le 12 février 2018, pour obtenir leur régularisation, des travailleurs sans papiers avec la CGT à leur côté se sont mis en grève.

Leur mouvement ne faiblit pas, bien au contraire, ils sont déterminés à poursuivre les occupations jusqu’à l’obtention des 161 régularisations.

Une Caisse de Solidarité est ouverte pour aider les travailleurs en grève sur les 6 piquets de grève, depuis un mois.

Les dons peuvent être envoyés à :  www.lepotcommun.fr/pot/wqp2gt1o

Ou

Union Régionale Ile de France CGT – Case 455

GRAND PARIS : DES REFORMES SANS VRAIE CONCERTATION

Créée en janvier 2016, « La métropole du Grand Paris est constituée en vue de la définition et de la mise en œuvre d’actions métropolitaines afin d’améliorer le cadre de vie de ses habitants, de réduire les inégalités entre les territoires qui la composent, de développer un modèle urbain, social et économique durable, moyens d’une meilleure attractivité et compétitivité au bénéfice de l’ensemble du territoire national. » (Extrait de l’article L. 5219-1 I du Code général des collectivités territoriales.)

Presque deux ans après sa création, le président de la république annonce son intention de réorganiser l’Île-de-France et devrait faire connaître ses décisions lors de la Conférence nationale sur les territoires, le 14 décembre prochain et à l’occasion de la Conférence territoriale dédiée au Grand Paris, en janvier 2018.

L’union régionale Île-de-France (Urif) CGT s’inquiète, dans un communiqué, des conceptions de l’avenir de l’Île-de-France que porte la présidente de région, Valérie Pecresse, tout comme celles défendues par Emmanuel Macron.

En effet, loin de la déclaration fondatrice de La métropole du Grand Paris, les deux propositions « visent à éloigner les citoyens des lieux de décisions et constituent un enjeux de démocratie. »

La CGT réaffirme son attachement aux services publics et aux départements, à la maitrise du foncier et aux logements sociaux, et reste porteuse de projets alternatifs de réindustrialisation, à l’opposé de ce qui a été donné à voir sur les futurs JO de 2024, présentés « comme un élément de compétition internationale », très éloignés de ce que vivent chaque jour les franciliens.

Montreuil, le 8 décembre 2017


Et nos précédents articles sur la question :

Le T12, désormais une réalité

T12, l’âge de l’incertitude

 

CODE DU TRAVAIL – LA MOBILISATION S’IMPOSE !

Les projets de réforme du gouvernement concernant le droit du travail auraient des conséquences sur le contrat de travail, les salaires, la santé, la sécurité au travail, l’assurance chômage, les retraites…

Les projets sont dangereux, ils ouvrent la voie à la flexibilité, la précarité pour les salariés !

Pour organiser la riposte,  un premier « rendez-vous » de lutte s’organise.

Le mardi 27 juin, Meeting unitaire interprofessionnel

aux Invalides

A partir de 12h.

AVEC THEO ET LES AUTRES VICTIMES

Rassemblement à Paris, samedi 18 février 2017, à 15h, place de la République.

A l’initiative des organisations suivantes : Cran, Ligue des droits de l’Homme, Mrap, SOS Racisme, CGT, l’UNEF et FSU

Les faits qui se sont produits à Aulnay-sous-Bois sont graves.

Le déni par les autorités policières, les déclarations racistes qui en ont suivi sont inacceptables. Inacceptables pour les premiers visés, qui supportent quotidiennement des contrôles dont chacun sait qu’ils n’ont qu’un très lointain rapport avec la réalité de la délinquance.

Inacceptables pour toutes celles et ceux qui souhaitent bénéficier d’une police respectueuse des personnes et de leurs droits, garante des libertés et de la sécurité publique.

Inacceptables, enfin, pour la police elle-même, dont l’honneur est entaché par ces comportements.

Lorsque des agents ayant autorité outrepassent leurs droits et violent ceux des autres, ils menacent le pacte républicain qu’ils sont chargés de défendre.

Les faits qui se sont déroulés à Aulnay sont d’une exceptionnelle gravité. Mais ils sont loin d’être isolés. Il est temps d’y porter un coup d’arrêt, temps de réaliser qu’au-delà des faits incriminés, c’est l’ordre public lui-même qui est mis en cause, et, avec lui, la sécurité de toutes et tous.

Nous rappelons avec force que la loi puise sa force dans le fait qu’elle vaut pour tous et que la République n’a d’avenir que dans le respect de sa devise.

C’est pourquoi nous appelons toutes celles et ceux qui ont à cœur les valeurs d’humanité, toutes celles et ceux qui veulent opposer l’égalité et la fraternité au racisme et au mépris social, toutes celles et ceux qui jugent urgent de rétablir la confiance entre les citoyens et les forces de l’ordre, à organiser des rassemblements largement unitaires de solidarité et de protestation le samedi 18 février 2017, en soutien à Théo, contre des dérives policières auxquelles il faut porter un coup d’arrêt.

Nous appelons le gouvernement à prendre la mesure de la gravité des événements et à prendre en compte les propositions portées par la société civile en matière de lutte contre le racisme et de sécurité publique.

RENDEZ-VOUS LE 15 SEPTEMBRE

On revient de vacances ;

On est pas fatigués ;

On a rien oublié…

13686553_804629939639299_583718328829566710_n

Parce que nous en avons assez d’un gouvernement qui entend tout décider sans nous,

Parce que nous refusons d’entendre que l’austérité est une fatalité,

Parce que nous savons bien que d’autres solutions existent,

Parce que nous sommes persuadés que la misère, l’exclusion, les inégalités et la souffrance des populations sont l’unique cause de tous les maux de notre société à commencer par le terrorisme,

Parce que nous sommes solidaires, jeunes, retraités, salariés, privés d’emplois, exclus, sans-papiers, réfugiés ,

Pour l’abrogation de la Loi Travail,

Pour un Code du Travail du XXIème siècle,

Pour revendiquer le progrès social et la société auxquels nous avons droit…

TOUS DANS LA RUE LE 15 SEPTEMBRE

Rendez-vous à 13 h 15

à la station VILLEJUIF – PAUL VAILLANT COUTURIER

« Les jeunes dans la galère, les vieux dans la misère. De cette société là : on en veut pas ! »

INTERMEDE MUSICAL

On me demande souvent sur les manifs les titres et les interprètes des chansons que passe la camionnette de l’UD94. De tête et en en oubliant un maximum vous avez donc :

Ceci dit, il serait très injuste de ne pas mentionner Debout là dedans du Ministère des Affaires Populaires, qu’on entend quand on est derrière la camionnette de l’URIF, ou encore Sois pauvre et tais toi, ou Les Patrons c’est comme les cochons, des Sales Majestés…