PREAVIS DE GREVE POUR LE MOIS DE FEVRIER

 Monsieur le maire de Villejuif,

Vous voudrez bien prendre acte de ce préavis de grève, dont nous espérons qu’il suscitera cette fois ci chez vous une réaction. Celui-ci a bien évidemment pour objet principal la contestation de la réforme des retraites voulue par un gouvernement enferré dans une logique gestionnaire et toute puissante, qui refuse obstinément de prendre en compte la vie des personnes dans le cadre de son programme.

 

On nous dit que la durée de vie augmente, les démographes le contestent.

On nous dit que le projet est urgent et ficelé, le Conseil d’Etat n’en veut pas.

On nous dit qu’il n’y aura pas d’âge pivot, mais un âge d’équilibre qui revient au même.

On nous dit que cette réforme est plus juste que l’ancien système, mais personne n’est capable de nous donner la durée d’une carrière complète, ou de nous expliquer en quoi cette retraite bénéficie aux cotisants.

On nous dit que la valeur du point est garantie, mais le projet de loi dit qu’il sera fixé par décret.

On nous dit tout, et son contraire, et s’il y a bien une chose que les agents de la mairie de Villejuif ont appris depuis quelques années, c’est qu’on ne leur dit pas toujours la vérité, qu’on leur cache souvent des éléments de réflexion et que les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

Les fonctionnaires perdront le bénéfice de leurs cotisations, dans la mesure où cette réforme implique que leur pension ne serait plus calculés sur les six derniers mois de leur carrière, mais sur la totalité. Cela implique une baisse considérable du niveau de pension pour les agents de catégorie C et B.

À cette réforme des retraites, vient s’ajouter, toute aussi funeste pour nos métiers de la fonction publique. Nous sommes convaincus que celle-ci aura à très court terme pour effet d’obérer le service public et de réduire à néant le statut de fonctionnaire, au profit d’intervenants privés, mettant potentiellement à mal la neutralité et l’efficacité du service public. Et, bien sûr, ces réformes s’assortissent d’un nouveau gel du point d’indice.

Nous contestons donc :

  • La réduction du nombre de nos jours de congés,
  • Un encadrement inacceptable du droit de grève,
  • La facilitation du recours aux contractuels,
  • La suppression des CHS CT,
  • Le gel continu du point d’indice,
  • Le RIFSEEP et son principe inique de rémunération au mérite,
  • La modification des droits des agents en cas d’externalisation ou de privatisation de leur service,
  • La transformation des CAP,
  • La transformation de la médecine du travail et de la médecine de prévention.
  • Le projet de réforme Delevoye et le passage à un système de retraite par points.
  • La suppression de l’observatoire de la pauvreté.
  • Le nouveau système de prise en charge de l’assurance chômage.

Bien évidemment, nos organisations restent disponibles pour toute négociation sur les revendications du personnel dans son ensemble :

  • Le respect des prérogatives des instances de représentation du personnel,
  • Une prise en compte réelle des maladies professionnelles et des accidents de service,
  • La mise au stage des agents en CDD ou CDI,
  • Le subventionnement du CASC,
  • Une solution de stationnement pour une plus grande partie du personnel,
  • La suppression du CIA et l’augmentation globale de l’IFSE dans le cadre du RIFSEEP tant que celui-ci n’a pas été abrogé par l’état,
  • Une meilleure prise en charge de la mutuelle,
  • Une négociation sur la prise en charge d’une assurance prévoyance pour vos agents, celle-ci n’ayant jamais eu lieu avant le passage en comité technique,
  • Une meilleure participation à la restauration des agents,
  • Et surtout un terme à la politique de management par la terreur menée par votre direction générale, et le respect de la procédure disciplinaire.

En conséquence, nous appelons les agents municipaux à des journée de mobilisation et de grève de  0 à 24 h pour 0 à 24 h pour les journées du 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28 et 29 février 2020 inclus.

Nous vous rappelons que le dernier alinéa de l’article L. 2512-2 du Code du travail est applicable à la Fonction Publique Territoriale et il impose aux parties à la grève (employeur et employés), de négocier pendant la durée du préavis. Ces parties ont 5 jours pour tenter de trouver une solution et éviter la grève.  Aussi, nous nous réservons le droit de recourir à tout moyen légal pour que vous soyez rappelé à cette obligation.

Veuillez agréer, Monsieur le Maire, nos  salutations.

 

20200127 – Préavis de Grève Février

MANIFESTATION DU 24 JANVIER CONTRE LA REFORME DES RETRAITES

Macron nous invente un problème qui n’existe pas et nous apporte des solutions dont nous ne voulons !

 

Départ en car à 10h à la Bourse du Travail. Réserver au 06 12 54 60 76.

MARCHE AUX FLAMBEAUX

Les organisations syndicales de Villejuif CGT, FO, FSU, Solidaires, CNT ainsi que l’Assemblée
interprofessionnelle de Villejuif contre la réforme des retraites vous invitent à participer nombreux

 à la manifestation aux flambeaux à Villejuif

Jeudi 23 janvier

départ à 17h30 devant la mairie.

SOIREE DE SOUTIEN AUX GREVISTES

Tarif d’entrée libre : tout sera reversé à la caisse de grève.

SOYONS NOMBREUX POUR CETTE SOIREE EXCEPTIONNELLE !!!

MANIFESTATION LE 24 JANVIER 2019

Nous vous invitons tous à rejoindre le cortège de la CGT derrière la banderole de l’Union Départementale CGT 94 !

Rendez-vous sous le ballon de l’UD94

Place de la République pour 11 heures en direction de la Place de la Concorde.

Cette manifestation aura lieu en même temps que le Conseil des ministres qui doit étudier le projet de loi de réforme des retraites.

Un départ en car est prévu de la Bourse du Travail à 10h ! Réservations au 06 12 54 60 76.

 

SOUFFRANCE A TOUS LES ÉTAGES : Ambiance délétère dans tous les services…

Et ça continue…

De nouvelles rumeurs circulent et les services sont en pleine désorganisation. Il faut dire : on aurait annoncé que le Directeur Général des Services s’en va, qu’il n’y aura pas de Conseil Municipal avant les élections (alors que nous sommes à la fin d’un exercice budgétaire)… Ca laisse présumer d’un joli désordre pour les mois à venir…

Ce qui a également  poussé la CGT à écrire une lettre ouverte au maire :

Monsieur le Maire,

Une nouvelle fois, nous sommes dans l’obligation de vous alerter quant à l’ambiance délétère qui règne au sein des services de la ville.

Des mails d’élus (qui démissionnent ou pas) diffusés à tous de manière intempestive, aux rumeurs concernant l’éventuel départ du Directeur Général des Services – relayées jusque dans les colonnes du Villejuif Notre Ville – qui suivent celles concernant une enquête de la Cour des Comptes dans les services, et celle qui veut qu’aucun conseil municipal ne soit prévu alors que nous arrivons à la fin d’un exercice budgétaire, nous ne pouvons que constater que celles-ci ont un effet néfaste sur le moral des agents, sur leur motivation et leur qualité de vie au travail.

À plusieurs reprises et depuis plusieurs années, nous avons dû vous faire part de ces inquiétudes, causées par une information (ou de fausses informations) diffusées via les réseaux sociaux.

A ces pratiques, viennent s’ajouter la profusion de « nouvelles » procédures qui sont mises en place au bon vouloir de certaines directions et s’appliquent sans passage préalable devant les représentants du personnel…

Ainsi, c’est par hasard que la Direction des Ressources Humaines apprend que la Direction de l’Education a mis en place une nouvelle procédure concernant les accidents de service ; c’est par hasard que les agents apprennent qu’il existe une nouvelle procédure quant à la consultation de leur dossier administratif ; c’est par hasard que les agents de la voirie apprennent les dernières modifications de leurs horaires de travail…

Ajoutez à cela que personne n’a encore  de visibilité quant à la façon dont est attribué le CIA, ou quand à celle dont est calculée l’IFSE…  Le tout nimbé dans une aura de secret : il est dit aux agents qu’ils ne doivent pas dire qu’ils le touchent, comme s’ils l’avaient volé…

Chacun se demande donc comment accomplir ses missions sans visibilité quant au but ni aux règles du jeu.

Aussi une nouvelle fois, nous vous exhortons à communiquer de façon précise, sincère, transparente et générale et à respecter les processus du dialogue social au sein de l’administration afin que chacun puisse retrouver son rôle et le sens de sa fonction.

Vous n’êtes pas sans savoir que vous avez, en tant qu’employeur, une responsabilité quant à la santé psychique des agents de la ville, conformément au décret 85-603 du 10 juin 1985 relatif à l‘hygiène et la sécurité du travail, ainsi qu’à la médecine professionnelle et préventive dans la fonction publique territoriale.

Article 2—1 : L’autorité territoriale est chargée de veiller à la sécurité et à la protection de la santé des agents placés sous son autorité.

De plus vous êtes tenu de respecter les principes généraux de prévention de l’article L.4121-2 du code du travail.

Nous vous prions, monsieur le maire, de recevoir l’expression de notre considération.

VICTOIRE POUR LES AMPUTES DE SALAIRE

Le Tribunal Administratif de Melun  a rendu son verdict dans l’affaire des Amputés de Salaire !

Le TA a purement et simplement  annulé les décisions des 23 mai et les arrêtés du maire datés du 6 juin 2017 par lesquels le maire de Villejuif avait décidé la suppression  partielle voire totale du régime indemnitaire d’un certain nombre d’agents.

Les 6 jugements viennent d’être rendus, tous favorables aux agents pour la totalité de ce qui avait été demandé au tribunal. Honneur leur est rendu. Non, ils n’avaient pas volé l’argent de la collectivité. Ils n’avaient pas magouillé. Ils n’avaient pas bénéficié de paiement illégitime ou d’un régime de faveur (eux!). Leur régime indemnitaire, qui était très antérieure à février et maintenu ensuite, leur était bien dû.

Il est donc enjoint à la commune de procéder au rétablissement du régime indemnitaire, des cotisations diverses, des dits agents, de rétablir leurs droits et de  leur rembourser les frais de justice. Il serait d’ailleurs intéressant de connaître le coût, pour la collectivité, de cette mascarade juridique.
Le tribunal administratif retient que :

1/ Aucune disposition législative ou réglementaire ne donne compétence au Trésorier pour fixer le régime indemnitaire des agents – ce qu’avaient toujours indiqué lesdits agents.

2/ Le maire a en revanche méconnu sa compétence

3/ Donc les arrêtés du 6 juin 2017 sont annulées, car comme le précise le rapporteur public, les arrêtés pris sont entachés d’illégalité.

Nous ne gagnons pas toutes les batailles mais les premières que l’on perd sont celles qu’on ne mène pas. Ces agents avaient même été menacés de se voir réclamer des sommes postérieurement reçues. Ils n’ont pas voulu se laisser intimider. Ils ont saisi la Justice et ont vu reconnaitre leurs droits.  Ce n’est pas une petite victoire et cela doit nous servir d’exemple.
Nous n’avons pas à accepter l’inacceptable.
La Justice est passée, le maire et les agents qui ont participé à la remise en cause des droits de leurs collègues ont été désavoués et remis ainsi à leur place. Ils devront en répondre.