GREVE DES AGENTS : NOUVELLE LETTRE AUX PARENTS

Chers Parents et citoyens de Villejuif,

Chers enseignants,

Et chers directeurs d’école

 

Depuis maintenant 9 jours les agents d’entretien et de restauration des écoles sont entrés en lutte.

Après avoir débrayé de 12h30 à 14h00 les lundis et mardis de la semaine dernière. Depuis lundi, ils ont souhaité renouveler leur action de 10h30 à 13h30.

Le maire ignore et méprise toujours le mouvement social initié par les agents et ne propose aucune rencontre afin d’ouvrir des négociations. Alors que son obligation serait d’engager le dialogue et de recevoir les personnels en grève pour mettre un terme à cette situation, il préfère se cacher derrière des enfants de trois ans. S’il peut faire la cantine quand les personnels sont en grève, pourquoi ne va-t-il la faire tous les jours ? C’est tous les jours qu’il manque du personnel pour encadrer la restauration scolaire et que les agents alertent ! Son travail de maire ne serait-il pas plutôt de s’assurer que les agents qui servent à la cantine ont de bonnes conditions de travail ?

Au lieu de ça, la politique managériale instaurée par le maire est basée sur la répression. Les agents sont menacés soit de sanction soit pour ceux étant sous CDD de se voir privés d’emploi ! Encore plus de précarité !

Toujours plus de mépris !

Mais plutôt que de continuer à servir dans des conditions indignes de vos enfants, les agents, épuisés, humiliés, harcelés, ont le courage de se mettre en grève, tellement le service qu’ils rendent est mis en danger.

 Aux effectifs déjà insuffisants, se rajoutent actuellement: 

  • Une organisation inadaptée avec le non remplacement systématique des départs à la retraite, des congés et des absences pour raison de santé.
  • Des demandes de remplacement au pied levé des collègues gardiens et responsables de restauration. Cette demande de polyvalence de trois métiers est inacceptable !
  • L’épuisement du personnel qui engendre du stress, des accidents et des maladies professionnels.
  • L’aide humaine ponctuelle délivrée par l’association AEF94 n’est plus disponible dans certaines écoles sans explication de la municipalité.
  • L’obligation d’utiliser des produits d’entretien ménager de très mauvaise qualité.

Les conséquences directes pour vos enfants sont :

  • Un environnement indigne car les agents ne peuvent plus fournir un travail de qualité !
  • Un entretien et une hygiène des locaux défaillants.
  • Des échanges et un relationnel quasi inexistants avec les adultes qui les entourent au quotidien !
  • Une augmentation significative des délais d’attente avant d’être servis à table, ce qui entrave totalement le moment convivial et serein que doit être un repas.

La CGT revendique un service public de qualité avec :

  • Un plan de titularisation de tous les agents sous CDD sur des postes « vacants ».
  • Le recrutement de contractuels pour remplacer tout fonctionnaire en congés (maladie, maternité, …)
  • l’augmentation des effectifs à la hauteur des besoins des usagers et afin de prévenir les risques de maladies professionnelles liées à une surcharge de travail ou de cadences insoutenables.
  • L’arrêt de l’intervention d’entreprises privées au sein des écoles.
  • La mise en place d’un RIFSEEP basé sur des critères objectifs mettant fin à l’opacité d’attribution des primes.
  • Une réorganisation du service avec l’implication des personnels et des élus  représentants du personnel.

Ces revendications concernent également tous les autres services de la mairie de Villejuif : Les services d’entretien des écoles et la restauration scolaire ne sont que la partie visible de l’iceberg.

Les personnels territoriaux ont à cœur leur devoir de servir la population villejuifoise mais pas au détriment de leur santé physique et mentale, ni de celle des enfants de cette ville, de vos enfants, de vos élèves !  Et tous les jours, en ignorant les alertes de son personnel, c’est vous que le maire maltraite en premier lieu !

Nous appelons les Parents, les enseignants, les directeurs d’établissement et l’ensemble de la population à soutenir ce mouvement en signant cette pétition

et en rejoignant le

lundi 27 mai à 18h00 devant la mairie

une manifestation est organisée par un collectif de défense des services publics (les syndicats CGT des territoriaux de Villejuif, les unions locales CGT et CNT, les gilets jaunes, les parents d’élèves FCPE).

AGENTS DES ECOLES EN GREVE : LE MOUVEMENT CONTINUE !

Le mouvement continue pour les agents des écoles. Après avoir fait le siège de l’école Henri Wallon dans l’espoir de rencontrer le maire, elles ont obtenu ce midi la promesse d’une « audience » avant la fin de semaine.

Si le mouvement dure, ce n’est pas que les agents ne sont pas conscients de leurs missions, ou de la gêne que cela induit pour le public. Mais comment y mettre fin quand le chef de cabinet du maire prétend « ne pas avoir eu les courriers » et « ne pas être au courant des revendications » ?

Le maire a déjà dérogé à ses obligations, car le dernier alinéa de l’article L. 2512-2 du Code du travail est applicable à la Fonction Publique Territoriale et il impose aux parties à la grève (employeur et employés), de négocier pendant la durée du préavis. Ces parties ont donc 5 jours au minimum pour tenter de trouver une solution et éviter la grève. En l’occurrence, le maire avait tout loisir pour trouver une solution depuis le mois de janvier puisque notre premier préavis a été envoyé le 5 janvier…

Encore une fois, c’est la voie du mépris des agents et de leurs représentants qui a été empruntée, au détriment des Villejuifois.

De même… Par mail, le maire appelle d’autres salariés à venir travailler en lieu et place des agents en grève. Il s’agit là d’une tentative de casser la grève ! Plutôt que de négocier avec son personnel, le maire préfère demander du bénévolat à d’autres agents pour qu’ils suppléent aux grévistes !

Ce qu’il devrait faire, c’est, toutes affaires cessantes, recevoir les personnels et leurs représentants et accéder à leurs revendications, et la situation reviendrait à la normale !

Nous sommes donc dans l’attente d’une proposition d’audience et espérons ardemment pouvoir bientôt annoncer la fin de ce mouvement.

20190515 – Lettre ouverte

LGBT-PHOBIE 17 mai : journée mondiale de lutte

Si l’égalité en droits a progressé ces dernières années pour les personnes LGBT, nous assistons aussi à une recrudescence inquiétante des actes violents de LGBTphobies, dans la rue et les lieux publics. Dans le monde du travail, les discriminations restent constantes : injures, harcèlements, mépris affiché, outings forcés, inégalités de traitement ou d’avancement de carrière…

Trop souvent, les directions, les RH et les encadrements restent silencieux face à des cas de harcèlement de salariés par leurs collègues. Parfois, ce sont les encadrements qui refusent des congés parentaux pour des salariés personnes de même sexe en couple ou qui refusent d’accepter l’identité de genre déterminée par les salariés.
La déconstruction systématique du cadre des relations de travail, en France, amoindrit le niveau de protection des salariés. Cela impacte la lutte pour l’égalité des LGBT au travail. La fusion des Instances représentatives du personnel (IRP), notamment des CHSCT, dans le Comité social et économique (CSE), conduit à l’appauvrissement de la négociation collective sur le lieu de travail. La recherche de rentabilité prend le pas sur tous les autres sujets et, notamment, les politiques d’égalité et de prévention des discriminations. Cela conduit à aggraver les situations pour les personnes LGBT poussées à adopter la stratégie d’invisibilité au travail, quitte à renoncer à certains droits.
Actuellement, le gouvernement a mis en discussion parlementaire le projet de loi de transformation de la Fonction Publique prévoyant aussi la fusion des IRP (Comité technique et CHSCT) dans un Comité social d’administration (CSA).
En outre, avec le futur « contrat de projet », le gouvernement précarise l’emploi en détricotant le statut de la Fonction publique.
La disparition des CAP pour émettre un avis sur toutes les mobilités de carrière, tout comme l’augmentation de la part individuelle de rémunération hors grille, vont dans le sens de toujours moins de transparence, en laissant ouvertes toutes les possibilités de discriminations professionnelles.
Aujourd’hui, alors que 44 % des discriminations ont lieu au travail ou à l’embauche, la CGT affirme que tous les employeurs sont tenus de créer des milieux de travail inclusifs, ainsi que :

  • des mesures favorisant l’inclusion des LGBT au travail ; afin de créer des environnements non-discriminants, garantissant la possibilité de s’exprimer ouvertement sur sa vie privée.
  • de créer des environnements de travail favorisant la visibilité LGBT et permettant aux salariés concernés de faire valoir leurs droits ;
  • dans la traduction de ces mesures, dans les droits et garanties, par le biais de la négociation collective et la conclusion d’accords portant sur : l’égalité des droits et de traitement des salariés LGBT, l’accès aux mêmes déroulements de carrière et mêmes droits pour tous concernant l’équilibre « vie privée, vie professionnelle ».

La CGT appelle à la mobilisation pour l’égalité au travail et dans la vie !

Montreuil, le 16 mai 2019


Rappelons qu’en son temps, Villejuif a été la première commune d’île de France à célébrer un mariage gay. Un an avant que la loi ne passe à l’assemblée nationale. 

Les discriminations envers les LGBT continuent ? Les syndicats CGT des territoriaux de Villejuif les combattront tant que cela sera nécessaire !

GREVE DES AGENTS : LETTRE OUVERTE AUX PARENTS

Chers Parents de Villejuif,

Chers enseignants, chers directeurs d’école

 

Les agents d’entretien et de la restauration des écoles n’ont plus d’autre choix que de rentrer en lutte.

Par lettre ouverte du 18 avril 2019 accompagné du tract aux parents le Maire a été informé que les personnels des écoles n’avaient plus les moyens d’exercer leurs missions dans des conditions dignes. Le maire a préféré le passer sous silence comme tous les préavis de grève que la CGT a envoyé depuis janvier 2019.

En l’absence d’écoute de l’employeur et d’ouverture de dialogue, les agents ont décidé de se mettre en grève lors de la pause méridienne.

Le maire se contente de demander aux  personnels de la ville non formé de remplacer les gréviste prenant le risque de transgresser des règles d’hygiène, et mettant potentiellement en danger la santé des enfants de la ville.

Ils dénoncent des conditions de travail de plus en plus difficiles, ils sont mis sous pression par leur hiérarchie exigeant d’eux qu’ils remplissent des taches de 2 voire 3 agents.

Ils sont épuisés, cassés stigmatisés, brimés et pour certains humiliés.

Après 2 jours de mouvement, le Maire refuse de recevoir son personnel en souffrance et affiche un total mépris, tant pour les agents que pour les conditions dans lesquelles vos enfants sont reçus quotidiennement à la cantine. Les quotas d’agents d’entretien par école ont été revus à la baisse, ce qui dégrade considérablement les conditions de vie de vos enfants.

La politique managériale instaurée par le maire est basée sur la répression. Les agents sont menacés soit de sanction soit pour ceux étant sous CDD de se voir privés d’emploi.

Malgré cela, les agents ont le courage de se mettre en grève, tellement le service qu’ils rendent est mis en danger.

Aux effectifs déjà insuffisants dans toutes les écoles, se rajoutent actuellement:

  • Une organisation inadaptée avec le non remplacement systématique des départs à la retraite, des congés et des absences pour raison de santé.
  • Des demandes de remplacement au pied levé des collègues gardiens et responsables de restauration. Cette demande de polyvalence de trois métiers est inacceptable !
  • L’épuisement du personnel qui engendre du stress, des accidents et des maladies professionnels.
  • L’aide humaine ponctuelle délivrée par l’association AEF94 n’est plus disponible dans certaines écoles sans explication de la municipalité.
  • L’obligation d’utiliser des produits d’entretien ménager de très mauvaise qualité.

Les conséquences directes pour vos enfants sont :

  • Un environnement indigne car les agents ne peuvent plus fournir un travail de qualité !
  • Un entretien et une hygiène des locaux défaillants.
  • Des échanges et un relationnel quasi inexistants avec les adultes qui les entourent au
  • quotidien !
  • Une augmentation significative des délais d’attente avant d’être servis à table, ce qui entrave totalement le moment convivial et serein que doit être un repas.

La CGT revendique

  • Un plan de titularisation de tous les agents sous CDD sur des postes « vacants ».
  • Le recrutement de contractuels pour remplacer tout fonctionnaire en congés (maladie, maternité, …)
  • l’augmentation des effectifs à la hauteur des besoins des usagers et afin de prévenir les risques de maladies professionnelles liées à une surcharge de travail ou de cadences insoutenables.
  • L’arrêt de l’intervention d’entreprises privées au sein des écoles.
  • La mise en place d’un RIFSEEP basé sur des critères objectifs mettant fin à l’opacité d’attribution des primes.
  • Une réorganisation du service avec l’implication des personnels et des élus  représentants du personnel.

 Ces revendications valent également pour tous les autres services en souffrance à la mairie de Villejuif : les services d’entretien des écoles et la restauration scolaire ne sont que la partie visible de l’iceberg.

Les agents des écoles luttent pour la préservation  du service public, pour l’amélioration de ce service avec les moyens nécessaire pour le rendre.

Les personnels territoriaux ont à cœur leur devoir de servir la population villejuifoise mais pas au détriment de leur santé physique et mentale et de celle des enfants de cette ville.

 

Nous appelons Parents, enseignants, directeurs d’établissement

à venir soutenir ce mouvement en participant

au rassemblement devant la mairie de 12h30 à 14h00,

soit en envoyant un courrier de soutien aux agents (adressé au maire de Villejuif.)

Quoi de neuf au CHSCT ?

Pas grand chose, même si un Comité Hygiène Sécurité et Conditions de Travail s’est tenu le 13 mai.

A l’ordre du jour de celui-ci :

  • Nouveau Règlement intérieur – sur le thème « la loi, rien que la loi »
  • Désignation du secrétaire du collège employés
  • Approbation du compte rendu de la séance du 12 novembre 2018

Sans surprise donc : aucune nouvelle de l’enquête sur les Risques Psycho Sociaux, rien sur les accidents de services, pas de nouveau planning des visites de services, rien sur les éventuelles alertes, la mise en place d’un document unique (obligatoire depuis 2012) qui n’est toujours pas finalisée… En d’autres termes, dormez braves gens, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Travailler à la sécurité des agents, ce n’est pas pressé.

Sauf que si ! Les représentants CGT élus par les personnels ont donc interpellé le collège employeur.

Car des alertes il y en a eu. Des accidents graves il y en a eu. En négligeant le CHS CT dans les procédures de prévention, mais aussi d’analyse et d’enquête des accidents de travail ou des situation de danger, l’employeur ne remplit pas ses obligations en matière de sécurité de son personnel, et c’est malheureusement ce qui se passe à la mairie de Villejuif.

Concrètement, si un agent doit signaler une situation de danger ou un accident au CHS CT, il n’a, pour l’instant, aucun moyen de le faire – à part contacter les représentants du personnel après avoir alerté sa hiérarchie. Du reste, même alertée, la hiérarchie n’a, elle non plus, aucun moyen de saisir le CHS CT…

Franchement, nous aimerions pouvoir dire autre chose, mais c’est impossible.

GREVE DES AGENTS : LETTRE OUVERTE AU MAIRE

Monsieur le maire,

 

Comme nous vous l’avons plusieurs fois exprimé, notamment dans notre dernière lettre ouverte, nous devons, vous et nous, entretenir un dialogue social à la hauteur des besoins des agents de la ville, qui permette la mise en œuvre d’un service public répondant toujours mieux aux villejuifois.

Par le mépris que vous n’avez cessé de manifester pour nos organisations syndicales CGT, pour les représentants du personnel CGT, et pour l’ensemble des agents de la ville, vous ne participez en rien à l’amélioration de l’ambiance au sein de notre collectivité. En dépit de nos alertes, au mépris des règles qui encadrent le dialogue social, et en faisant systématiquement le contraire de ce que vous annoncez en la matière. Vous avez contribué à geler toute possibilité de dialogue, et donc d’évolution positive pour les agents de cette ville.

Plus particulièrement depuis qu’a commencé le 13 mai un mouvement de grève qui frappe les écoles, votre administration multiplie menaces et contre-vérités : « Vous serez en faute professionnelle si vous vous mettez en grève » ; « ce préavis ne concerne que les agents d’entretien » ; voire « il n’y a pas eu de préavis légal pour ce mouvement », etc… Que vous le disiez, ou le fassiez dire, aux agents, c’est une chose. Que vous prétendiez communiquer sur ces termes auprès des directions d’écoles ou des parents d’élèves, c’est un autre cadre.

Depuis le mois de janvier, nous vous avons envoyé :

  • Un préavis pour le mois de janvier.
  • Une lettre ouverte le 22 janvier mentionnant les complexités du dialogue sociale et des réorganisations sauvages et de ce qu’elles engendrent pour le personnel.
  • Un préavis pour le mois de février.
  • Un préavis pour le mois de mars.
  • Un courrier en recommandé, le 1er avril, intitulé dénonciation du management par la menace, la discrimination, l’humiliation et la violence.
  • Un préavis courant du 1er avril au 17 mai.
  • Deux tracts relatifs à de graves disfonctionnements dans les écoles, diffusés à partir du 18 avril (un pour la population, un pour les agents).
  • Une lettre ouverte le 18 avril intitulée Mouvement social des agents de la mairie et du CCAS de Villejuif.
  • Un tract relatif à l’assemblée générale du 6 mai, concernant les agents d’entretien des écoles.
  • Un préavis pour la période du 18 au 31 mai.
  • Un tract envoyé le 6 mai, annonçant le mouvement des agents d’entretien.

Le tract du 18 avril à la population indiquait : « Nous souhaitons vous informer dès à présent que nous demandons à notre employeur, le maire de cette ville, de nous donner tous les moyens nous permettant de servir le public de façon irréprochable. Sans réponse et engagement de sa part, un mouvement social sera initié après les vacances de printemps. »

Les agents, soucieux de laisser aux parents un délai pour s’organiser, et de vous laisser toute latitude de nous proposer un rendez-vous, n’ont débuté leur mouvement que le 13 mai. Cela vous laissait aussi tout le temps d’organiser le service public et d’informer les usagers.

Il est insupportable pour nous de savoir que vous prétendez « ne pas avoir été informé » de la possibilité de ce mouvement de grève. Pas une seule fois vous n’avez daigné répondre à ces envois, alors que la loi vous y oblige, au moins pour les préavis de grève.

Nous sommes toujours en attente de votre réponse et à votre disposition pour vous rencontrer, vous exposer précisément les revendications des agents et négocier afin d’éviter que plus de services se mettent en grève.

Mais il vous semble préférable, plutôt que de faire en sorte que les agents reviennent au travail par le dialogue, d’aller effectuer vous-même leurs missions. Qu’à cela ne tienne. Au moins cela vous aura permis de constater la dureté du travail de la restauration scolaire…

Nous vous réaffirmons notre volonté de dialoguer, de négocier, et de trouver des solutions concertées qui permettront à la fois une amélioration des conditions de travail et d’existence, non seulement des agents d’entretien et des agents des cantines dans les écoles, mais de tous les agents de la ville, et permettront que soit rendu le service dû au public dans des conditions optimum pour la satisfaction de tous.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le maire, l’assurance de notre considération.

 

20190515 – Lettre ouverte

DROIT DE GREVE

 

Ci dessous, un document utile vous permettant de savoir si et comment vous pouvez faire grève :

note droit de greve

Rappelons tout de même que :

  •  le droit de grève est un droit fondamental
  • Dans les communes de plus de 10000 habitants, le droit de grève est soumis à un dépôt de préavis.
  • Que pendant le préavis, les parties sont tenues de négocier – en tous cas c’est ce que dit la loi…
  • Rien ne peut obliger un agent à se déclarer gréviste par avance.
  • Un employeur ne peut réclamer un encadrement du droit de grève pour défaut d’information aux usagers…
  • Il n’existe pas de possibilité de réquisition du personnel par les collectivités territoriales… Seul le préfet peut…
  • Dans la fonction publique territoriale, la retenue de rémunération pour absence de services est proportionnelle au temps de l’absence.

 

Les agents d’entretien et de restauration disent unissons nous !

Les agents d’entretien et de restauration disent : 

  • Stop à la dégradation des conditions de travail,
  • Stop aux humiliations et à la précarité
  • Stop au management agressif et répressif
  • Stop au travail en sous-effectif

Unissons-nous, rejoignons les et gagnons ensemble !

Depuis 2014, tous les services de la Mairie subissent des conditions de travail dégradées, intenables, sous pression.

Les effectifs dans les services fondent comme neige au soleil

Les réorganisations de services se font sans concertation avec les agents et elles ne répondent pas aux besoins des usagers (le temps d’attente pour récupérer un passeport a été multiplié par 3 pour atteindre 45 min.)

Nos droits sont bafoués

Notre régime indemnitaire est basé sur le clientélisme

Nous subissons brimades, intimidations et sanctions disciplinaires abusives (lors d’une réunion avec des agents d’une école le DGS s’est vanté d’avoir infligé 57 sanctions disciplinaires)

Augmentation du nombre d’agents sous contrat à durée déterminée, certains d’entre eux sont en CDD depuis plus de 6 ans

Le service public est vendu au privé comme la propreté urbaine, l’entretien des écoles, les crèches privées en lieu et place de crèches municipales (modification du marché sur les crèches avec « Babilou »), la mission RH (Nouvelle attribution d’une mission de 12 semaines à Consulting pour les recrutements externes).

Nous appelons tous les agents à se mobiliser !

Dès aujourd’hui, mardi 14 mai, et aussi longtemps que nécessaire

Devant la mairie de 12h30 à 14h30

Sortons de l’isolement, soyons solidaires !

 

20190507 – Préavis Mai

LETTRE OUVERTE DES UNIONS REGIONALES D’ILE DE FRANCE

                                                          

               Afficher l'image d'origine                 

 

LETTRE OUVERTE

Monsieur Le Ministre de l’Intérieur

La manifestation du 1er mai à Paris a été émaillée de brutalités et de violences policières inouïes et injustifiées.

Elles ont été organisées méthodiquement, dans le seul but d’empêcher les organisations syndicales de défiler, en ce jour de journée internationale des travailleur-se-s, de rendre invisible la forte mobilisation, les revendications sociales portées par les manifestants, et la convergence de plusieurs milliers de personnes.

Des  intimidations annonçant le « chaos » avaient été répandues via les médias pour dissuader les participant-e-s. Malgré tout, les unions régionales Ile-de-France (URIF) CGT, FO, FSU, Solidaires, avec l’UNEF, l’UNL et le MNL, se félicitent de la forte mobilisation de ce mercredi 1er mai 2019, qui enregistre la plus importante manifestation de cette dernière décennie à l’occasion de la journée internationale des travailleurs.

Nous ne sommes pas dupes de la stratégie dangereuse ordonnée par le plus haut niveau de l’état qui, au prétexte de lutter contre les « casseurs », établit dans les faits un climat de terreur, visant à disloquer les cortèges syndicaux et interdisant en réalité toute possibilité de manifester démocratiquement, dans l’unique objectif de tenter de faire refluer les mobilisations sociales, ce qu’il n’est pas parvenu à faire jusqu’à présent, en témoigne la puissance de la manifestation parisienne de ce mercredi.

Les URIF condamnent avec la plus grande fermeté le dispositif décidé par le Préfet de police de Paris, qui a failli à la mission républicaine de garantir le droit à manifester, contrairement à ses déclarations.

Nous demandons que toute la lumière soit faite sur les exactions des forces de l’ordre, dont nous ne pouvons imaginer qu’elles ne répondaient pas aux ordres donnés.

Nous exigeons que cesse cette politique de répression violente qui remet en cause les principes mêmes de notre démocratie. L’histoire l’a prouvé, l’avenir le confirmera, rien ne pourra étouffer les besoins de justices sociales, de liberté, d’expression et d’émancipation des travailleurs.

Les URIF CGT, FO, FSU, Solidaires, avec l’UNEF, l’UNL et le MNL, renouvellent leur soutien total à tous ceux qui ont eu à subir les violences policières au cours de la manifestation parisienne, et serons à leurs côtés pour toutes les suites qu’ils souhaiteront engager.

Recevez, Monsieur Le Ministre de l’Intérieur, nos sincères salutations

Les organisations syndicales d’Île de France

ASSEMBLEE GENERALE

Assemblée générale du personnel

le 06 mai 2019 à partir de 14h15
à l’union locale CGT (16 rue Jean Jaurès)

Les agents des écoles ne veulent plus subir les conditions de travail qui leur sont imposées et appellent à un mouvement social début mai

Nous ne voulons plus remplir nos missions sans avoir les moyens humains et matériels. Être en sous-effectif, sous pression, subir les humiliations, le dénigrement, la violence des échanges avec la hiérarchie, ne sont pas acceptables

Mobilisons-nous et décidons ensemble des luttes

 

Une heure d’information syndicale mensuelle est accordée à tout agent rémunéré par la ville ou le CCAS. Les agents souhaitant assister à ces réunions doivent en informer leur hiérarchie au moins 3 jours avant. (cf ; article 6 du décret 2014-1624 du 24 décembre 2014)