DEPOT DE PLAINTE CONTRE LA MAIRIE DE VILLEJUIF

Ce matin, l’Union Locale CGT de Villejuif-Fresnes-L’Haÿ-les-Roses, le syndicat CGT Ouvriers/Employés et le Syndicat CGT UGICT des Territoriaux de Villejuif ont déposé au tribunal de Créteil une plainte pour discrimination contre la mairie de Villejuif.

Depuis 2015, que ce soit par la volonté de fermeture de la bourse du travail sans négociation, ou par le déni constant de droits aux syndicats des agents de la mairie, l’exécutif et une partie de l’administration se sont placés en tort, recourant à des méthodes qui s’apparentent selon nous à de l’entrave.

Il est temps que cesse le temps de l’arbitraire, du refus de négocier, du refus de traiter les syndicats comme des interlocuteurs légitimes, comme des acteurs de la société civile. Le devoir d’un élu est de discuter avec tous les citoyens, et de faire respecter le principe d’égalité en vigueur dans ce pays, certainement pas de tenter par tous les moyens d’intimider ou de museler, que ce soit par des mesures actives ou en ignorant leurs demandes.

Nos collègues, nos militants, subissent ces pressions depuis trop longtemps.

Il n’est plus envisageable de laisser perdurer une situation où le droit et le principe d’égalité républicains, ainsi que le droit des travailleurs, sont niés par le premier magistrat de la ville de Villejuif. L’exercice du pouvoir n’est pas une excuse pour se soustraire à ses devoirs, à ses obligations ou pour s’extraire du cadre de la loi.

Nous dénonçons le fait qu’un élu recoure à de telles méthodes et nous voyons contraints de saisir la justice.

 

LETTRE DE L’UGICT DU 23 JANVIER 2017

Mobilisations : l’hiver est chaud malgré tout….
N° 615 – Semaine du 23 janvier 2017
– BILLET DE LA SEMAINE –

Pots de terre et pots de fer

Lanceurs d'alerte
Et si les affaires LuxLeaks ou UBS France, largement médiatisées, dans lesquelles les lanceurs d’alerte, malgré le bien-fondé reconnu de leur intervention, ont finalement été sanctionnés, avaient pour effet de dissuader les salariés des grandes entreprises de dénoncer des faits dont ils ont connaissance ?

LIRE LA SUITE

– À LIRE SUR LE SITE –

Environnement : des actes !

pollution
Pic de pollution, froid record avec menace de rupture d’approvisionnement, nouveau président des États-Unis qui brandit une dénonciation de la Cop 21…

LIRE LA SUITE

La loi Travail est-elle responsable du PSE à la Voix du Nord ? Le décryptage Ugict-CGT


Décidément, faire adopter une loi en force à coup de 49-3 c’est une chose, en assumer les conséquences en est une autre. 6 mois après avoir fait adopter sa loi contre l’avis d’une majorité de français-es et une mobilisation massive, Myriam El Khomri fait encore mine d’en découvrir le contenu…à l’image des dispositions sur les plans sociaux.

LIRE LA SUITE

Conditions de travail à l’hôpital – Les directeurs.trices sont sujets et acteurs

direction hopital
Les médias et les syndicats se font régulièrement l’écho de la souffrance au travail exprimée par les personnels hospitaliers qui dénoncent tout à la fois un manque d’écoute et de considération, la perte de sens de leurs missions et le détournement des valeurs du service public qui fondent leur engagement professionnel. Au premier rang des maux cités, les restructurations/restrictions de moyens décidées par le ministère et ses ARS et mises en œuvre sur le terrain par les équipes de direction.

LIRE LA SUITE

 – ACTUALITÉS –

Le congrès de la CGT-Cheminot appelle à la grève contre le forfait jour à la SNCF

La CGT-Cheminots a élu vendredi 20 janvier un nouveau secrétaire général, Laurent Brun qui prend ainsi la succession de Gilbert Garrel.

LIRE LA SUITE

La CGT demande une commission d’enquête sur l’avenir de la filière aéronautique

Plusieurs centaines de salariés d’Airbus se sont rassemblés jeudi devant l’entrée du site du groupe aéronautique à Suresnes (Hauts-de-Seine), dont la fermeture est annoncée pour 2018, à l’appel de la CGT qui réclame l’ouverture d’une commission d’enquête sur l’avenir de la filière.

LIRE LA SUITE

Onze urgentistes de l’hôpital de Dreux démissionnent en bloc

Onze médecins urgentistes du centre hospitalier Victor-Jousselin de Dreux viennent d’annoncer collectivement leur démission, effective le 1er octobre prochain, pour protester contre leurs conditions de travail « difficilement supportables ».

LIRE LA SUITE

Pôle emploi : 4 syndicats appellent à la grève le 6 mars

Quatre syndicats de Pôle emploi, la CGT, le SNU-FSU, FO et Solidaires, appellent à une grève le 6 mars contre la « transformation » du métier d’indemnisation, la « dématérialisation à outrance », et pour la « défense du service public ».

LIRE LA SUITE

Manifestation contre les suppressions d’emplois à la Voix du Nord

Quelque 200 personnes, surtout des salariés du quotidien, se sont rassemblées mercredi 18 janvier devant le siège de La Voix du Nord, sur la Grand-Place de Lille, pour protester contre le plan social qui prévoit notamment la suppression de 178 emplois.

LIRE LA SUITE

Mobilisation contre l’accord CETA

Le « Stop Ceta-Tafta » qui regroupe en France près de 80 organisations, partis politiques et syndicats (dont la CGT) appelait samedi 21 janvier en France et dans l’Union européenne à une « journée européenne d’actions » contre l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada (Ceta).

LIRE LA SUITE

Presse : Mondadori ouvre un plan de départs volontaires de 30 personnes

Après avoir déjà mené en 2014 et 2015 des plans de départs volontaires qui ont concerné respectivement 30 et 40 salariés, le groupe Mondadori France (environ 750 salariés) a annoncé jeudi 19 janvier en comité d’entreprise le lancement d’un plan de départs volontaires devant concerner 15 postes éditoriaux et 15 postes dans les autres fonctions du groupe.

LIRE LA SUITE

Le « marché » de l’emploi plus ouvert pour les cadres de santé

Une étude de l’APEC publiée le 12 janvier dans le cadre de l’Observatoire du marché de l’emploi indique que les étudiants cadres de santé n’ont apparemment pas de mal à trouver un poste sitôt le diplôme obtenu.

LIRE LA SUITE

Soupçon de corruption : le CCE de Veolia se porte partie civile

Le comité central d’entreprise (CCE) de la branche Eau de Veolia a décidé jeudi 19 janvier de se constituer partie civile dans le cadre de la plainte contre X déposée par la direction pour des faits de corruption active et passive déposée début décembre devant le parquet national financier.

LIRE LA SUITE

Les syndicats de l’Essonne mobilisés pour défendre la bourse du travail

Depuis décembre 2016, sept organisations syndicales sont menacées d’expulsion des locaux qu’elles occupent depuis 33 ans à Évry.

LIRE LA SUITE

Les profs de ZEP mobilisés pour pérenniser leurs moyens supplémentaires

Des centaines de lycéens et de professeurs ont à nouveau manifesté jeudi 19 janvier à Paris et Marseille pour demander la pérennisation des moyens supplémentaires destinés aux lycées de l’éducation prioritaire.

LIRE LA SUITE

Salaires, retraite, emploi au centre des préoccupations

Selon un sondage Ipsos publié lundi 16 janvier, la rémunération, l’âge de départ à la retraite et la sécurité de l’emploi sont les thèmes que les salariés souhaitent voir abordés en priorité lors du prochain quinquennat.

LIRE LA SUITE

On cherche un emploi sur internet mais on le trouve par d’autres canaux

Selon un sondage Ifop pour Pôle emploi publié le 17 janvier, près de 90 % des demandeurs d’emploi utilisent internet pour chercher du travail, mais moins de 20 % trouve un emploi par ce canal.

LIRE LA SUITE

 Campagne sur le droit à la déconnexion
– LA SEMAINE –

L’actu en bref – 23 janvier 2017

Jeudi 12 janvier
  L’APEC publie une étude sur la durée nécessaire à une procédure de recrutement. En moyenne, pour une offre parue sur son site, un peu plus de deux mois suffisent (neuf semaines), mais selon les fonctions et le degré de séniorité du cadre recherché, les situations varient. Cette durée s’explique notamment par le nombre de candidatures reçu par offre publiée. Il atteint 41 en moyenne en 2015 (il était de 44 un an plus tôt).

Mardi 17 janvier
    Depuis 2010, parmi les nouveaux métiers répertoriés par Pôle emploi, sept sur dix appartiennent au domaine du numérique, un secteur qui recrutera 191 000 personnes d’ici 2022, a déclaré la ministre du Travail Myriam El Khomri en ouverture des Rencontres de l’Emploi, un colloque organisé par Pôle emploi.

Mercredi 18 janvier
  Selon un sondage Elabe pour le Laboratoire de la mobilité inclusive, près d’un Français sur quatre (23 %) dit avoir déjà refusé un travail ou une formation faute de moyen de transport pour se déplacer. Ce taux monte à 43 % chez les jeunes, et à plus de 50 % chez les populations les plus fragiles socialement (vivant dans un foyer avec moins de 1 000 euros par mois). Les difficultés d’accès à la mobilité – c’est-à-dire le fait de pouvoir se déplacer au quotidien – sont perçues comme un frein à l’emploi par 86 % des Français.

Jeudi 19 janvier
  En 2014, le revenu salarial annuel, soit la somme de tous les salaires nets perçus par une personne dans l’année, s’est élevé à 20.670 euros en moyenne, selon une récente étude de l’Insee. Selon cette étude, Il s’établissait à 40 455 euros pour les cadres et à 15 282 euros pour les ouvriers.

Vendredi 20 janvier
  Interrogée sur Public Sénat et Sud-Radio, Michèle Alliot-Marie, candidate déclarée à la présidentielle, souhaite « concentrer les fonctionnaires sur les missions régaliennes » et « essentielles », et les priver du droit de grève et de manifestation. Bénéficiant d’un « statut extrêmement protecteur », les fonctionnaires « ont en même temps des obligations qui sont celles d’assurer la continuité absolue du service public » et sa « neutralité absolue », a-t-elle développé. « La continuité ne peut être assurée que s’il n’y a pas de droit de grève », a souligné Mme Alliot-Marie. Elle exclut de la même manière le droit de manifestation. « Il doit y avoir interdiction de l’expression publique de tout choix religieux ou politique », a-t-elle précisé.

Lundi 23 janvier
  Rassemblement à l’appel de la CGT avec conférence de presse sur le thème « justice pour les victimes de Total AZF/Toulouse », à la veille du 3e procès (devant la tour Coupole à la Défense).

Mardi 24 janvier
  Conférence de l’Institut d’histoire sociale CGT sur le thème « L’Etat contre les syndicalistes ? » de 14h à 16h dans le patio Georges Séguy, siège de la CGT, Montreuil. Inscription au 01 55 82 81 13.
  Journée de mobilisation nationale des infirmiers et étudiants infirmiers à l’appel d’un collectif d’organisations syndicales et associatives, notamment pour l’amélioration de leurs conditions de travail. Manifestation du parvis de la gare Montparnasse vers le ministère des Affaires sociales et de la Santé.
  Présentation par le Conseil économique, social et environnemental de son projet d’avis sur « l’évolution de la fonction publique ».
 Publication du nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en décembre 2016.

  Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, invité du Club de la presse sur Europe 1.
Mercredi 25 janvier
  Réunion patronat et syndicats gestionnaires de l’assurance chômage sur les contrats courts.
Jeudi 26 janvier
  Conférence de presse de présentation du guide VO Impôts 2017 .

– OPTIONS –

Options 623 – L’urgence industrielle

Options 623 janvier 17
Vivarte : Les ravages du LBO
Épidémie : Quand les moyens se grippent
Sanofi : Des salariés précaires obtiennent justice
Crise économique : Menace sur la « classe moyenne »
Hec : La Cgt à 42 %, tous collèges confondus !
Conflictualité : La grève, mais pas seulement
Trump : Côtés obscurs de la force
Télétravail : Sortir du gré à gré – Entretien avec Jean-Luc Molins
Encadrement : L’enjeu stratégique d’un nouveau statut
Industrie du ventre : Le Cambodge se protège
Santé au travail : La Belgique au bord du burn-out
Droits syndicaux : Renault-Nissan pointé du doigt
Focus Campagne L’urgence industrielle
Encadrement : La Sncf impose les forfaits-jours
Expertise : Surinvestissement chronique
LoiTravail : C’est maintenant
Droit à la déconnexion : Un guide pour négocier
Évasion fiscale : À quand la fin du laxisme ?
Faucheurs de chaises : On ne s’assoit pas sur la justice fiscale

LIRE LA SUITE

– PLATEFORME DE SITES –
 Reference-syndicale.fr

VICTOIRE POUR LAURENT !

Une belle victoire pour notre camarade Lolo Pepe : Le verdict du procès est tombé ! Ce n est pas une relaxe puisqu’ il y a un rappel à la loi mais sans peine de prison même avec sursis et sans amende. Rien d’inscrit au casier judiciaire. Les charges de « Violence en bande organisée » ont été requalifiées en « port d’arme illégal ». Étant donné les réquisitions et le ton initial de la procureure c est incontestablement une victoire syndicale complète que nous avons obtenu par la mobilisation.

20170106_095654

 

UN COLLÈGUE MENACÉ

criminalisationactionsyndicaleLors des manifestations contre la Loi Travail du printemps dernier, l’État a démontré qu’il était prêt à tout pour museler le mouvement social. Toute sa violence s’est exprimée à la fois dans le déni de démocratie qui l’a poussé à faire adopter au 49-3 un texte dont la jeunesse tout comme le mouvement social ne voulaient pas, mais aussi dans l’exercice d’une violence policière rappelant les pratiques répugnantes des débuts du XXème siècle et celui du Syndicalisme. Cette répression s’est manifestée aussi dans la criminalisation de l’action syndicale avec notamment deux affaires largement médiatisées : Goodyear et Air France.

Mais ces deux exemples ne sont pas les seuls !

Dans notre propre syndicat, nous avons l’exemple d’un camarade arrêté alors qu’il participait à la commission Accueil et Sécurité, le service d’ordre, de la manifestation du 5 juillet dernier. Alors même qu’il contribuait à la sécurité du cortège il a été arrêté en fin de manifestation pour « violences en bande organisée », et placé en garde à vue, comme un vulgaire criminel.

Quand on s’en prend à l’un d’entre nous, on s’en prend à toute la CGT et quand on s’en prend à un cégétiste Villejuifois qui contribue, conformément à la volonté des préfectures, à la sécurité de notre cortège, notre réponse doit être massive et implacable ! Ce n’est pas de cette justice-là que nous voulons ! La criminalisation de l’action syndicale doit cesser !

RELAXE POUR LAURENT !

Rassemblement de soutien et de solidarité le VENDREDI 6 JANVIER 2017 à 9h devant le Palais de justice de Paris (10 boulevard du Palais 75001).

CGT Territoriaux de Villejuif : Départ collectif Rendez-vous à 8 heures au 21 rue Sévin, ou à la Bourse du Travail, 16 rue Jean Jaurès.

Un préavis de grève est déposé par la CGT des territoriaux de Villejuif pour la journée du 6 janvier 2017 afin que chacun et chacune puissions soutenir notre camarade lors de ce rassemblement!

TOUS AVEC LAURENT

criminalisationactionsyndicale

Lors des manifestations contre la Loi Travail du printemps dernier, l’Etat a démontré qu’il était prêt à tout pour museler le mouvement social. Toute sa violence s’est exprimée à la fois dans le déni de démocratie qui l’a poussé à faire adopter au 49-3 un texte dont la jeunesse comme le mouvement social ne voulaient pas mais aussi dans l’exercice d’une violence policière rappelant les pratiques répugnantes du début du XXème siècle et des débuts du Syndicalisme. Cette répression s’est manifestée aussi dans la criminalisation de l’action syndicale avec notamment deux affaires largement médiatisées : Goodyear et Air France.

Mais ces deux exemples ne sont pas les seuls.

Dans notre propre syndicat, nous avons l’exemple d’un camarade arrêté alors qu’il participait à la commission Accueil et Solidarité, le service d’ordre, de la manifestation du 5 juillet. Alors même qu’il contribuait à la sécurité du cortège il a été arrêté en fin de manifestation pour « violences en bande organisée », et placé en garde à vue, comme un vulgaire criminel.

Quand on s’en prend à l’un d’entre nous, on s’en prend à toute la CGT et quand on s’en prend à un cégétiste Villejuifois qui contribue, conformément à la volonté des préfectures, à la sécurité de notre cortège, notre réponse doit être massive et implacable ! Ce n’est pas de cette justice là que nous voulons ! La criminalisation de l’action syndicale doit cesser !

RELAXE POUR LAURENT !

Tous devant le Palais de Justice à  Paris le 6 janvier 2016 à 9 h.

Départ collectif depuis la Bourse du Travail à 8 h.

12924616_1564176457228576_5284240991336798360_n

TOUS A AMIENS

Le 19 octobre est prévu un grand rassemblement à Amiens afin de lutter contre toutes les discriminations syndicales ainsi que pour soutenir nos 8 camarades de GOODYEAR qui risquent 9 mois de prison ferme pour avoir essayé de sauver leurs emplois !
L’UD CGT 94 affrète 3 cars dont 1 au départ de l’UL de Villejuif le 19/10 à 7h00 pour un retour dans la soirée.

VOUS POUVEZ VOUS Y INSCRIRE

JUSQU’AU 12 OCTOBRE.
Soyons nombreux à défendre nos droits lors de cette initiative très importante !
Plus que jamais nous avons besoin de toutes et tous pour réussir ce rapport de force et ainsi venir en aide aux camarades victimes de ces discriminations.
ON LÂCHE RIEN NI PERSONNE !

SYNDICALISTES, PAS VOYOUS : Solidarité avec notre camarade d’Hénin Beaumont

Afficher l'image d'origineC’est avec beaucoup d’émotion que les syndicats CGT ouvrier/employé et UGICT de la mairie de Villejuif, ont appris la mise en garde à vue de notre camarade René Gobert, secrétaire général du syndicat CGT des territoriaux de Hénin-Beaumont, par le communiqué suivant de l’Union Départementale du Pas-de-Calais :

Communiqué de l’Union Départementale CGT du Pas-de-Calais, de la Coordination Syndicale Départementale CGT des Services Publics du Pas-de-Calais et de la Fédération CGT des Services Publics | Hénin-Beaumont : non à la criminalisation du mouvement social !

Nous avons appris ce matin la mise en garde à vue de notre camarade René Gobert, secrétaire général du syndicat CGT des Territoriaux d’Hénin-Beaumont.

Selon nos informations, cette garde à vue est consécutive à une plainte déposée par le maire FN d’Hénin-Beaumont relativement à des contenus mis en ligne sur Facebook par notre camarade.

Depuis plusieurs mois, notre camarade est victime de pressions, mutation arbitraire, sanction disciplinaire. Cette situation a retenu toute notre attention et nous a conduits à engager différentes démarches de soutien à René et à son syndicat.

Ce matin, une rencontre était prévue avec le maire qui devait recevoir une délégation composée des secrétaires généraux de l’UD, de la fédération et des principaux responsables de la CSD. Compte tenu de la mise en garde à vue de notre camarade, la délégation CGT a décidé d’annuler sa participation au rendez-vous.

Nous affirmons notre soutien à René Gobert et notre refus de la criminalisation du mouvement social. Nous appelons nos militants à la vigilance et les informerons rapidement de l’évolution de la situation.

Lens, le 30 septembre 2016

A leur tour, les organisations syndicales des agents territoriaux de la ville de Villejuif souhaitent manifester leur soutien et leur solidarité avec René Gobert. Les pratiques décrites dans ce communiqué sont inacceptables.

A l’heure où le gouvernement met en place la « loi travail » supposée permettre un renouvellement du dialogue social, la criminalisation de l’action syndicale va à bride abattue, avec les Goodyear, avec les seize d’Air France, avec tous les camarades arrêtés ou blessés lors des manifestations contre la loi travail, et avec tous ceux qui voient leur emploi, leur vie quotidienne, mis en danger par la justice pour les punir de leur engagement syndical. 

Que dire d’une société où on voudrait faire croire à l’opinion publique qu’il est plus tolérable de supprimer des milliers d’emplois que d’arracher une chemise ? D’une société où un employeur peut impunément bafouer les lois en mettant en place des mesures non discutées dans les cadre du fameux dialogue social, et de l’autre compter sur l’appui de la justice quand il s’agit de réprimer ceux qui cherchent juste à faire valoir leurs droits ?

Être syndicaliste, c’est chercher à faire valoir le droit. Une société qui met en prison ceux qui réclament la justice, fut-elle sociale, mérite-t-elle le titre de démocratie ?

C’est malheureusement la question que doivent nous amener à nous poser les traitements réservés aux camarades arrêtés, inculpés, et demain peut-être, incarcérés.

Syndicalistes, pas voyous, nous sommes là pour nous assurer que chacun peut gagner sa vie dans des conditions de travail décentes et dans le respect de sa condition de salarié (ou de fonctionnaire).

Si cela est criminel, alors il faudra débaptiser les rues aux noms de tous ceux qui, à un moment ou un autre de l’histoire de France, ont dit « non » et se sont élevés contre un régime injuste : ils font pour tous ceux qui pourraient vouloir contester, un très mauvais exemple, un très dangereux précédent. 

Espérons que l’histoire donnera raison à ceux qui, pour protester contre la disparition de 15 000 emplois, ont osé quelque jour arracher une chemise.

Espérons que la justice donnera raison au secrétaire général des Territoriaux de Hénin-Beaumont, en première ligne de l’iniquité de son employeur.

 

ET LA DÉMOCRATIE ?

capturebabousedemocratie

 

Comme nous avons pu le constater au cours des derniers mois, nous ne vivons plus tout à fait dans un état de droit.

Un état de droit, c’est un état où tous les citoyens sont traités à la même enseigne. En France, cela se traduisait par de nombreuses dispositions de l’état, auxquelles le gouvernement actuel, et dans une très large mesure également ceux qui lui ont précédé, renoncent les unes après les autres.

Il y a l’égalité de service, qui impliquait un équilibre entre centralisation et décentralisation du pouvoir auquel le désengagement de l’état et, pire encore, la loi NOTRe, est en train de mettre un terme.

Il y a l’égalité des chances, à laquelle l’état, par son désengagement dans les territoires, par sa politique stérile en matière d’éducation, est en train de tirer un trait.

Il y avait la hiérarchie des normes, qui faisait qu’une loi ne pouvait être contredite par une norme inférieure, et à laquelle le gouvernement veut renoncer en créant, avec la loi El Khomri, un précédent dans l’abandon de cette hiérarchie, pourtant garante d’une application équivalente de la loi pour tous – une des bases fondamentales de notre droit.

Et puis il y a les mesures d’exception, l’état d’urgence, et le recours systématique à la violence par les forces de l’ordre lors des manifestations – 12 manifestations depuis le mois de Mars.

On nous parlera des casseurs, mais nous savons bien que casseurs ou pas, c’est tous les manifestants aujourd’hui qui peuvent être arrêtés arbitrairement, placés en garde à vue et proposés au passage en comparution immédiate… Le droit de manifester est donc sévèrement remis en cause.

Et enfin il y a la violence constitutionnelle, celle là même qui pousse les ministres à user du 49-3 pour faire passer un texte dont ils savent qu’il ne passera pas la barrière des députés… C’est bien qu’ils pensent, du reste, que ce texte est indéfendable, puisqu’ils n’essaient même pas de le faire comprendre mais qu’ils l’imposent…

Déjà, dans notre pays, nous nous demandions où était passée la fraternité, nous trouvions qu’il fallait continuer d’y travailler.

Aujourd’hui, le gouvernement – qui applique les feuilles de routes de Bruxelles et de la Banque Centrale Européenne – est en train de renoncer à l’égalité.

Et pour ça, il n’hésite pas à rogner sur nos libertés.

Je vous invite donc à un été de luttes, et à une rentrée que nous espérons très très musclée en matière de lutte sociale. Cette fois ci, il ne faut pas que nous nous battions pour garder nos acquis : on est partis pour en conquérir d’autres. Parce que ça ne peut pas continuer comme ça…

SYNDICALISTES, PAS VOYOUS…

Rendez-vous libertés syndicales

Après le passage en force de la loi Travail, les représailles pour ceux qui ont osé contester l’autorité d’un gouvernement de plus en plus répressif. La criminalisation de l’action syndicale est en cours. Soyons nombreux pour soutenir nos camarades.

Des préavis de grève ont été déposés pour ces dates.

Nous tâcherons de vous tenir au courant des rendez-vous de nos camarades devant les tribunaux…