L’Heure est à la mobilisation

La CGT s’est rendue le 18 octobre au ministère du Travail qui souhaitait présenter les grandes lignes des décrets d’application des ordonnances « Loi Travail » que le gouvernement aimerait voir prochainement publiés.

La CGT a été très claire lors de cette rencontre. Nous nous refusons à des pseudo-concertations sur des décrets d’application qui ne peuvent en rien changer le contenu des ordonnances Macron/Medef qui se caractérisent par une précarité à tous les étages, le permis de licencier à tout-va, les questions de santé et de conditions de travail passées à la trappe, le retour de la « loi de la jungle » avec un code du travail par entreprise et au rabais, l’aggravation des inégalités professionnelles entre les femmes et les hommes.

La page n’est pas tournée. La loi Travail n’est pas ratifiée. Elle est contestée de plus en plus fortement par les salariés. Les derniers sondages nous indiquent que 65% de nos concitoyens rejettent les ordonnances quand 57% d’entre eux considèrent justifiées les mobilisations syndicales.

Demain, 19 octobre, la CGT a décidé d’une nouvelle journée de mobilisation, sous toutes ses formes : grèves, manifestations, déploiement dans les entreprises, interpellation des députés, etc., pour continuer à sensibiliser les salariés et porter ses propositions de progrès social. Cette journée est aussi un tremplin pour construire une puissante journée de mobilisation interprofessionnelle où l’ensemble des secteurs professionnels sont appelés à converger.

L’action des routiers, l’action des dockers, les luttes victorieuses dans les entreprises et services publics montrent que gagner c’est possible dès lors que les salariés prennent leur avenir en main et se mobilisent.

Montreuil, le 18 octobre 2017


Il est troublant pour la CGT des Territoriaux de Villejuif de constater que la même dynamique appliquée au sommet de l’état est reprise par l’exécutif local : des « concertations » qui doivent impérativement déboucher sur le résultat prévu… Somme toute, il s’agit plus de rencontres d’information que de rencontres de concertation : on ne nous demande pas notre avis, ni même notre aval… On nous demande de la fermer sous prétexte qu’on a été prévenus…

Subtile nuance…

LAPSUS REVELATEUR

Hier, c’était la « désormais traditionnelle » rencontre des agents avec monsieur le maire au Pôle Technique. Au programme, comme c’est la tradition, un petit discours du maire, un petit discours de l’adjointe en charge des Ressources Humaines et un petit discours du nouveau Directeur Général des Services…

Pas de chance, cependant : cette fois-ci, le premier discours s’est ouvert sur un lapsus très révélateur : « Ce qui est important, c’est d’améliorer la relation entre nous et nos… clients ! Heu… Et les citoyens… »

Alors oui, c’est vrai, personne n’est à l’abri d’une erreur. Les langues fourchent. Les mots nous jouent des tours. Les idées, aussi, parfois. Mais le lapsus, en psychanalyse, il pardonne pas : il est censé être la révélation de ce qu’on pense vraiment, une indication de nos convictions ou de nos croyances profondes, un cri de vérité jaillissant du plus profond de notre subconscient…

Et ce lapsus là, en plus, c’est le pêché capital vis à vis du statut du fonctionnaire… Considérer les administrés comme des clients, c’est renoncer à la notion d’égalité face au service public.

Et c’est plutôt inquiétant quand on pense que la suite du discours était elle même très orientée sur le RIFSEEP (un système qui met les fonctionnaires en concurrence et est une profonde remise en cause du statut et de la notion de responsabilité personnelle et collective de l’administration et remet donc en question ce même principe d’égalité), la très mystérieuse notion de Villejuif 2.0 (qui est censée être une nouvelle ère de communication entre les villejuifois et leur mairie, si on a bien compris) et un petit coup de brosse à reluire : « La rentrée ne s’est jamais aussi bien passée ! Les directeurs d’école et l’inspectrice m’ont appelé et ils étaient très contents. » Il pensera heureusement à rajouter « et c’est grâce à vous ! ». Dommage qu’aucune ATSEM, aucun agent d’entretien des écoles et si peu de gardiens ou d’animateurs, et aucun membre du service scolaire, n’aient été là pour l’entendre…

Madame Loudière pour sa part fera plus concret et visiblement plus sincère : 200 000€ pour les agents via la mise en place du RIFSEEP avec l’IFSE (mais pas de CIA avant d’avoir fixé les critères d’évaluation) et un résultat décevant de 30% des agents seulement participant à l’enquête sur les Risques Psycho Sociaux

Dissonance inquiétante, somme toute entre le maire et son adjointe, mais à Villejuif on a vu pire.

Les agents, eux, n’étaient pas venus en masse – et quand les mecs qui poussent le balais choisissent de rester dans la rue plutôt que de venir partager le petit coup à boire, c’est un message…

A moins naturellement qu’ils n’aient préféré rester sur le terrain pour soigner la relation clientèle…

 

COMPTE RENDU SUCCINCT DE LA RENCONTRE AVEC MONSIEUR LE MAIRE DU 21 OCTOBRE 2016

BB CGTEn introduction Monsieur le Maire se félicite de la poursuite du dialogue social. Les groupes de travail stationnement, gardiens des écoles et niveaux de responsabilités ont été (ré) activés. Des dates prochaines de rencontres sont annoncées.

 

 

Les engagements du Maire :

  • Question des OS sur le Plan de titularisation: Les services n’ont pas de réponses sur leur demande de mise en stage de leurs agents, voire des refus sur des situations non légales :
  • Il n’y a pas de volonté de bloquer les mises aux stages actuelles, il est prévu une rencontre en novembre entre monsieur le maire et madame Loudière pour y travailler et répondre aux attentes des chefs de service. Une transmission aux OS se fera à la prochaine réunion le 9/12. Une note à l’encadrement sera diffusée pour attirer l’attention aux fins de contrats et suivre la loi sur les CDD, notamment pour les CDD positionnés sur des emplois vacants. Un chantier plus large sur le cadre politique général sera lancé pour le 1 er semestre 2017 pour clarifier l’orientation politique.
  • Question des OS sur la mise en place d’un service dédié à la GPEEC avec un conseiller en évolution professionnel en charge notamment du reclassement:
  • Le souhait est d’améliorer la RH pour qu’elle soit un réel service d’appui avec la montée en compétences des agents est un axe politique. Une étude sera lancée sur la RH en 2017 avec un cahier des charges : état des lieux + propositions des actions à menées et moyens à mettre en place. Cela sera inscrit dans la lettre de cadrage politique.
  • Question des OS sur le Régime indemnitaire (problématique sur les Niveaux de Responsabilité) : Partageons-nous la même philosophie de tirer vers le haut l’ensemble des agents et dédier une enveloppe budgétaire 2017 pour améliorer le régime indemnitaire des agents ?:
  • Un travail sur les Niveaux de Responsabilité, réflexion en cours sur l’enveloppe budgétaire pluriannuelle qui sera attribuée afin de revaloriser et favoriser l’attractivité de la ville pour le recrutement et de répondre aux futurs enjeux de la ville de Villejuif. Priorisations à faire, chantier à ouvrir sur les astreintes pour remise à plat et l’absentéisme. Nous échangerons à nouveau sur la question en décembre 2016.
  • Question des OS sur le Déménagement : les agents sont mécontents, les locaux sont inadaptés, les concertations pas tenues et l’engagement de la mise en place d’une équipe de suivi non tenu et le CHSCT pas respecté :
  • Les déménagements actuels sont une étape transitoire qui s’inscrit dans un plan plus vaste avec la construction d’un nouveau bâtiment administratif dans 4 ans. Le maire a nommé un pilote administratif (actuellement DGS par intérim) et comme pilote politique, madame LOUDIERE. Le Grand Paris ne sera pas accueilli rue Jean Jaurès. Mise en place de processus favorisant l’accord du CHSCT aux déménagements lors de la séance du 22 novembre. Le pilote adminsitratif doit recenser le nombre d’agents au service état civil pour savoir si les locaux rue de la Paix peuvent accueillir l’arrivée du 8e agent en novembre. Affaires générales pourront continuer d’utiliser les locaux Paul Bert pour les élections. Faire déménager la DAF est prioritaire et avant la construction budgétaire et le service des retraités avant l’inscription aux activités fin d’année (banquet…). Une lettre aux agents sera diffusée pour expliciter le sens de ces déménagements et le calendrier.
  • Question des OS est-il demandé à la CGT de quitter ses locaux rue Sevin ?:
  • Monsieur le Maire se renseigne actuellement sur quelles sont ses obligations légales en termes de mise à disposition de locaux pour les OS et qu’il n’est pas question de faire partir les OS pour l’instant du 21 rue Sevin.

 

UNE PASSION COMMUNE….

entetement2Si ce que vous cherchez, ce sont des réponses quant à l’avenir des services, surtout dans un contexte de réorganisation sans la houlette du DGS, ou un projet politique clair, alors n’allez pas aux désormais traditionnelles rencontres entre le maire et son personnel… Ce n’est pas là que vous en aurez.

Si les organisations syndicales ont bien été reçues par le maire, vendredi dernier, elles n’ont pas appris grand chose non plus. Reprise du dialogue social, projet de relocalisation des services impactés par l’incendie et les autres étalé sur quatre ans, police municipale… Des 83 postes disparus du tableau des effectifs en 2015, pas un mot.

« Nous n’avons pas les mêmes opinions politiques, mais nous avons la même passion : Villejuif ! »

Pourquoi pas… Mais comment nous, agents de la ville, allons accueillir plus de public (70 000 habitants annoncés) avec moins de bras et moins de moyens ? Qu’est ce qu’on garde ? Qu’est ce qu’on ne garde pas ? Pas un mot là dessus, si ce ne sont de timides remerciements aux jardiniers en attente d’une seconde fleur et des excuses rapides quant à la confusion qui avait régné avant l’été sur le dossier des ATSEM

Passées sous silence, donc, les difficultés de l’été aux Affaires Générales, la fermeture d’une semaine des centres de loisirs. Tout ça, à priori, c’était juste une préparation pour augmenter le service public… En le réduisant ?

Et pour la reprise du dialogue social, la réunion qui était prévue cet après midi avec l’adjointe en charge du personnel (précisons qu’elle était prévue depuis le mois de Juillet) a été annulée pour cause de « manque de fond de dossier ». Dommage : cela traitait du régime indemnitaire, des négociations que nous essayons de mener depuis deux ans, déjà… Pas de fond de dossier ? C’est bien pratique pour ne pas progresser sur un tel dossier…

Reprendre le dialogue social ? On ne demande que ça. Mais nous commençons à avoir le sentiment que quelqu’un se moque un peu de nous…