MENACES DE PUNITION COLLECTIVE POUR REFUS DE DÉLATION…

Scandale en mairie de Villejuif…

Non seulement les voitures de la police municipale ont été incendiées, mais en plus une photo des malheureuses calcinées a été prise ! Fort heureusement, la HAUTE Administration – qui n’avait sans doute rien d’autre à faire – a immédiatement lancé une enquête pour… découvrir d’où avait été  prise ladite photo et trouver son auteur…

Et comme un excès d’autoritarisme n’arrive jamais seul, il y a désormais menace de sanction de l’audacieux photographe voire de punition collective pour qui ne le dénoncerait pas !

Punition collective… Pour refus de délation… Le  ridicule ne tue pas !

Les agents de Villejuif ont pourtant eu dès 2015 l’exemple de certains élus qui avaient pris pour habitude de prendre les grévistes en photo depuis le troisième étage de la mairie pendant le mouvement dit de « la pénurie de papier toilette »… Cela ne posait aucun problème de prendre une photo depuis une fenêtre de la mairie si c’était de l’étage de la direction générale… Bon en même temps c’était pour intimider ceux qui voulaient manifester…

Manifester son mécontentement devant la maltraitance et la désorganisation  des services, mais quelle horreur : « N’est-ce pas interdit, très cher ? Mais quels sont ces gueux ? Non mais, franchement, on leur tend la main à baiser comme l’impose l’étiquette et ils vous arracheraient le bras ! »

Revenons au jour d’aujourd’hui…

Sanction… Pardon : Sanction collective pour une photo – que n’importe qui aurait pu prendre ce matin là et pas seulement les pauvres agents du ou des bureaux d’où aurait été  commis le délit de photographie. Non mais allo quoi !

Abasourdie par ce déchaînement inqualifiable, la CGT des territoriaux de Villejuif propose à tous les agents de la ville en possession d’un téléphone portable, de se dénoncer comme l’auteur de la photo afin de partager, avec  leurs collègues du service qui ont vue sur la cour où se trouvaient les voitures incendiées, la « sanction collective » si jamais il y en a une.

En même temps, il est fort douteux qu’une commission disciplinaire puisse qualifier le fait d’avoir pris une photo d’un véhicule calciné, fut-ce depuis la fenêtre d’un bureau, de faute. Nous sommes en effet au XXIème siècle, et chacun se déplace désormais avec les moyens de prendre une photo et de la diffuser sur les réseaux sociaux. Le fait de dénoncer la violence et la destruction de l’outil de travail dont ont été victimes nos collègues de la police municipale en publiant cette photo ou en la diffusant à ses proches n’est en rien une entorse au statut ou à l’obligation de réserve – qui concerne avant tout nos missions propres.

Et personne n’a reçu d’instruction lui interdisant de prendre des photos. Il n’y a rien qui l’interdit.

Nous sommes solidaires de nos collègues policiers municipaux. Nous sommes solidaires les uns des autres ! C’est tous les agents de la ville qui ont été victimes de cet incendie volontaire ! Et si quelqu’un a transmis cette photo, c’est certainement qu’il était choqué de voir l’outil de travail de ses collègues réduit en cendres… Mérite t’il une punition ? Doit-il être pointé du doigt ?

Nous sommes solidaires des services ou des collègues sur lesquels s’abattrait la foudre pour une photographie envoyée à son réseau !

Nous invitons chacun à dire « Si Sanction collective il y a, je veux en être, car j’aurais pu prendre la photo » en signant le courrier ci-dessous :

Je mérite moi aussi une punition collective.doc

Merci de le retourner au syndicat – soit par e-mail – soit en l’imprimant et en le déposant au 21 rue Sévin, ou en le faisant passer à un syndiqué… Quand nous en aurons suffisamment nous ferons un envoi groupé à la direction générale des services.

 

 

 

LETTRE OUVERTE AU 17 CONSEILLERS MUNICIPAUX ET A NOTRE EMPLOYEUR

Monsieur le maire,

Mesdames et messieurs les Conseillers Municipaux,

 Par le biais d’un communiqué de presse diffusé à partir du 8 mai 2016, dix sept conseillers municipaux Villejuifois ont adopté une posture diffamante et agressive vis-à-vis des agents territoriaux de la municipalité, et de leurs organisations syndicales.

Les accusations portées dans cet écrit sont abjectes et humiliantes.

À nos yeux, elles ne sont hélas que la suite logique du comportement général  de l’exécutif depuis vingt-quatre mois, que nous avons eu hélas à de nombreuses reprises l’occasion de dénoncer. Haine du fonctionnaire, mépris des instances de représentation, agressivité prononcée à l’égard des agents, insultes, déformation grossière des faits… 

En revanche, participer de façon efficace au dialogue social, travailler à partir de constats écrits, savoir dresser des bilans, appliquer des méthodes… De cela, il n’est pas question. Votre majorité pluricéphale ne fonctionne qu’à l’affect, et ses deux mamelles sont la détestation de l’ancienne équipe municipale et celle des fonctionnaires qui l’ont servie.

Les agents de la collectivité sont supposés servir votre politique. Pour une fois, nous allons clairement vous poser la question : quelle est-elle ? À part la police municipale et l’anticégétisme primaire, que voulez-vous construire ?

Rien. Votre objectif est clairement de démembrer le service public, de brader le patrimoine municipal et de sabrer la masse salariale. Mais l’intérêt des Villejuifois, de la totalité des Villejuifois, semble toujours passer au second plan, derrière ces considérations basses de propriétaires  qui ne cherchent qu’à alléger le montant de leur impôt foncier. 

Cessez donc de faire passer votre cupidité, votre mépris de la population et votre détestation de la chose publique pour autre chose qu’un intérêt de classe et surtout pas pour de la démocratie participative)  . « Désormais plus rien ne se décidera sans vous » affichiez-vous à la sortie des élections municipales ? Dans les services, nous voyons bien que ce n’est jamais ce qui se passe.

Le mauvais ouvrier ne trouve jamais bon outil. C’est pour cette raison que nous ne vous convenons pas. 

Dans l’attente d’orientations claires, en espérant que vous serez un jour en mesure de vous comporter effectivement de façon responsable en tant qu’employeurs, conscients donc que votre premier devoir à notre égard est de nous protéger, et en tant qu’élus municipaux de veiller à l’intérêt général des Villejuifois, nous vous informons que nous tirons toutes les conséquences de votre comportement et verrons à déposer plainte pour les propos inacceptables qu’en tant qu’élus de la république vous n’auriez jamais dû vous permettre de tenir.

Nous exigeons que des excuses soient adressées aux agents dans les meilleurs délais !

Additif du 18 Mai 2016 : Nous avons reçu une réponse des « 17 conseillers municipaux »…

Madame, Monsieur,

En réponse à la « lettre ouverte » de la CGT du 11 mai et suite à plusieurs articles parus dans la presse, nous vous adressons pour information le texte intégral de notre communiqué diffusé à la presse le 3 mai 2016.

Nous ne commenterons pas vos écrits en raison de leur caractère partial, tendancieux, illégitime et arbitraire.

 Cordialement,

Les 17 Conseillers Municipaux.

C’est pratiquement du Finkielkraut…