26 JANVIER 2016 : TOUS EN GREVE !

20160118 - TRACT MARDI 26 JANVIER 2016 p1

20160118 - TRACT MARDI 26 JANVIER 2016 p2

Depuis le temps qu’on attendait que le point d’indice soit remis en débat, c’est le moment où jamais de donner de la voix et de porter haut nos exigences, pour un service public de qualité, contre les baisses de dotation de l’état et pour une revalorisation du point d’indice qui compensera les 15% de perte de pouvoir d’achat subis depuis 2000…

Les autres territoires s’installent aussi…

20160112 - Tract 15 janvier

La métropolisation impacte toute la région parisienne ! Soyons nombreux pour manifester notre désapprobation à l’installation des territoires et porter nos revendications pour la défense du service public et du statut des fonctionnaires territoriaux !

Décidément, le calendrier de Janvier 2016 est très, très chargé…

20 NOVEMBRE : C’EST PAS ENCORE TOUT A FAIT CA

Logo CGT Territoriaux VillejuifLogo UgictRéunis en assemblée générale ce matin, les salariés de la ville de Villejuif ont entendu le compte rendu de la délégation s’étant rendue à la rencontre du maire. Celle-ci était composée de Nadia Ait-Amer Courgeau (secrétaire générale Ouvriers/Employés), Serge Millot (Secrétaire Général UGICT), Valérie Bourdais, Myriam Krid, Nathalie Boucher et Vincent Ginsburger-Vogel.

Ils ont été reçus par monsieur Le Bohellec, madame Loudière et le directeur général des services municipaux.

Les revendications portaient sur les points suivants :

  • Remplacement des Personnels – C’est en cours mais il convient de rester vigilants !
  • Respect des instances – Nous avons reçu des excuses et des engagements ont été pris !
  • Stationnement des agents – La piste du badge/carte est à l’étude et nous aurons une réponse dans la semaine ! Le chantier sur l’accès à un parking sécurisé commencera dès janvier !
  • Calendriers des groupes de travail sur les dossiers Mutuelle/Prévoyance et Régime Indemnitaire – Nous sommes censés les recevoir dans la semaine.
  • Réorganisation des services municipaux – Nous sommes censés avoir une réunion sur ce sujet dans 15 jours, puis il y aura un passage au CT (censé garantir la consultation des personnels).
  • Maintien du CASC – Il est maintenu mais la négociation de la subvention continue !
  • Mise au stage des CDD – 99% des contrats sont renouvelés à l’identique et le Comité Technique va étudier la possibilité de mettre au stage les agents dont les contrats ont été renouvelés plusieurs fois…

Nous avions déjà obtenu la garantie, en ce qui concerne la promotion et l’avancement de grade 2016, qu’une réunion serait organisée dès février 2016.

A l’heure actuelle, les réponses apportées par notre employeur doivent apparaître dans un protocole d’accord, que nous devons recevoir la semaine prochaine.

Mais les agents assemblés ce matin étaient tous d’avis qu’il valait mieux voir l’écrit que de se satisfaire de promesses ! Nous allons donc attendre de recevoir ce document et de le présenter aux agents avant de décider ou non de la poursuite du mouvement !

Avant de savoir si nous le signons ou non, nous allons donc demander aux agents municipaux ce qu’ils en pensent :

NOUVEAU DÉBRAYAGE

LE VENDREDI 27 NOVEMBRE DE 9 h A 11 h

Bourse du Travail, 16 rue Jean Jaurès

Soyons nombreux !

 

Qui plus est, les employés municipaux de la ville de Villejuif resteront vigilants et mobilisés sur les sujets du point d’indice, de la baisse des dotations de l’état et de la Métropole Grand Paris…

20151116 - Tract Point d'Indice

 

On lâche rien !

20151113 - Rassemblement v2

LES JEUDIS DE LA COLERE

 

tract

Ca fait un bout de temps qu’on le sait : ça ne pourra pas continuer comme ça.

Nous, à Villejuif, nous vivons ce mépris au quotidien et de la part de notre exécutif direct en permanence et c’est le service public qui s’en ressent. Nous l’avons déjà dit : nous ne pourrons pas continuer éternellement à faire plus avec moins !

Attaques contre nos emplois, réduction de nos moyens, gel de nos salaires, tentative de suppression du CASC

Face à nous un employeur qui nous demande plus de flexibilité, de faire confiance à notre hiérarchie, plus d’agilité

Et au national : métropolisation sauvage, réduction du budget du CNFPT

D’ores et déjà, nous avons annoncé au maire de Villejuif que tant que nos revendications ne seraient pas prises en compte, nous renoncions à tout dialogue social – fini les groupes de travail qu’il nous a imposé à son rythme et selon ses conditions – tant que nos revendications ne seraient pas entendues, tant qu’il ne ferait pas un pas en direction de ses agents, de ceux qui font le service public aux villejuifois !

Quant aux instances, le Comité Technique et le Comité d’Hygiène Sécurité et Conditions de Travail, de toutes façons elles ne peuvent pas faire leur travail dans des conditions satisfaisantes !

Nous refusons un dialogue social qui n’a pas lieu, qui ne mène à rien !

Assemblée Générale du Personnel le 5 novembre 2015

9h, Bourse du Travail

Suivi d’un débrayage de 10h à 11h

Métropole : Un semblant de démocratie ?

Logo CGT Territoriaux VillejuifPour la petite histoire, quelques conseillers municipaux ont voté hier un vœu au Conseil Municipal : ils demandaient le report d’un an du transfert des compétences des collectivités territoriales vers la métropole, le temps que soient organisées des concertations avec les citoyens et les agents territoriaux qui vont être transférés à la métropole.

Lors d’un Conseil Municipal consacré entièrement à la Métropole, à la création des territoires (et notamment à l’intégration de Villejuif au T12), la question des transferts de compétence a été largement abordée – et de grandes inquiétudes sur la continuité du service public exprimées. Le devenir des personnels par contre, personne n’en a parlé…

Ce n’était peut être pas le lieu.

On jugera de ce qu’un préfet demandant en urgence la validation de la constitution d’un territoire = à titre purement consultatif – d’un Conseil Municipal remplace efficacement (ou non) la concertation avec les citoyens, les personnels territoriaux, etc… Pour des intérêts liés au développement économique…

On nous parlera ensuite de dialogue social ?

Pff.

4947093_la-carte-des-territoires-jpeg_545x460_autocrop

T12

16 octobre : Prise de parole numéro 1

16 octobre 2

Ci dessous, le discours prononcé par Serge Millot, secrétaire général UGICT-Territoriaux de Villejuif au début du débrayage de vendredi 17.

 

Chers Camarades,

Merci pour votre présence (nombreuse). Je remercie aussi les camarades qui auraient aimé être là parmi nous, mais qui doivent assurer la continuité de leur service. Donc oui très nombreuse.

Nous avons été reçus hier par madame LOUDIÈRE sur nos revendications. Celle des avancements d’échelon, de grade et de promo et celle des remplacements des agents et conditions d’exercice de notre travail. Force est de constater que si nous n’avons pas été écoutés, nous avons été entendus. Malheureusement, cela n’a pas suffi. Il va falloir crier plus fort.

Si on nous a assuré que, pour 2015, la question des avancements de grades était réglée, les parapheurs étant arrivés le matin même – comme par hasard, mais ça ne serait pas lié – sur le bureau de Madame LOUDIÈRE, nous sommes dans l’attente d’écrits et d’éléments concrets pour 2016. Des engagements ont été pris, mais nous attendons de les voir se concrétiser. Il est envisagé d’organiser une réunion de travail entre l’exécutif, l’administration et nous au mois de février et après l’évaluation.

La question du manque de moyens dans les services est le second point que nous avons abordé. J’ai la joie de vous annoncer que selon notre employeur, tout roule. Il y a bien eu des ratés, qu’on peut mettre sur le dos de la mise en place de la nouvelle équipe de l’exécutif, mais tout serait réglé…

Sauf que nous savons bien que ce n’est pas le cas.

Pire, nous avons entendu des insinuations quant à la cause de la pénurie. Des enquêtes seraient en cours. Nous serons vigilants.

Le discours se voulait rassurant. Au moins en matière de fournitures, nous devrions constater rapidement des progrès dans les écoles.

On nous a annoncé que 99% des contractuels étaient reconduits pour 2016.

Mais nous restons en attente d’écrits, car les paroles s’envolent. Ce que nous avons obtenu, quoi qu’ils en disent grâce à notre mobilisation, n’est pas suffisant.

Il nous a été demandé d’attendre…

Et le problème des effectifs, des non remplacés, demeure.

Nous voici donc face à deux alternatives.

La première, considérer que nous n’obtiendrons pas mieux et que nous pouvons continuer comme ça. Nous savons bien qu’aucun d’entre nous ne saura s’en satisfaire.

La seconde, c’est de continuer notre mouvement et de l’amplifier, car si nous n’augmentons pas la pression, le maire continuera de faire la sourde oreille et de tenter de nous diviser.

Et puis il y a la question des finances, car on nous l’a rappelé, le contexte. Baisse de dotation de l’état, et arrivée de la métropole qui va venir vider les caisses des communes.

Face à cela nous ne devrons pas rester seuls dans la lutte.

La CGT départementale montera prochainement des actions dans ce sens, qui seront relayées par les sections de chaque Communes. Ce sont des rendez-vous auxquels il faudra être présent.

Car ce sont nos emplois qui sont en question. Et au-delà, le service public, qui nous tient à cœur à tous.

Si notre employeur nous met la pression aujourd’hui c’est à cause de ces décisions, prises à des niveaux qui nous échappent à tous, dans un vrai déni de démocratie.

Car enfin, qui a été consulté quant à la création d’une Métropole ? Nous ? Les habitants ? Non. Personne.

Nous, vos représentants, nous faisons fort de porter votre parole. Mais nous ne pouvons travailler qu’avec vous, rien ne pourra se faire sinon tous ensemble. Informer la population du risque qu’elle encourt de perdre ces services, nous ne pouvons pas le faire sans vous.

Aussi nous vous proposons une nouvelle assemblée générale le 5 novembre afin de décider des suites à donner et cela doit aussi leur donner le temps de nous proposer des réponses.

D’ici là, nous vous exhortons, comme le maire lui-même nous y a invité l’an passé, à dire « non ».

Quand on vous demande quelque chose que vous ne pouvez pas faire, dîtes simplement « non ».

Encore une fois, nous sommes des agents du service public. Nous sommes des professionnels, et nous ne laisserons personne remettre nos capacités et notre motivation en question. Si nos missions ne sont pas remplies, c’est parce qu’on ne nous en donne plus les moyens.

Puisqu’on ne nous donne pas d’éléments de réponse, continuons de poser les questions et faisons entendre notre souffrance au travail !

Dédain social…

Logo UgictLogo CGT Territoriaux VillejuifJeudi soir dernier, sur la page Facebook de notre employeur, nous pouvions lire ceci :

 

FB Maire 2

Nous nous félicitons absolument de ce que monsieur le maire a fini par entendre les demandes que nous formulons depuis mai 2014 sans la moindre avancée, et dont le seul résultat a effectivement été : un calendrier de travail envoyé par mail la veille de la rencontre avec le personnel (le 30 septembre 2015). Mieux vaut tard que jamais.

Au vu de la façon dont s’est passée la réunion de vendredi 9 octobre nous espérons sincèrement que monsieur Le Bohellec se penchera sur le sens des mots « concertation avec les acteurs concernés » qu’il emploie. Pour l’instant il ne nous semble pas que nous partagions la définition du mot concertation.

En effet,  cette réponse démontre un certain dédain à l’encontre des 300 agents qui se sont rassemblés jeudi 8 octobre devant la mairie pour crier leur ras-le-bol de la dégradation quotidienne de leurs conditions de travail. Les mêmes qui avaient voté le jeudi 1er octobre ce rassemblement… Les gardiens d’école, les agents d’animations enfance et jeunesse, les contractuels qui ne savent pas ce qu’ils deviendront en 2016…  Et que répond notre employeur : « j’ai mis en place des groupes de travail !! » Ceux là ne sont pas concernés par ce calendrier de travail… Mais eux, l’employeur ne leur répond pas.

Dont acte. Néanmoins pour votre information, Monsieur le Maire, un débrayage est censé ouvrir des négociations pour dialoguer avec les organisations syndicales afin d’entendre les revendications du personnel et apporter des réponses. Garantir un minimum en matière de condition de travail du personnel ne semble pas être votre priorité, par contre obtenir la liste des noms de tous les grévistes, c’en est une apparemment… En quoi elle servira un service public de qualité, nous ne le savons pas.

Serait-ce une menace ?

PROCHAIN RASSEMBLEMENT : Débrayage le Vendredi 16 Octobre, de 9 h à 11h devant la mairie.

 

pour-toutes-les-droites-definitivement-ce-qui-predomine-c-est-la-haine-des-fonctionnaires_5124182-M

 

De réunions creuses en moments festifs…

Logo CGT Territoriaux VillejuifLogo UgictPour rassurer tout de suite nos lecteurs, à Villejuif, le changement de ton de notre employeur se passe dans la continuité…

Après avoir envoyé un e-mail à l’organisation syndicale hier soir, le premier depuis son investiture,  le premier magistrat s’est contenté d’une brève apparition au début de la réunion sur le Régime Indemnitaire des agents ce matin. Il était ensuite représenté par madame Loudière, chargée des questions de ressources humaines. On pourrait vous dire que nous n’avons pas appris grand chose, on vous dira surtout qu’il n’y avait pas grand chose à apprendre : pas d’enveloppe prévue et un discours assez peu clair où il est question de répartition des primes (prendre à ceux qui toucheraient plus pour donner à ceux qui toucheraient moins ?), pas d’augmentation du budget RH. Donc, pour que tout le monde ait sa prime, il faudra soit licencier sans réembaucher derrière, soit supprimer les primes des uns au profit des autres… Nous nous sommes positionnés : Un système équitable et qui apporte un mieux pour tous les agents. Mais il faut des sous, pour ça. Et sur cette question, encore une fois, nous repartons sur un « il faut que je me retourne vers le maire » que nous finissons par prendre comme un « non ».

BB CGTNous avons également reparlé de la souffrance des agents et de revendications telles que la mutuelle ou les parkings, sans noter de sursaut dans le tracé de l’EEG à ce moment là : aucune réaction… Apparemment, les revendications des agents ne suscitent guère d’intérêt…

Ensuite, nous nous sommes retrouvés à plusieurs pour aller interroger nos collègues du service « Entretien des Espaces Extérieurs » sur leurs conditions de travail lors du barbecue organisé par monsieur le maire à leur endroit. Nous l’ignorions, mais c’était à l’occasion de l’arrivée d’une machine neuve. Toujours est il que tout le monde était là à midi, sauf monsieur le maire, retenu par une inauguration jusqu’à 12 h 45… Nous espérons simplement que les agents n’auront pas eu à reprendre le travail à 13h15 comme à l’accoutumée. L’exactitude est bien la politesse des rois, pas des maires, et le personnel mérite sans doute d’attendre que le patron daigne arriver pour enfin passer à table après une matinée passée à nettoyer les rues…

Donc en l’état actuel des choses nous vous confirmons le débrayage de vendredi 16 octobre, de neuf heure à onze heure devant la mairie, auquel nous inviterons les citoyens à nous rejoindre pour la défense du service public.

Parce que question dialogue social on trouve que ça donnerait plutôt…

Tournesol RI

APRES NOTRE ASSEMBLEE GENERALE…

Logo UgictLogo CGT Territoriaux VillejuifUne bien belle assemblée générale du personnel, ce matin, avec au moins 150 agents dans la Bourse du Travail, et plus encore qui nous avaient annoncé que bien que ne pouvant se joindre à nous, ils attendaient avec impatience un retour de ce qui se serait dit.

En dehors de la présence en début de séance de monsieur Vidal, adjoint aux finances à qui nous avons dû demander de quitter la salle afin de nous assurer que les agents municipaux pourraient bien s’exprimer sans crainte, pas d’incident. Au passage, nous tenons à rassurer monsieur Vidal : nous lui proposerons très prochainement de le rencontrer, car nous ne refusons nullement le dialogue avec la tendance politique qu’il représente au sein de la majorité municipale. Simplement, aujourd’hui n’était pas le lieu : aujourd’hui c’était une assemblée générale d’une heure, pour le personnel municipal mais pas pour l’exécutif…

A part cela, dès son départ, la parole a été unanime : Chacun fait remonter l’extrême souffrance ressentie dans les services en raison des conditions de travail, des coups de sabre dans les budgets de fonctionnement, du mauvais approvisionnement en fournitures, des difficultés que rencontrent les agents pour remplir leurs missions, alors qu’ils sont les premiers exposés aux usagers mécontents.

Le service entretien des écoles, notamment, tourne avec des effectifs réduits à peau de chagrin.

Et le tout dans un climat de réorganisation qui n’en finit pas de se faire sans consultation des agents, et dans une défiance à notre égard qui n’est plus tolérable.

Beaucoup d’entre nous avons consacré une longue carrière au service public. Certains, sans verser dans le mélo, y ont usé leur santé. Et nous sommes aujourd’hui traités comme si nous étions incompétents, voire obsolètes (comme en témoigne la récente rencontre avec monsieur le maire)…

Pourtant, la fonction publique territoriale de Villejuif, celle qui fait tourner les services municipaux, c’est nous. Et on ne pourra pas faire sans nous. Nous sommes conscients que notre travail est perfectible puisque c’est nous qui demandons depuis des années une réorganisation des services.

Alors pourquoi celle-ci se fait-elle sans consultation ? Pourquoi certains sont ils mis à l’écart ? Pourquoi nous demande-t-on toujours plus avec toujours moins ? Pourquoi n’obtient-on aucune réponse sur nos déroulements de carrière ? Pourquoi ceux qui réussissent un examen professionnel ne sont ils pas nommés ? Pourquoi le tableau des effectifs ne nous a-t-il pas été communiqué dans le cadre du Comité Technique ? Pourquoi les contractuels ne savent-ils pas ce qui leur arrivera à l’issue de leur contrat ? Comment rester opérationnels dans ces conditions ?

Comme si les attaques contre les fonctionnaires de la part des gouvernements successifs ne suffisaient pas, comme si le gel du point d’indice n’était pas suffisamment démotivant, comme si le fait qu’hier encore le premier ministre décide d’opérer un déni de démocratie pour faire passer une réforme de notre statut en force, comme si les attaques contre les trente-cinq heures n’étaient pas constantes, comme si l’austérité ne nous touchait pas assez durement… Comme si l’arrivée de la Métropole Grand Paris n’était pas assez anxiogène ? Il faut encore qu’à Villejuif notre maire mette des mois à constituer les instances de consultation du personnel, CT et CHSCT, et que les négociations qu’il annonce pratiquement depuis l’installation de son équipe soient toujours repoussées aux calendes, alors même que nos conditions de travail, notre moral, notre motivation s’érodent chaque jour un peu plus ?

Personne ne pourra continuer comme ça.

Et que les choses soient bien claires : nous sommes prêts à une réorganisation des services. Nous sommes toujours d’accord pour faire évoluer nos métiers au service du public. Mais pour être la troisième roue du carrosse et nous retrouver corvéables à merci, livrés à la vindicte, vilipendés sur les réseaux sociaux, sûrement pas ! Nous avons souhaité depuis le début être partie prenante de l’organisation de notre travail, et nous avons systématiquement été renvoyés à nos goals…

Le temps est venu de nous faire entendre.

Tract 8 octobre 2015 Villejuif