SERIONS NOUS PRIS POUR DES CLOCHES ? TOUS ENSEMBLE LE 19 AVRIL

Le maire a entamé une tournée des services pour redorer son blason auprès des agents territoriaux de Villejuif, cela sent la campagne électorale pour les élections de 2020. Après les viennoiseries, le temps est venu de passer aux chocolats de Pâques, un très bon antidépresseur, et nous avons toutes les raisons d’être déprimés :

  • La mise en place d’un RIFSEEP inégalitaire
  • Le gel de nos déroulés de carrière.
  • Un clientélisme des promotions et avancement de grade.
  • Un déni de démocratie sociale des instances paritaires (Comité technique et Comité Hygiène Sécurité et Condition de Travail).
  • Le non remplacement des départs : effectifs restreints dans les services.
  • Entrave aux libertés syndicales (menace en cas de grève, refus aux agents d’être accompagné par un représentant syndical…).
  • La diminution des budgets de fonctionnement depuis 3 ans.
  • Tentative de supprimer l’accès gratuit au parking du personnel sans concertation.

Et cerise « amère » sur le gâteau, un management de la terreur en sanctionnant les agents pour tout et n’importe quoi. Les chocolats ne suffiront pas, M. Le maire, à restaurer la confiance des agents ni leur bien-être au travail.

Cette dégradation des conditions de travail doit cesser immédiatement.

Les agents de cette ville méritent respect et estime.

Au niveau national, depuis moins d’un an, les réformes ultralibérales s’amplifient en France. Après les lois Macron pris par ordonnance, les réformes de l’assurance chômage et de la Formation, viennent les attaques contre les statuts (gel du point d’indice, journée de carence, suppression de 120 000 postes …).

Le gouvernement lance le chantier, le lundi 9/04, sur du dialogue social dans le cadre de la « refonte du contrat social » avec les agents publics (fusion des CT et CHSCT) sans les syndicats CGT, FO, CFDT, CFE-CGC, CFTC, UNSA, Solidaires et FA-FP, après qu’ils aient tous quittés la table des négociations le 4 avril dernier.

La CGT vous invite à renforcer la forte mobilisation unitaire en cours pour construire un rapport de force favorable au monde du travail et mettre un terme à ces politiques.

Le 19 avril disons stop à cette politique et agissons pour des solutions de progrès social.

  • Augmentation des salaires, pensions et minima sociaux.
  • Obtention de droits collectifs de haut niveau prévus dans des conventions collectives ou des statuts.
  • Développement de l’emploi de qualité.
  • Développement d’une industrie propre et créatrice d’emplois, de services publics qui répondent aux besoins des populations

Le 19 avril tous ensemble ;  imposons une société plus juste et solidaire.

 

Jeudi 19 avril 2018

Tous en grève et en manifestation : Montparnasse à 14h00.

Départ collectif du Local Syndical 21 rue Sévin à 13h30

Nul ne peut vous empêcher de vous mettre en grève ! (Cliquez pour consulter vos droits)

 

20180306 – tract 19 avril 20180306 – tract 19 avril

POUR STOPPER LA REGRESSION SOCIALE : TOUS ET TOUTES DANS L’ACTION

Depuis moins d’un an, les réformes ultralibérales s’amplifient en France. Après les lois Macron, les réformes de l’assurance chômage et de la formation, la réforme du Bac instituant une sélection à l’entrée à l’université, les négociations sur le statut des cadres …

Le Gouvernement et sa majorité parlementaire s’enferment dans une remise en cause profonde de notre modèle de société. Leurs but est d’instaurer par la force une société toujours plus injuste, toujours plus inégalitaire parce qu’uniquement tournée vers l’enrichissement des plus riches, vers la satisfaction du grand Patronat et du Medef !

Salariés, privés d’emploi, retraités, jeunes sont constamment mis en opposition, traités avec un mépris sans précédent ! Non les retraités ne sont pas des nantis, les fonctionnaires des privilégiés, les personnes mises au chômage des assistés ! Ce calcul politicien d’opposer les uns et les autres est utilisé pour ne pas parler du fond : la nécessité d’une répartition des richesses créées par le travail aux travailleurs et non dans l’évasion fiscale ou les dividendes des actionnaires du CAC 40 ! (56 milliards en 2016).

Ces dernières semaines dans de nombreuses entreprises, des actions avec des grèves et manifestations unitaires ont été organisées.

Les retraités et les salariés des EHPAD étaient mobilisés dans l’unité le 15 mars dernier. Ils étaient des milliers dans les rues. Les uns aspirent à juste titre à vivre avec des niveaux de pensions et les autres à travailler dans des conditions de travail décentes pour le confort des personnes âgées.

Le 22 mars les salariés de la Fonction Publique, les cheminots, ceux du privé et du public étaient en arrêt de travail et en manifestation dans tout le pays.

Le 30 mars, les salariés de chez Carrefour se sont mobilisés contre le démantèlement du Groupe CARREFOUR orchestré pour répondre aux seules exigences de rentabilité des principaux actionnaires.

Depuis le 3 avril, une mobilisation massive des cheminots est engagée.

Et les mouvements d’Air France, d’Aéroport de Paris, du nettoiement public et privé continuent dans toute la France ! Sans parler des facs bloquées !

Toutes ces actions montrent que les salariés, les retraités, les jeunes ne s’en laissent pas conter.
Ils exigent à la fois une autre action politique du Gouvernement et que le patronat réponde à leurs revendications dans les entreprises.

Sur les lieux de travail, il s’agit de se réunir pour décider des formes d’actions à prendre pour participer à la manifestation Parisienne. Mais aussi d’interpeller le patronat à partir des revendications propre à votre entreprise.

La CGT appelle les salariés du privé et du public, la jeunesse et les retraités à participer massivement à la journée d’actions, de grève et de manifestations le 19 avril prochain.

Le 19 avril disons stop à cette politique ! Agissons pour
des solutions de progrès social !

• L’augmentation des salaires, des pensions et des minima sociaux.
• Le développement de l’emploi de qualité.
• L’obtention de droits collectifs de haut niveau prévus dans des conventions collectives ou des statuts.
• Le développement d’une industrie propre et créatrice d’emplois, de services publics qui répondent aux besoins des populations.

La CGT vous invite à rejoindre la forte mobilisation unitaire en cours pour construire un rapport de force favorable au monde du travail et mettre un terme à ces politiques de destruction sociale.

Pour être plus fort, il faut être plus nombreux !

Le 19 avril , tous ensemble !
Faisons converger les luttes !

Tous en grève et à la manifestation – 14h00 –
Montparnasse – Invalides

Pour stopper la régression sociale : Toutes et tous dans l’action !

 

Pour soutenir les grèvistes : http://cgt.fr/Soutenez-les-grevistes.html?

Pour imprimer et distribuer ce tract : 20180306 – tract 19 avril

 

 

Action de la CGT94 à Rungis pour en finir avec le gouvernement du MEDEF !

Le jeudi 29 mars au matin, une soixantaine de militant·e·s de la CGT du Val-de-Marne ont envahi le siège du MEDEF à Rungis. Par cette action, à laquelle se greffe la coupure de courant dans les locaux du syndicat des patrons, nous avons souhaité dénoncer la politique gouvernementale d’asservissement aux intérêts du patronat. Celle-ci s’inscrit dans un climat social et revendicatif important, dans la continuité des journées de mobilisations du 15 et 22 mars et s’inscrit dans la perspective de celles des 3 et 19 avril prochain.

Les ordonnances contre le Code du travail, contre la SNCF et les cheminots, la stigmatisation des privé·e·s d’emploi ou l’attaque contre le statut de la fonction publique : tout ceci est le programme du MEDEF depuis plus de 20 ans !

Le gouvernement tente de diviser les salarié·e·s en faisant croire que chaque travailleur·euse est privilégié·e par rapport à son/sa voisin·e. Pendant ce temps-là, il espère dissimuler le fait qu’il dorlote les vrai·e·s privilégié·e·s. Nous connaissons, mesurons et dénonçons la responsabilité écrasante du MEDEF dans la conduite des politiques économiques et sociales du pays. Notre action veut donc mettre la lumière sur cette stratégie de diversion et sur le rôle du patronat.

Mais plutôt que de nous rencontrer et de d’écouter nos revendications, le MEDEF a préféré adopter une démarche de fermeture du dialogue, et de fuite face à l’expression du mécontentement et des revendications qui jalonnent nos entreprises.

Après avoir occupé le hall d’entrée du bâtiment, la matinée s’est poursuivie par une manifestation dans les allées du MIN de Rungis et s’est clôturée par un rassemblement devant l’entreprise DELIFRESH aux côtés des salarié-e-s en grève depuis le 5 mars pour l’obtention d’un 13e mois et la fin de la quadrimestrialisation du paiement des heures supplémentaires.

Créteil, le 29 mars 2018

PUISSANTE MOBILISATION LE 22 MARS

Salut à tous et bravo pour un 22 mars de lutte et de reconquête. Les journées d’action vont continuer, et cela signifie, si nous voulons défendre nos retraites, notre sécu, nos salaires, nos statuts que nous devons nous mettre en condition de faire des journées de grève. Potentiellement plusieurs d’affilée !

Au local, au national, les attaques pleuvent : à Villejuif, on nous supprime le parking de la rue René Hamon du jour au lendemain, sans préavis, sans concertation – à moins qu’on ne considère qu’un questionnaire qui n’a pas obtenu 20% de réponses soit une vraie concertation – sans recours possible. Et qu’arrivera t’il avec le passage au CIA ? Dans de nombreuses villes, le RIFSEEP est appliqué avec une augmentation des primes grâce à l’IFSE et sans recours au CIA. On nous dit en permanence : « On ne peut pas recruter à Villejuif. » Est-ce que le moyen de le faire, c’est de nous faire payer notre propre stationnement et de faire en sorte que nos primes soient soumises à une évaluation injuste, le tout dans une ambiance de chasse au sorcière où on nous rappelle notre « devoir d’obéissance », toutes les cinq minutes ? Soyons sérieux. Trop de collègues en sont tombés malades. Si nous voulons que les Villejuifois continuent de bénéficier d’un service public de qualité, si nous voulons continuer à travailler dans des conditions acceptables, il faudra en passer par la reprise d’un dialogue avec le maire, qui n’arrivera que si il entend que nous ne sommes pas satisfaits. Et que nous demandons simplement le respect qui nous est dû en tant que travailleurs, en tant que citoyens. Pourquoi le lieu de travail serait-il l’endroit où s’arrêtent nos droits ?

Et au national, le Point d’Indice est gelé, la journée de carence est rétablie, la CSG a augmenté… Les médias décrivent les fonctionnaires comme des privilégiés, comme la cause de la dette de la France – alors même que l’évasion fiscale galope et que les bénéfices des entreprises du CAC quarante sont en constante augmentation. Les inégalités se creusent, entre les hauts et les bas salaires, entre les hommes et les femmes… On nous prend pour des billes. On nous oppose. On nous divise. Pour mieux achever notre statut et en finir avec le service public, pour transformer les administrations en gestionnaires de prestataires… Mais quid de nos savoirs-faire ? De l’égalité à l’accès au service public ? Peut-on laisser notre république se financiariser ?

Il n’y a pas d’alternative ? C’est le refrain des présidents de la république, qui l’ont piqué à Margaret Thatcher. Il y a toujours des alternatives. L’histoire n’est jamais écrite d’avance. C’est à nous de prendre nos responsabilités aujourd’hui et de l’écrire maintenant, ensemble.

Rien n’est écrit d’avance !

Alors mettons nous en condition de remporter cette lutte : mobilisons nous !

 

G COMME GREVE !

De nombreux collègues nous posant ces questions à chaque mouvement, un petit rappel de nos droits…

RENDEZ VOUS A TOUS LE 22 MARS A BERCY POUR LA MANIFESTATION !

Et à toutes les autres manifestations que nous jugerons utiles d’organiser par la suite :

 

JEUDI 16 NOVEMBRE : PUBLIC – PRIVE MÊMES ENJEUX, MÊME COMBAT

14h00 PLACE DE LA REPUBLIQUE

 

Rendez-vous au local syndical

21 rue sevin à 12h00

pour un déjeuner ensemble

 et un départ collectif à 13h00

16 NOVEMBRE : TOUS ENSEMBLE !

En conséquence de l’appel à une grande journée de mobilisation le 16 novembre, nous déposerons un préavis de grève pour la journée.

D’ores et déjà, rendez-vous à midi, le 16 novembre au local syndical, pour un départ groupé vers la manifestation à 13h.

Le seul moyen d’y être le plus nombreux possible, c’est d’y aller tous !