CLICHES INTERDITS : BEAUCOUP DE BRUIT POUR RIEN ?

Il y a quelques jours, les véhicules de la Police Municipale ont été incendiés. Dans la foulée de cet acte criminel, d’une gravité indiscutable, la direction générale des services a lancé une enquête administrative pour déterminer quel agent serait à l’origine d’un cliché pris depuis une fenêtre de la mairie, représentant les véhicules en question.

Dans ce cadre – ou plutôt en dehors de tout cadre – certains agents ont été interrogés, intimidés, menacés, rappelés à leur devoir de réserve, à leur devoir d’obéissance… Le tout sous le coup d’un ultimatum : « Si vous ne dîtes pas qui a pris cette photo, vous serez puni.e.s. »

Ce weekend, pirouette, cacahuète, avec toute l’agilité dont il a sur faire preuve jusqu’ici et un goût certain pour la dramaturgie, un ancien élu chargé des finances avoue :

La CGT des Territoriaux de Villejuif exige que des excuses soient faites aux agents qui ont été interrogés et inquiétés, voire menacés de sanctions dans le cadre de cette affaire… lamentable !

 

PREAVIS DE GREVE POUR LE MOIS DE FEVRIER

A Villejuif, au mois de Janvier, les ATSEM, les Agents d’Entretien des Ecoles, les Animateurs des Accueils de Loisirs se sont mis en grève pour protester contre la précarisation de la fonction publique, l’inégalité de traitement, et les réorganisations sauvages qui altèrent les conditions de travail en dehors de tout dialogue social !

Les réorganisations sauvages continuent ? Nos missions sont transférées au privé ? La durée des CDD diminue ? Toujours pas de transparence pour le RIFSEEP ?

 

Une seule réponse possible :

ET TOUS ENSEMBLE LE 5 FEVRIER !

ASSEMBLEE GENERALE DES TERRITORIAUX DE LA MAIRIE DE VILLEJUIF

A la soirée des vœux au personnel, Le Maire nous présenté 2019 comme l’année du bien-être au travail. Ce sont de jolis mots, mais ils sonnent faux. Ce n’est pas en nous offrant plus de précarité et de mobilité qu’on nous fera sentir mieux !

 

Comment peut-on croire un seul mot de notre employeur ?

  • Quand il permet une réorganisation à marche forcée sans discussion, sans concertation, sans construction collective et sans passage au CT. Les agents se voient dépossédés de leur outil de travail, de leurs missions, jugés par un cadre présent sur le pôle depuis 2 mois comme inefficaces et incompétents.

 

Comment peut-on croire un seul mot de notre employeur ?

  • Quand des agents sont laissés à l’abandon par la DRH, placés en Maladie Ordinaire d’office alors qu’ils  sont en position statutaire de reclassement et qu’on leur annonce qu’ils ne peuvent pas être sur des postes vacants permanent parce que l’on préfère embaucher à l’extérieur.

 

Comment peut-on croire un seul mot de notre employeur ?

  • Quand une majorité de CDD d’un an sont reconduit sur des durées plus courtes de 3 à 6 mois plongeant ainsi des agents de grande qualité professionnelle dans la précarité.

 

Comment peut-on croire un seul mot de notre employeur ?

  • Quand on ne connaît pas les critères d’attribution de l’IFSE (part de notre régime indemnitaire), et ne parle on pas des critères d’attribution du CIA ou des services entiers on reçu comme consigne de donner des avis défavorable à tous les agents. Est-ce pour permettre aux gros salaires de la ville de s’enrichir encore plus ? Est-ce pour les remercier de maltraiter les agents et les cadres de leurs directions ?

 

Venez nombreux construisons ensemble du devenir de nos emplois à la Mairie de Villejuif.

 

Si nous voulons être respectés nous devons l’imposer coûte que coûte.

 

Assemblée Générale du personnel

le jeudi 31 janvier de 10h à 12h ou de 14hà16h

au local syndical rue Sévin.

 

 

Version imprimable : 20190122 – Tract AG de Janvier

 

INCENDIE CRIMINEL A LA MAIRIE DE VILLEJUIF

La nuit passée, selon le Parisien, un ou plusieurs individus sont entrés dans l’enceinte de la mairie de Villejuif et ont mis le feu à un véhicule de la police municipale. L’incendie s’est rapidement propagé à trois autres véhicules, stationnés à proximité du premier.

La CGT des Territoriaux de Villejuif dénonce avec fermeté cet acte inacceptable, qui constitue avant tout une atteinte à l’outil de travail des agents territoriaux au service de la population.

L’incendie aurait tout aussi bien pu s’étendre aux bâtiments voisins, dont le poste de police et l’imprimerie, mitoyens d’habitations, ou à l’extension mairie.

De tels actes sont inexcusables, et nuisent autant à l’image de notre ville qu’au moral des personnels qui rendent chaque jour le service public.

Nous émettons le souhait que ces agissements cessent et assurons de notre solidarité les collègues impactés par ceux-ci.

LETTRE OUVERTE A MONSIEUR LE MAIRE DE VILLEJUIF

Monsieur le maire,

 

L’année 2019 est l’année du renouveau des instances de représentation du personnel. Après des élections professionnelles dont la CGT sort première organisation syndicale avec 76,6% des suffrages exprimés, nous avons pour ces 4 ans la lourde tâche de vous faire entendre les intérêts des agents de la collectivité.

Pour ce faire, nous devons, vous et nous, entretenir un dialogue social à la hauteur des besoins des agents de la ville et qui permette la mise en œuvre d’un service public répondant toujours mieux aux villejuifois.

Ce dialogue social ne peut exister si vous n’accordez pas les moyens aux représentants élus que nous sommes de rencontrer les agents qui œuvrent au quotidien pour le service public, de travailler avec notre administration les dossiers qui passent en Comité technique et si vous ne répondez jamais à nos sollicitations. Le projet de règlement intérieur que vous nous avez remis ne permettra pas d’atteindre cet objectif. Il trahit une volonté manifeste de museler la parole des agents. Vous ne pouvez tenir à l’écart les agents de cette ville alors que vous affirmez à ces mêmes agents que vous souhaitez une gestion du personnel bienveillante ou que 2019 sera l’année du bien-être au travail.

Où est la bienveillance quand sont mises en place des réorganisations de service sans concertation, mettant les agents aux pieds du mur ? Où est le bien-être au travail quand l’avenir est incertain, et que le sentiment d’injustice et d’aléatoire va croissant ?

Ces changements, si nécessaires soient-ils, sont annoncés comme des impératifs ne répondant à aucune nécessité de transparence ni de concertation, dans le mépris des procédures légales imposées par notre statut.

Nous sommes profondément attachés à la démocratie qui doit s’exercer au sein de notre collectivité, comme partout dans la société française. Associer à part égale chaque agent dans l’expression et l’analyse des évolutions des missions de nos services en vue d’offrir à la population un service public de qualité dans le respect des conditions de travail de chacun : tel doit être votre choix en matière de gestion du personnel. D’autant plus si vous souhaitez que chacun se sente bien dans son travail. Être acteur de l’organisation de son propre travail, est un facteur non négligeable des enjeux que vous avez annoncé vouloir atteindre lors de vos vœux aux personnels.

Jusqu’à présent les agents de cette ville, et nous-même élus du personnel sommes le plus fréquemment exclus de toutes les réflexions de réorganisation des services de la collectivité. Vous avez supprimé toute forme de consultation et/ou d’implication ce qui annihile toute réflexion collective.

Seul un petit groupe de personnes que vous avez choisi réfléchit et impose son analyse sans se soucier de la viabilité de son projet. Cette oligarchie que vous avez installée au mépris du plus grand nombre œuvre à son gré, comme si nous, les agents, qui sommes l’ossature de ce service public, n’étions pas capables d’apporter notre savoir-faire, notre expérience, notre réflexion. Cette forme de gestion, qu’on pourrait apparenter à une forme de totalitarisme, ne génère pas un ressenti de bienveillance et ne produit aucun bien-être.

Dans de nombreux secteurs de la collectivité, les agents viennent nous trouver pour s’en plaindre. C’est ce qui nous a poussés, entre autres facteurs, à émettre un préavis de grève pour le mois de Janvier. Encore une fois, en aucun cas nous ne sommes sollicités par des agents disant s’opposer à une réorganisation. Ils souhaitent simplement que leur parole, leur expérience, leurs savoirs faire et leur bon sens de gens de terrain soient pris en compte afin de pouvoir s’acquitter aux mieux du service au Villejuifois, et de permettre à votre politique d’être la plus efficace possible.

Monsieur le Maire, nous émettons le vœu pour cette nouvelle année que vous respectiez les agents de cette ville en prenant le temps de les écouter, de les impliquer, de les concerter et qu’ensemble nous puissions offrir un service public répondant aux besoins de nos concitoyens.

Nous prenons, pour notre part, la résolution d’être acteurs de tout changement qui améliorera le quotidien des agents et leur permettra de ressentir un bien-être au travail.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le maire, l’assurance de notre considération.

 

LES BONS VOEUX DU DIALOGUE SOCIAL

Au fait on vous a pas dit : en 2019, à moins d’une victoire majeure des gilets jaunes, ça va être pareil qu’en 2018 niveau dialogue social et prise en compte de la parole qui monte du bas vers le haut. Le haut, comme l’a démontré le président lors de ses voeux aux français, n’est pas très croc de la parole du bas. Et c’est pareil à la mairie de Villejuif…

Nous, on a eu la chance de rencontrer notre employeur peu de temps avant les congés de fin d’année. Il voulait nous féliciter de la victoire de la CGT aux élections professionnelles. En ces périodes de fêtes on a même naïvement  cru un temps qu’il nous convoquait à 16h pour péter les petits gâteaux et le champomy, mais non…

En fait c’était pour nous prévenir de ce que désormais, le règlement intérieur des instances (CT et CHSCT) serait modifié pour le mandat à venir : fin de la parité du comité technique (ce ne seront plus des conseillers municipaux qui siègeront pour l’employeur mais des représentants de l’administration), baisse du nombre d’heures que les représentants du personnel auront pour préparer les séances et informer les agents, raccourcissement du délai entre une convocation et la tenue d’une séance, possibilité pour l’administration de recourir  des experts sans l’accord préalable des représentants du personnel…

Le but annoncé : « fluidifier le processus du comité technique »…

Curieusement, cela se solde encore par une moindre prise en compte de la parole des agents, au sein même des seules instances où ils sont représentés.

Qui disait : « Le dialogue social c’est cause toujours, la dictature c’est ferme ta gueule » ?

Mais faut reconnaître dans le dialogue social, y a deux choses qui gênent : le dialogue et le social…

 

 

ET QUI FAIT LA VOIRIE ?

Les Villejuifois et les collègues l’auront remarqué : depuis plusieurs semaines, des camions de sociétés privées s’occupent à certaines heures de nettoyer les rues.

Cela, au détriment des collègues du service voirie qui voient leurs missions partir vers le privé, sans que cela aie jamais fait l’objet d’un passage en comité technique.

Encore un exemple de l’incurie du dialogue social à Villejuif : on ne fait même plus semblant…

Et passer des missions du service public au privé, ce n’est pas défendre les services publics !

 

EGALITE FEMME HOMME, C’EST PAS GAGNE…

Le rapport égalité femmes-hommes a été présenté lors du dernier conseil municipal… On en apprend des choses…

La problématique a été abordée lors de la présentation du Rapport sur l’Etat de la Collectivité, lors d’un précédent Comité Technique et au CHS CT du 12 novembre dernier.

Et c’est pas reluisant : l’écart salarial entre les hommes et les femmes se creuse à la mairie de Villejuif. On a beau nous expliquer que tout est normal, que c’est lié au départ en retraite de femmes cadres, et que donc ça va se corriger tout seul, cette explication est parfaitement incomplète – voire un peu hypocrite.

Les faits sont les suivants : femmes représentent 63,4 % des effectifs, mais surtout 86% des temps partiels et 71% des agents contractuels. Elles sont donc plus fréquemment sur des emplois précaires que leurs collègues masculins. Le personnel féminin constitue la très large majorité des maladies professionnelles (75%), mais continue d’être moins souvent bénéficiaire des promotions internes. Sur 3 directeurs généraux, une seule est une femme. Et sur l’ensemble des directeurs, il ne reste que deux femmes… Le plafond de verre est solidement accroché.

Et de fait, comme les salaires des « nouveaux » cadres est plutôt en augmentation, mais que ce sont majoritairement des hommes, il résulte que les hommes gagnent mieux leur vie en mairie de Villejuif que les femmes…

Et pourtant, dans la fonction publique le statut est garant que ces inégalités ne peuvent pas grandir. Le recours systématique aux contractuels et le RIFSEEP, avec sa part variable et sa prime au mérite, ne feront, à terme qu’empirer la situation. C’est l’une des raisons pour lesquelles la CGT a dénoncé ce nouveau régime indemnitaire et continuera à dénoncer le recours aux contractuels.

Et pendant ce temps là, si on s’en réfère aux statistiques et à la moyenne nationale, c’est comme les femmes travaillent pour rien depuis la mi-novembre, par rapport à leurs collègues hommes… Tout le monde trouve ça anormal, soit disant… Par contre, si les efforts pour atteindre une égalité salariale femmes-hommes continuent à ce rythme, la fracture devrait être réduite aux alentours de 2070…

Seules 15,86% des entreprises ont mis en place, depuis 2016 un plan pour favoriser l’égalité professionnelle. La loi les y oblige pourtant depuis trois ans. A la mairie de Villejuif, on attend toujours, et ce rapport n’a pas été présenté en propre aux instances : ces données étant contenues dans le Rapport sur l’Etat de la Collectivité, l’égalité femmes-hommes n’a pas été débattue comme un point à part entière… Sans doute parce que ce sujet n’est pas une priorité.

JE PEUX PAS J’AI RACLETTE

Les organisations syndicales UGICT-CGT et Ouvriers-Employés CGT proposent aux agents de la mairie de Villejuif, de partager un moment convivial autour d’une raclette.

VENDREDI 30 NOVEMBRE 2018 à partir de 12h
L’Union Locale de Villejuif
16 rue Jean-Jaurès
(Tarif de 4,50 € par personne)