EGALITE FEMME HOMME, C’EST PAS GAGNE…

Le rapport égalité femmes-hommes a été présenté lors du dernier conseil municipal… On en apprend des choses…

La problématique a été abordée lors de la présentation du Rapport sur l’Etat de la Collectivité, lors d’un précédent Comité Technique et au CHS CT du 12 novembre dernier.

Et c’est pas reluisant : l’écart salarial entre les hommes et les femmes se creuse à la mairie de Villejuif. On a beau nous expliquer que tout est normal, que c’est lié au départ en retraite de femmes cadres, et que donc ça va se corriger tout seul, cette explication est parfaitement incomplète – voire un peu hypocrite.

Les faits sont les suivants : femmes représentent 63,4 % des effectifs, mais surtout 86% des temps partiels et 71% des agents contractuels. Elles sont donc plus fréquemment sur des emplois précaires que leurs collègues masculins. Le personnel féminin constitue la très large majorité des maladies professionnelles (75%), mais continue d’être moins souvent bénéficiaire des promotions internes. Sur 3 directeurs généraux, une seule est une femme. Et sur l’ensemble des directeurs, il ne reste que deux femmes… Le plafond de verre est solidement accroché.

Et de fait, comme les salaires des « nouveaux » cadres est plutôt en augmentation, mais que ce sont majoritairement des hommes, il résulte que les hommes gagnent mieux leur vie en mairie de Villejuif que les femmes…

Et pourtant, dans la fonction publique le statut est garant que ces inégalités ne peuvent pas grandir. Le recours systématique aux contractuels et le RIFSEEP, avec sa part variable et sa prime au mérite, ne feront, à terme qu’empirer la situation. C’est l’une des raisons pour lesquelles la CGT a dénoncé ce nouveau régime indemnitaire et continuera à dénoncer le recours aux contractuels.

Et pendant ce temps là, si on s’en réfère aux statistiques et à la moyenne nationale, c’est comme les femmes travaillent pour rien depuis la mi-novembre, par rapport à leurs collègues hommes… Tout le monde trouve ça anormal, soit disant… Par contre, si les efforts pour atteindre une égalité salariale femmes-hommes continuent à ce rythme, la fracture devrait être réduite aux alentours de 2070…

Seules 15,86% des entreprises ont mis en place, depuis 2016 un plan pour favoriser l’égalité professionnelle. La loi les y oblige pourtant depuis trois ans. A la mairie de Villejuif, on attend toujours, et ce rapport n’a pas été présenté en propre aux instances : ces données étant contenues dans le Rapport sur l’Etat de la Collectivité, l’égalité femmes-hommes n’a pas été débattue comme un point à part entière… Sans doute parce que ce sujet n’est pas une priorité.

L’égalité femmes-hommes au travail, maintenant !

Le lundi 3 octobre, l’Ugict, la CGT des Ingés, Cadres & Techs lance une campagne nationale sur l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes. Nous voulons combattre les injustices subies au quotidien et tout au long d’une carrière, et nous avons de nombreuses revendications en ce sens…

En cliquant ici, participez au lancement de la campagne avec votre compte Facebook ou Twitter !

Chaque soutien est déterminant dans l’impact de la campagne. Créez un compte sur ce site puis choisissez votre réseau, et votre message sera automatiquement diffusé le 3 octobre à partir de 7h sur les réseaux sociaux. Plus il y aura de soutiens, plus la diffusion sera massive.

Nous voulons en effet libérer la parole en incitant les internautes à partager leurs propres exemples de phrases qui font dire #VieDeMère au travail. Et ce n’est que le début de l’histoire…

Le contexte : 

  • La féminisation croissante de l’encadrement est un enjeu stratégique des directions qui développent une approche corporate (réseaux femmes, coaching, etc…) et individuelle, se dédouanant de toute responsabilité…
  • Les inégalités, notamment salariales (part variable de la rémunération, déroulement de carrière, etc…), restent très importantes…
  • L’égalité femmes/hommes figure parmi les première attentes des salarié.e.s, en particulier chez les plus jeunes…

Quelques chiffres :

  • Les hommes cadres perçoivent un salaire moyen supérieur de 21% à celui des femmes cadres ;
  • 60% des entreprises ne respectent pas l’obligation d’être couvertes par un accord égalité ou un plan d’action ;
  • Les femmes réalisent 80% des tâches domestiques ;
  • 9 % des femmes cadres occupent un emploi à temps partiel contre seulement 1 % des hommes ;
  • 25 % des femmes à temps partiel ont une responsabilité hiérarchique contre 38 % des femmes à temps plein ;
  • 28% des agents de direction dans la fonction publique territoriale sont des femmes alors qu’elles représentent 61% des agents de catégorie A ;
  • 95% des allocataires du congé parental sont des femmes ;
  • 4 femmes sur 10 ont constaté dans leur travail que la carrière de collègues femmes a été ralentie ou stoppée parce qu’elles ont des enfants, autant dans le public que dans le privé ;
  • Grossesse, maternité et situation représentent ensemble le 1er motif de saisine du Défenseur des droits pour discrimination dans l’emploi ;