4ème Information concernant le mouvement social des agents

Chers Parents et citoyens de Villejuif, chers enseignants, et chers directeurs d’école

Pendant la période du mois de mai, les agents d’entretien des écoles ont mené un mouvement de grève pour revendiquer de meilleures conditions de travail, un retour des effectifs à un niveau acceptable, et une prise en compte des spécificités de leur métier. À l’issue de ce mouvement, ils ont été reçus par le maire et le directeur général des services. Malheureusement, ce qu’ils ont obtenu n’est pas suffisant pour lever le préavis de grève, mais justifie de reprendre le travail, ne serait-ce que pour s’assurer que vos enfants, vos élèves, déjeunent dans de bonnes conditions :

  • Ni embauches, ni mise au stage des contractuels. Comme toujours, le fonctionnaire est stigmatisé et précarisé, soit disant moins efficace que les contractuels…
  • La fin de l’opacité des primes. Il n’en a même pas été question…
  • L’arrêt de l’intervention d’entreprises privées : elles interviendront prioritairement pour renforcer les équipes en sous effectifs et les travailleurs de l’association AEF qui intervenaient à partir de midi a été avancée.
  • Une réorganisation du service avec l’implication des personnels: De ce côté-là, c’est un succès, puisque les réunions de concertation impliquant un représentant de chaque école ont commencé au moment où vous lisez ce tract.

EN CONSÉQUENCE LES AGENTS ONT DÉCIDÉ MAJORITAIREMENT DE REPRENDRE LE TRAVAIL, SANS LEVÉE DU PRÉAVIS DE GRÉVE !

En effet, ces revendications concernaient également tous les autres services de la mairie de Villejuif : Les services d’entretien des écoles et la restauration scolaire ne sont que la partie visible de l’iceberg.

Par ailleurs, l’attitude de l’employeur lors de ce mouvement, qui a envoyé des agents pour suppléer aux grévistes plutôt que de négocier, et qui a ensuite récompensé les casseurs de grève en leur offrant un goûter au champagne a été scandaleuse ! Elle reflète le mépris du maire et de sa direction générale pour les agents !

Pourquoi y-a-t-il des volontaires quand les agents sont en grève, alors que c’est tous les jours qu’il manque du personnel ?

Dans tous les services, les personnels territoriaux alertent leur hiérarchie sur les sous effectifs, sur le manque de moyens techniques… Tous les jours, en ignorant les alertes de son personnel, c’est vous que le maire maltraite en premier lieu !

Ce modèle de gestion, avec une direction générale aux méthodes brutales, a déjà été mis en place dans d’autres collectivités, dont celle de Bobigny, avec des résultats désastreux pour le service public, la gestion financière de la ville et qui ont été signalés par la Chambre Régionale des Comptes, ce qui a débouché sur une enquête de police ! Les Villejuifois méritent mieux !

LE COMBAT DES AGENTS EST CELUI DU SERVICE PUBLIC ! C’EST LE VÔTRE !

 Aussi nous tenons à remercier les parents, directeurs, enseignants, Villejuifois, qui ont apporté leur soutien aux agents. Le peu que nous avons obtenu, nous l’avons obtenu ensemble, avec vous !

 Ensemble, nous pouvons tout obtenir !

 

LE PRÉAVIS N’EST PAS LEVÉ : L’ACTE SUIVANT SE PRÉPARE !

 MANIFESTATION POUR LA DÉFENSE DU SERVICE PUBLIC

ET POUR PLUS DE DÉMOCRATIE !

Mardi 11 juin à 18h00 devant la mairie

une manifestation est organisée par un collectif de défense des services publics (syndicats, gilets jaunes, parents d’élèves, associations…).

MANIFESTATION DES GILETS JAUNES EN SOUTIEN AU SERVICE PUBLIC

C’était sympa, cette manifestation en soutien des services publics (images du 27 mai 2019).

Elle était organisée conjointement par les Gilets Jaunes, plusieurs syndicats (territoriaux et enseignants) et les Associations de Parents d’élèves.

Il y en aura une autre bientôt, et nous invitons tous les Villejuifois qui veulent défendre le service public à nous rejoindre.

GREVE DES AGENTS : NOUVELLE LETTRE AUX PARENTS

Chers Parents et citoyens de Villejuif,

Chers enseignants,

Et chers directeurs d’école

 

Depuis maintenant 9 jours les agents d’entretien et de restauration des écoles sont entrés en lutte.

Après avoir débrayé de 12h30 à 14h00 les lundis et mardis de la semaine dernière. Depuis lundi, ils ont souhaité renouveler leur action de 10h30 à 13h30.

Le maire ignore et méprise toujours le mouvement social initié par les agents et ne propose aucune rencontre afin d’ouvrir des négociations. Alors que son obligation serait d’engager le dialogue et de recevoir les personnels en grève pour mettre un terme à cette situation, il préfère se cacher derrière des enfants de trois ans. S’il peut faire la cantine quand les personnels sont en grève, pourquoi ne va-t-il la faire tous les jours ? C’est tous les jours qu’il manque du personnel pour encadrer la restauration scolaire et que les agents alertent ! Son travail de maire ne serait-il pas plutôt de s’assurer que les agents qui servent à la cantine ont de bonnes conditions de travail ?

Au lieu de ça, la politique managériale instaurée par le maire est basée sur la répression. Les agents sont menacés soit de sanction soit pour ceux étant sous CDD de se voir privés d’emploi ! Encore plus de précarité !

Toujours plus de mépris !

Mais plutôt que de continuer à servir dans des conditions indignes de vos enfants, les agents, épuisés, humiliés, harcelés, ont le courage de se mettre en grève, tellement le service qu’ils rendent est mis en danger.

 Aux effectifs déjà insuffisants, se rajoutent actuellement: 

  • Une organisation inadaptée avec le non remplacement systématique des départs à la retraite, des congés et des absences pour raison de santé.
  • Des demandes de remplacement au pied levé des collègues gardiens et responsables de restauration. Cette demande de polyvalence de trois métiers est inacceptable !
  • L’épuisement du personnel qui engendre du stress, des accidents et des maladies professionnels.
  • L’aide humaine ponctuelle délivrée par l’association AEF94 n’est plus disponible dans certaines écoles sans explication de la municipalité.
  • L’obligation d’utiliser des produits d’entretien ménager de très mauvaise qualité.

Les conséquences directes pour vos enfants sont :

  • Un environnement indigne car les agents ne peuvent plus fournir un travail de qualité !
  • Un entretien et une hygiène des locaux défaillants.
  • Des échanges et un relationnel quasi inexistants avec les adultes qui les entourent au quotidien !
  • Une augmentation significative des délais d’attente avant d’être servis à table, ce qui entrave totalement le moment convivial et serein que doit être un repas.

La CGT revendique un service public de qualité avec :

  • Un plan de titularisation de tous les agents sous CDD sur des postes « vacants ».
  • Le recrutement de contractuels pour remplacer tout fonctionnaire en congés (maladie, maternité, …)
  • l’augmentation des effectifs à la hauteur des besoins des usagers et afin de prévenir les risques de maladies professionnelles liées à une surcharge de travail ou de cadences insoutenables.
  • L’arrêt de l’intervention d’entreprises privées au sein des écoles.
  • La mise en place d’un RIFSEEP basé sur des critères objectifs mettant fin à l’opacité d’attribution des primes.
  • Une réorganisation du service avec l’implication des personnels et des élus  représentants du personnel.

Ces revendications concernent également tous les autres services de la mairie de Villejuif : Les services d’entretien des écoles et la restauration scolaire ne sont que la partie visible de l’iceberg.

Les personnels territoriaux ont à cœur leur devoir de servir la population villejuifoise mais pas au détriment de leur santé physique et mentale, ni de celle des enfants de cette ville, de vos enfants, de vos élèves !  Et tous les jours, en ignorant les alertes de son personnel, c’est vous que le maire maltraite en premier lieu !

Nous appelons les Parents, les enseignants, les directeurs d’établissement et l’ensemble de la population à soutenir ce mouvement en signant cette pétition

et en rejoignant le

lundi 27 mai à 18h00 devant la mairie

une manifestation est organisée par un collectif de défense des services publics (les syndicats CGT des territoriaux de Villejuif, les unions locales CGT et CNT, les gilets jaunes, les parents d’élèves FCPE).

TOUS ENSEMBLE POUR BATIR L’AVENIR

Et toujours, le 1er Mai, nous serons dans la rue pour les droits des travailleurs, des retraités, des privés d’emploi, des jeunes, avec ou sans papiers !

GILETS JAUNES, GILETS ROUGES, SANS GILETS : TOUS A PARIS !

DÉFENDONS LES DROITS QUE NOUS AVONS CONQUIS :

ET CONQUÉRONS DE NOUVEAUX DROITS !

Tous ensemble, pour bâtir l’avenir !

Par contre, étant donné le degré de violence des forces de l’ordre à l’égard des manifestants ces derniers temps, nous déconseillons aux parents de venir avec leurs jeunes enfants.

COMMUNIQUE INTERSYNDICAL DES UNIONS REGIONALES D’ILE DE FRANCE

Les mobilisations de salariés, jeunes, retraités ou Gilets jaunes se poursuivent, s’inscrivent dans la durée malgré toutes les mesures répressives et liberticides prises par le pouvoir. Les revendications qui s’expriment sont légitimes, et c’est dans ce contexte que les Unions Régionales Île de France (URIF) CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES, avec l’UNEF et l’UNL, ont contribué aux succès des manifestations et à la grève interprofessionnelle du 19 mars dernier.

Les URIF considèrent qu’en refusant de répondre aux exigences formulées par les organisations syndicales de salariés, par les jeunes qui ont marché pour le climat, par le mouvement des Gilets jaunes…, l’exécutif s’enferme dans une dérive autoritaire.

L’adoption de la loi dite « anticasseurs » au Parlement, l’interdiction de parcours de manifestations, le recours à l’armée en renfort des compagnies de CRS, la répression antisyndicale qui s’amplifie dans une série de secteurs, etc. ces mesures témoignent d’une escalade dangereuse pour la démocratie, d’ailleurs le Conseil Constitutionnel déclare non conforme les interdictions administratives de manifester : en ce sens, les URIF décident de s’engager dans la manifestation du samedi 13 avril pour la défense de la liberté de manifester, pour le retrait de la loi dite « anticasseurs » et des mesures liberticides.

Dans ce contexte, les conclusions du « grand débat national » n’ont pour unique objet que de chercher à imposer à marche forcée des reculs sociaux d’une gravité sans précédent, en particulier en matière de services publics et de retraites, ce qui confirme que nos confédérations et organisations nationales ont eu raison de ne pas y participer.

Alors que la population souhaite légitimement bénéficier de services publics de proximité, le gouvernement envisage de supprimer 120 000 emplois dans la fonction publique. Les URIF exigent le retrait du projet de loi de transformation de la fonction publique, matrice du plan « ma santé 2022 » dans les hôpitaux et du projet de loi Blanquer pour une « école de la confiance » dans l’éducation, véritable application de la loi El Khomri et des ordonnances Macron dans la Fonction publique. Elles appellent à la mobilisation Fonction publique du 9 mai.

S’agissant des retraites, les URIF rappellent qu’elles se sont prononcées depuis le début pour le maintien intégral des 42 régimes de retraite existants, contre tout système universel de retraite par points qui porte en germe – entre autres – la disparition de tout âge légal de départ à la retraite. De ce fait, et en réaction aux récentes annonces gouvernementales, les URIF affirment qu’elles sont opposées à tout recul de l’âge légal de départ à la retraite et exigent le maintien de notre système solidaire par répartition.

Les URIF appellent à renforcer dès maintenant les actions en cours, notamment la mobilisation qui prend de l’ampleur dans l’enseignement et qui a abouti au succès de la mobilisation du 30 mars et de la grève du 4 avril pour le retrait du projet de loi « Blanquer ». Les URIF appuient la manifestation appelée par 9 organisations syndicales de retraités, jeudi 11 avril, notamment pour la suppression de la hausse de la CSG et la revalorisation des pensions.

Les URIF confirment leurs revendications :

 

  • HAUSSE immédiate du SMIC à 1800€ – AUGMENTATION générale des salaires et des pensions
  • REVALORISATION immédiate du point d’indice pour les fonctionnaires
  • RÉINDEXATION des salaires, des pensions et des retraites sur le coût de la vie
  • HALTE à la répression policière – RETRAIT du projet de loi « anticasseurs »
  • RETRAIT du projet de loi de transformation de la fonction publique et du plan « ma santé 2022 »
  • ABROGATION des lois « Rebsamen », « El Khomri », « Macron » qui cassent le droit du travail
  • NON à l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiants étrangers, la sélection à l’Université
  • RETRAIT des reformes dans l’éducation : Bac, lycée, lycée pro et projet de loi « Blanquer »
  • RETOUR à la retraite à 60 ans et ABANDON de toute réforme de retraite par points

C’est sur ces bases que les URIF entendent préparer le 1er mai prochain.

RDV MANIFESTATION SAMEDI 13 AVRIL – 14H RÉPUBLIQUE

POURQUOI VENIR DEMAIN ?

Nous avons fait une appel pour une grève de 24h, reconductible, et nous invitons chacun à y participer. Le samedi c’est bien d’occuper la rue, mais l’argent est dans les très grande entreprises. Les inégalités naissent dans les entreprises, et c’est là qu’il faut agir.

Pour répondre à l’urgence sociale, la CGT appelle à la grève le 5 février

Depuis de nombreuses années, les politiques menées au service du capital par les gouvernements successifs génèrent de fortes injustices sociales, territoriales et fiscales. La CGT n’a cessé d’alerter les pouvoirs publics, de mobiliser dans les entreprises et les services contre des reformes régressives et pour une autre répartition des richesses produites dans le pays…

Depuis de nombreuses années, les politiques menées au service du capital par les gouvernements successifs génèrent de fortes injustices sociales, territoriales et fiscales. La CGT n’a cessé d’alerter les pouvoirs publics, de mobiliser dans les entreprises et les services contre des reformes régressives et pour une autre répartition des richesses produites dans le pays.

Gouvernement et patronat sont restés sourds et sont responsables de la crise actuelle.

Ce ne sont pas les mesurettes récentes annoncées par le gouvernement en réponse au mouvement des gilets jaunes qui répondent aux urgences sociales.

Les 57 milliards d’euros versés aux actionnaires des grandes entreprises démontrent l’ampleur des richesses créées par les travailleurs.

Au-delà des mobilisations des citoyen-ne-s depuis de nombreuses semaines, il est indispensable de construire un rapport de force, notamment par la grève, pour imposer au patronat la redistribution des richesses.

La CGT appelle les salarié-e-s, les agent-e-s, les jeunes comme les retraité-e-s, les privé-e-s d’emploi à se mobiliser ensemble par la grève et les manifestations pour obtenir :

•    une augmentation du Smic, du point d’indice, de tous les salaires et  pensions  ainsi que des minimas sociaux ;
•    une réforme de la fiscalité : une refonte de l’impôt sur le revenu lui conférant une plus grande progressivité afin d’assurer une plus grande redistribution des richesses et d’alléger le poids de l’impôt indirect (TVA, TICPE) pénalisant les salariés et les ménages, le paiement des impôts en France de grandes sociétés (ex. : GAFA), une imposition plus forte des plus hauts revenus et de la détention de capital ;
•    la suppression des aides publiques aux entreprises (CICE, et exonérations diverses, etc.) qui ne servent ni l’emploi, ni la revalorisation des salaires, ni l’investissement de l’appareil productif et mettent à mal notre protection sociale ;
•    le développement des services publics, partout sur le territoire, en réponse aux besoins de la population, avec des moyens suffisants en personnels pour un bon exercice de leurs missions ;
•    le respect des libertés publiques tel que le droit de manifester remis en cause par le gouvernement.

La CGT appelle à tenir des assemblées générales, sur tous les lieux de travail et dans tous les secteurs professionnels, pour réussir la grève et les manifestations le mardi 5 février 2019 et débattre des suites à construire dans la durée.

Montreuil, le 17 janvier 2019