28 JUIN : MANIFESTATION INTERPROFESSIONNELLE ET INTERSYNDICALE

Réunies le 12 juin 2018, les organisations syndicales et de jeunesse CGT, FO, Unef, UNL et FIDL apportent leur soutien aux étudiants et aux travailleurs, actifs, chômeurs ou retraités, des secteurs public comme privé, mobilisés pour la défense de leurs droits et l’aboutissement de leurs revendications.

Ces luttes s’inscrivent dans la contestation de la politique idéologique menée par le gouvernement, y compris dans l’éducation en instaurant la sélection à l’université et laissant des milliers de lycéens sur le côté, en mettant fin au caractère national qu’est le baccalauréat, vecteur d’égalité.

La journée de mobilisation du 22 mai, menée à l’appel de l’ensemble des fédérations de fonctionnaires et avec la présence de toutes nos organisations, tout comme l’ensemble des actions menées dans le privé, constitue un signal fort.

Nos organisations saluent et soutiennent la lutte unitaire des Cheminots et réaffirment la nécessité d’un service public du ferroviaire.

Nos organisations s’inquiètent d’une remise en cause de notre modèle social et républicain et, ce, dans un contexte d’explosion des inégalités. La persistance de l’austérité entraîne des réductions drastiques de missions publiques et sociales et menace les services publics comme l’intégralité de la protection sociale. La modération salariale et plus largement la non-redistribution des richesses, ainsi que les choix fiscaux qui sont faits en faveur des riches, viennent réduire le pouvoir d’achat des travailleurs et aggrave la paupérisation.

Les politiques mises en œuvre relèvent d’une logique d’individualisation au prix de la casse des statuts et des droits collectifs à tous les niveaux, dès les études. Elles mettent à mal la solidarité et la justice sociale, valeurs essentielles de la cohésion sociale.

Nos organisations affirment que leur rôle est essentiel à la démocratie sociale, notamment au travers de la négociation et du paritarisme. Elles constituent un contrepoids plus que jamais nécessaire dans une société qui se fracture et où le social devient une « simple » variable d’ajustement budgétaire.

Face à cette situation et à des décisions régressives qui s’opposent aux demandes légitimes des travailleurs et de la jeunesse, l’heure est à la défense des valeurs essentielles comme notre modèle social. Les organisations syndicales et de jeunesse CGT, FO, Unef, UNL et FIDL s’engagent, dès à présent, dans la construction d’un rapport de force interprofessionnel.

Dans la perspective d’une mobilisation interprofessionnelle, avec la plus grande unité possible, elles invitent leurs structures fédérales, départementales et locales à se rencontrer et à faire de la journée du 28 juin 2018 une grande journée de revendications et de mobilisations en allant, notamment, à la rencontre des travailleurs et de la jeunesse. Des initiatives seront organisées partout sur le territoire.

Au-delà des signataires de ce communiqué, l’ensemble des organisations syndicales et de jeunesse est invité à se réunir dès fin août pour analyser la situation sociale et envisager les initiatives à prendre, dans le cadre d’une démarche unitaire la plus large possible.

Montreuil, le 13 juin 2018

POUR STOPPER LA REGRESSION SOCIALE : TOUS ET TOUTES DANS L’ACTION

Depuis moins d’un an, les réformes ultralibérales s’amplifient en France. Après les lois Macron, les réformes de l’assurance chômage et de la formation, la réforme du Bac instituant une sélection à l’entrée à l’université, les négociations sur le statut des cadres …

Le Gouvernement et sa majorité parlementaire s’enferment dans une remise en cause profonde de notre modèle de société. Leurs but est d’instaurer par la force une société toujours plus injuste, toujours plus inégalitaire parce qu’uniquement tournée vers l’enrichissement des plus riches, vers la satisfaction du grand Patronat et du Medef !

Salariés, privés d’emploi, retraités, jeunes sont constamment mis en opposition, traités avec un mépris sans précédent ! Non les retraités ne sont pas des nantis, les fonctionnaires des privilégiés, les personnes mises au chômage des assistés ! Ce calcul politicien d’opposer les uns et les autres est utilisé pour ne pas parler du fond : la nécessité d’une répartition des richesses créées par le travail aux travailleurs et non dans l’évasion fiscale ou les dividendes des actionnaires du CAC 40 ! (56 milliards en 2016).

Ces dernières semaines dans de nombreuses entreprises, des actions avec des grèves et manifestations unitaires ont été organisées.

Les retraités et les salariés des EHPAD étaient mobilisés dans l’unité le 15 mars dernier. Ils étaient des milliers dans les rues. Les uns aspirent à juste titre à vivre avec des niveaux de pensions et les autres à travailler dans des conditions de travail décentes pour le confort des personnes âgées.

Le 22 mars les salariés de la Fonction Publique, les cheminots, ceux du privé et du public étaient en arrêt de travail et en manifestation dans tout le pays.

Le 30 mars, les salariés de chez Carrefour se sont mobilisés contre le démantèlement du Groupe CARREFOUR orchestré pour répondre aux seules exigences de rentabilité des principaux actionnaires.

Depuis le 3 avril, une mobilisation massive des cheminots est engagée.

Et les mouvements d’Air France, d’Aéroport de Paris, du nettoiement public et privé continuent dans toute la France ! Sans parler des facs bloquées !

Toutes ces actions montrent que les salariés, les retraités, les jeunes ne s’en laissent pas conter.
Ils exigent à la fois une autre action politique du Gouvernement et que le patronat réponde à leurs revendications dans les entreprises.

Sur les lieux de travail, il s’agit de se réunir pour décider des formes d’actions à prendre pour participer à la manifestation Parisienne. Mais aussi d’interpeller le patronat à partir des revendications propre à votre entreprise.

La CGT appelle les salariés du privé et du public, la jeunesse et les retraités à participer massivement à la journée d’actions, de grève et de manifestations le 19 avril prochain.

Le 19 avril disons stop à cette politique ! Agissons pour
des solutions de progrès social !

• L’augmentation des salaires, des pensions et des minima sociaux.
• Le développement de l’emploi de qualité.
• L’obtention de droits collectifs de haut niveau prévus dans des conventions collectives ou des statuts.
• Le développement d’une industrie propre et créatrice d’emplois, de services publics qui répondent aux besoins des populations.

La CGT vous invite à rejoindre la forte mobilisation unitaire en cours pour construire un rapport de force favorable au monde du travail et mettre un terme à ces politiques de destruction sociale.

Pour être plus fort, il faut être plus nombreux !

Le 19 avril , tous ensemble !
Faisons converger les luttes !

Tous en grève et à la manifestation – 14h00 –
Montparnasse – Invalides

Pour stopper la régression sociale : Toutes et tous dans l’action !

 

Pour soutenir les grèvistes : http://cgt.fr/Soutenez-les-grevistes.html?

Pour imprimer et distribuer ce tract : 20180306 – tract 19 avril

 

 

Gel du point d’indice : la CGT dénonce l’austérité annoncée

Résultat de recherche d'images pour "gel du point d'indice fonction publique"

La CGT Fonction publique a aussitôt réagi à la publication de l’audit de la Cour des comptes sur les finances publiques, « dont le côté tristement prévisible le dispute à l’engagement partial et subjectif ! » La Cour des comptes, résume la CGT fonction publique, préconise le « gel de la valeur du point d’indice, la suppression du supplément familial de traitement, deux départs à la retraite sur trois non remplacés, la baisse du nombre de promotions et freins aux déroulements de carrière, l’augmentation différenciée de la valeur du point entre les versants… » En revanche, la Cour des comptes ne s’interroge pas sur le coût exorbitant du CICE – 20 milliards d’euros par an – « qui depuis sa mise en place en 2013 a permis au chômage de s’accroitre d’un demi million de privés d’emploi supplémentaires ! »
Ces préconisations étaient tout de suite suivies, dans les médias, dès hier soir, de l’annonce par Gérald Darmanin, ministre des comptes publics, du gel de la valeur du point d’indice jusqu’en 2018 ! « Le ministre est plus prompt à aller sur les plateaux de télévision qu’à informer les syndicats représentatifs ! »
Sur le fond, déplore la CGT Fonction publique, une austérité accrue est bel et bien à l’ordre du jour.

C’est pourquoi la CGT Fonction publique appelle à s’emparer de la Journée d’action interprofessionnelle du 12 septembre prochain pour élever le nécessaire rapport de forces, obtenir des avancées sociales et s’opposer aux reculs en tout genre !

Montreuil, le vendredi 30 juin 2017

ASSEMBLEE GENERALE

OUVERT A TOUS

FB_IMG_1449813745570

Le jeudi 17 novembre 2016 de 14H à 15h30

Assemblée Générale du Personnel

À l’Union Locale

16, rue Jean Jaures à Villejuif

 

Fonctionnaires de Villejuif ça vous concerne :

  • L’évaluation se définit comme étant un moment d’échange entre l’agent et sa hiérarchie directe permettant d’apprécier la valeur professionnelle de l’évalué et de réévaluer la pratique du cadre. Cet entretien est encadré d’une procédure stricte.
  • Le stationnement : suite à la rencontre avec le Maire où en sommes-nous?
  • Le Régime Indemnitaire : après 2 rencontres avec l’adjointe RH que pouvons-nous attendre de notre employeur sur sa revalorisation ?
  • Où en sont Les déménagements des services ?
  • Le PPCR (Parcours professionnels, Carrières et Rémunérations), c’est la poursuite de la politique de transfert de primes/points, c’est aussi : les indemnités constituant des compléments de salaire et instaurant l’inégalité de traitement et la mise en concurrence entre les agents, l’allongement de la carrière, la perte de salaire en effet c’est l’évaluation de l’agent qui déterminera le niveau de son salaire !
  • La lettre de cadrage politique : Fonctionnaires, nous ne sommes pas des magiciens, nous ne pouvons pas rendre un service public sans moyens ! C’est impossible.
  • Les conditions de travail se détériorent, comment arrêter l’engrenage ?

Retrouvons nous afin d’échanger autour de ces sujets lors de l’AG du personnel le jeudi 17 novembre 2016 de 14h à 15h30 à l’UL de Villejuif 16, rue Jean JAURES.

PPCR : CE QUI FAIT DEBAT ? LE REGNE DE L’ARBITRAIRE !

systeme-d

Encore une fois c’est unilatéralement et sans l’accord des principales organisations syndicales que le gouvernement a choisi de mettre en place la loi sur les PPCR (Parcours Professionnel Carrières et Rémunération)… La loi est passée en force, le 1er janvier 2016 et les territoriaux de Villejuif en voient les effets sur leur fiche de paye depuis le mois dernier (pour les catégories B dont les primes commencent à être intégrées dans le calcul des retraites).

Dans l’absolu, au pays des papillons et des petits oiseaux, c’est du tout beau tout mignon tout gentil : égal accès aux emplois publics, séparation du grade et de l’emploi, prise en compte de la valeur professionnelle dans le déroulement de la carrière, nécessité d’affecter des fonctionnaires dans tous les territoires y compris les moins attractifs, importance de la mobilité au sein des trois versants et dans chaque versant, unité de l’ensemble de la fonction publique.

Dans le contexte de la dette et de la crise mondiale assortie d’état d’urgence, on est bien entendu dans l’objectif de réduire les effectifs : de précédents accords allant dans le même sens n’avaient jamais été appliqués ; fonction publique mise à la diète dans le cadre du « pacte de responsabilité » ; un calendrier d’augmentation du point d’indice étalé jusqu’en 2020 (pour des queues de cerises) ; des engagements imprécis, diffus, non datés ; la suppression de l’avancement d’échelon à durée minimale (ce qui était appliqué jusqu’à ce jour à Villejuif) pour 500 millions d’économies (prises dans les poches des fonctionnaires, donc) ; le rallongement de la durée des carrières…

En conséquence, en octobre 2015, les principaux syndicats (la CGT ; FO ; Solidaires) représentant 50.2% des personnels ont refusé de signer l’accord.

Et en janvier 2016, c’est passé sans l’accord des organisations syndicales. Naturellement, comme depuis nous avons vécu le mouvement contre la loi Travail, les 49-3 et leurs corollaires ne nous étonnent plus tellement…

Donc résumons nous :

  • Les fonctionnaires vont être augmentés un tout petit peu et pas tout de suite (un point à partir de 2016 dans le meilleur des cas), sans rattrapage des conséquences du gel du point d’indice ;
  • Leurs carrières seront plus longues et ils progresseront dans les échelons moins vite, certains grades et certaines filières n’ayant de cette loi que des effets néfastes ;
  • l’état va à nouveau se sucrer sur le dos des fonctionnaires et réalisant 500 millions annuels d’économie ;
  • A chaque étape de la carrière correspondra un mode de reconnaissance de la valeur professionnelle : il s’agit de revoir la logique de l’avancement (d’échelon, de grade et de corps) en faisant la part belle à l’individualisation des carrières et des rémunérations, et en harmonisant les taux de promotions entre les administrations ;
  • Une partie des primes seront converties en points d’indice (ce qui devrait permettre qu’ils aient au finale une meilleure retraite) mais de façon très anecdotique notamment pour les catégories qui touchent peu de primes… Ainsi, le PPCR devrait permettre aux catégories B de toucher 4.6 € de plus par mois dès à présent…

Afficher l'image d'origine


La CGT réaffirme la priorité absolue qui doit être donnée à l’augmentation immédiate de la valeur du point d’indice et au rattrapage des pertes accumulées, mesures sans lesquelles toute réforme des carrières et des parcours professionnels est vouée à l’échec, car le décrochage avec l’inflation future annulerait les revalorisations de la grille indiciaire.

(Fédération CGT des Services Publics)


Et quand on sait qu’à Villejuif, nous avons déjà eu à nous battre contre une individualisation des carrières et des rémunérations (comme par exemple sur le point 2 du CT du 12 mars 2015), on peut craindre le pire. Si demain notre avancement, qui était jusque là garanti par le statut, est remis en cause et soumis à des critères arbitraires, imaginer les résultats est relativement facile : ne plus progresser dans sa carrière sera une sanction invisible qui donnera à un tout petit nombre le pouvoir de bloquer la carrière des agents… sans recours possible !

Appel unitaire des organisations syndicales de la Fonction publique CGT, FAFP, FSU et SOLIDAIRES à une journée de mobilisation dans les trois versants de la Fonction publique le mardi 29 novembre 2016.

Nos organisations appellent les personnels des trois versants de la Fonction publique, dans toutes les professions et dans l’ensemble des territoires, à contribuer à la réussite du mardi 29 novembre 2016, journée nationale d’expressions de leurs revendications avec notamment :

- L’élaboration de cahiers revendicatifs professionnels et territoriaux.
- L’interpellation et des demandes d’audience auprès des hiérarchies administratives locales.
- L’envoi de motions aux préfets et l’organisation de rassemblements devant les préfectures.
- La distribution de tracts aux usagers du service public.

 

Et pour lire plus sur le sujet :

La Gazette des Communes (lire aussi les commentaires de l’article)

La Fédération CGT des Services Publics

La CGT Trésor Public

2eb3b1b1be08ce1df5d8b620c4e35f97[1].jpeg

 

 

26 JANVIER 2016 : TOUS EN GREVE !

20160118 - TRACT MARDI 26 JANVIER 2016 p1

20160118 - TRACT MARDI 26 JANVIER 2016 p2

Depuis le temps qu’on attendait que le point d’indice soit remis en débat, c’est le moment où jamais de donner de la voix et de porter haut nos exigences, pour un service public de qualité, contre les baisses de dotation de l’état et pour une revalorisation du point d’indice qui compensera les 15% de perte de pouvoir d’achat subis depuis 2000…

LE T12 : Désormais une réalité…

20160116 - cgttractt12action12janvier2016 p1

20160116 - cgttractt12action12janvier2016 p2

On aurait pu croire que l’affaire était pliée, mais c’était compter sans la CGT qui depuis plusieurs semaines travaille à la création d’une plateforme revendicative pour tous les agents dont les postes sont menacés par l’apparition de ces nouveaux territoires.

Inutile de rappeler, sans doute, que la Métropole Grand Paris est une réforme territoriale qui survient sans que la population ait été consultée, et menace gravement le service public – avant même de menacer l’emploi des fonctionnaires territoriaux.

Dès ce soir, rendez-vous des donné à 19h30 devant la mairie de Vitry sur Seine pour faire entendre nos inquiétudes et nos exigences.

Un prochain rendez-vous sera fixé sur d’autres territoires, très bientôt…

 

LETTRE A MARILYSE LEBRANCHU

 

Madame la Ministre,

Au début du mois de février prochain doivent s’ouvrir des négociations salariales dans la Fonction publique. Ces négociations s’ouvrent après plus de cinq ans de gel de la valeur du point d’indice et après l’échec des négociations portant sur les Parcours professionnels carrières et rémunérations.

Dans ce contexte, compte tenu des orientations actuelles du gouvernement, les organisations syndicales CGT, FO et SOLIDAIRES appellent les personnels à faire de la journée du 26 janvier 2016 un temps fort de mobilisation, par la grève et les manifestations pour :

  • Une significative augmentation de la valeur du point d’indice, prenant en compte l’inflation subie depuis plusieurs années et, en particulier, depuis 2010 ;
  • Des mesures générales permettant de compenser les pertes de pouvoir d’achat ;
  • Le développement de l’emploi public statutaire par des créations nettes, dans les très nombreux secteurs qui en ont besoin ;
  • Des moyens financiers à la hauteur des besoins de service public ;
  • La défense d’un service public de proximité garant de la cohésion sociale.

Dans le cadre de cet appel unitaire, la Fédération CGT des Services publics dépose un préavis de grève de 0 à 24 h pour la journée du mardi 26 janvier 2016, préavis couvrant l’ensemble des personnels de son champ de syndicalisation.

En complément des revendications unitaires, la Fédération porte l’exigence :

  • Du rétablissement à 1% de la cotisation CNFPT ;
  • Du maintien de l’avancement d’échelon à la durée minimale pour tous ;
  • Du refus de tout mécanisme de promotion ou de rémunération fondé sur des logiques discrétionnaires ou clientélistes telles que le système dit de la « rémunération au mérite » ;
  • L’arrêt de la réforme territoriale et la mise en œuvre de politiques assurant le développement du service public et des emplois qui le font vivre ;
  • La défense et le développement des garanties statutaires.

Nous vous prions d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de nos sincères salutations.

Pour la Fédération des Services publics,
Baptiste TALBOT,
Secrétaire général

Retrouvez le préavis de grève en cliquant ici.

26 janvier 2016 : Grèves et manifestations pour un service public de qualité et une nette augmentation du pouvoir d’achat

Communiqué unitaire

Les organisations syndicales CGT, FO et SOLIDAIRES de la Fonction publique estiment que, si la négociation salariale qu’elles réclament depuis plusieurs années est bien confirmée pour le mois de février, elle ne se présente pas dans de bonnes conditions.

En effet, en faisant adopter une loi de finances et une loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2016 avec quasiment aucune marge de manoeuvre pour une augmentation générale des traitements, le gouvernement annonce la couleur : la politique d’austérité continue…. et ce n’est pas la nôtre ! De surcroît, les déclarations se multiplient sur les difficultés de la relance, une croissance toujours en berne, qui laissent très mal augurer de ce rendez-vous salarial.

S’ajoutent à cela, la poursuite à une vitesse effrénée et sans réelle négociation, de nombreuses réformes (collèges, territoriales, santé…) qui, si elles sont mises en oeuvres, vont avoir de nouveaux et graves impacts négatifs sur le service public rendu aux citoyens et aggraver encore les conditions de travail des personnels.

Enfin, de nombreux secteurs de la Fonction publique, pourtant essentiels au progrès social et à la population, restent confrontés à des sous effectifs absolument insupportables.

C’est pourquoi, les organisations syndicales CGT, FO et SOLIDAIRES -appellent d’ores et déjà à faire de la journée du 26 janvier 2016, un temps fort de mobilisation, par la grève et les manifestations pour :
- une significative augmentation de la valeur du point d’indice, prenant en compte l’inflation subie depuis plusieurs années et, en particulier, depuis 2010,
- des mesures générales permettant de compenser les pertes de pouvoir d’achat,
- le développement de l’emploi public statutaire par des créations nettes, dans les très nombreux secteurs qui en ont besoin,
- des moyens financiers à la hauteur des besoins de service public,
- la défense d’un service public de proximité garant de la cohésion sociale.
Les organisations syndicales signataires se rencontreront le 5 janvier 2016 pour préciser les modalités de cette journée d’action.

Elles appellent d’ores et déjà les agents à se rassembler unitairement afin de construire les conditions de réussite de cette journée, résolument inscrite dans un processus de lutte.

Paris, le 18 décembre 2015