SOUFFRANCE A TOUS LES ÉTAGES : Une lettre ouverte de la CGT au maire de Villejuif

Lors du mouvement des agents d’entretien des écoles du mois de mai dernier, celle.eu.x ci avaient reçu de nombreux soutiens, notamment de la part des enseignants et des parents d’élèves. Sept mois après, que reste t’il des promesses faites par le maire et le Directeur Général des Services ?

Rien du tout… Une nouvelle organisation a été mise en place – sans concertation avec les agents, faut-il le préciser ? – et les conséquences sont très tangibles sur la santé des agents, comme nous l’avion prévu

Aussi, la CGT a écrit au maire :

Monsieur le Maire,

Une nouvelle fois, nous sommes dans l’obligation de vous alerter quant à l’état de santé physique et psychique des agents de la ville. Plus particulièrement, nous souhaitons attirer votre attention sur les conditions de travail des agents d’entretien des écoles, qui, contrairement à ce que vous nous avez annoncé en mai dernier, ne cessent de se dégrader depuis la réorganisation de septembre 2019.

Cette réorganisation, effectuée sans concertation du plus grand nombre, vient s’ajouter aux difficultés que nous avions déjà évoquées avec vous : pénibilité des missions, manque d’effectif, vieillissement du personnel, précarisation des agents (recrutés majoritairement sur des contrats courts et non titularisés). Elle a pour effet concret d’avoir modifié les plages horaires d’intervention des agents, notamment pour le nettoyage des classes. Les agents se plaignent de ce qu’ils ne sont pas assez nombreux pour effectuer ces missions et de ce qu’ils ne peuvent accomplir l’ensemble de leurs tâches dans le temps imparti.

Les agents de ce service étant particulièrement attachés à leurs missions, il leur est d’autant plus pénible de se trouver dans la situation de ne pouvoir les remplir.

La hiérarchie a beau avoir été alertée de cette situation, notamment lors d’une réunion tenue le lundi 2 décembre, elle campe sur ses positions et maintient sur des agents déjà épuisés, une pression non conforme à ses responsabilités en matière de prévention des risques et des accidents du travail.

Vous n’êtes pas sans savoir que vous avez, en tant qu’employeur, une responsabilité quant à la santé des agents de la ville, conformément au décret 85-603 du 10 juin 1985 relatif à l‘hygiène et la sécurité du travail, ainsi qu’à la médecine professionnelle et préventive dans la fonction publique territoriale.

Article 2—1 : L’autorité territoriale est chargée de veiller à la sécurité et à la protection de la santé des agents placés sous son autorité.

De plus vous êtes tenu de respecter les principes généraux de prévention de l’article L.4121-2 du code du travail.

En l’état, nous avons été informés que bon nombre d’agents sont en arrêt maladie pour surmenage et burnout. Un agent a dû être amené à l’hôpital après un malaise survenu pendant la pause méridienne et causé par un burnout selon son médecin.

Les représentants du personnel au CHS CT vont demander une séance exceptionnelle sur la question. Nous vous saurons gré de veiller à ce que cette demande soit suivie d’effet.

Nous vous prions, monsieur le maire, de recevoir l’expression de notre considération.

Une enquête du CHSCT a également été demandée.

GREVE DES CANTINES : LE MOT DE LA FAIM

Plus encore que par la concertation avec les agents d’entretien des écoles, le maire et sa direction générale ont répondu par une tribune politique dans le Villejuif Notre Ville aux agents des cantines. Et donc, ça se confirme : ceux qui pensaient qu’on était dans l’incompréhension avaient tort, c’est bien du mépris.

En étalant sur une demi page contre-vérités et sentences tendancieuses, l’employeur montre une nouvelle fois qu’il est incapable de recevoir la parole des agents. Dont acte.

Nous pourrions répondre point par point. Nous pourrions objecter que ça n’était pas « quelques dizaines d’agents », mais la quasi totalité des agents en charge des cantines. Nous pourrions redire que si les agents se sont mis en grève, c’est dans l’intérêt des enfants. Mais justement, tout cela nous l’avons déjà dit.

Alors à quoi bon ?

Le discours « officiel » de tribune ne trompe personne.

Les secrétaires généraux des syndicats et les agents qui étaient à la concertation avec le maire savent très bien ce qu’ils ont entendu et qui est en complet décalage avec le contenu de cette tribune infâme. Ils ont entendu un Directeur Général des Services et un Maire qui vantent le professionnalisme de leur interlocuteur, qui se disent conscients des écueils (au point qu’ils ont justement recruté de nouveaux cadres pour y remédier), qui sont prêts à prendre la souffrance physique des agents en compte, qui demandent plus de retours du terrain pour mieux répondre à ces difficultés…

Alors quel est le vrai visage de l’employeur ? Est-ce celui du bon papa qui nous offre des chocolats pour le Printemps ou celui du tribun calculateur qui jette ses agents à la vindicte populaire en dénonçant le fait qu’ils s’en sont « pris » à des enfants ?

Qui s’en est pris à des enfants ? Ceux qui laissent la situation pourrir dans les écoles ? Ou ceux qui dénoncent ce pourrissement et renoncent à une partie de leur salaire pour tenter de convaincre leur employeur de changer les choses ?

Nul ne détient la vérité, sans doute. Et la CGT n’entrera pas sur un terrain politique où, depuis le début du mandat, le maire veut l’amener. Ce confusionnisme est navrant. Nous devrions être dans le dialogue social et pas dans l’invective.

A chacun de décider, donc, quel est le vrai visage de qui.

 

 

 

A TOUS LES AGENTS DE LA MAIRIE DE VILLEJUIF

Chers collègues,                                                               

Nous sommes conscients des difficultés que vous rencontrez dans les services, dans la vie, des pressions y compris financières, que vous subissez au quotidien et qui font que vous hésitez à entrer en grève. Tous les jours vous venez nous les exposer. Nous n’allons pas vous raconter votre propre vie. Nous savons et nous comprenons.

Mais ce sont nos missions, nos emplois, qui sont menacés de passer au privé. Ce sont nos conditions de travail à tous. Combien d’entre nous ont eu à subir des mises à l’écart, des changements de poste sans concertation, des rétrogradations ? Qui peut dire aujourd’hui qu’il n’a pas plus de travail pour un salaire identique voire inférieur ? Qui peut dire qu’il a autant de collègues qu’avant ? Qui peut dire qu’il n’a pas subi ou été témoins d’une situation de harcèlement ? Ne pas intervenir pour la défense de tous, c’est s’exposer à subir tous, les uns après les autres, le même sort !

Rien de tout cela n’est une fatalité : celui qui lutte n’est pas sûr de l’emporter, mais celui qui ne lutte pas a déjà perdu. Alors rejoignez-nous. Dîtes « non » aux pressions, aux tentatives d’intimidation, à la tyrannie de la logique managériale basée sur la répression et la précarisation de tous. Les agents des écoles ont sauté le pas. Après une semaine et demie de mouvement elles et ils ont obtenu seulement la promesse d’une audience. Mais elles et ils ne lâcheront rien et il n’est pas trop tard pour les rejoindre ! Les laisserons nous se battre seul(e)s pour nous tous ?

Si nous étions tous ensemble, il aurait déjà cédé !

Et surtout, au moins, ne tombez pas dans le piège : ne cassez pas la grève ! Ne participez pas au remplacement des agents des cantines ! Si l’employeur veut faire cesser le mouvement il peut négocier !  

TOUS ENSEMBLE NOUS POUVONS TOUT !

TOUS LES JOURS DE 12h30 à 14h DEVANT LA MAIRIE

Et le

lundi 27 mai à 18h00 devant la mairie

une manifestation est organisée par un collectif de défense des services publics (les syndicats CGT des territoriaux de Villejuif, les unions locales CGT et CNT, les gilets jaunes, les parents d’élèves FCPE).

 

Addendum du 23/05/2019, 9h15 : Hier, à 16h23 (sur leurs boîtes pro pour être sûr qu’ils ne les recevraient pas tout de suite) Monsieur le Maire a fait parvenir aux secrétaires généraux CGT une proposition pour une rencontre vendredi 24 à 17h. En l’attente du résultat des négociations, les rassemblements et mouvements annoncés sont maintenus.

GREVE DES AGENTS : NOUVELLE LETTRE AUX PARENTS

Chers Parents et citoyens de Villejuif,

Chers enseignants,

Et chers directeurs d’école

 

Depuis maintenant 9 jours les agents d’entretien et de restauration des écoles sont entrés en lutte.

Après avoir débrayé de 12h30 à 14h00 les lundis et mardis de la semaine dernière. Depuis lundi, ils ont souhaité renouveler leur action de 10h30 à 13h30.

Le maire ignore et méprise toujours le mouvement social initié par les agents et ne propose aucune rencontre afin d’ouvrir des négociations. Alors que son obligation serait d’engager le dialogue et de recevoir les personnels en grève pour mettre un terme à cette situation, il préfère se cacher derrière des enfants de trois ans. S’il peut faire la cantine quand les personnels sont en grève, pourquoi ne va-t-il la faire tous les jours ? C’est tous les jours qu’il manque du personnel pour encadrer la restauration scolaire et que les agents alertent ! Son travail de maire ne serait-il pas plutôt de s’assurer que les agents qui servent à la cantine ont de bonnes conditions de travail ?

Au lieu de ça, la politique managériale instaurée par le maire est basée sur la répression. Les agents sont menacés soit de sanction soit pour ceux étant sous CDD de se voir privés d’emploi ! Encore plus de précarité !

Toujours plus de mépris !

Mais plutôt que de continuer à servir dans des conditions indignes de vos enfants, les agents, épuisés, humiliés, harcelés, ont le courage de se mettre en grève, tellement le service qu’ils rendent est mis en danger.

 Aux effectifs déjà insuffisants, se rajoutent actuellement: 

  • Une organisation inadaptée avec le non remplacement systématique des départs à la retraite, des congés et des absences pour raison de santé.
  • Des demandes de remplacement au pied levé des collègues gardiens et responsables de restauration. Cette demande de polyvalence de trois métiers est inacceptable !
  • L’épuisement du personnel qui engendre du stress, des accidents et des maladies professionnels.
  • L’aide humaine ponctuelle délivrée par l’association AEF94 n’est plus disponible dans certaines écoles sans explication de la municipalité.
  • L’obligation d’utiliser des produits d’entretien ménager de très mauvaise qualité.

Les conséquences directes pour vos enfants sont :

  • Un environnement indigne car les agents ne peuvent plus fournir un travail de qualité !
  • Un entretien et une hygiène des locaux défaillants.
  • Des échanges et un relationnel quasi inexistants avec les adultes qui les entourent au quotidien !
  • Une augmentation significative des délais d’attente avant d’être servis à table, ce qui entrave totalement le moment convivial et serein que doit être un repas.

La CGT revendique un service public de qualité avec :

  • Un plan de titularisation de tous les agents sous CDD sur des postes « vacants ».
  • Le recrutement de contractuels pour remplacer tout fonctionnaire en congés (maladie, maternité, …)
  • l’augmentation des effectifs à la hauteur des besoins des usagers et afin de prévenir les risques de maladies professionnelles liées à une surcharge de travail ou de cadences insoutenables.
  • L’arrêt de l’intervention d’entreprises privées au sein des écoles.
  • La mise en place d’un RIFSEEP basé sur des critères objectifs mettant fin à l’opacité d’attribution des primes.
  • Une réorganisation du service avec l’implication des personnels et des élus  représentants du personnel.

Ces revendications concernent également tous les autres services de la mairie de Villejuif : Les services d’entretien des écoles et la restauration scolaire ne sont que la partie visible de l’iceberg.

Les personnels territoriaux ont à cœur leur devoir de servir la population villejuifoise mais pas au détriment de leur santé physique et mentale, ni de celle des enfants de cette ville, de vos enfants, de vos élèves !  Et tous les jours, en ignorant les alertes de son personnel, c’est vous que le maire maltraite en premier lieu !

Nous appelons les Parents, les enseignants, les directeurs d’établissement et l’ensemble de la population à soutenir ce mouvement en signant cette pétition

et en rejoignant le

lundi 27 mai à 18h00 devant la mairie

une manifestation est organisée par un collectif de défense des services publics (les syndicats CGT des territoriaux de Villejuif, les unions locales CGT et CNT, les gilets jaunes, les parents d’élèves FCPE).

GREVE DES AGENTS : LETTRE OUVERTE AUX PARENTS

Chers Parents de Villejuif,

Chers enseignants, chers directeurs d’école

 

Les agents d’entretien et de la restauration des écoles n’ont plus d’autre choix que de rentrer en lutte.

Par lettre ouverte du 18 avril 2019 accompagné du tract aux parents le Maire a été informé que les personnels des écoles n’avaient plus les moyens d’exercer leurs missions dans des conditions dignes. Le maire a préféré le passer sous silence comme tous les préavis de grève que la CGT a envoyé depuis janvier 2019.

En l’absence d’écoute de l’employeur et d’ouverture de dialogue, les agents ont décidé de se mettre en grève lors de la pause méridienne.

Le maire se contente de demander aux  personnels de la ville non formé de remplacer les gréviste prenant le risque de transgresser des règles d’hygiène, et mettant potentiellement en danger la santé des enfants de la ville.

Ils dénoncent des conditions de travail de plus en plus difficiles, ils sont mis sous pression par leur hiérarchie exigeant d’eux qu’ils remplissent des taches de 2 voire 3 agents.

Ils sont épuisés, cassés stigmatisés, brimés et pour certains humiliés.

Après 2 jours de mouvement, le Maire refuse de recevoir son personnel en souffrance et affiche un total mépris, tant pour les agents que pour les conditions dans lesquelles vos enfants sont reçus quotidiennement à la cantine. Les quotas d’agents d’entretien par école ont été revus à la baisse, ce qui dégrade considérablement les conditions de vie de vos enfants.

La politique managériale instaurée par le maire est basée sur la répression. Les agents sont menacés soit de sanction soit pour ceux étant sous CDD de se voir privés d’emploi.

Malgré cela, les agents ont le courage de se mettre en grève, tellement le service qu’ils rendent est mis en danger.

Aux effectifs déjà insuffisants dans toutes les écoles, se rajoutent actuellement:

  • Une organisation inadaptée avec le non remplacement systématique des départs à la retraite, des congés et des absences pour raison de santé.
  • Des demandes de remplacement au pied levé des collègues gardiens et responsables de restauration. Cette demande de polyvalence de trois métiers est inacceptable !
  • L’épuisement du personnel qui engendre du stress, des accidents et des maladies professionnels.
  • L’aide humaine ponctuelle délivrée par l’association AEF94 n’est plus disponible dans certaines écoles sans explication de la municipalité.
  • L’obligation d’utiliser des produits d’entretien ménager de très mauvaise qualité.

Les conséquences directes pour vos enfants sont :

  • Un environnement indigne car les agents ne peuvent plus fournir un travail de qualité !
  • Un entretien et une hygiène des locaux défaillants.
  • Des échanges et un relationnel quasi inexistants avec les adultes qui les entourent au
  • quotidien !
  • Une augmentation significative des délais d’attente avant d’être servis à table, ce qui entrave totalement le moment convivial et serein que doit être un repas.

La CGT revendique

  • Un plan de titularisation de tous les agents sous CDD sur des postes « vacants ».
  • Le recrutement de contractuels pour remplacer tout fonctionnaire en congés (maladie, maternité, …)
  • l’augmentation des effectifs à la hauteur des besoins des usagers et afin de prévenir les risques de maladies professionnelles liées à une surcharge de travail ou de cadences insoutenables.
  • L’arrêt de l’intervention d’entreprises privées au sein des écoles.
  • La mise en place d’un RIFSEEP basé sur des critères objectifs mettant fin à l’opacité d’attribution des primes.
  • Une réorganisation du service avec l’implication des personnels et des élus  représentants du personnel.

 Ces revendications valent également pour tous les autres services en souffrance à la mairie de Villejuif : les services d’entretien des écoles et la restauration scolaire ne sont que la partie visible de l’iceberg.

Les agents des écoles luttent pour la préservation  du service public, pour l’amélioration de ce service avec les moyens nécessaire pour le rendre.

Les personnels territoriaux ont à cœur leur devoir de servir la population villejuifoise mais pas au détriment de leur santé physique et mentale et de celle des enfants de cette ville.

 

Nous appelons Parents, enseignants, directeurs d’établissement

à venir soutenir ce mouvement en participant

au rassemblement devant la mairie de 12h30 à 14h00,

soit en envoyant un courrier de soutien aux agents (adressé au maire de Villejuif.)

GREVE DES AGENTS : LETTRE OUVERTE AU MAIRE

Monsieur le maire,

 

Comme nous vous l’avons plusieurs fois exprimé, notamment dans notre dernière lettre ouverte, nous devons, vous et nous, entretenir un dialogue social à la hauteur des besoins des agents de la ville, qui permette la mise en œuvre d’un service public répondant toujours mieux aux villejuifois.

Par le mépris que vous n’avez cessé de manifester pour nos organisations syndicales CGT, pour les représentants du personnel CGT, et pour l’ensemble des agents de la ville, vous ne participez en rien à l’amélioration de l’ambiance au sein de notre collectivité. En dépit de nos alertes, au mépris des règles qui encadrent le dialogue social, et en faisant systématiquement le contraire de ce que vous annoncez en la matière. Vous avez contribué à geler toute possibilité de dialogue, et donc d’évolution positive pour les agents de cette ville.

Plus particulièrement depuis qu’a commencé le 13 mai un mouvement de grève qui frappe les écoles, votre administration multiplie menaces et contre-vérités : « Vous serez en faute professionnelle si vous vous mettez en grève » ; « ce préavis ne concerne que les agents d’entretien » ; voire « il n’y a pas eu de préavis légal pour ce mouvement », etc… Que vous le disiez, ou le fassiez dire, aux agents, c’est une chose. Que vous prétendiez communiquer sur ces termes auprès des directions d’écoles ou des parents d’élèves, c’est un autre cadre.

Depuis le mois de janvier, nous vous avons envoyé :

  • Un préavis pour le mois de janvier.
  • Une lettre ouverte le 22 janvier mentionnant les complexités du dialogue sociale et des réorganisations sauvages et de ce qu’elles engendrent pour le personnel.
  • Un préavis pour le mois de février.
  • Un préavis pour le mois de mars.
  • Un courrier en recommandé, le 1er avril, intitulé dénonciation du management par la menace, la discrimination, l’humiliation et la violence.
  • Un préavis courant du 1er avril au 17 mai.
  • Deux tracts relatifs à de graves disfonctionnements dans les écoles, diffusés à partir du 18 avril (un pour la population, un pour les agents).
  • Une lettre ouverte le 18 avril intitulée Mouvement social des agents de la mairie et du CCAS de Villejuif.
  • Un tract relatif à l’assemblée générale du 6 mai, concernant les agents d’entretien des écoles.
  • Un préavis pour la période du 18 au 31 mai.
  • Un tract envoyé le 6 mai, annonçant le mouvement des agents d’entretien.

Le tract du 18 avril à la population indiquait : « Nous souhaitons vous informer dès à présent que nous demandons à notre employeur, le maire de cette ville, de nous donner tous les moyens nous permettant de servir le public de façon irréprochable. Sans réponse et engagement de sa part, un mouvement social sera initié après les vacances de printemps. »

Les agents, soucieux de laisser aux parents un délai pour s’organiser, et de vous laisser toute latitude de nous proposer un rendez-vous, n’ont débuté leur mouvement que le 13 mai. Cela vous laissait aussi tout le temps d’organiser le service public et d’informer les usagers.

Il est insupportable pour nous de savoir que vous prétendez « ne pas avoir été informé » de la possibilité de ce mouvement de grève. Pas une seule fois vous n’avez daigné répondre à ces envois, alors que la loi vous y oblige, au moins pour les préavis de grève.

Nous sommes toujours en attente de votre réponse et à votre disposition pour vous rencontrer, vous exposer précisément les revendications des agents et négocier afin d’éviter que plus de services se mettent en grève.

Mais il vous semble préférable, plutôt que de faire en sorte que les agents reviennent au travail par le dialogue, d’aller effectuer vous-même leurs missions. Qu’à cela ne tienne. Au moins cela vous aura permis de constater la dureté du travail de la restauration scolaire…

Nous vous réaffirmons notre volonté de dialoguer, de négocier, et de trouver des solutions concertées qui permettront à la fois une amélioration des conditions de travail et d’existence, non seulement des agents d’entretien et des agents des cantines dans les écoles, mais de tous les agents de la ville, et permettront que soit rendu le service dû au public dans des conditions optimum pour la satisfaction de tous.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le maire, l’assurance de notre considération.

 

20190515 – Lettre ouverte

ATSEM : Allez, on remet ça !

Comment vous dire ?

Ca faisait des mois qu’on attendait que le dialogue social reprenne. Eh ben c’est dingue, mais d’un seul coup, tout le monde s’y met, au point qu’on a été obligés de se partager pour tenir plusieurs réunions en même temps. Le mercredi 19 avril au matin, non seulement on avait une réunion sur le stationnement des agents – un dossier qui commence à dater – mais en plus, on avait la réunion des ATSEM promise en juillet 2016 !

Donc, cette fois-ci, pas question de mobilité forcée, mais d’une mobilité consentie pour les ATSEM. Sur quels critères ? C’est là que ça coince ! Personne n’a été capable de nous l’expliquer – en tous cas pas d’une façon satisfaisante. Le mot « discriminatoire » a été prononcé et les ATSEM n’ont pas été en reste pour s’en plaindre. Mais c’est vrai que des critères comme « expérience », « assiduité » ou « mixité » auraient mérité d’être un peu mieux explicités… Parce que là…

Ensuite l’élue chargée de l’enfance nous a dit qu’elle suivait « de très près » les travaux du Conseil d’Etat suite au mouvement national des ATSEM de février dernier… Forcément, nous, on s’est félicités qu’il’elle soit à ce point impliqués pour faire aboutir les revendications de la CGT en la matière !

On évitera de s’étendre sur le rappel au « droit de réserve » fait aux ATSEM. Il n’avait rien à faire là et la démarche consistait avant tout à demander que soit respectée une forme de discrétion professionnelle. Mais pour ceux que l’obligation de réserve intéresse vraiment, il vaudra mieux cliquer ici.

Dernier point à l’ordre du jour : les formations. Sacré programme puisqu’il faudra initier les ATSEM à la bientraitance et aux problématiques soulevées par l’accueil des enfants handicapés en maternelle. Très ambitieux, mais ne serait-il pas possible, plutôt que d’envoyer les soixante trois ATSEM de la ville en formation à la Défense sur trois sessions (dont elles reviendraient avec… une clé USB !) de faire des formations en interne ? On a l’équipement nécessaire, et ça éviterait les frais de transport et de restauration.

Du coup, les ATSEM sont reparties avec la promesse d’une… nouvelle réunion !

Vous avez dit ATSEM ?

Vous savez tous ce qu’est une ATSEM (Agent Territorial Spécialisé des Écoles Maternelles) ?

Nous avions déjà évoqué la pénibilité de leur travail et les difficultés qu’elles rencontrent au quotidien, notamment en matière de formation et d’évolution de carrière.

Aussi, il était important sans doute que notre employeur décide arbitrairement de les faire toute bouger d’école, de changer les dates de congés, sans consultation, sans possibilité de discussion… Cela fait suite à l’annonce de la réduction de leur nombre (pour arriver à une ATSEM par classe) par le maire aux directeurs d’école, il y a quelques semaines…

classe millions

Encore une fois ce sont les petits qui vont payer la Police Municipale ? Elle n’est pourtant pas si loin, l’époque où pour expliquer la dette municipale aux Villejuifois, l’exécutif parlait du prix des sucettes…

Nos collègues informeront les parents à partir d’aujourd’hui quant à leur situation et des mouvements de grèves sont à redouter dans les jours à venir…

 

ATSEM EN COLERE 2