Le Saviez-vous ? DISCRIMINATION DIRECTE ET INDIRECTE

Résultat de recherche d'images pour "discrimination travail"Une discrimination directe est la situation dans laquelle une personne sur le fondement d’un motif prohibé est traitée de manière moins favorable qu’une autre ne l’est, ne l’a été ou ne l’aura été dans une situation comparable.

Une discrimination indirecte est une disposition, un critère ou une pratique neutre en apparence mais susceptible d’entraîner, sur la base d’un motif prohibé, un désavantage particulier pour des personnes par rapport à d’autres personnes.

Par exemple, le fait de ne pas embaucher une personne en raison de son sexe ou de son orientation sexuelle est une discrimination directe.

Le fait de ne pas prévoir de dispositions particulières pour accueillir du personnel en situation de handicap dans de nouveaux locaux est une discrimination indirecte.

Si vous en êtes victime à la mairie de Villejuif, contactez nous !

POUR QUI Y A PAS D’GALETTE ?

Deux séances pour les « vœux du maire » à son personnel sous forme de galette des rois. Tout un symbole, non ?

Précisons qu’auparavant il y avait ce qu’on appelait « les vœux au personnel » ou « la soirée du personnel »… Remplacer un dîner dansant par un goûter, c’est déjà pas très généreux…

Une séance un mercredi à 16h30 – les services administratifs avaient même le droit de fermer, sauf s’il y avait déjà des rendez-vous prévus (?!), une autre à 13h un lundi.

Pourquoi les personnels invités à la première séance pouvaient finir une demi-heure plus tôt, alors que ceux invités à la deuxième séance devaient prendre une demi-heure sur leur temps de pause déjeuner ?

Comment les animateurs qui à 16h30 un mercredi sont en plein travail, et à 13 h s’occupent des enfants, étaient-ils censés venir entendre les vœux de monsieur le maire ? Même question pour les agents d’entretien des écoles, les agents de la médiathèque, les ATSEM, les chauffeurs de cars, les éducateurs de jeunes enfants et les auxiliaires de puériculture, le personnel des centres municipaux de santé, les gardiens des écoles ou des gymnases…

Quand on fait tourner la fève, c’est pas joli joli de ne pas inviter une partie de la famille…

Mais bon, c’est comme ça… On a bien compris qu’à Villejuif, tout le monde n’aura pas accès à la couronne.

VICTOIRE POUR LAURENT !

Une belle victoire pour notre camarade Lolo Pepe : Le verdict du procès est tombé ! Ce n est pas une relaxe puisqu’ il y a un rappel à la loi mais sans peine de prison même avec sursis et sans amende. Rien d’inscrit au casier judiciaire. Les charges de « Violence en bande organisée » ont été requalifiées en « port d’arme illégal ». Étant donné les réquisitions et le ton initial de la procureure c est incontestablement une victoire syndicale complète que nous avons obtenu par la mobilisation.

20170106_095654

 

DISCRIMINATION AU TRAVAIL : DES MESURES D’URGENCE S’IMPOSENT

travail_dimanche4Deux études viennent confirmer la persistance voire l’aggravation des discriminations et du racisme en entreprise. Celle du défenseur des droits publiée lundi 19/09 dans laquelle 60% des répondant-es disent être souvent victimes de discrimination du fait de leurs origines et témoignent du déclassement dont ils et elles sont victimes. Et celle de France stratégie, qui chiffre le coût des discriminations de 3 à 14% du PIB. Cet écart entre les valeurs de la république et leur effectivité, cette impunité en matière de racisme et de discriminations, sont le terreau sur lequel prospère le terrorisme. Plutôt que de multiplier les déclarations et polémiques visant à diviser et hiérarchiser les français-es, les décideurs politiques feraient bien d’adopter des mesures très fortes pour mettre fin à ces discriminations qui sont une honte pour notre République.

Depuis novembre 2014, le gouvernement a lancé, avec les acteurs sociaux et les associations une concertation sur les discriminations. La CGT, avec l’intersyndicale et les associations, a proposé une série de mesures concrètes qui restent à ce jour sans réponse. Le gouvernement doit prendre ses responsabilité et ne plus se contenter de la recommandation de « bonnes pratiques » et de l’incitation à des « comportements vertueux » sans décider de mesures contraignantes.

La CGT demande :
– La mise en place d’un registre d’embauche, recensant les CV reçus et les recrutements effectués, avec le sexe, le nom, la date et lieu de naissance, le lieu de résidence et le niveau de qualification du candidat ;
– La mise en place d’une notification des droits, remise obligatoirement lors de chaque entretien d’embauche, rappelant les questions que le recruteur n’a pas le droit de poser ainsi que les recours en cas de discrimination ;
– La mise en place d’un indicateur permettant de mesurer les écarts sur les carrières et d’adopter des mesures de prévention par la négociation ;
– Une action de groupe, de façon à permettre à l’ensemble des victimes d’une même discrimination d’aller en justice, de gagner la réparation intégrale de leur préjudice et des condamnations dissuasives ;
– Des sanctions pour les entreprises qui discriminent.

Le projet de loi égalité citoyenneté qui arrive en discussion au Sénat à la fin du mois de septembre est le support idéal pour intégrer ces mesures. Qu’elles soient sexistes, racistes ou syndicales…, les discriminations sont inacceptables et ne peuvent se contenter de mesures de communication ou de slogans.

Montreuil, le 21 septembre 2016