A TOUS LES AGENTS DE LA MAIRIE DE VILLEJUIF

Chers collègues,                                                               

Nous sommes conscients des difficultés que vous rencontrez dans les services, dans la vie, des pressions y compris financières, que vous subissez au quotidien et qui font que vous hésitez à entrer en grève. Tous les jours vous venez nous les exposer. Nous n’allons pas vous raconter votre propre vie. Nous savons et nous comprenons.

Mais ce sont nos missions, nos emplois, qui sont menacés de passer au privé. Ce sont nos conditions de travail à tous. Combien d’entre nous ont eu à subir des mises à l’écart, des changements de poste sans concertation, des rétrogradations ? Qui peut dire aujourd’hui qu’il n’a pas plus de travail pour un salaire identique voire inférieur ? Qui peut dire qu’il a autant de collègues qu’avant ? Qui peut dire qu’il n’a pas subi ou été témoins d’une situation de harcèlement ? Ne pas intervenir pour la défense de tous, c’est s’exposer à subir tous, les uns après les autres, le même sort !

Rien de tout cela n’est une fatalité : celui qui lutte n’est pas sûr de l’emporter, mais celui qui ne lutte pas a déjà perdu. Alors rejoignez-nous. Dîtes « non » aux pressions, aux tentatives d’intimidation, à la tyrannie de la logique managériale basée sur la répression et la précarisation de tous. Les agents des écoles ont sauté le pas. Après une semaine et demie de mouvement elles et ils ont obtenu seulement la promesse d’une audience. Mais elles et ils ne lâcheront rien et il n’est pas trop tard pour les rejoindre ! Les laisserons nous se battre seul(e)s pour nous tous ?

Si nous étions tous ensemble, il aurait déjà cédé !

Et surtout, au moins, ne tombez pas dans le piège : ne cassez pas la grève ! Ne participez pas au remplacement des agents des cantines ! Si l’employeur veut faire cesser le mouvement il peut négocier !  

TOUS ENSEMBLE NOUS POUVONS TOUT !

TOUS LES JOURS DE 12h30 à 14h DEVANT LA MAIRIE

Et le

lundi 27 mai à 18h00 devant la mairie

une manifestation est organisée par un collectif de défense des services publics (les syndicats CGT des territoriaux de Villejuif, les unions locales CGT et CNT, les gilets jaunes, les parents d’élèves FCPE).

 

Addendum du 23/05/2019, 9h15 : Hier, à 16h23 (sur leurs boîtes pro pour être sûr qu’ils ne les recevraient pas tout de suite) Monsieur le Maire a fait parvenir aux secrétaires généraux CGT une proposition pour une rencontre vendredi 24 à 17h. En l’attente du résultat des négociations, les rassemblements et mouvements annoncés sont maintenus.

BOURSE DU TRAVAIL : PAS DE TRÊVE ESTIVALE !!!

LES SYNDICATS DE VILLEJUIF EN VOIE D’ETRE EXPULSES DE LEUR LOCAL

LE MAIRE DE LA VILLE PROFITE DE L’ETE

POUR MENER SA SALE BESOGNE

Après plus d’un an de silence de M. LE BOHELLEC, maire de Villejuif, et de sa majorité municipale sur le conflit qui nous a opposé en 2015 concernant l’occupation et l’utilisation des locaux de la Bourse du travail de Villejuif, située au 16 rue Jean Jaurès, c’est en plein cœur de l’été que ce sinistre personnage a déposé un recours devant le tribunal administratif ordonnant l’expulsion de l’ensemble des organisations syndicales de leur siège historique.

La Cgt du Val-de-Marne s’indigne devant ce véritable coup bas et s’élève contre l’acharnement antisyndical dont fait preuve le maire de Villejuif depuis son élection.

Rejetant de façon incompréhensible notre demande de report du procès pour cause de congés d’été, le tribunal administratif de Melun a, aujourd’hui même, ordonné notre expulsion de la bourse de travail dans un délai d’un mois adossé d’une astreinte de 200 euros pas jour de retard.

Dès demain, une rencontre entre les UD CGT et FO se tiendra à Créteil pour échanger sur cette terrible décision. A noter qu’aucune autre proposition de relogement des organisations syndicales n’a, à ce stade, été formulée par la majorité municipale. C’est un coup sans précédent à l’ensemble des salariés et résidents de Villejuif qui vient résolument d’être porté aujourd’hui, ainsi qu’un nouvel affaiblissement du service public sur cette ville déjà bien atteinte par les logiques comptables et austéritaires dont se gargarise Monsieur LE BOHELLEC.

La Cgt du Val-de-Marne ne laissera pas faire. Elle ne permettra pas que les salariés de ces territoires se voient demain un peu plus vulnérables face à leur employeur pour cause de disparition de leur bourse du travail.

Dès à présent, et dans l’unité la plus large et la plus populaire possible, elle s’autorisera à déployer de vastes actions de résistance sur la commune afin que des solutions nouvelles soient trouvées pour garantir, là comme ailleurs, une présence syndicale autonome, utile et efficace pour chaque salarié.

Nos anciens se sont battus pour gagner ces bourses du travail, on se battra pour les garder !

Créteil le 9 août 2017

 

NOMBREUX POUR LA DEFENSE DU SERVICE PUBLIC

C’était une belle journée.

Naturellement, nous avons eu la pluie, nous avons eu le soleil, mais surtout nous avons eu du monde et nous avons donné de la voix.

Nous avons procédé au dépôt du cercueil du service public devant la mairie

Espérons que cela a permis à notre employeur de nous entendre…

Bannière

Nos prochaines actions :

Jeudi 23 juin : appel national à la grève contre la Loi Travail 14h00 à Bastille

 

 

RASSEMBLEMENT

LE VENDREDI 24 JUIN A PARTIR DE 17H30 devant la Mairie

 

 

RASSEMBLEMENT DEVANT LE CONSEIL MUNICIPAL

pour-toutes-les-droites-definitivement-ce-qui-predomine-c-est-la-haine-des-fonctionnaires_5124182-MLE 8 AVRIL : UN BUDGET ELABORE AU SECATEUR !

Sortir de la dette, c’est l’objectif principal de l’exécutif porté au pouvoir en avril 2014. Une préoccupation tout à fait légitime au vu des baisses de dotations de l’état et des ponctions réalisées notamment par la loi NOTRe sur le budget des collectivités…

Mais à Villejuif, c’est une volonté politique de détruire le service public et c’est le public en pâtit !

Des coupes sombres dans les budgets de fonctionnement pour des services tels que les centres de loisirs, la jeunesse, la ludomobile, la médiathèque, maisons pour tous, le fonctionnement des écoles… Et demain ?

On nous annonce à terme la disparition de 300 postes d’ici 2020… Le maire a d’ores et déjà informé les directeurs des écoles que les ATSEM ne seraient plus remplacées, d’une ATSEM par classe (jusqu’à maintenant) pour arriver au minimum légal (une ATSEM par école) !!! Les autres services suivront… Les agents de catégorie C seront les premiers impactés… Pour passer certains services au privé ? À quel prix pour les Villejuifois ? On peut faire moins cher pour la mairie ! Mais si c’est moins bien et pas moins cher pour les usagers ?

A l’heure actuelle, les agents qui partent en retraite ou en mutation ne sont pas remplacés, ni plus que ceux qui sont en congé parental ou maternité, en formation… Bilan de l’opération : un service public qui boitille et des agents qui effectuent leur mission et celles de leurs collègues non remplacés…

ON NE SAUVERA MEME PAS LES MEUBLES.

Alors même que les agents pallient aux conditions de travail difficiles qu’ils subissent depuis l’incendie de la mairie, les services régaliens (état civil, affaires générales) campent depuis bientôt six mois dans des locaux non adaptés alors même que des locaux municipaux sont disponibles pour les accueillir ! Mais non… Les agents n’ont qu’à se serrer et prendre leur mal en patience… Et tant pis pour les usagers… Aujourd’hui, on a son acte de naissance en trois jours au lieu d’un, et il faut impérativement prendre rendez-vous pour réaliser son passeport. Tous les délais sont allongés du fait de cette inadaptation des locaux. Un espace partagé à 5 agents pour recevoir les demandeurs de pièces d’identité… Adieu confidentialité…

Question bâtiments municipaux, il faut vendre l’existant (maison des association, maison des marronniers) d’urgence et dépenser ce qui reste sous prétexte de mettre en place une Police Municipale forte de 45 agents d’ici 2020… 45 postes à supprimer en plus des 300 annoncés ? Et les installer où ?

DEFAUT DE GOUVERNANCE : Y T’IL A QUELQU’UN DANS LE BATEAU ?

À cela viennent s’ajouter les diverses attaques et les excès de l’exécutif dans sa relation aux personnels. Insultes, intimidation, mises au placard, non-respect des instances… Les élus ne tiennent compte ni de notre expérience, ni de nos savoir-faire. Les agents sont démolis devant les partenaires, devant les journalistes, devant les directions d’écoles, sur les réseaux sociaux… Quelque chose ne fonctionne pas ? Besoin d’un coupable ? C’est la faute aux services… Alors même que nous travaillons avec des budgets minuscules qui ne permettent plus de rendre un service public à minima. Nous sommes dépossédés de toute possibilité de prendre une décision et d’apporter notre expertise pour défendre l’intérêt général ! Nous devons suivre des ordres, encore faut-il qu’on nous les donne !

Et comme, entre eux, le maire et ses élus ne s’entendent pas, c’est mission impossible ! Faire pour plaire à l’un, défaire pour plaire à l’autre et se faire engueuler parce que ce n’est pas assez vite… Mais réfléchir à l’efficience, réorganiser les services efficacement ? Pas question ! Tout est affaire de lutte de pouvoir entre les groupes qui composent l’Union Citoyenne !

 

USAGERS OU ACTEURS : LE SERVICE PUBLIC EST NOTRE BIEN COMMUN !

DEFENDONS LE !