EGALITE FEMME HOMME, C’EST PAS GAGNE…

Le rapport égalité femmes-hommes a été présenté lors du dernier conseil municipal… On en apprend des choses…

La problématique a été abordée lors de la présentation du Rapport sur l’Etat de la Collectivité, lors d’un précédent Comité Technique et au CHS CT du 12 novembre dernier.

Et c’est pas reluisant : l’écart salarial entre les hommes et les femmes se creuse à la mairie de Villejuif. On a beau nous expliquer que tout est normal, que c’est lié au départ en retraite de femmes cadres, et que donc ça va se corriger tout seul, cette explication est parfaitement incomplète – voire un peu hypocrite.

Les faits sont les suivants : femmes représentent 63,4 % des effectifs, mais surtout 86% des temps partiels et 71% des agents contractuels. Elles sont donc plus fréquemment sur des emplois précaires que leurs collègues masculins. Le personnel féminin constitue la très large majorité des maladies professionnelles (75%), mais continue d’être moins souvent bénéficiaire des promotions internes. Sur 3 directeurs généraux, une seule est une femme. Et sur l’ensemble des directeurs, il ne reste que deux femmes… Le plafond de verre est solidement accroché.

Et de fait, comme les salaires des « nouveaux » cadres est plutôt en augmentation, mais que ce sont majoritairement des hommes, il résulte que les hommes gagnent mieux leur vie en mairie de Villejuif que les femmes…

Et pourtant, dans la fonction publique le statut est garant que ces inégalités ne peuvent pas grandir. Le recours systématique aux contractuels et le RIFSEEP, avec sa part variable et sa prime au mérite, ne feront, à terme qu’empirer la situation. C’est l’une des raisons pour lesquelles la CGT a dénoncé ce nouveau régime indemnitaire et continuera à dénoncer le recours aux contractuels.

Et pendant ce temps là, si on s’en réfère aux statistiques et à la moyenne nationale, c’est comme les femmes travaillent pour rien depuis la mi-novembre, par rapport à leurs collègues hommes… Tout le monde trouve ça anormal, soit disant… Par contre, si les efforts pour atteindre une égalité salariale femmes-hommes continuent à ce rythme, la fracture devrait être réduite aux alentours de 2070…

Seules 15,86% des entreprises ont mis en place, depuis 2016 un plan pour favoriser l’égalité professionnelle. La loi les y oblige pourtant depuis trois ans. A la mairie de Villejuif, on attend toujours, et ce rapport n’a pas été présenté en propre aux instances : ces données étant contenues dans le Rapport sur l’Etat de la Collectivité, l’égalité femmes-hommes n’a pas été débattue comme un point à part entière… Sans doute parce que ce sujet n’est pas une priorité.

POURQUOI N’Y A T’IL PAS EU DE COMITE TECHNIQUE A LA MAIRIE DE VILLEJUIF HIER ?

Dans le règlement intérieur du Comité Technique, il est précisé qu’une commission d’ordre du jour doit se tenir pour fixer l’ordre du jour du comité technique. A dessein, la présidente a programmé cette commission d’ordre du jour un mercredi soir à 17h15, c’est à dire en dehors des heures de travail…

Les représentants du personnel ont informé de cet état de fait. Ils ont demandé à ce que la réunion soit repoussée, ou avancée. Pas moyen : « la présidente du Comité Technique a des obligations professionnelles » a-t-on objecté…

Bilan : pas de commission d’ordre du jour, pas de CT ! Sauf qu’il s’en tenait un, sans représentant du personnel, le 15 mars à 9h – d’ailleurs, il a été envahi par les agents qui venaient parler du problème du stationnement

Les organisations syndicales ne peuvent que déplorer cette obstination, et dénoncer ces agissements cavaliers, d’une violence morale rare.

A l’heure où les fonctionnaires sont pris pour cible – tout de même 120 000 suppressions de postes dans la ligne de mire du gouvernement Macron – notre employeur et ses adjoints indiquent clairement de quel côté ils se situeront quand viendra la purge. Pas de celui des employés.

 

 

SÉANCE COMMUNE DU CT / CHS CT : TOUT VA TRES BIEN MADAME LA MARQUISE…

Encore un ordre du jour chargé pour la séance commune du CT et CHS CT du 11 décembre :

1. Evolution de la Police Municipale : Déploiement de la vidéo protection et aménagement du centre de supervision urbaine. Un dossier dont le titre ne dit pas tout, puisque désormais non seulement on doit faire plus avec autant, mais que les policiers municipaux, eux, seront plus dans autant d’espace, avec aucune des conditions minimum requises en matière d’espace de travail. Des vestiaires insuffisants, pas de douche… En l’absence d’un certain nombre d’éléments, notamment financiers, les représentants du personnel ont refusé de donner un avis sur ce dossier…

2. Le tableau des effectifs. Considérant qu’on ne pouvait pas se prononcer en 2017 sur un tableau non bouclé, et en l’absence du tableau du CCAS (comme en mai dernier pour le tableau 2016) le collège employé a refusé de rendre un avis sur ce dossier.

3. Registre Sécurité et Santé au Travail. Adopté à l’unanimité, mais il faut dire… C’est obligatoire d’en avoir un et on en avait plus…

4. Rapport d’Activité de la Psychologue du Travail. Pas de vote sur ce dossier et nous aurons l’occasion d’y revenir plus en profondeur…

5. Rapport d’activité de l’Assistante Sociale. Pas de vote sur ce dossier et nous aurons l’occasion d’y revenir plus en profondeur…

6. Rapport sur les Accidents de Travail de la Collectivité. Pas de vote sur ce dossier et nous aurons l’occasion d’y revenir plus en profondeur…

7. Information sur l’interdiction de fumer et de vapoter. Comme nous n’avions pas de dossier sur cette question, nous nous attendions à ce que le point soit supprimé, mais il s’agissait juste de nous faire partager un panonceau qui va nous interdire de vapoter dans les bureaux…

Le bilan de cette séance est double : d’abord, les choses ne vont pas mieux, comme le démontrent les rapports de l’assistante sociale du personnel et de la psychologue du travail, mais aussi le nombre en croissance d’accidents du travail… Ensuite, de plus en plus souvent, la séance dérape. On a beau avoir l’habitude à Villejuif, le deuxième pays des bisounours, ça fait drôle de voir la présidente du Comité Technique invectiver une experte… Ou encore d’entendre la présidente du CHS CT reprocher au collège employés de poser trop de questions… Ou de nous interdire de mentionner même le RIFSEEP ! Ou d’assister à de telles engueulades au sein du collège employeurs qu’il faut prendre à témoin le collège employés qui se retrouve, en plein débat sur l’aggravation des risques psychosociaux et de la paupérisation des agents, à devoir assister au même spectacle qu’un prof de sixième chargé d’enseigner une règle de grammaire dans une classe obscure une veille de week-end férié… Nous comprenons bien qu’il y a en ce moment ce qu’il convient de nommer des tensions au sein du Conseil Municipal, mais enfin tout de même…

Nous étions venus dans l’espoir qu’on répondrait à nos questions. Nous avons demandé quelle était la position politique en matière de management (plutôt autoritaire ou participatif), ou encore quels efforts le collège employeur était prêt à réfléchir pour lutter contre le problème des agents sans domicile fixe (il y en a) : au lieu de ça, nous aurons eu droit à des dénégations. Somme toute, plutôt que de chercher à trouver des solutions, le message consiste à nous faire avaler qu’à priori c’est pas leur faute… « Nous avons fait beaucoup ! » déclare une des élues sur la question du logement… C’est à dire ? Intervenir au cas par cas, ce qui n’a pas toujours porté ses fruits… En ce qui nous concerne, ce n’est pas la bonne réponse : il faut une règle qui puisse s’appliquer à tous, un dispositif dont chacun puisse bénéficier…

Les représentants du personnel regrettent qu’encore une fois, le débat en instance soit paralysé par des querelles d’égo : le CT / CHS CT n’est pas là pour savoir si les choses sont bien faites, et encore moins pour distribuer des bons points aux adjoints au maire, mais pour faire un constat et essayer de réfléchir à comment améliorer les choses globalement.

Une prochaine fois, peut-être.

 

Y A EU DES CT !

On ne peut pas dire que l’année se termine comme elle a commencé en ce qui concerne le dialogue social à Villejuif. Autant au début de l’année 2017 il n’y en avait plus du tout parce que la présidence des instances a été réattribuée, autant là, on en est à une séance tous les mois, si c’est pas tous les quinze jours…

Malheureusement, c’est pas la quantité qui fait la qualité. Pas moyen pour les représentants du personnel de proposer des points aux ordres du jour et la méthodologie approuvée par l’unanimité du CT en février 2016 en matière de réorganisation n’est jamais revenue de vacances.

Toujours est il que les ordres du jour étaient les suivants :

Comité Technique du 19 Octobre 2017.

  • Approbation du Compte-rendu du CT du 15 décembre 2016
  • Approbation du compte-rendu du CT du 11 mai 2017
  • Approbation des comptes rendus des CT du 15 juin 2017
  • Approbation du compte-rendu du CT du 29 juin 2017
  • Le RIFSEEP
  • Organisation des services Propreté Urbaine et Jardin en ville
  • Projet de service Jeunesse
  • Projet de service Accueil Central/Loge Mairie
  • Questions diverses

Seulement voilà, le 19 octobre, nous étions en mouvement contre la loi travail. Nous avons demandé à ce que la séance soit reportée mais la présidente du CT nous l’a refusé. Le CT s’est donc tenu, la présidente a constaté un défaut de quorum, et la séance a été convoquée à nouveau, avec le même ordre du jour pour le 9 novembre.

Ca tombait bien ! Le 9 novembre, nous avions déjà un Comité Technique de prévu !

Et entre temps, il y a eu un CHS CT, à l’ordre du jour plutôt… maigre…

ORDRE DU JOUR DE LA SEANCE DU CHS CT DU 6 NOVEMBRE 2017

  • Approbation du compte rendu de la séance du 19 avril 2017
  • Approbation du compte rendu de la séance du 5 mai 2017
  • Approbation du compte rendu de la séance du 15 mai 2017
  • Diagnostic sur les risques Psycho Sociaux

Et là, bilan des opérations : l’enquête lancée fort adroitement (si le but était de ne pas avoir de résultats) entre fin mai et début août par internet n’a pas recueilli même 30% de réponse. Les agents sans poste informatique n’ont pratiquement retourné aucun questionnaire papier. L’étude se poursuit, mais pour nous, c’est un constat d’échec sur lequel nous aurons l’occasion de revenir.

ORDRE DU JOUR DE LA SEANCE DU CT DU 9 NOVEMBRE (au matin) :

  • Approbation du compte rendu de la séance du 19 octobre 2017
  • Regroupement des services Affaires Générales / Etat Civil / Cimetière / Elections
  • Réorganisation du système urbanisme règlementaire
  • Nouveau règlement des Centres Municipaux de Santé

Et là, surprise. D’abord, pas de compte rendu de la séance du 19 Octobre 2017. Alors que bon… Faire le compte rendu d’une réunion de cinq minutes qui s’est contentée de constater que nous n’étions pas là… Où était la difficulté. Premier conflit entre le collège employé et la présidente, d’une humeur massacrante, craignant par dessus tout qu’on arrive pas à boucler la séance dans les temps… Faut dire que de notre côté, ce jour là, nous ne pouvons pas nous empêcher de nous souvenir que si nous sommes 8 à siéger, élus titulaires ou suppléants, nos collègues sont pour beaucoup chez eux pour causes de maladie liées au « travail » (quand ce n’est pas à une forme ou une autre de harcèlement).

Est-ce parce qu’il y a une nouvelle séance l’après midi que le nouveau règlement des CMS passe à la trappe « sur décision de la Direction Générale » ? En réalité, il semble que la concertation des agents n’ait pas été prouvable sur ce dossier, mais on a l’habitude.

Les deux autres emportent notre approbation.

SEANCE DU 9 NOVEMBRE (après midi).

Sur le même ordre du jour que la séance du 19 octobre.

Constat de certains membres du collège employeur : ils n’avaient pas reçu de convocation pour la séance de la matinée ! Curieux que ça soit tomber sur les membres appartenant à l’opposition, tout de même…

L’étude des comptes rendus s’est bien passée à une exception près : une séance de décembre 2016 (bonjour le dépassement de délai). Nous avons reçu sur table la version du compte rendu absente le matin (comme quoi, ça prenait vraiment pas longtemps à tricoter).

On va pas se le cacher, nous, ce que nous attendions c’était le débat sur le RIFSEEP – au sujet duquel nous avions déjà publié une lettre ouverte à notre employeur. D’autant plus que malgré les réassurances de la Direction Générale pendant le CT, un certain nombre de choses ne sont toujours pas éclaircies : il y aura bien une augmentation du régime indemnitaire lors du passage au RIFSEEP, les amputés de salaires seront rétablis dans leurs droits à son occasion. Okay. Mais en échange d’une augmentation de 12 € par mois, nous ouvrons la porte à la rémunération au mérite (avec une mise en place du CIA prévue dès 2019) dont nous ne savons strictement rien, sans avoir eu accès à un état des lieux des primes, à une information sur la mise en oeuvre (inachevée) du PPCR, et sans que les grilles d’évaluation aient été réétudiées pour garantir des critères équitables, quantifiables et opposables aux agents ? La seule garantie qu’a fini par nous concéder le directeur général des services c’est : nous. « Vous êtes là. Si il y a des injustices à l’avenir, vous saurez les dénoncer. » Nous avons voté contre.

Soulignons tout de même qu’au lieu d’une augmentation promise pour 2017, nous aurons une augmentation seulement en 2018 – pourquoi continuer de la promettre pour 2017, alors ? Soulignons aussi que nous n’avons reçu aucune garantie tangible. Sur les concertations du RIFSEEP, il n’y a pas un seul compte rendu, et nous attendons toujours que le maire écrive sur le sujet. L’expérience nous a pourtant appris que les paroles s’envolent.

Par contre, nous avons voté pour les trois dossiers restants, ayant largement consulté les agents en amont et noté qu’ils étaient sinon favorables du moins pas opposés aux transformations proposées. Malheureusement, nous restons vigilants : des directions qui n’ont pas encore présenté leur réorganisation réorganisent déjà les services, ce qui permet, notamment, de ne pas aborder les problèmes de fond. Le guichet unique, par exemple… Quelle forme prendra t’il à Villejuif ? On aura même pas le droit d’aborder le sujet…

Enfin… on pensait qu’il ne resterait plus qu’une seule séance pour conclure une année 2017 complètement hallucinante en matière de comité technique ou de CHS CT, la séance commune prévue pour le 11 décembre. Et ben non !

Surprise : On nous convoque à nouveau pour parler du RIFSEEP le 23 novembre ! Nous qui pensions que nous avions déjà été assez désagréables comme ça ! Il faut croire que le collège employeur y prend goût, contrairement à ce qu’il semble quand nous sommes en séance…

AGENTS EN SOUFFRANCE : LA COUPE EST PLEINE

Après des mois et des mois à « camper » dans des bureaux de fortune, à subir les sous effectifs et une pression accrue de leur direction, il est enfin à l’ordre du jour de remettre en état le rez-de-chaussée de la mairie pour que les agents le réintègrent. Il serait trop simple de le faire dans l’intérêt du personnel et du service public, de tenir compte des besoins des services : A été présenté en CHS CT un rapport qui annonce la réfection du hall et du service de l’état civil en Open Space. Pire, on supprime aux agents leurs imprimantes, compliquant d’autant la réalisation des actes, extrêmement pointue. Le tout dans une ambiance de flicage, de sous-effectif et avec une pression toujours plus forte !

C’est d’abord le public qui en fera les frais !

Un guichet unique, pourquoi pas ? S’il peut permettre d’accueillir le public dans de meilleures conditions ! Actuellement, les agents n’en peuvent plus : La gymnastique qui consiste à gommer les différences entre le métier des Affaires Générales et celui de l’Etat Civil, appelés à faire de la « polyvalence » dans le cadre du guichet unique, ne se traduira sur le long terme que par une dégradation du service rendu aux usagers ! Les équipes en ont assez d’être mises sous pression et de devoir assumer des décisions à l’emporte-pièce qui saboteront leur travail, qu’on les pousse à la faute, qu’on ne prenne pas leur parole en compte, qu’on leur en demande toujours plus avec moins !

Les agents, les organisations syndicales, ont alerté !
Et personne ne les a écoutés !

Aussi nous appelons à la

GREVE

Le mercredi 31 mai 2017 de 10 h à 12 h

Rassemblement devant la mairie

 

o             Contre la pressurisation systématique des chefs de services et de leurs équipes qui se voient contraints de refuser des congés et se voient dépossédés de leurs missions, qui voient niée leur expérience ;

o              Contre la dégradation prévue de l’outil de travail, et notamment la suppression systématique d’imprimantes, notamment au sein du service de l’État Civil ;

o              Contre l’aménagement de l’accueil de l’hôtel de ville en Open Space qui constitue une dégradation de la qualité d’accueil du public et de l’exécution des missions, notamment pour l’État Civil et les Affaires Générales ;

o              Pour le remplacement des agents sur des postes vacants notamment au sein du service accueil et formalités où les collègues effectuent des heures supplémentaires pour pallier au manque d’effectifs.

OPEN SPACE : Le Palais des Courants d’Air

Un open space (anglicisme ou faux anglicisme, car on dit open plan en anglais) ou plateau ouvert, est un espace de travail où les bureaux ne sont pas séparés par des cloisons. En conséquence, les personnes se voient et s’entendent et travaillent entre elles. Ce mode d’aménagement des espaces de travail a ses avantages (selon certains) et ses inconvénients…

Le problème, c’est que là, il est question d’aménager en plateau ouvert le hall de la mairie élargi par les anciens bureaux du service de l’état civil… C’est du moins le projet qui a été présenté en CHS CT lors des séances du 10 et du 19 mai 2017. Les rapports reçus en amont à ces séances indiquent clairement que cette configuration a été retenue pour préfigurer le projet de guichet unique mis en avant dans le projet de direction des accueils et formalités (que nous attendons toujours de pouvoir étudier en Comité Technique).

Donc le principe proposé par l’administration est l’exécutif est de faire travailler dans un espace partagé deux (voire plus à terme) catégories de personnel qui exécutent des missions très diverses : état civil, accueil du public.

Un peu comme si on décidait qu’on mettait dans le même magasin le libraire et le pâtissier, parce que ce sont tous les deux des commerçants après tout. Sauf qu’en plus, on supprime l’atelier du pâtissier et la réserve du libraire.

Mieux, par soucis d’économie, on supprime les imprimantes individuelles du service de l’état civil. C’est intéressant quand on pense que 7 millions d’euros ont déjà été économisé sur le dos du personnel et des services rendus aux habitants en 2016. Bien sûr, ça peut sembler être un plus pour l’environnement, mais les dossiers traités par ces collègues comportent parfois jusqu’à un quinzaine de pièces, qui doivent toutes être imprimées sur des formulaires officiels pré-numérotés, et pré-formés. Chacun de ces formulaires à un coût, chaque erreur est donc une perte sèche pour la ville. En voulant économiser sur les imprimantes, on augmente le potentiel d’erreur.

C’est vrai, ça n’a l’air de rien. Et puis, c’est pour le bien des agents puisqu’ils retournent enfin, après près de deux ans, dans des locaux ravagés lors d’un incendie. Mais outre le fait qu’il faudra désormais faire son travail dans le va et vient du hall de la mairie, les agents de l’état civil devront recevoir les personnes venues chercher un acte de décès ou de naissance sans pouvoir faire bénéficier le public de la confidentialité d’autrefois, avec une diminution des outils de travail mis à leur disposition…

A quand un bureau partagé pour les élus qui ne sont pas tout le temps en mairie ?

DIALOGUE SOCIAL : LES AFFAIRES REPRENNENT ?

Après plus de quatre mois sans une seule séance – alors même que le nombre de dossiers à traiter est très important – nous venons enfin de recevoir les dates des prochaines séances des instances de représentation du personnel, le Comité Technique et le Comité Hygiène Sécurité et Conditions de Travail.

Pourquoi seulement maintenant ? Parce que le collège « employeur » a subi quelques petites altérations. Par exemple, ce n’est plus madame Loudière, maire adjointe chargée des Ressources Humaines qui assurera la présidence des instances, mais madame Duboille pour le CHS CT et madame Ouchard pour le CT.

Prochaine séance du Comité Hygiène Sécurité et Conditions de Travail : Le 19 Avril 2017

  • Décès de Thierry Holveck
  • Syndrome du Bâtiment Malsain

Prochain Comité Technique : Le 27 Avril 2017

  • Approbation des comptes rendus des séances du 5 septembre, 8 et 18 novembre 2016.
  • Le tableau des effectifs au 1er Janvier 2017
  • Impact de la création du poste de chef de projet numérique éducatif sur le poste de coordinateur TICE
  • Rattachement de deux agents d’accueil au service Accueil Central unifié
  • Questions diverses.

 

PAS DE BAL POUR LES AGENTS

Spéciale dédicace aux agents territoriaux de la mairie de Villejuif : vous pouvez vous la passer un samedi soir de Janvier pour vous consoler de la suppression de la soirée du personnel.

Après la suppression de l’Arbre de noël des enfants du personnel, voilà que la soirée du personnel passe à la trappe également. Et tout comme pour l’Arbre de noël, pas de communication du catalogue de jouets pour les enfants,  là  pas de carton d’inscription à retourner. Et  aucune prise de responsabilité  du Maire pour annoncer la suppression de ces deux évènements aux agents. Ils le devinent par eux-mêmes. Cela doit faire partie des nouvelles demandes de savoir-être : comprendre sans être informé, accepter sans mot dire, supporter en silence !

Un petit rappel : lors de la séance commune du CHS CT / CT du 21 juin 2016, une des préconisations de la médecine du travail pour retrouver un climat plus serein au travail, était justement de favoriser des temps de rencontre hors du cadre hiérarchique… Mais bon… Les instances, les experts, les normes, le CASC, ce qui se faisait pour le personnel… C’est bien le cadet des soucis de l’employeur…

S’il ne s’en fichait pas, il en aurait parlé à ses agents : tout le monde l’attend, l’invitation à la soirée des vœux. Hé ben non ! Y aura pas ! A la place le maire nous invitera-t-il à manger la galette,  le 25 à 16h30 et le 30 à 13h ? Il avait des petits trous dans son agenda à remplir…  C’est pas comme si ça faisait 3 ans que les organisations syndicales demandent de mettre les rencontres du personnels soit à 9h30 soit à 14h.

La galette, c’est pas pour les animateurs, les éducateurs, les ATSEM, les personnels d’entretien, les chauffeurs, les rippers, les cantonniers… Bref tous ceux qui travaillent sur ces horaires…

Les organisations syndicales exigent du respect pour les agents et à ce titre, une information honnête et claire sur les décisions politiques prises de supprimer les avantages sociaux des salariés. Nous voulons savoir où vont les économies engendrées au détriment des agents, pourquoi ne sont-ils pas reversés aux agents sous forme de chèques cadeaux par exemple (et pas ceux du CNAS dont la liste des magasins qui les prennent est plus que réduite !!)

Alors Monsieur le Maire, une réponse à donner ?

En attendant, nous irons au Bal, envers et contre tout !

ob_d82317_dialogue-social-bonjour-200x150

CHSCT : LE MESSAGE EST CLAIR…

Ne jamais commencer une phrase par « donc »…

Donc, cette fois ci ça y est, les déménagements des services ont commencé. Que le CHS CT se soit prononcé contre le 22 novembre dernier et ait posé un certain nombre de questions… Que la présidente du CHS CT ait demandé que les déménagements soient retardés pour respecter ces engagements… Le maire n’en a eu cure…

Donc : il est question de faire entrer dans des locaux inadaptés à ses besoins une police municipale, en bougeant pour cela trois ou quatre services (dans des locaux aussi inadaptés) qu’on regroupe avec deux ou trois autres (qui viennent de locaux inconfortables, certes) parce que… Parce que ! Et tout ça au détriment des services qui, chassés par l’incendie de Novembre 2015, sont toujours en train de camper et attendent la réhabilitation de leurs locaux (mais c’est pour bientôt, promis juré avec les doigts croisés)…

Bilan : la parole des instances, on s’assoit dessus… La concertation des agents, c’est même pas la peine d’y penser… Le bien être des agents et des conditions de travail qui prennent en compte leurs missions, on se demande bien pourquoi… Et respecter les normes en vigueur dans notre pays, c’est pas nécessaire…

On verra bien à l’usage, mais en tous cas, avec…

Déménageurs Bretons

… pas la peine de prendre le temps de la réflexion !

 

CHSCT2

COMITE TECHNIQUE : CA BLOQUE EN AMONT

BB CGTUNE BRÈVE : Le Comité Technique prévu le 31 janvier prochain est déplacé au 21 février. La raison qui nous a été soumise est que les dossiers ne sont pas prêts…

Le fait que les membres du collège employeur soient « renouvelés » n’aide sans doute pas non plus…

 

Et pendant ce temps là, les déménagements des services continuent en dépit de l’avis négatif du CHS CT

Alors ? Le dialogue social, ça passe toujours pas ?