Des élus attaqués…

Les Syndicats CGT des Territoriaux de Villejuif tiennent à apporter leur soutien aux deux élus, Mohand OUARHANI et Rakia ABDOURAHMANE qui ont dû subir, dans le cadre de la campagne des élections régionales et départementales, la violence verbale, sexiste et raciste, issue de la haine.

Cette haine, nombre d’agents de la ville en ont été coutumiers pendant les six années du mandat de monsieur Le Bohellec :  listes noires, chasse aux sorcières, casse du service public… C’était la traque au « rouge », entamée par la volonté de débaptiser la place Georges Marchais, et poursuivie par une politique systématique d’écarter les agents considérés même sans rime ni raison comme « communistes » et/ou » CGTistes ». Et défendre le service public, ses règles ou les droits des administrés, c’était potentiellement « être communiste » aux yeux des élus de l’époque… C’est aussi dans cette logique que l’exécutif avait renoncé au label « ville de paix », ou à ses relations avec une association comme le MRAP (mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples).

C’est la marque de la droite extrême d’adopter ces comportements anti-démocratiques et violents. Dénier le droit des individus au regard de leur idéologie, de leur sexe, de leur orientation sexuelle ou de leur couleur de peau procède d’une même logique raciste et nous condamnons ces agissements avec fermeté.

Les propos rapportés sont délictueux et nous espérons que la justice s’abattra sur ceux qui s’en sont rendus coupables.

Dans l’attente, nous saluons l’engagement de Mohand OUARHANI et Rakia ABDOURAHMANE et souhaitons leur témoigner notre estime et, à nouveau, notre soutien face à l’hydre totalitariste.

MARDI 15 JUIN 2021


POUR LES VAL-DE-MARNAIS :

RENDEZ-VOUS A 11H DEVANT LA PREFECTURE A CRETEIL
pour remettre les pétitions au préfet.

PUIS DIRECTION LA MANIFESTATION PARISIENNE
(après un rassemblement dès 12h) DEPART DE BERCY 
EN DIRECTION DE L’HOTEL DE VILLE

Contactez les 06 12 54 60 76 pour se donner rendez-vous pour un départ en commun du local syndical, soit pour Créteil, soit pour Bercy !

20210601 – Préavis de grève 15 juin 2021

 

Préavis de grève fédéral de 0 h à 24 h pour les journées du mardi 1er juin 2021 au mercredi 30 juin 2021

Article repris du site de la Fédération CGT des Services Publics.

Si vous utilisez ce préavis pour vous mettre en grève à la mairie de Villejuif, merci d’en informer les syndicats CGT au 06 12 54 60 76.

Objet : Préavis de grève de 0 h à 24 h pour les journées du mardi 1er juin 2021 au mercredi 30 juin 2021

Mesdames les Ministres,

Les drames vécus ces dernières semaines par des agents de la Fonction publique et plus particulièrement l’assassinat de notre collègue travailleur social dans l’Aube montrent à quel point les conditions de travail et d’exercice des missions de services publics se sont dégradées depuis de trop nombreuses années.

La Fédération CGT des Services publics alerte depuis trop longtemps sur cet état des lieux et ses conséquences en termes d’intérêt à l’exercice des missions de services publics pour les futurs agents publics.

Alors que la France a tenu face à la pandémie grâce à l’engagement de ces fonctionnaires et agents publics, la continuité des réformes est ressentie d’autant plus durement, les luttes menées tous les jours dans les collectivités et services le démontrent une nouvelle fois.

Pour les agent-es, aucune réforme n’a été gelée : en plus des conditions de travail matérielles et morales encore plus difficiles depuis un an, l’application de la loi dite de transformation de la fonction publique comprime une nouvelle fois leurs droits.
Poursuivant dans la logique de destruction des conquis sociaux et du statut de la fonction publique, faisant fi de l’article 72 de la constitution de la République française instituant la libre administration des collectivités territoriales, et après le vol des congés pendant les premières périodes de confinement en 2020, des employeurs s’engouffrent dans l’application sans réserve des 1607 heures, la suppression des accords antérieurs à 2001, et la poursuite du vol de congés.

Les textes sécuritaires et idéologiques, qui affaiblissent les libertés fondamentales et cherchent à faire écran au problème principal, celui de la précarisation des conditions matérielles d’existence que sont le chômage, la précarité, les inégalités, l’effondrement des services publics, les attaques contre la protection sociale, le manque d’accès à la culture ou à l’éducation populaire, mettent à mal la cohésion sociale.

L’adhésion aux valeurs de la République ne peut pas passer par un nouvel arsenal législatif et pénal, mais par des responsabilités partagées dont l’État doit être le garant.

Il est aisé de déterminer que cette surenchère législative actuelle, à l’initiative du gouvernement, dessert d’autres buts que celui affiché, notamment camoufler sa responsabilité totale dans la crise sanitaire et économique actuelle.

La Fédération CGT des Services publics constate que l’état d’urgence dite sanitaire mis en place par le gouvernement depuis plus d’un an a essentiellement permis une remise en cause sans précédent des libertés démocratiques et syndicales, dont la liberté de se réunir.

Nous demandons la levée immédiate de l’état d’urgence, l’abrogation de la loi sécurité globale, le retrait du projet de loi sur le séparatisme et la fin de toutes les mesures de la seule disposition gouvernementale, reconduite depuis de trop nombreuses années, restant gelée pour les fonctionnaires territoriaux, c’est leur rémunération. La seule urgence qui s’impose, c’est le dégel immédiat du point d’indice pour toute la fonction publique, le rattrapage de ce qui nous a été confisqué depuis son instauration et la revalorisation immédiate des grilles et des carrières.
Il est urgent également que le gouvernement abroge enfin le jour de carence et bien entendu abroge la loi de Transformation de la fonction publique, condition nécessaire à la revalorisation et au renforcement du statut de la fonction publique.

C’est pourquoi la Fédération CGT des Services publics revendique :

- L’abrogation de la loi de transformation de la fonction publique ;
- Et donc le maintien de tous les accords antérieurs à 2001 sur le temps de travail et la non-application autoritaire des 1607 heures annuelle ;
- 10 % de temps de travail en moins pour un temps de travail hebdomadaire à 32 heures ;
- Le dégel du point d’indice et 10 % d’augmentation immédiate de sa valeur pour le rattrapage des dix dernières années ;
- 10 % d’effectif supplémentaire ! C’est 500 000 emplois à créer, de suite, et un plan de création massive de postes de fonctionnaires, car les besoins sont importants dans toutes les collectivités ;
- L’abrogation du jour de carence ;
- L’abandon des projets de réforme en cours et notamment le projet de loi 4 D

Afin de permettre aux salarié·e·s et agent·e·s de défendre leur santé, leur emploi, pour améliorer leurs conditions de travail, la fédération CGT des Services publics, dépose un préavis de grève de 0 à 24 h pour les journées du 1er juin 2021, 2 juin 2021, 3 juin 2021, 4 juin 2021, 5 juin 2021, 6 juin 2021, 7 juin 2021, 8 juin 2021, 9 juin 2021, 10 juin 2021, 11 juin 2021, 12 juin 2021, 13 juin 2021, 14 juin 2021, 15 juin 2021, 16 juin 2021, 17 juin 2021, 18 juin 2021, 19 juin 2021, 20 juin 2021, 21 juin 2021, 22 juin 2021, 23 juin 2021, 24 juin 2021, 25 juin 2021, 26 juin 2021, 27 juin 2021, 28 juin 2021, 29 juin 2021, 30 juin 2021, pour l’ensemble des agent·e·s de la Fonction publique territoriale, ainsi que les salariés relevant de la partie privée de notre champ fédéral (entreprises de l’eau et de l’assainissement, thanatologie, secteur privé du logement social).

Notre organisation reste disponible pour toute négociation sur les revendications des personnels.

Nous vous adressons, Mesdames les Ministres, nos sincères salutations.

Pour la fédération CGT des Services publics
Natacha POMMET,
Secrétaire générale

20210426_preavis_de_greve_du_1er_juin_au_30_juin2021

CONTRE LES 1607h, LE 15 JUIN !


IL EST HORS DE QUESTION QU’ON NOUS VOLE DES CONGES !

IL EST HORS DE QUESTION QU’ON NOUS METTE EN COMPETITION AVEC DES OPERATEURS PRIVES !

Nous vous donnerons les détails concernant les actions du  15 juin d’ici la fin de la semaine, ainsi qu’un préavis de grève. Nous appelons les agents de la ville de Villejuif à se mettre en grève massivement ce jour là contre les projets du gouvernement, même si nous ne sommes pas encore concrètement menacés d’une augmentation du temps de travail, en solidarité avec nos collègues déjà en mouvement dans le Val de Marne, dans les Hauts de Seine, en Seine Saint-Denis, mais aussi à Paris, Nantes, Lille, Marseille, Nice, Avignon, Lyon, etc…

A côté de chez nous, à Créteil, où la mairie a déjà fait passer les 1607  heures au comité technique, c’est une demie heure de travail en plus tous les jours ! On va vraiment laisser faire ça ?

QUAND ON COMMENCE UNE BATAILLE, ON N’EST PAS SÛRS DE GAGNER !
SI ON NE SE BAT PAS, ON EST SÛRS DE PERDRE !

Le service public doit être rendu. Pas au prix de notre vie, pas au prix de notre sécurité, pas au prix de notre santé, pas au prix de notre statut !

20210426_preavis_de_greve_du_1er_juin_au_30_juin2021

 

Ce à quoi la crise sanitaire a mené…

On dit que le chemin qui mène à l’Enfer est pavé de bonnes intentions… C’est ce qu’ont pu découvrir les agents de la ville, déjà éprouvés par la crise sanitaire.

Alors qu’une note de la direction indiquait que des agents seraient mobilisés pour assister leurs collègues de la restauration scolaire « sur la base du volontariat », plusieurs se sont sentis contraints, voire menacés, par leur hiérarchie, d’aller suppléer dans les cantines sur leur temps de repas ou encore d’aller travailler en centre de vaccination. Ça n’est pas que la chose ait été systématique, ou qu’elle soit appelée à se reproduire du moins pour la restauration scolaire maintenant que la situation sanitaire se rapproche de la normale.  

Toujours est il que cela a donné lieu à des échanges musclés entre la CGT et la direction générale, tant par voie épistolaire, que lors du comité technique.

Une drôle d’idée de la bienveillance…

Bien sûr, il faut que le service public soit rendu. Bien sûr que beaucoup d’agents ont été malades et que faire fonctionner les cantines ou assurer la bonne tenue du centre de vaccination pendant la crise sanitaire a été et reste une gageure. Bien sûr que la grandeur du Service Public est d’être présent en cas de besoin.  Bien sûr que la meilleure façon de défendre l’existence même du Service Public souvent mise à mal est de l’assurer y compris dans des conditions difficiles voire inquiétantes. Mais quand on annonce qu’on comptera sur le volontariat, on ne réquisitionne pas. Surtout pas en dehors de tout cadre. Les agents en question avaient aussi leurs missions habituelles à remplir, parfois dans des secteurs eux-mêmes sous tension,  et ce n’est pas comme si la considération que les fonctionnaires retirent de leur diligence habituelle avait débouché sur, par exemple, un dégel du point d’indice ou un renforcement de leur statut. Au contraire, puisque la loi de transformation de la fonction publique continue d’avancer à marche forcée.

Notre collectivité qui est une collectivité abimée par des années de maltraitante et de mépris, de déconsidération, n’est pas encore parvenue à se relever. Elle est encore malade. Il faut l’entendre et chercher à y remédier. Ne pas trouver dans notre collectivité, qui était si solidaire avec le service public au coeur, d’avantage d’agents volontaires est certes regrettable mais c’est un signe de malaise profond sur lequel il convient de se pencher pour lui permettre de se redresser. Or nous sommes encore loin du compte et avons le net sentiment de n’être pas entendus quand nous le signalons. 

Lorsque les volontaires ne sont pas au rendez-vous, il y a deux solutions quand on veut faire malgré tout travailler les agents : la carotte ou le bâton. Nous notons que ce n’est pas la carotte qui a été employée.

20210506 – Lettre Ouverte Volontariat

Appel pour les libertés et contre les idées d’extrême-droite

Depuis maintenant plusieurs mois nous constatons un climat politique et social alarmant. S’allier avec l’extrême droite ou reprendre ses idées ne constituent plus un interdit. Les propos et actes racistes et sexistes au travail et dans la vie se propagent.

Les attaques contre les libertés et les droits sociaux s’accentuent gravement. Dans ce contexte politique, économique, social et sanitaire les injustices explosent et génèrent une forte misère sociale.
Plusieurs lois liberticides organisent une société autoritaire de surveillance et de contrôle qui invisibiliseront les violences policières, déjà trop importantes. De plus, si certaines de ces lois stigmatisent une partie de la population en raison de sa religion, d’autres en ciblent en raison de leur activité militante.
Comme les signataires de l’appel pour les libertés et contre les idées mortifères de d’extrême droite (https://www.appelpourleslibertes.com), nous ressentons toutes et tous l’urgence de construire une réponse forte et unitaire qui dessine l’alliance des libertés, du travail et d’un avenir durable.
Face à ce climat de haine, raciste et attentatoire aux libertés individuelles et collectives, nous avons décidé collectivement d’organiser le samedi 12 juin une première grande journée nationale de manifestation et de mobilisations qui se déclinera localement.
Cette journée fait partie des initiatives unitaires qui se multiplient. D’ores et déjà, nos organisations syndicales, politiques, associations, collectifs, signataires de l’appel, ont décidé de co-construire ce combat dans la durée.


Les premiers signataires :

Syndicats : CGT, FSU, Union syndicale Solidaires, Syndicat des Avocats De France, Syndicat de la Magistrature, Unef, Unl, Fidl, FSE, Alternative, MNL, Confédération Paysanne, Union syndicale de la psychiatrie.

Asso et collectifs : Attac, LDH, FCPE, Fondation Copernic, Oxfam, Alternatiba, Amis de la terre Résilience commune, DAL, CNL (Confédération nationale du Logement), Emancipation collective, Rencontre des justices, MRAP, CRAN, Sos Racisme, comité justice pour ibo  QNQF, observatoire contre l extrême droite, Mrap, association ViSA, Femmes égalité, Collectif National pour les Droits des Femmes, Collectif féministe Les Rosies, Les effronté-es, AFPS,  Conseil démocratique Kurde France, FTCR, CRLDHT, UTAC, France Amérique Latine,  

Médias : Regards, L’humanité, Politis, Contre temps ;  

Organisations politiques :  Ensemble, Generations, La France Insoumise, GDS, Nouveaux Démocrates, NPA, Place Publique, les jeunes écologistes, JOC, MJCF (Mouvement des Jeunes Communistes), UEC, PEPS, Rassemblement Communiste, UCL

Voir l’article d’origine

Contre la loi de transformation !

N’est il donc pas temps de dire que le problème, c’est le capitalisme, l’évasion fiscale, ceux qui se gavent ? Si l’état français a réellement besoin d’argent, qu’il se tourne vers les grandes fortunes de France dont le capital a augmenté de 3% en 2020 !

MERCI A NOS CAMARADES D’IVRY SUR SEINE POUR CETTE INTERVENTION

Il n’est pas question de laisser passer la loi de Transformation de la Fonction Publique ! Nous demandons 10% d’embauches supplémentaires, toutes fonctions publiques confondues (à l’exception de la police et de l’armée), 10% d’augmentation des salaires et 10% de réduction du temps de travail !

Prochaine manifestation : le 23 AVRIL !

LOI DE TRANSFORMATION DE LA FONCTION PUBLIQUE

 

 

Il est ridicule de penser que la loi de Transformation de la Fonction Publique va améliorer la qualité du service public, nos conditions de travail ou nos conditions de vie !

SYNDIQUEZ VOUS A LA CGT !

Et rendez-vous pour les prochaines manifestation du 23 Avril et bien sûr du 1er Mai !

Leurs projets ne sont pas confinés ? Déconfinons nos colères !

CNRACL | CGT Santé et Action sociale/Fédération CGT des Services publics : Adresse aux syndicats

Le vote CNRACL est clos ! Le taux global de participation, tous collèges confondus, est de 21,07% alors qu’en 2014 il avait été de 35%.
La participation est de 16,28% pour les actif·ve·s et de 29,03% pour les retraité·e·s.

Le premier constat est l’absence d’engagement global des directions d‘établissements et des collectivités dans ce scrutin depuis le lancement du processus électoral qui porte sa part de responsabilité dans cette faible participation.

Par ailleurs, nous observons que dans la période actuelle, les agent·e·s publics qui sont toutes et tous en première ligne depuis le début de la crise sanitaire il y a un an, leur préoccupation pour participer à ce vote n’a pas été effective.

La CGT, 1ère organisation dans le collège actif·ve·s et retraité·e·s recueille 4 sièges sur 8 de représentant·e·s du personnel et des retraité·e·s.

La CGT a fait remonter, tout au long du scrutin, de nombreux dysfonctionnements sur le processus électoral.

Au vu du déroulement de la dernière journée de dépouillement, qui a connu un problème « technique » il a fallu que le bureau de vote agrège les résultats de manière quasi manuelle… !

La proclamation des résultats initialement prévus le 24 mars à 18h n’a été finalement effective qu’à 3h30 du matin le 25 mars 2021.

Ce dysfonctionnement démontre la nécessité d’organiser un « vote à l’urne » au plus près des agents, sur les lieux de travail , et dans les mairies pour les retraités avec un dépouillement manuel sous contrôle des listes des organisations syndicales candidates.

Collège Actif·ve·s Collège Retraité’e’s
FO 18,01% (1 siège) CFDT 21,09% (1 siège)
CFDT 19,62% (2 sièges) Liste Union 7,35%
FGAF 2,09% SNPP 3,03%
CGT 28,76% (3 sièges) CFE-CGC 2,92%
SUD 5,98% FSU 1,77%
CFE-CGC 1,82% CGT 23,96% (1 siège)
Corbeil-Essonnes 0,10% CFTC 7,65%
FSU 2,92% SUD 3,79%
SNPP 1,62% FAFP 5,54%
CFTC 3,54% UNSA 3,88%
UNSA 6,42% FGAF 3,57%
FAFP 5,24% FO 15,44%
LAATH 3,88%