ON BOUGE LE 9 MAI

#ONBOUGELE9MAI

PLUS QUE JAMAIS, SOYONS FIER-E-S D’ÊTRE FONCTIONNAIRES !

Depuis l’arrivée du gouvernement Macron , les mesures négatives s’accumulent pour les agent.e.s de la Fonction publique : gel de la valeur du point indice, rétablissement de la journée de carence, perspective de 120 000 suppressions d’emplois sur les 3 versants de la Fonction publique…

Rappelons-nous que rien ne nous a été donné sans combat collectif et que tout nous sera repris si nous restons isolés et si nous nous laissons bercer par cette minorité qui veut nous diriger, diriger nos vies, et s’enrichir sur notre dos. Ne sombrons pas dans la désespérance et la résignation.

Soyons fier-e-s d’être fonctionnaires ,soyons fier-e-s de notre statut de la fonction publique garant de l’indépendance du fonctionnaire et de sa protection contre toutes formes de pression ou d’intérêt partisan !

ALERTE ! GRAVES DYSFONCTIONNEMENTS DANS LES ÉCOLES DE VILLEJUIF !

La qualité d’accueil et vie de vos enfants se dégradent de jour en jour en même temps que les conditions de travail des agents d’entretien et de restauration.

Le personnel est épuisé, sous pression et en souffrance. Depuis plus d’un an, il réclame du personnel supplémentaire sans être entendu.

Aux effectifs déjà insuffisants dans toutes les écoles, se rajoutent actuellement:

  • Une organisation inadaptée avec le non remplacement systématique des départs à la retraite, des congés et des absences pour raison de santé.
  • Des demandes de remplacement au pied levé des collègues gardiens et responsables de restauration. Cette demande de polyvalence de trois métiers est inacceptable !
  • L’épuisement du personnel qui engendre du stress, des accidents et des maladies professionnels.
  • L’aide humaine ponctuelle délivrée par l’association AEF94 n’est plus disponible sans explication de la municipalité.
  • L’obligation d’utiliser des produits d’entretien ménager de très mauvaise qualité.

 

Les conséquences directes pour vos enfants sont :

  • Un environnement indigne car les agents ne peuvent plus fournir un travail de qualité !
  • Un entretien et une hygiène des locaux défaillants.
  • Des échanges et un relationnel quasi inexistants avec les adultes qui les entourent au quotidien !
  • Une augmentation significative des délais d’attente avant d’être servis à table, ce qui entrave totalement le moment convivial et serein que doit être un repas.

Nous souhaitons vous informer dès à présent que nous demandons à notre employeur, le maire de cette ville, de nous donner tous les moyens nous permettant de servir le public de façon irréprochable. Sans réponse et engagement de sa part, un mouvement social sera initié après les vacances de printemps.

Comptant sur votre soutien.

TOUS ENSEMBLE POUR BATIR L’AVENIR

Et toujours, le 1er Mai, nous serons dans la rue pour les droits des travailleurs, des retraités, des privés d’emploi, des jeunes, avec ou sans papiers !

GILETS JAUNES, GILETS ROUGES, SANS GILETS : TOUS A PARIS !

DÉFENDONS LES DROITS QUE NOUS AVONS CONQUIS :

ET CONQUÉRONS DE NOUVEAUX DROITS !

Tous ensemble, pour bâtir l’avenir !

Par contre, étant donné le degré de violence des forces de l’ordre à l’égard des manifestants ces derniers temps, nous déconseillons aux parents de venir avec leurs jeunes enfants.

ON BOUGE LE 27 AVRIL

Comme promis, c’est un feu roulant d’actions, un défilé continu.

Et si le drame de Notre Dame doit nous apprendre quelque chose, c’est que les grands patrons, les Pineau, les Arnault, sont prêts à faire vrombir la CB quand les monuments brulent… à condition d’avoir un abattement d’impôt !

La sécu, le service public, ce sont aussi des monuments à la gloire de la France, à la gloire du génie humain ! Nos ancêtres ont su construire un cathédrale, peut-être bien la plus belle du monde, à la fin du moyen-âge ? Nos aïeux ont construit la sécu dans un pays en ruine, et rebâti un pays en se fondant sur des valeurs d’égalité d’accès aux droits et de solidarité ! De le doter de services publics qui ont garanti à tous l’accès à l’énergie, aux transports, à l’éducation, à la santé…

Défendons ce patrimoine aussi !

 

Grand débat national : la réponse de la CGT en 19 propositions

Alors que le Président de la République va annoncer ses mesures à la suite du débat national, la CGT a mené son véritable débat à travers les cahiers d’expression revendicative populaire, donnant ainsi la possibilité à toutes et tous de faire entendre leur voix.

Lire le détail des 19 propositions

Dès le 27 avril 2019 opposons-leur un Front Populaire et Citoyen !

Gouvernement et MEDEF veulent tout détruire !

Face à un gouvernement minoritaire qui agit dans l’intérêt d’une poignée de riches privilégiés, l’urgence sociale nous impose d’agir ensemble, dans l’unité la plus large, pour concrétiser la convergence des luttes et des mobilisations en cours. C’est la condition aujourd’hui indispensable pour gagner l’amélioration immédiate des conditions de travail et de vie des travailleurs et de la population.

Les moyens financiers existent pour le faire. Il nous faut aller chercher ensemble les richesses que nous produisons et qu’on nous vole. Nous partageons tous les mêmes souffrances, les mêmes difficultés et les mêmes inquiétudes. Parce qu’un peuple uni ne sera jamais vaincu, les premiers signataires exigent :

  • L’augmentation immédiate de 300 € des salaires, traitements et minimas sociaux. L’indexation des
    salaires sur l’évolution des prix et l’indexation des retraites sur le salaire moyen.

  • La justice fiscale par l’arrêt des cadeaux fiscaux, le rétablissement de l’ISF, la baisse de la TVA sur
    les services et produits de première nécessité, les produits bios, à matières recyclées.

  • L’arrêt de la casse de notre sécurité sociale et de nos systèmes de retraite.

  • La sortie du secteur marchand de l’énergie, l’eau, le raffinage ; la santé, l’éducation, le transport,
    les télécommunications et activités postales et bancaires…

  • Le développement/renforcement des services publics, nationalisation et renationalisation (pour les autoroutes, aéroports, le rail, les barrages hydrauliques…) et l’abrogation des lois et projets de
    loi BLANQUER, DUSSOPT.

  • L’accès à un logement digne pour tous.

  • La revalorisation des métiers du système éducatif, relancer l’attractivité pour la branche.

  • L’instauration de vraies bonnes conditions d’apprentissage pour les élèves mais aussi de meilleures conditions de travail pour les professeurs favorisant ainsi le bon accomplissement de leur mission.

  • L’abrogation des lois et réformes qui détruisent les droits et garanties des salariés (MACRON,
    REBSAMEN, EL KHOMRI).

  • L’abrogation des lois et mesures répressives. L’amnistie et l’arrêt des poursuites envers les manifestants et syndicalistes et le rétablissement du droit de manifester.

  • Des politiques économiques et sociales qui répondent aux besoins et respectueuses de l’environnement.

  • De mettre le citoyen au coeur du système politique : Référendum d’initiative citoyenne (RIC), Prise
    en compte du vote blanc et Nul.

  • Des profils irréprochables pour les élus et autres fonctions politiques ; fins des privilèges.

  • Des mesures fortes et engageantes en matière de préservation de l’environnement : mettre en route sans plus attendre la transition sociale, énergétique et écologique nécessaire pour éviter le dérèglement profond et irréversible des mécanismes du climat. Soutenir l’agriculture bio, sanction pour les entreprises pollueuses, soutenir les circuits courts.

Nous proposons de former un Front Populaire et Citoyen, qui se matérialisera par une manifestation nationale à Paris le 27 avril 2019 à 13h regroupant tous les acteurs de la société que nous sommes :  salariés du privé, chômeurs, retraités, fonctionnaires, étudiants, organisations syndicales, associations, collectifs, partis politiques, Gilets Roses, Gilets Jaunes, chauffeurs VTC, Blouses Blanches, Robes Noires, journalistes, agriculteurs, forains, personnes à mobilité réduite ou handicapée… Tous unis, formons un bloc pour la justice fiscale, sociale et climatique.

ENTREPRISES DU CAC 40 :

· Bénéfices : + 9,3 %

· Dividendes versés aux actionnaires : + 44 %

· Effectif salarié : – 20 %

· Impôts : – 6,4 %

 

POUR 2019

· 260 milliards d’€ d’argent public (nos impôts) seront octroyés aux grandes entreprises, sous diverses formes.

Et pendant ce temps :

9 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté,

6,2 millions de personnes sont privés d’emploi.

 

Premiers signataires : Fédération Nationale des Industries Chimiques CGT, Fédération des  Commerces et Services CGT, UD CGT 94, UD CGT 04, UD CGT 59, UD CGT 41, UD CGT 66, UD CGT 95, UD CGT 18, UD CGT 13, ANC, Gilets Roses, La France Insoumise, PRCF, Association Renaissance universelle, Aude LANCELIN directrice de la publication du Média TV, Association LESA, Association sociocratie populaire française, Bruno DRWESKI CGT FERC SUP, Michel ETIEVENT historien écrivain. Avec le soutien, sur la base de leur propre appel, du PCF et de la Fédération CGT des Services publics et comme d’autres organisations s’apprêtent à le faire.

 

LES CHOCOLATS DE PRINTEMPS SONT ARRIVES !

Les chocolats de Printemps sont arrivés…

Bon, bien sûr…

On aura pas tous le CIA…
Les astreintes du Pôle Technique seront limitées et payées à la minute…
Les agents qui habitent Villejuif doivent payer leur stationnement pour venir travailler…
On a toujours pas de nouvelles des avancements de grade ou des promotions internes…

Mais là c’est des Jeff de Bruges…

Et comme on nous reproche de jamais dire merci :

Comme ça, c’est fait.

 

EGALITE FEMME HOMME : Ca va s’arranger ?

Pas avec le nouveau projet de loi…

Pour mémoire, à la mairie de Villejuif :

  • Une majorité de femme en catégorie C, particulièrement dans les métiers à forte pénibilité (entretien des écoles, crèches, ATSEM).
  • Une majorité d’hommes en catégorie A, particulièrement dans les échelons de la direction générale. Par exemple, sur le 4 Directeurs Généraux Adjoints, une seule femme.

Et que dire des pratiques qui consistent à demander « aux plus jolies » de bien vouloir venir faire le service lors des évènements municipaux, type match de boxe ou vœux du maire…

C’est très cohérent quand on se souvient que la principale action de l’adjointe chargée des RH en la matière avait été il y a quelques années d’appeler « ces dames » à « se faire servir le café aujourd’hui » – et donc à le servir elles-mêmes tous les autres jours de l’année – pour célébrer la journée internationale des droits des femmes…

 

COMMUNIQUE INTERSYNDICAL DES UNIONS REGIONALES D’ILE DE FRANCE

Les mobilisations de salariés, jeunes, retraités ou Gilets jaunes se poursuivent, s’inscrivent dans la durée malgré toutes les mesures répressives et liberticides prises par le pouvoir. Les revendications qui s’expriment sont légitimes, et c’est dans ce contexte que les Unions Régionales Île de France (URIF) CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES, avec l’UNEF et l’UNL, ont contribué aux succès des manifestations et à la grève interprofessionnelle du 19 mars dernier.

Les URIF considèrent qu’en refusant de répondre aux exigences formulées par les organisations syndicales de salariés, par les jeunes qui ont marché pour le climat, par le mouvement des Gilets jaunes…, l’exécutif s’enferme dans une dérive autoritaire.

L’adoption de la loi dite « anticasseurs » au Parlement, l’interdiction de parcours de manifestations, le recours à l’armée en renfort des compagnies de CRS, la répression antisyndicale qui s’amplifie dans une série de secteurs, etc. ces mesures témoignent d’une escalade dangereuse pour la démocratie, d’ailleurs le Conseil Constitutionnel déclare non conforme les interdictions administratives de manifester : en ce sens, les URIF décident de s’engager dans la manifestation du samedi 13 avril pour la défense de la liberté de manifester, pour le retrait de la loi dite « anticasseurs » et des mesures liberticides.

Dans ce contexte, les conclusions du « grand débat national » n’ont pour unique objet que de chercher à imposer à marche forcée des reculs sociaux d’une gravité sans précédent, en particulier en matière de services publics et de retraites, ce qui confirme que nos confédérations et organisations nationales ont eu raison de ne pas y participer.

Alors que la population souhaite légitimement bénéficier de services publics de proximité, le gouvernement envisage de supprimer 120 000 emplois dans la fonction publique. Les URIF exigent le retrait du projet de loi de transformation de la fonction publique, matrice du plan « ma santé 2022 » dans les hôpitaux et du projet de loi Blanquer pour une « école de la confiance » dans l’éducation, véritable application de la loi El Khomri et des ordonnances Macron dans la Fonction publique. Elles appellent à la mobilisation Fonction publique du 9 mai.

S’agissant des retraites, les URIF rappellent qu’elles se sont prononcées depuis le début pour le maintien intégral des 42 régimes de retraite existants, contre tout système universel de retraite par points qui porte en germe – entre autres – la disparition de tout âge légal de départ à la retraite. De ce fait, et en réaction aux récentes annonces gouvernementales, les URIF affirment qu’elles sont opposées à tout recul de l’âge légal de départ à la retraite et exigent le maintien de notre système solidaire par répartition.

Les URIF appellent à renforcer dès maintenant les actions en cours, notamment la mobilisation qui prend de l’ampleur dans l’enseignement et qui a abouti au succès de la mobilisation du 30 mars et de la grève du 4 avril pour le retrait du projet de loi « Blanquer ». Les URIF appuient la manifestation appelée par 9 organisations syndicales de retraités, jeudi 11 avril, notamment pour la suppression de la hausse de la CSG et la revalorisation des pensions.

Les URIF confirment leurs revendications :

 

  • HAUSSE immédiate du SMIC à 1800€ – AUGMENTATION générale des salaires et des pensions
  • REVALORISATION immédiate du point d’indice pour les fonctionnaires
  • RÉINDEXATION des salaires, des pensions et des retraites sur le coût de la vie
  • HALTE à la répression policière – RETRAIT du projet de loi « anticasseurs »
  • RETRAIT du projet de loi de transformation de la fonction publique et du plan « ma santé 2022 »
  • ABROGATION des lois « Rebsamen », « El Khomri », « Macron » qui cassent le droit du travail
  • NON à l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiants étrangers, la sélection à l’Université
  • RETRAIT des reformes dans l’éducation : Bac, lycée, lycée pro et projet de loi « Blanquer »
  • RETOUR à la retraite à 60 ans et ABANDON de toute réforme de retraite par points

C’est sur ces bases que les URIF entendent préparer le 1er mai prochain.

RDV MANIFESTATION SAMEDI 13 AVRIL – 14H RÉPUBLIQUE