FERMETURE DES ACCUEILS DE LOISIR EN AOUT

Afficher l'image d'origineDe nouveau, notre employeur s’épanche dans le Parisien, cette fois ci au sujet de la fermeture des accueils de loisir au mois d’Août : http://www.leparisien.fr/villejuif-94800/villejuif-la-fermeture-en-aout-des-accueils-de-loisirs-inquiete-22-05-2016-5819029.php

Les syndicats CGT O/E et UGICT sont absolument scandalisés par les déclarations de notre employeur, monsieur LE BOHELLEC.

Si les accueils de loisirs ferment, ce n’est pas du tout pour permettre aux agents de prendre trois semaines de congés : c’était déjà le cas  ! Et heureusement, car c’est la loi !

Il s’agit bien de faire des économies mais les agents ne bénéficieront pas de congés supplémentaires pour autant. Au contraire, certains seront sur place et sont en attente des missions qui leur seront confiées pendant cette semaine pour laquelle ils n’avaient pas déposé de congés, la décision de l’exécutif ayant été prise trop tard pour rendre possible le bougé de leurs dates. Il est fort regrettable que comme le gouvernement, l’exécutif prenne ce type de décision sans concertation aucune. S’il  y avait eu  passage au Comité Technique, comme cela aurait dû être le cas, cela aurait permis à l’employeur de prendre en compte les différents paramètres qui montrent que l’économie ne sera pas très grande mais que les impacts sont eux non négligeables. Il s’agit tout simplement d’économiser les fluides, les repas et les goûters qui auraient été servis cette semaine aux enfants des accueils de loisirs !

Nous dénonçons à la fois la pratique et le mensonge qui l’entoure !

Nous, agents territoriaux, avons évoqué hier en AG la possibilité de nous organiser sur nos temps de congés pour accueillir les enfants des familles en difficulté sur cette semaine afin de pallier à ce manquement de l’exécutif et à cette carence de service public.

LETTRE OUVERTE AU 17 CONSEILLERS MUNICIPAUX ET A NOTRE EMPLOYEUR

Monsieur le maire,

Mesdames et messieurs les Conseillers Municipaux,

 Par le biais d’un communiqué de presse diffusé à partir du 8 mai 2016, dix sept conseillers municipaux Villejuifois ont adopté une posture diffamante et agressive vis-à-vis des agents territoriaux de la municipalité, et de leurs organisations syndicales.

Les accusations portées dans cet écrit sont abjectes et humiliantes.

À nos yeux, elles ne sont hélas que la suite logique du comportement général  de l’exécutif depuis vingt-quatre mois, que nous avons eu hélas à de nombreuses reprises l’occasion de dénoncer. Haine du fonctionnaire, mépris des instances de représentation, agressivité prononcée à l’égard des agents, insultes, déformation grossière des faits… 

En revanche, participer de façon efficace au dialogue social, travailler à partir de constats écrits, savoir dresser des bilans, appliquer des méthodes… De cela, il n’est pas question. Votre majorité pluricéphale ne fonctionne qu’à l’affect, et ses deux mamelles sont la détestation de l’ancienne équipe municipale et celle des fonctionnaires qui l’ont servie.

Les agents de la collectivité sont supposés servir votre politique. Pour une fois, nous allons clairement vous poser la question : quelle est-elle ? À part la police municipale et l’anticégétisme primaire, que voulez-vous construire ?

Rien. Votre objectif est clairement de démembrer le service public, de brader le patrimoine municipal et de sabrer la masse salariale. Mais l’intérêt des Villejuifois, de la totalité des Villejuifois, semble toujours passer au second plan, derrière ces considérations basses de propriétaires  qui ne cherchent qu’à alléger le montant de leur impôt foncier. 

Cessez donc de faire passer votre cupidité, votre mépris de la population et votre détestation de la chose publique pour autre chose qu’un intérêt de classe et surtout pas pour de la démocratie participative)  . « Désormais plus rien ne se décidera sans vous » affichiez-vous à la sortie des élections municipales ? Dans les services, nous voyons bien que ce n’est jamais ce qui se passe.

Le mauvais ouvrier ne trouve jamais bon outil. C’est pour cette raison que nous ne vous convenons pas. 

Dans l’attente d’orientations claires, en espérant que vous serez un jour en mesure de vous comporter effectivement de façon responsable en tant qu’employeurs, conscients donc que votre premier devoir à notre égard est de nous protéger, et en tant qu’élus municipaux de veiller à l’intérêt général des Villejuifois, nous vous informons que nous tirons toutes les conséquences de votre comportement et verrons à déposer plainte pour les propos inacceptables qu’en tant qu’élus de la république vous n’auriez jamais dû vous permettre de tenir.

Nous exigeons que des excuses soient adressées aux agents dans les meilleurs délais !

Additif du 18 Mai 2016 : Nous avons reçu une réponse des « 17 conseillers municipaux »…

Madame, Monsieur,

En réponse à la « lettre ouverte » de la CGT du 11 mai et suite à plusieurs articles parus dans la presse, nous vous adressons pour information le texte intégral de notre communiqué diffusé à la presse le 3 mai 2016.

Nous ne commenterons pas vos écrits en raison de leur caractère partial, tendancieux, illégitime et arbitraire.

 Cordialement,

Les 17 Conseillers Municipaux.

C’est pratiquement du Finkielkraut…

Avis aux détracteurs locaux de la CGT (2)

 

Il y a deux semaines un billet du groupe UDI dans le journal de la Ville nous a choqués.

L’auteur épand en moins de vingt lignes un concentré pur et nauséabond de tous les clichés calomnieux de l’anti-syndicalisme primaire, atteignant des degrés inouïs d’hystérie et de manipulation au sujet de notre organisation.

Prenant chaque argument l’un après l’autre, nous allons démontrer le manque total d’honnêteté de ce billet de propagande contre le syndicalisme, élément essentiel de notre démocratie sociale et de notre constitution.

D’abord, il y a l’idée mille fois ruminée de la faible représentativité des syndicats français à l’échelle européenne. Voilà bien un classique du discours patronal et de la droite qui lui sert de laquais. Sauf que le plumitif rageur oublie de préciser que dans les pays européens où la syndicalisation atteint des taux très élevés, cela s’explique exclusivement par le fait que l’adhésion est obligatoire pour bénéficier des conventions collectives et de nombreux droits sociaux ! Un élément essentiel à mettre sur la table si on veut bien donner tous les éléments aux lecteurs… Visiblement ceci n’est pas un impératif pour l’épandeur.

De même faudrait-il signaler que les 8% de syndicalisation en France n’ont pas empêché les syndicats de l’Hexagone , CGT en tête , de mobiliser jusqu’à 4 millions de salariés en 2010 durant la contre réforme antisociale de Mr Sarkozy à laquelle la formation de l’épandeur applaudissait des mains et des pieds… On se souvient de la fébrilité des responsables politiques de droite : la morgue et la condescendance étaient alors subitement remplacées par la peur devant la légitime mobilisation des salariés, des retraités et des privés d’emplois qui prouvaient alors la grande confiance qu’ils avaient notamment en la CGT. Quelle autre organisation syndicale a été capable en Europe d’organiser ainsi récemment de telles manifestations ?

Bien sûr on comprend l’allusion au syndicalisme  « dinosaure » du plumitif local. Il veut dire par là que la CGT en ne renonçant pas à la défense acharnée des salariés serait un vestige préhistorique (et par la même souhaite qu’elle soit en voie d’extinction). Sans doute pour être moderne faut il accepter comme certains syndicats allemands dans la décennie 2000 des baisses de salaires ou des pertes de droits ? Et quelle est la modernité des élus de droite ? Ne s’inscrivent il pas dans une tradition politique de courbettes et de cirage des chaussures du patronat qui existe depuis la naissance du capitalisme industriel il y a 150 ans ?

Sur les subventions aux syndicats, on atteint un sommet dans la chaîne des monts de la bêtise ! L’épandeur s’offusque avec des accents de vestale outragée des subventions perçues par la CGT. Par là même, il remet en cause les fondamentaux de la démocratie sociale qui prévoit de façon précise les conditions matérielles d’existence des syndicats dans notre pays. Rappelons tout de même que notre constitution reconnait une place essentielle aux syndicats dans le cadre des libertés essentielles. Ce n’est que justice quand on connait le rôle de la CGT dans notre histoire récente, que ce soit dans la Résistance, dans l’engagement anti colonialiste, ou bien sûr dans la conquête de droits sociaux (Journée de 8heures, congés payés, genèse de la Sécurité Sociale, ect….) : parions que cet héritage ne plait guère à notre impétueux conseiller municipal.

Et il voudrait et il le dit clairement que toute aide financière à la CGT soit liquidée dans la ville ? Mazette ! Pourtant s’il s’étend sur les 200 millions que la CGT reçoit de subventions dans un cadre légal et structurel depuis des décennies il omet de piper mot sur les 200 MILLIARDS que les entreprises reçoivent dans ce pays soit disant pour créer des emplois alors que le chômage explose à 6 millions de personnes ! Que dit l’épandeur du petit journal local sur les 30 milliards d’exonérations du Pacte de Responsabilité ? Ou sur les 20 Milliards du Crédit Impôts Compétitivité Emploi  ? Ou sur les 6 Milliards du Crédit Impôts Recherche ? Ou les 7 Milliards de la niche Copé ? Pas grand-chose…Visiblement cette tendance des élus « Citoyens » Villejuifois a une conception très orientée de la façon dont l’argent public doit être dépensé. Et le fait que l’on dilapide des dizaines de milliards en subventions aux employeurs qui s’en servent non pas pour créer de l’emploi ou augmenter les salaires mais pour augmenter les salaires des chefs d’entreprises ou les dividendes aux actionnaires (la France est le pays qui rétribue le mieux les actionnaires dans l’UE) ne l’empêche pas de dormir !

Il en est de même sur les condamnations judiciaires. L’épandeur s’épanche douloureusement sur la condamnation de la CGT dans l’affaire du CE d’EDF… Dont acte.

Mais les condamnations judiciaires de la CGT sont rarissimes ! Celles du patronat sont constantes. Pour autant on a pas encore lu de billet d’humeur émanant de la pensée intransigeante du phare municipal s’en prenant au MEDEF avec une telle violence. Pourtant entre le procès des caisses noires de l’UIMM ( où la CGT est totalement hors de cause…), les innombrables condamnations de patrons pour abus de bien sociaux ou malversations, les 80 milliards d’euros d’évasion fiscale, les 25 milliards que les employeurs fraudent à la Sécurité Sociale selon la Cour des Comptes le nouvel inquisiteur de la moralité publique, aurait de quoi pointer son doigt accusateur sur le patronat…

Mais bon que voulez vous on ne peut pas être sur tous les dossiers…

On se demande comment un esprit pourvu d’une telle intégrité peut supporter les si nombreuses mises en examens des principaux membres de l’ancienne majorité au pouvoir dans notre pays avec qui sa formation est acoquinée. Heureusement qu’il y a les syndicats et la CGT en particulier pour étancher sa soif de probité.

Le syndicat CGT des Territoriaux de Villejuif fustige donc avec énergie et détermination cette expression partisane et antisyndicale dans le journal municipal prouvant que l’Union Citoyenne se positionne idéologiquement contre les salariés, contre les fonctionnaires territoriaux, contre le droit social et syndical.

Arrête de VGT