Les animateurs revendiquent pour de meilleures conditions de travail

Sur le front depuis le début de la pandémie, les animateurs ont su s’adapter aux différents protocoles sanitaires afin d’assurer au mieux la sécurité des enfants de la ville de VILLEJUIF. Même pendant le premier confinement ce sont eux qui se sont assurés que les enfants étaient accueillis !

Les animateurs supportent une charge de travail très importante, surtout pour les vacataires qui pour avoir un revenu décent ne prennent pas ou peu de vacances. Dans la durée ce rythme impacte leur santé physique et psychique, et met à mal leurs capacités à accompagner les enfants dans la réalisation de leurs projets et d’assurer leur sécurité avec efficience.

Entre 2014 et 2020 le taux de vacataires dans l’encadrement s’est inversé : il est monté jusqu’à atteindre les 70%, alors qu’il n’était jamais au-dessus de 30% auparavant. Cela signifie une déqualification du métier et une précarisation des personnels.

Aujourd’hui, cela fait 1 an et demi qu’ils attendent des contrats dignes de ce nom, et qui leur éviterait de subir la précarité.

Tout cela a un impact :

  • L’épuisement met à mal leur capacité à accueillir les enfants et les accompagner dans la réalisation de leurs projets ;
  • Il occasionne aussi des problèmes de santé récurrents, dont les impacts se font déjà sentir, avec une augmentation du nombre d’arrêts maladie ;
  • Les compétences des équipes d’animations sont impactées, car 70% de vacataires cela signifie des personnels moins expérimentés et moins formés ;
  • Il devient difficile de recruter, parce qu’entre le gel du point d’indice et la courte durée des contrats proposés, les professionnels de l’enfance préfèrent aller voir ailleurs.


Ajoutez à cela le chantage au Passe Vaccinal : après avoir demandé à des animateurs cas-contact de venir travailler pour éviter la fermeture des centres, la ville entendait leur imposer le passe sanitaire (alors que la loi ne les y soumet pas) sous peine de suspension !

 

POUR LA QUALITE DE L’ACCUEIL DES ENFANTS,

POUR L’AMELIORATION DE LEURS CONDITIONS DE TRAVAIL,

POUR POUVOIR VIVRE DIGNEMENT DE LEUR METIER,

 

LES ANIMATEURS DE VILLEJUIF VONT BIENTOT S’ENGAGER DANS UN MOUVEMENT DE GREVE !

 

RASSEMBLEMENT DEVANT LA MAIRIE DE 11h45 à 14h
LE JEUDI 24 MARS

 

D’avance, nous vous remercions pour votre soutien et nous excusons pour la gêne occasionnée.

MAIS QUELLE MOUCHE LES A PIQUES ?

Depuis deux ans, nous avons tous subi les conséquences de la pandémie de Covid-19, et en mairie, cela s’est soldé par une importante surcharge de travail pour tout le monde. Qu’on ait eu à assurer l’ouverture des services stratégiques en compensant les absences pour cause de cas contact, à se faire tester deux fois par semaine, ou à naviguer entre les cas contacts, ça n’a été simple pour personne.

Il est trop tôt pour tirer un bilan, naturellement, même si on a parfois le sentiment que la Covid est en train de passer derrière nous, en intégrant cependant que le virus fait désormais partie de notre quotidien. Officiellement, la pandémie n’est pas finie. Pour autant, on peut se féliciter avec un taux de vaccination complète à 77,7% en France.

Du reste, l’obligation de pass vaccinal sera supprimée le lundi 14 mars – soit dans 6 jours à l’heure où nous écrivons ces lignes.

On sait à quel point la mise en place de ce pass a divisé : mesure de précaution nécessaire ou rognage des libertés individuelles ? Bien malin celui qui a la réponse. Il va falloir plancher les vieux cours de philo…

Alors la question est de savoir pourquoi le pôle ressources humaines de la mairie de Villejuif continue de convoquer l’un après l’autre les animateurs des accueils de loisirs pour les menacer de suspension s’ils ne se conforment pas à cette obligation…

Outre le fait que les animateurs ne font pas partie des personnels concernés par le Pass Vaccinal aux yeux de la loi – pas plus que les instituteurs – cette décision est d’autant plus inexplicable que le la suppression du pass vaccinal la rendra caduque dans 6 jours.

Enfin… Faire et défaire, c’est toujours travailler.

Dommage que cela se solde potentiellement par une décision de suspension, très grave pour des agents qui ont déjà subi de plein fouet les effets de la pandémie pendant ces deux ans, de ceux pour qui la politique de déprécarisation est en attente depuis à peu près un an et demi…

 

FERMETURE DES ACCUEILS DE LOISIR EN AOUT

Afficher l'image d'origineDe nouveau, notre employeur s’épanche dans le Parisien, cette fois ci au sujet de la fermeture des accueils de loisir au mois d’Août : http://www.leparisien.fr/villejuif-94800/villejuif-la-fermeture-en-aout-des-accueils-de-loisirs-inquiete-22-05-2016-5819029.php

Les syndicats CGT O/E et UGICT sont absolument scandalisés par les déclarations de notre employeur, monsieur LE BOHELLEC.

Si les accueils de loisirs ferment, ce n’est pas du tout pour permettre aux agents de prendre trois semaines de congés : c’était déjà le cas  ! Et heureusement, car c’est la loi !

Il s’agit bien de faire des économies mais les agents ne bénéficieront pas de congés supplémentaires pour autant. Au contraire, certains seront sur place et sont en attente des missions qui leur seront confiées pendant cette semaine pour laquelle ils n’avaient pas déposé de congés, la décision de l’exécutif ayant été prise trop tard pour rendre possible le bougé de leurs dates. Il est fort regrettable que comme le gouvernement, l’exécutif prenne ce type de décision sans concertation aucune. S’il  y avait eu  passage au Comité Technique, comme cela aurait dû être le cas, cela aurait permis à l’employeur de prendre en compte les différents paramètres qui montrent que l’économie ne sera pas très grande mais que les impacts sont eux non négligeables. Il s’agit tout simplement d’économiser les fluides, les repas et les goûters qui auraient été servis cette semaine aux enfants des accueils de loisirs !

Nous dénonçons à la fois la pratique et le mensonge qui l’entoure !

Nous, agents territoriaux, avons évoqué hier en AG la possibilité de nous organiser sur nos temps de congés pour accueillir les enfants des familles en difficulté sur cette semaine afin de pallier à ce manquement de l’exécutif et à cette carence de service public.