GAME OF VILLEJUIF : LE RETOUR

On ne résiste pas au plaisir de vous teaser la dernière saison :

A la veille du Grand Conseil, le pouvoir absolu est enfin à portée de main !

Fini de s’appuyer sur un Philippe, un Jean François, une Nathalie, un Edouard, une Laurence ou une Monique… Tous des traîtres en puissance ou avérés ! Désormais, c’est sur une administration bien en ordre que le monarque peut se reposer. Et sur un chef de cabinet qui a fait ses preuves en entravant le droit du migrant !

Abolies, toutes ces fadaises démocratiques et verbeuses qu’il devait subir jusque là en écoutant pérorer jusqu’à point d’heure dans la nuit, les contestataires systématiques !

Fini, de tolérer que le syndicat et ses sbires outranciers, nervis d’un rougisme passéiste, continuent de s’insinuer partout sous des prétextes de défenses des salariés et de sécurité du personnel ! Ils sont pourchassés et empêchés d’entrer dans les lieux où ils répandaient autrefois leur néfaste venin…

Fini, de tolérer que les agents puissent s’absenter sous des modalités incongrues comme la maladie chronique ou le congé parental… Tout est soumis à approbation maintenant, et même l’horaire des chimios se négocie ! Et s’ils sont malades trop longtemps, on peut même les rétrograder !

Désormais, grâce à de nouveaux règlements intérieurs partout, le champion du « plus rien ne se décidera sans vous » va enfin pouvoir tout décider tout seul, sans avoir à rendre de comptes à qui que ce soit… Savamment concoctés avec le soutien de la branche totalitariste de l’Association des Monarques de France, ils constituent le premier pan de l’arme absolue, celui que complète efficacement une horde de conseillers – dont aucun n’est gaucher, c’est une condition !

Quelles surprises nous réserve cette dernière saison de Game of Villejuif ?

BON RETOUR AUX JUILLETISTES !

La Direction générale des finances publiques (DGFIP) a informé la Commune de Villejuif qu’une erreur de traitement informatique de leur part n’avait pas permis le versement des salaires dans les délais habituels.
Suite à nos relances des derniers jours, la DGFIP a validé ce matin le transfert des payes, de sorte que celles-ci devraient être versées sur vos comptes mercredi 1er aout, nous précise la DGFIP.

M le Trésorier adjoint tente actuellement de ramener ce délai de versement de 48h à 24h. Nous vous recommandons de suivre attentivement le versement effectif de votre salaire.

Bien que cette erreur ne soit pas imputable à la Ville, nous suivons bien entendu de façon permanente l’incident, afin de faire accélérer au maximum le processus.

Nous sommes désolés de ce retard sur les délais habituels de versement.

Voilà le contenu du mail que les employés de la ville de Villejuif ayant accès à une boîte mail ont découvert ce jour, alors même qu’habituellement la paye tombe toujours sur les comptes en banque avant le 30 du mois…

Tant pis donc pour tous ceux qui n’ont pas internet et n’en seront pas prévenus. Espérons que cela n’aura pas d’incidence sur les retours de vacances – en effet, pour les moins chanceux d’entre les juilletistes, la paye sert parfois à payer le billet de retour de vacances… Sans parler de tous ceux qui ont des prélèvements en début de mois sur leurs comptes… Ou des Aoutiens qui comptaient sur la paye pour financer leur départ…

Enfin, pour ne pas changer, c’est la faute d’une administration…

Réjouissons nous : Pour une fois ce n’est pas la nôtre…

OBSÈQUES DE NOTRE CAMARADE JEAN CLAUDE FEVRE

Les obsèques de Jean-Claude FEVRE se dérouleront le jeudi 30 novembre à 14 h 00 au crématorium de Clamart
Selon les volontés de Jean-Claude : NI FLEURS NI COURONNES
ENVOYEZ VOS DONS A L’ARAC, LE PARTI COMMUNISTE FRANCAIS, LE SECOURS POPULAIRE, le journal L’HUMANITE, l’IGR.
Merci de diffuser le message.

DECES DE NOTRE CAMARADE JEAN CLAUDE FEVRE

C’est avec tristesse et émotion que nous apprenons le décès de notre camarade Jean Claude Fèvre, ancien secrétaire général de la CGT UGICT des Territoriaux de Villejuif.

Nos pensées vont à sa famille et à ses proches.

Jean Claude a allumé le flambeau que nous continuons à nous passer les uns les autres et il veillait encore, avec beaucoup de bienveillance, à maintenir la flamme.

Nous avons d’ores et déjà reçu de nombreux témoignages de ses collègues et de ses camarades, unis dans la peine.

Une registre de condoléances et une collecte sont ouverts au CASC.

JEUDI 16 NOVEMBRE : PUBLIC – PRIVE MÊMES ENJEUX, MÊME COMBAT

14h00 PLACE DE LA REPUBLIQUE

 

Rendez-vous au local syndical

21 rue sevin à 12h00

pour un déjeuner ensemble

 et un départ collectif à 13h00

Le Front national n’accèdera pas à la Présidence de la République

Le Front national n’accèdera pas à la Présidence de la République, c’est une victoire pour la démocratie. La CGT a œuvré à faire barrage à l’extrême droite, c’est le sens de notre engagement historique.

Malgré tout, le score réalisé par le FN est à la hauteur de la désespérance sociale, elle-même la conséquence des renoncements successifs des différents gouvernements à œuvrer véritablement pour la justice sociale. Combattre le Front national, c’est avant tout rompre avec les politiques libérales. C’est dans cette optique que la CGT œuvrera, par la mobilisation sociale, pour imposer d’autres choix, agir pour le progrès social et un monde de paix.

La Direction nationale de la CGT s’exprimera de manière plus approfondie, apportera son analyse politique sur ce scrutin et ses conséquences, à la suite de sa réunion du mercredi 10 mai 2017.

Montreuil, le 7 mai 2017

GARDIENS D’ECOLE : Logés à la mauvaise enseigne

Et puis ce fut le tour des gardiens d’école. Leur problème à eux, c’est qu’une nouvelle législation exige qu’on leur fasse désormais payer les fluides de leurs logements. Jusqu’ici, pas de problème. Sauf que pour pouvoir payer, il faut qu’un compteur soit installé et il ne l’a toujours pas été depuis cinq ans. Et aussi qu’à l’occasion de ce changement, un examen de leur situation a permis de déterminer non seulement que la plupart de leurs logements devraient être rénovés, mais surtout que les règles en matière de temps de travail n’étaient pas respectées. Ils dépassaient très largement leur nombre d’heures, sollicités en permanence… De l’accueil téléphonique à l’accueil physique, il leur était demandé d’être présents (et un peu corvéables à merci) tout le temps que dure une journée d’école, de l’ouverture de l’accueil de loisirs à la fermeture – et certains week-ends. Soixante heures par semaines… Le tout, sans temps de pause sur laquelle ils pourraient quitter l’école, ou juste se détendre, et sans possibilité de planifier. Difficile même de poser des congés…

Force est de reconnaître que cette fois-ci, la solution avancée par les élus et la RH est plutôt viable : une nouvelle organisation du temps de travail, des limites enfin posées, une réfection des logements, pas de facturation sans compteur séparé et un chantier à venir pour la formation et les possibilités d’évolution de carrière de ces personnels. Naturellement, on nous soumet deux scénarios, mais le deuxième est tellement catastrophique que même ceux qui nous le présentent n’y croient pas un seul instant.

Par contre, c’est pas encore demain que les gardiens des écoles seront au 35h, puisque ce qui leur est proposé est une annualisation du temps de travail avec des semaines de 42h en moyenne sans RTT supplémentaires par rapport au reste du personne (qui fait 36h avec RTT).

Et même si le ton reste cordial, le maire fait tout de même savoir que c’est une offre qui se fera en un seul lot : c’est tout ça, ou c’est rien du tout… Et il faut répondre rapidement ! Un ultimatum, quoi. Outre le fait que cette réunion a eu lieu à la demande des gardiens d’école, qu’ils la demandaient depuis près de six mois et que le problème existe depuis 2012, ce n’est pas exactement le genre de sortie qui encourage les agents à croire dans le dialogue social…

Ben que ce soit ça ou rien, les gardiens d’école ont tout de même décidé qu’il valait mieux en discuter tous ensemble avant de répondre…

KREMLIN BICETRE : ON CHASSE LE SYNDICAT DES AGENTS

affiches_60_80-85ddfAyant été déboutée et condamnée par le TGI de Créteil le 7 novembre dernier, la Mairie du Kremlin Bicêtre  surenchérit en coupant, en pleine trêve hivernale, l’électricité, l’eau et la téléphonie au local syndical de la CGT.

Cette coupure met en péril la sécurité des personnes et des biens car le système de sécurité incendie ne peut fonctionner sans électricité, et obligera le syndicat CGT à recevoir les salariés dans des locaux non fonctionnels, sans les moyens minimums que la loi et les accords locaux prévoient.

Le problème du litige est que la seule proposition de local faite par la Mairie, ne respecte pas la loi sur l’exercice des droits syndicaux et les normes françaises en vigueur, mais empêche aussi et surtout les personnes en situation de handicap (PMR) d’accéder aux locaux syndicaux, donc de défendre leurs droits.

La CGT a pourtant proposé une quinzaine de locaux respectant les droits et devoir de chacun. Mais la Mairie, dans une véritable caricature du dialogue social, s’acharne à engager des procédures en justice qui ont déjà coûté plusieurs milliers d’euros au contribuable plutôt que de trouver une solution respectant les lois en vigueur.

Tenter d’opposer, d’une part le droit aux logements sociaux (que la CGT défend pied à pied) et d’autre part la défense des droits et des moyens des organisations syndicales qui défendent les salariés, comme le Maire le fait, est une manœuvre profondément manipulatoire.
Mais la ficelle est trop grosse : en cette période de crise du logement, où même des travailleurs de la ville se retrouvent SDF, la CGT ne peut accepter un des rares logements dit d’urgence, ne respectant pas les lois, décrets et normes en vigueur.

C.G.T.-KB ne peux que lutter contre une décision qui, en pleine trêve hivernale, entrave le droit syndical et met en péril la sécurité des biens et des personnes. Nous passons d’ailleurs le 4 janvier 2017 en audience au Tribunal Administratif afin que la Mairie respecte ses obligations.

 

La C.G.T. de la ville du Kremlin-Bicêtre appelle à un rassemblement devant l’hôtel de ville (Place Jean Jaurès) qui se tiendra jeudi 26 janvier 2017 à 19h00.

Le Gouvernement choisit l’intimidation

Ce mercredi 31 août, deux militants CGT du Havre ont été arrêtés comme des grands criminels à l’aube, chez eux, juste avant une assemblée générale de rentrée en Seine-Maritime, en présence de Philippe MARTINEZ. Les deux camarades ont été transférés à Paris pour être entendus en lien avec la manifestation du 14 juin dernier.

Personne ne croit au hasard, alors que la rentrée sociale s’annonce particulièrement tendue, le Gouvernement refuse d’entendre que la loi Travail est minoritaire dans son propre camp, de même qu’elle continue à être rejetée de façon constante par plus de 70 % de l’opinion publique et même 90 % des salariés, les premiers concernés par la régression des droits qu’impose la loi.

La criminalisation de l’activité syndicale, la répression féroce contre des dizaines de militants de la CGT, d’Air France, des Goodyear, à Paris, Le Havre, Marseille, Grenoble, Lille, partout en France, est la seule méthode de « dialogue » qu’a choisi le Gouvernement. Elle ne fait que renforcer la détermination du mouvement unitaire avant le meeting commun du 7 septembre à Nantes et la journée d’action du 15 septembre.

Pour l’abrogation de la loi Travail, pour de nouveaux droits, l’emploi, la réduction du temps de travail, les salaires, mobilisons-nous toutes et tous le 15 septembre !

Montreuil, le 31 août 2016

13686553_804629939639299_583718328829566710_n

ET LA DÉMOCRATIE ?

capturebabousedemocratie

 

Comme nous avons pu le constater au cours des derniers mois, nous ne vivons plus tout à fait dans un état de droit.

Un état de droit, c’est un état où tous les citoyens sont traités à la même enseigne. En France, cela se traduisait par de nombreuses dispositions de l’état, auxquelles le gouvernement actuel, et dans une très large mesure également ceux qui lui ont précédé, renoncent les unes après les autres.

Il y a l’égalité de service, qui impliquait un équilibre entre centralisation et décentralisation du pouvoir auquel le désengagement de l’état et, pire encore, la loi NOTRe, est en train de mettre un terme.

Il y a l’égalité des chances, à laquelle l’état, par son désengagement dans les territoires, par sa politique stérile en matière d’éducation, est en train de tirer un trait.

Il y avait la hiérarchie des normes, qui faisait qu’une loi ne pouvait être contredite par une norme inférieure, et à laquelle le gouvernement veut renoncer en créant, avec la loi El Khomri, un précédent dans l’abandon de cette hiérarchie, pourtant garante d’une application équivalente de la loi pour tous – une des bases fondamentales de notre droit.

Et puis il y a les mesures d’exception, l’état d’urgence, et le recours systématique à la violence par les forces de l’ordre lors des manifestations – 12 manifestations depuis le mois de Mars.

On nous parlera des casseurs, mais nous savons bien que casseurs ou pas, c’est tous les manifestants aujourd’hui qui peuvent être arrêtés arbitrairement, placés en garde à vue et proposés au passage en comparution immédiate… Le droit de manifester est donc sévèrement remis en cause.

Et enfin il y a la violence constitutionnelle, celle là même qui pousse les ministres à user du 49-3 pour faire passer un texte dont ils savent qu’il ne passera pas la barrière des députés… C’est bien qu’ils pensent, du reste, que ce texte est indéfendable, puisqu’ils n’essaient même pas de le faire comprendre mais qu’ils l’imposent…

Déjà, dans notre pays, nous nous demandions où était passée la fraternité, nous trouvions qu’il fallait continuer d’y travailler.

Aujourd’hui, le gouvernement – qui applique les feuilles de routes de Bruxelles et de la Banque Centrale Européenne – est en train de renoncer à l’égalité.

Et pour ça, il n’hésite pas à rogner sur nos libertés.

Je vous invite donc à un été de luttes, et à une rentrée que nous espérons très très musclée en matière de lutte sociale. Cette fois ci, il ne faut pas que nous nous battions pour garder nos acquis : on est partis pour en conquérir d’autres. Parce que ça ne peut pas continuer comme ça…