PREAVIS DE GREVE POUR LE MOIS DE FEVRIER

 Monsieur le maire de Villejuif,

Vous voudrez bien prendre acte de ce préavis de grève, dont nous espérons qu’il suscitera cette fois ci chez vous une réaction. Celui-ci a bien évidemment pour objet principal la contestation de la réforme des retraites voulue par un gouvernement enferré dans une logique gestionnaire et toute puissante, qui refuse obstinément de prendre en compte la vie des personnes dans le cadre de son programme.

 

On nous dit que la durée de vie augmente, les démographes le contestent.

On nous dit que le projet est urgent et ficelé, le Conseil d’Etat n’en veut pas.

On nous dit qu’il n’y aura pas d’âge pivot, mais un âge d’équilibre qui revient au même.

On nous dit que cette réforme est plus juste que l’ancien système, mais personne n’est capable de nous donner la durée d’une carrière complète, ou de nous expliquer en quoi cette retraite bénéficie aux cotisants.

On nous dit que la valeur du point est garantie, mais le projet de loi dit qu’il sera fixé par décret.

On nous dit tout, et son contraire, et s’il y a bien une chose que les agents de la mairie de Villejuif ont appris depuis quelques années, c’est qu’on ne leur dit pas toujours la vérité, qu’on leur cache souvent des éléments de réflexion et que les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

Les fonctionnaires perdront le bénéfice de leurs cotisations, dans la mesure où cette réforme implique que leur pension ne serait plus calculés sur les six derniers mois de leur carrière, mais sur la totalité. Cela implique une baisse considérable du niveau de pension pour les agents de catégorie C et B.

À cette réforme des retraites, vient s’ajouter, toute aussi funeste pour nos métiers de la fonction publique. Nous sommes convaincus que celle-ci aura à très court terme pour effet d’obérer le service public et de réduire à néant le statut de fonctionnaire, au profit d’intervenants privés, mettant potentiellement à mal la neutralité et l’efficacité du service public. Et, bien sûr, ces réformes s’assortissent d’un nouveau gel du point d’indice.

Nous contestons donc :

  • La réduction du nombre de nos jours de congés,
  • Un encadrement inacceptable du droit de grève,
  • La facilitation du recours aux contractuels,
  • La suppression des CHS CT,
  • Le gel continu du point d’indice,
  • Le RIFSEEP et son principe inique de rémunération au mérite,
  • La modification des droits des agents en cas d’externalisation ou de privatisation de leur service,
  • La transformation des CAP,
  • La transformation de la médecine du travail et de la médecine de prévention.
  • Le projet de réforme Delevoye et le passage à un système de retraite par points.
  • La suppression de l’observatoire de la pauvreté.
  • Le nouveau système de prise en charge de l’assurance chômage.

Bien évidemment, nos organisations restent disponibles pour toute négociation sur les revendications du personnel dans son ensemble :

  • Le respect des prérogatives des instances de représentation du personnel,
  • Une prise en compte réelle des maladies professionnelles et des accidents de service,
  • La mise au stage des agents en CDD ou CDI,
  • Le subventionnement du CASC,
  • Une solution de stationnement pour une plus grande partie du personnel,
  • La suppression du CIA et l’augmentation globale de l’IFSE dans le cadre du RIFSEEP tant que celui-ci n’a pas été abrogé par l’état,
  • Une meilleure prise en charge de la mutuelle,
  • Une négociation sur la prise en charge d’une assurance prévoyance pour vos agents, celle-ci n’ayant jamais eu lieu avant le passage en comité technique,
  • Une meilleure participation à la restauration des agents,
  • Et surtout un terme à la politique de management par la terreur menée par votre direction générale, et le respect de la procédure disciplinaire.

En conséquence, nous appelons les agents municipaux à des journée de mobilisation et de grève de  0 à 24 h pour 0 à 24 h pour les journées du 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28 et 29 février 2020 inclus.

Nous vous rappelons que le dernier alinéa de l’article L. 2512-2 du Code du travail est applicable à la Fonction Publique Territoriale et il impose aux parties à la grève (employeur et employés), de négocier pendant la durée du préavis. Ces parties ont 5 jours pour tenter de trouver une solution et éviter la grève.  Aussi, nous nous réservons le droit de recourir à tout moyen légal pour que vous soyez rappelé à cette obligation.

Veuillez agréer, Monsieur le Maire, nos  salutations.

 

20200127 – Préavis de Grève Février

Laisser un commentaire