PRÉAVIS DE GREVE POUR LE MOIS D’AOUT

Monsieur le Maire,

 Par la publication dans le Villejuif Notre Ville du mois de juin d’une tribune remettant en cause une nouvelle fois vos propres engagements pris lorsque vous avez reçu les agents d’entretien des écoles le 28 mai dernier, et par l’ignorance du préavis émis pour le mois de juillet, vous affirmez une nouvelle fois le peu de cas que vous faites des conditions de travail de l’ensemble des agents de cette ville.

En sous-entendant que les agents grévistes au mois de Mai s’en seraient « pris à nos enfants », vous êtes en totale contradiction avec vos engagements et vos déclarations devant le personnel. L’année du « bien-être au travail », aviez-vous annoncé ? « Je connais les difficultés que vous rencontrez, » disiez-vous aux agents en notre présence ? Nous sommes donc très inquiets quant à la tenue des promesses que vous avez faites lors de cette rencontre.

Ainsi, vous aviez annoncé des recrutements pour l’école Simone Veil. Qu’en sera-t’il ?

Décidément, la tonalité du dialogue social à Villejuif est un silence assourdissant.

Pour autant, vous voudrez bien prendre en compte ce nouveau préavis de grève.

Il demeure inacceptable que vous adoptiez lorsque vous nous recevez une posture d’écoute, voire de compréhension, que vous nous souteniez que vous comprenez les problèmes que nous rencontrons dans les services, sans honorer les engagements que vous et votre directeur général émettez.

Aussi, nos organisations restent disponibles pour toute négociation sur les revendications du personnel dans son ensemble :

  • La mise au stage des agents en CDD ou CDI,
  • le subventionnement du CASC,
  • une solution de stationnement pour une plus grande partie du personnel,
  • la suppression du CIA et l’augmentation globale de l’IFSE dans le cadre du RIFSEEP tant que celui-ci n’a pas été abrogé par l’état,
  • une meilleure prise en charge de la mutuelle,
  • la prise en charge d’une assurance prévoyance pour vos agents,
  • une meilleure participation à la restauration des agents,
  • le respect des prérogatives des instances de représentation du personnel,
  • une prise en compte réelle des maladies professionnelles et des accidents de service,
  • et surtout un terme à la politique de management par la terreur menée par votre direction générale.

Parmi ces revendications, nous n’avons pas été sans remarquer que la prise en charge d’une assurance prévoyance a été mise à l’ordre du jour du comité technique du 2 juillet (qui n’a pas été convoqué à nouveau alors qu’il y a eu défaut de quorum ce jour-là). Cette disposition n’a été négociée à aucun moment avec les organisations syndicales. Pourtant, nous sommes porteurs d’informations à ce sujet et notamment du fait que le CIG a passé un contrat de groupe avec une mutuelle, et offre donc une possibilité d’adhésion bien plus large que la labellisation proposée au comité technique.  Il est impératif, avant d’adopter le moindre dispositif, que cette négociation ait lieu, afin de trouver la solution qui permette au plus grand nombre d’agents de bénéficier de cette assurance. Elle ne pourra en aucun cas se tenir en comité technique sans négociation préalable.

Qui plus est, nous ne vivons pas dans un vase clos, et avons pris connaissance des attaques contre le statut général des fonctionnaires contenues dans la loi de transformation de la Fonction Publique.

Nous contestons notamment :

  • La réduction du nombre de nos jours de congés,
  • Un encadrement inacceptable du droit de grève,
  • La facilitation du recours aux contractuels,
  • La suppression des CHS CT,
  • Le gel continu du point d’indice,
  • Le RIFSEEP et son principe inique de rémunération au mérite,
  • La modification des droits des agents en cas d’externalisation ou de privatisation de leur service,
  • La transformation des CAP,
  • La transformation de la médecine du travail et de la médecine de prévention.

En conséquence, nous appelons les agents municipaux à des journée de mobilisation et de grève de  0 à 24 h pour les journées 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30 et 31 Août 2019 inclus.

Nous vous rappelons que le dernier alinéa de l’article L. 2512-2 du Code du travail est applicable à la Fonction Publique Territoriale et il impose aux parties à la grève (employeur et employés), de négocier pendant la durée du préavis. Ces parties ont 5 jours pour tenter de trouver une solution et éviter la grève.  Aussi, nous nous réservons le droit de recourir à tout moyen légal pour que vous soyez rappelé à cette obligation.

Veuillez agréer, Monsieur le Maire, nos  salutations.

20190725 – Préavis de Grève Août

 

 

Laisser un commentaire