COMMENT VOTER BIEN ?

VOTEZ ELECTRONIQUEMENT !

Comme vous le savez l’employeur a décidé de manière autoritaire et unilatérale de recourir au vote par internet comme unique moyen de vote. La CGT est depuis de nombreuses années CONTRE ce procédé. Le doute persiste quant à la fiabilité du vote électronique.

Il est primordial de voter car c’est le moyen d’exprimer notre opposition à toutes les maltraitances que nous subissons : mises au placard, déclassement, amputations de salaire, sanctions disciplinaires injustifiées, menaces, intimidations…

Nous appelons à ne pas utiliser votre outil professionnel ou personnel pour voter (sauf cas d’incapacité à vous déplacer ex ; cause de maladie). Nous invitons tous les agents de la collectivité, du 3 au 6 décembre 2018, sur son temps de travail (c’est votre droit, votre responsable ne peut pas vous le refuser), à voter sur les postes informatiques mis à disposition à la RH ou au pôle technique.

POURQUOI ?

1°/Par le fait de vous déplacer en RH ou pôle technique, vous manifestez symboliquement votre opposition au vote électronique.

2°/ Vous permettez à ce que les organisations syndicales aient plus de visibilité sur la participation comme pour un scrutin à l’urne.

3°/ Vous avez la possibilité d’être accompagné par des représentants du personnel qui seront présents à la rh et pôle technique pour vous expliquer les modalités de vote et s’assurer que vous récupérez bien votre récépissé.

4°/Voter massivement CGT c’est permettre aux organisations syndicales CGT de rester en première position à la mairie, d’assurer en nombre la représentativité sur les instances CT et CHSCT, c’est donner de la légitimité à votre organisation syndicale, à peser sur les négociations et construire le rapport de forces avec l’employeur.

ALLONS TOUS VOTER DU 3 AU 6 DECEMBRE 2018
A LA RH OU POLE TECHNIQUE

 

 

ET QUI FAIT LA VOIRIE ?

Les Villejuifois et les collègues l’auront remarqué : depuis plusieurs semaines, des camions de sociétés privées s’occupent à certaines heures de nettoyer les rues.

Cela, au détriment des collègues du service voirie qui voient leurs missions partir vers le privé, sans que cela aie jamais fait l’objet d’un passage en comité technique.

Encore un exemple de l’incurie du dialogue social à Villejuif : on ne fait même plus semblant…

Et passer des missions du service public au privé, ce n’est pas défendre les services publics !

 

EGALITE FEMME HOMME, C’EST PAS GAGNE…

Le rapport égalité femmes-hommes a été présenté lors du dernier conseil municipal… On en apprend des choses…

La problématique a été abordée lors de la présentation du Rapport sur l’Etat de la Collectivité, lors d’un précédent Comité Technique et au CHS CT du 12 novembre dernier.

Et c’est pas reluisant : l’écart salarial entre les hommes et les femmes se creuse à la mairie de Villejuif. On a beau nous expliquer que tout est normal, que c’est lié au départ en retraite de femmes cadres, et que donc ça va se corriger tout seul, cette explication est parfaitement incomplète – voire un peu hypocrite.

Les faits sont les suivants : femmes représentent 63,4 % des effectifs, mais surtout 86% des temps partiels et 71% des agents contractuels. Elles sont donc plus fréquemment sur des emplois précaires que leurs collègues masculins. Le personnel féminin constitue la très large majorité des maladies professionnelles (75%), mais continue d’être moins souvent bénéficiaire des promotions internes. Sur 3 directeurs généraux, une seule est une femme. Et sur l’ensemble des directeurs, il ne reste que deux femmes… Le plafond de verre est solidement accroché.

Et de fait, comme les salaires des « nouveaux » cadres est plutôt en augmentation, mais que ce sont majoritairement des hommes, il résulte que les hommes gagnent mieux leur vie en mairie de Villejuif que les femmes…

Et pourtant, dans la fonction publique le statut est garant que ces inégalités ne peuvent pas grandir. Le recours systématique aux contractuels et le RIFSEEP, avec sa part variable et sa prime au mérite, ne feront, à terme qu’empirer la situation. C’est l’une des raisons pour lesquelles la CGT a dénoncé ce nouveau régime indemnitaire et continuera à dénoncer le recours aux contractuels.

Et pendant ce temps là, si on s’en réfère aux statistiques et à la moyenne nationale, c’est comme les femmes travaillent pour rien depuis la mi-novembre, par rapport à leurs collègues hommes… Tout le monde trouve ça anormal, soit disant… Par contre, si les efforts pour atteindre une égalité salariale femmes-hommes continuent à ce rythme, la fracture devrait être réduite aux alentours de 2070…

Seules 15,86% des entreprises ont mis en place, depuis 2016 un plan pour favoriser l’égalité professionnelle. La loi les y oblige pourtant depuis trois ans. A la mairie de Villejuif, on attend toujours, et ce rapport n’a pas été présenté en propre aux instances : ces données étant contenues dans le Rapport sur l’Etat de la Collectivité, l’égalité femmes-hommes n’a pas été débattue comme un point à part entière… Sans doute parce que ce sujet n’est pas une priorité.

PROMIS, PAS PROMU…

Pour information, les listes des agents promouvables de la mairie de Villejuif ont été fournies aux élus de la CAP. Nous sommes donc en possession de ces listes que nous invitons les agents à venir consulter au local syndical à partir du mercredi 21 novembre. Elles seront également consultables lors des Assemblées Générales du Personnel prévues le 21 et le 27 novembre (11 heures).

Pas de bonnes surprises pour les collègues de la mairie de Villejuif : beaucoup n’ont pas été informés qu’ils n’étaient pas sur la liste alors qu’ils disposaient du nombre de points pour y figurer, et que leur hiérarchie avait donné un avis favorable.

Qui est promu, alors ? Nous dirons simplement que « charité bien ordonnée commence par soi même » et que l’ancienneté dans le poste semble avoir été plutôt un frein à la promotion interne et à l’avancement de grade…

Et pour tous ceux qui croient encore aux promesses, nous n’avons malheureusement qu’un vers de La Fontaine à leur offrir : «  Un Tiens vaut, ce dit-on, mieux que deux Tu l’auras : l’un est sûr ; l’autre ne l’est pas.  »

Ou comme disait Henri Queuille, ancien président du Conseil : « Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent. » Il disait aussi : « La politique n’est pas l’art de résoudre les problèmes, mais de faire taire ceux qui les posent. »

Ca explique bien des choses…

 

La CAP siègera pour les catégories C le 30 novembre.

ET POURTANT, UN PETIT VILLAGE…

Le saviez-vous ? Les prestations sociales et culturelles sont une obligation de l’employeur. On pourrait croire comme ça que c’est juste un supplément d’âme, mais pas du tout… Ça fait partie de notre salaire. Et c’est pour cette raison que la fédération des services publics de la CGT réclame des CASC pour les agents, subventionnés par l’employeur à hauteur de 3% de la masse salariale, c’est à dire des organismes représentatifs du personnel et géré par lui. Parce que qui mieux que le personnel sait ce qui lui convient ?

En attendant, cette année, pour le Noël du personnel, bénéficiant sans doute d’une offre promotionnelle dûe à la désaffection récente du public pour les grands parcs d’attraction – le Noël du personnel aura lieu au Parc Astérix.

Ne vous précipitez pas pour réserver vos places : c’est passé… Du reste, il fallait payer le stationnement à l’avance… Une tradition à Villejuif. Espérons que tous ceux qui ont payé d’avance pour recevoir le cadeau de leurs enfants et passer la journée dans un parc où certaines attractions seront fermées ne seront pas frappés de grippe-hivernale : c’est non remboursable…

Quand on pense que jusqu’ici, le message était que Villejuif n’était pas un village gaulois… Il y a une certaine logique. Le village Gaulois qui résiste encore et toujours à l’envahisseur est à 40km et il faut aussi y payer son stationnement…

Mais pas le stationnement…

Rien n’est trop beau pour le personnel municipal, sauf de garer sa voiture…

 

JE PEUX PAS J’AI RACLETTE

Les organisations syndicales UGICT-CGT et Ouvriers-Employés CGT proposent aux agents de la mairie de Villejuif, de partager un moment convivial autour d’une raclette.

VENDREDI 30 NOVEMBRE 2018 à partir de 12h
L’Union Locale de Villejuif
16 rue Jean-Jaurès
(Tarif de 4,50 € par personne)

CT : La dernière séance

Emotion ? Nostalgie ? C’était ce mardi 20 novembre la dernière séance du comité technique… Malheureusement, une fois de plus les irrégularités – et notamment l’absence des comptes rendus des séances précédentes – rendait caduque tous les débats. C’est donc par la déclaration ci-dessous que se conclut le mandat des actuels représentants du personnel qui seront remplacés après les prochaines élections professionnelles :

Mesdames et messieurs les représentants de l’employeur,

Mesdames et messieurs de l’administration,

Nous pouvons considérer que cette séance est une des dernières sinon la dernière avant le renouvellement des représentants du personnel  aux élections professionnelles le 6 décembre prochain.

Il nous semble juste de partager avec vous notre bilan de ces quatre années de mandat. Quatre années pendant lesquelles nous n’avons eu de cesse de réclamer le respect du règlement intérieur, règlement intérieur qui pour rappel, a été rédigé et validé à l’unanimité des deux collèges, le respect de la loi, le respect de cette instance, le respect des représentants du personnel, le respect des agents… Mais pour paraphraser un DGA de cette collectivité : « il est plus facile de contourner la loi que de la respecter. »

Pendant ces quatre ans, vous avez fait passer les représentants du personnel  pour des enfants un peu attardés, capricieux et surtout irresponsables.

Alors que nous avons toujours eu pour objectif d’avoir une contribution positive et constructive au bon fonctionnement et au développement de la collectivité, à améliorer les organisations, les processus et les méthodes de travail. Nous avons eu pour attache de créer un climat de travail humain, positif et ouvert, porteur de sens.  Nous avons essayé de redonner du sens au travail, de remettre du collectif, du respect, des lois, des cultures, de l’épanouissement, du lien social.

Mais nous nous sommes heurtés au dogme de l’employeur qui est que « le salarié est un coût qu’il faut réduire ». Puis très vite, la position s’est amplifiée par  votre vérité que les syndicats, les représentants du personnel, la loi, TOUS ne sont que parasites inutiles, à éliminer, malintentionnés et saboteurs. Alors vous avez démarré lentement mais surement, et toujours de votre plein gré, l’organisation de la dégradation des conditions de travail, la casse des agents, la casse du service public…

Vous avez accentué vos méthodes dont l’exécutrice de vos basses œuvres est la direction de la RH. Celle-ci porte et répand avec zèle vos souhaits de briser le syndicat, les représentants du personnel, les agents. De se débarrasser de ceux qui remettent en cause les méthodes inhumaines, les injonctions paradoxales, qui font preuve de liberté de pensée, qui défendent un ou une collègue, qui ne sont  pas contrôlable, qui manifestent une forme plus ou moins aigue de contestation, de résistance. En fait, tous les agents qui étaient là avant le changement de municipalité, avant 2014. Il faut les briser, leur couper la tête,  les pousser à partir d’eux-mêmes, les opprimer, les humilier…

La répression est accélérée et centralisée en une seule Direction. Par celle qui doit être au service des agents et de la collectivité, celle qui doit protéger et former, celle qui est  garante du respect de l’intégrité physique, émotionnelle et psychique des agents. La Direction RH maîtrise l’art de s’occuper de ceux qui ne servent pas les ambitions de l’employeur.

Toute résistance est vaine et se paiera au prix de la santé des agents. Nous avons pu voir l’explosion des burn-out, des troubles psychosomatiques, le développement du mal-être au travail, la démotivation, le désengagement des agents, le mort d’un agent et la tentative de suicide d’un autre

Vous souhaitez des agents atomisés, lobotomisés, serviles, vous souhaitez des syndicats faibles ou collabos.

Ces quatre années n’ont pas été au service du dialogue social, au service de l’amélioration de l’organisation et du fonctionnement des services de la collectivité.

Encore aujourd’hui vous en faîtes la démonstration en nous imposant cette séance de CT en pleine campagne électorale des élections professionnelles. Séance, Madame la présidente, que vous avez décidé de manière unilatérale et autoritaire d’ajouter au calendrier, séance dont la commission d’ordre du jour s’est encore une fois tenue sans les représentants du personnel qui en avaient demandé le report pour cause de grève nationale le 9 octobre dernier.

Séance pour laquelle nous n’avons aucun des comptes-rendus des séances précédentes à approuver et ce malgré notre demande écrite. Pour mémoire, l’Art.22  du décret du  30 mai 1985 stipule qu’ « Un procès-verbal est établi après chaque séance du CT. Il est signé par le Président du CT, contresigné par le secrétaire et le secrétaire adjoint et transmis dans un délai de 15 jours à compter de la date de la séance aux membres du CT. ».

Tout est organisé pour faire de cette instance une chambre d’enregistrement, vous ne souhaitez ni dialogue social ni débat ni démocratie, vous faîtes parce qu’il faut faire.

Votre prédécesseure avait au moins le mérite de faire semblant, elle était polie et répondait aux courriers que nous lui adressions, elle participait aux réunions préparatoires aux dossiers  complexes qui devaient passer en CT. Eh oui nous en sommes même venus à regretter le pipeautage et l’enfumage, pour dire la médiocrité dans laquelle vous arrivez à nous mettre madame la présidente.

Pour conclure, nous dénonçons la légitimité de cette séance et nous ne siègerons pas.