LAPSUS REVELATEUR

Hier, c’était la « désormais traditionnelle » rencontre des agents avec monsieur le maire au Pôle Technique. Au programme, comme c’est la tradition, un petit discours du maire, un petit discours de l’adjointe en charge des Ressources Humaines et un petit discours du nouveau Directeur Général des Services…

Pas de chance, cependant : cette fois-ci, le premier discours s’est ouvert sur un lapsus très révélateur : « Ce qui est important, c’est d’améliorer la relation entre nous et nos… clients ! Heu… Et les citoyens… »

Alors oui, c’est vrai, personne n’est à l’abri d’une erreur. Les langues fourchent. Les mots nous jouent des tours. Les idées, aussi, parfois. Mais le lapsus, en psychanalyse, il pardonne pas : il est censé être la révélation de ce qu’on pense vraiment, une indication de nos convictions ou de nos croyances profondes, un cri de vérité jaillissant du plus profond de notre subconscient…

Et ce lapsus là, en plus, c’est le pêché capital vis à vis du statut du fonctionnaire… Considérer les administrés comme des clients, c’est renoncer à la notion d’égalité face au service public.

Et c’est plutôt inquiétant quand on pense que la suite du discours était elle même très orientée sur le RIFSEEP (un système qui met les fonctionnaires en concurrence et est une profonde remise en cause du statut et de la notion de responsabilité personnelle et collective de l’administration et remet donc en question ce même principe d’égalité), la très mystérieuse notion de Villejuif 2.0 (qui est censée être une nouvelle ère de communication entre les villejuifois et leur mairie, si on a bien compris) et un petit coup de brosse à reluire : « La rentrée ne s’est jamais aussi bien passée ! Les directeurs d’école et l’inspectrice m’ont appelé et ils étaient très contents. » Il pensera heureusement à rajouter « et c’est grâce à vous ! ». Dommage qu’aucune ATSEM, aucun agent d’entretien des écoles et si peu de gardiens ou d’animateurs, et aucun membre du service scolaire, n’aient été là pour l’entendre…

Madame Loudière pour sa part fera plus concret et visiblement plus sincère : 200 000€ pour les agents via la mise en place du RIFSEEP avec l’IFSE (mais pas de CIA avant d’avoir fixé les critères d’évaluation) et un résultat décevant de 30% des agents seulement participant à l’enquête sur les Risques Psycho Sociaux

Dissonance inquiétante, somme toute entre le maire et son adjointe, mais à Villejuif on a vu pire.

Les agents, eux, n’étaient pas venus en masse – et quand les mecs qui poussent le balais choisissent de rester dans la rue plutôt que de venir partager le petit coup à boire, c’est un message…

A moins naturellement qu’ils n’aient préféré rester sur le terrain pour soigner la relation clientèle…

 

Laisser un commentaire