LES AGENTS DE LA VILLE APPELLENT AU SECOURS

Depuis trois ans, nous, organisations syndicales CGT, alertons notre administration générale et les élu(e)s municipaux de la souffrance des agents : par manque de moyens humains, par manque de moyens de fonctionnement.

Depuis 3 ans, malgré nos rendez vous avec M. Le Maire et sa direction générale, malgré les séances à rallonge des Comités Techniques (CT) et Comité d’Hygiène, Sécurité et Condition de Travail (CHSCT) nous constatons une désespérance chez nos collègues et une dégradation des services publics, aux causes multiples :

Manque de moyens humains : ADMINISTRATION : 326 postes inscrit au budget en 2014, 313 en 2017 soit déjà 13 postes de moins : seuls 282 postes pourvus soit une économie de 31 postes pour juste 2017 ! TECHNIQUES: 501 postes inscrits en 2017, seulement 478 postes pourvus soit une économie de 23 postes ! ANIMATION : 161 postes inscrit au budget en 2014, 163 inscrit en 2017 soit 2 postes de plus, mais en avril seuls 160 postes sont pourvus soit une économie de 3 postes pour 2017 sachant que 25 animateurs et animatrices sont encore contractuels (15,63%).

Au total en 2017 ce sont 93 postes qui ne sont pas pourvus et qui font cruellement défaut. À Villejuif on privilégie la précarité en multipliant les Contrats à Durée Déterminée au lieu d’emploi public titulaire.

Refus de maintenir le dialogue social. Annulation des réunions de groupes de travail sur le régime indemnitaire, refus de travailler collégialement des questionnaires destinés aux agents sur les problématiques du stationnement, refus de tenir les engagements pris en instances paritaires…

Mépris des agents. La dernière illustration de ce mépris fut l’application parcellaire du plan canicule. En effet, pendant que les agents souffraient des hautes températures dans les bureaux, les écoles, les crèches, dans les centres municipaux de santé, le cabinet du maire se serait fait livrer une climatisation flambant neuve. Par contre, livrer des ventilateurs, des brumisateurs, équiper les agents qui travaillent à l’extérieur de casquettes et de tenues adéquates ce n’est pas une priorité (malgré les engagements pris en CHSCT).

Permettre aux gardiens des écoles de cette ville d’avoir une organisation de temps de travail répondant aux contraintes légales  et des logements dignes de ce nom n’est pas une priorité, alors qu’offrir un logement de fonction aux frais du contribuable villejuifois à l’agent le plus payé de cette ville en est une pour notre exécutif.

Et pour les conditions de travail : le manque de matériel pour remplir nos missions : rationnement du papier, des stylos, des imprimantes, du papier toilettes, non-remplacement des véhicules vieux ou endommagés du service propreté-urbaine… Sans parler des missions de plus en plus difficiles à remplir à cause des manques d’effectifs… Les salariés de Villejuif, déconsidérés, se retrouvent chez le Médecin du Travail et la Psychologue du travail soit 31,70% des personnes réorientées, nous constatons la multiplication d’arrêt maladie pour dépression.

Les fonctionnaires se plaignent du manque de lisibilité des actions publiques, des mensonges, des règles bafouées ou modifiées en cours de route et sans préavis par notre administration générale. Ils en ont assez de devoir faire, ou défaire, selon qu’ils sont pris en otage dans une querelle entre adjoints ou pas… Ils viennent au travail la boule au ventre. Et comme si cela ne suffisait pas, les représentants du personnel sont pris pour cibles : carrières bloquées, mises au placard, amputations de salaires, déni de mobilité… Voire injonction de trouver eux-mêmes leur propre bureau ! Le pire du management du privé appliqué au public, par un exécutif qui refuse de discuter ou de prendre en compte les besoins et l’expérience de ses agents ou de sa population ! Un comble pour ceux dont le slogan était : « À partir de maintenant plus rien ne se décidera sans vous ! »…

Résultat : Un service public en miettes

Constat affligeant pour les villejuifois : ALORS QUE L’IMPÔT A ÉTÉ AUGMENTÉ LE SERVICE PUBLIC NE CESSE DE SE DÉGRADER ! Budgets  des Maisons Pour Tous divisés par 2, fermeture de l’Annexe Pasteur des centres de santé le matin, disparition de la Ludomobile  depuis l’été 2015, deux ans pour remettre la mairie en état après l’incendie, disparition de certaines structures ouvertes pour la jeunesse, fermeture arbitraire pendant une semaine des Accueils de Loisirs pendant une semaine en Août 2016…

Nous alertons sur l’entretien du patrimoine de la ville, sur les éventuelles ventes annoncées pour équilibrer des budgets, mais qui ne se réalisent jamais, sur l’insincérité des budgets qui annoncent systématiquement plus de dépenses sur le budget de fonctionnement qu’il n’en est réalisé : alors même que les villejuifois paient plus, on a économisé sur leur dos près de 7 millions d’euros rien qu’en fonctionnement et en budget du personnel ! Où sont les écoles, les gymnases, les services supplémentaires pour accueillir les quelques soixante-dix mille villejuifois attendus à l’horizon 2025 !

Dans le public, le but n’est pas de dégager une marge, mais d’offrir à tous un service adapté à la composition et à la taille de la collectivité ! En cassant le service public, c’est l’habitabilité future de Villejuif qui est menacée !

Et pendant ce temps-là, le Territoire Grand Orly Seine Bièvre continue de se développer en toute opacité, et absorbera demain des secteurs sans que qui que ce soit ait eu son mot à dire : Urbanisme ? Crèches ? Services chargés de l’emploi ?  Tout cela sera potentiellement transféré au T-GOSB (ex T12) sans que qui que ce soit ait été même consulté ! Avec quelle garantie de continuité du service pour les Villejuifois ? Aucune !

Trop, c’est trop !!!!!

En 2014, il aurait fallu dire : « Avec nous, vous ne déciderez plus de rien ! »

Aussi nous appelons les agents comme les habitants à un

RASSEMBLEMENT SOLIDAIRE DE PROTESTATION

DEVANT LE CONSEIL MUNICIPAL

Vendredi 30 juin et le Mercredi 5 juillet à 19 h

(Esplanade Pierre Yves Cosnier)

20170623 – tract Au Secours

Réforme du droit du travail : la stratégie de l’opacité

Le président de la République a lancé les concertations sur la réforme du droit du travail, proclamant son ouverture au dialogue. Sauf qu’au même moment, Le Parisien puis Libération ont publié des documents de travail du gouvernement reprenant toutes les vieilles lunes du MEDEF.

La CGT des ingés, cadres et tech joue la transparence et met à disposition une analyse détaillée de ces documents pour permettre à chacun-e de se faire sa propre idée.

Résultat de recherche d'images pour "Babouse Macron"

Le projet d’ordonnances qu’Emmanuel Macron veut nous dissimuler :

Mille et une façon de licencier sans motif

 

  •     En cas de licenciement abusif, les prudhommes ne pourront plus réparer l’ensemble du préjudice et les condamnations seront plafonnées (à un niveau faible). Rien de plus simple alors pour un employeur que de licencier un cadre un peu trop critique à son goût par exemple
  •     Les plans sociaux seront encore facilités et les multinationales pourront mettre artificiellement en faillite une de leur filiale pour licencier gratuitement
  •     L’employeur ne sera plus tenu de respecter de règles formelles pour licencier (précision par courrier des faits reprochés, entretien…)

Un code du travail par entreprise pour généraliser le dumping et baisser les salaires

Les seuls sujets encore définis dans la loi seraient le SMIC, l’égalité F/H et les seuils d’exposition aux risques. Tout le reste est renvoyé à la négociation d’entreprise, et notamment :

  • Les salaires, alors que c’est la négociation de branche qui permet d’avoir des augmentations collectives de salaires chaque année et de reconnaître les qualifications. C’est aussi la branche qui empêche le dumping et la concurrence déloyale au sein d’un même secteur.
  •    La santé et la sécurité, et notamment la protection des mineur.e.s, les équipements, la prévention et l’évaluation des risques psychosociaux, chimiques ou sonores…
  • Les règles concernant les CDD, l’intérim et le CDI (condition de recours, de renouvellement, de rupture…)

Ceci complexifierait considérablement le code du travail et le rendrait illisible pour les salarié-es comme pour les RH. Ceci empêcherait aussi la mobilité, très importante chez les ingés, cadres et tech. Comment vouloir changer d’entreprise quand on peut y perdre tous ses droits ?

 Un dialogue social d’entreprise…au service de l’employeur

Alors que la quasi-totalité des droits des salarié-es seront définis dans la négociation d’entreprise, le gouvernement, dans le même projet, remet en cause les droits à la représentation et à la négociation des salarié-es, accentuant le déséquilibre en faveur de l’employeur :

  •     Suppression des CHSCT, Délégués du Personnel et Comités d’Entreprise qui seraient fusionnés dans une instance unique, sans garantie de maintien de leurs prérogatives et avec la certitude que le nombre d’élu-es sera diminué drastiquement
  •     L’employeur pourra contourner les syndicats et faire adopter un accord par referendum, en mettant en opposition les salarié-es entre eux et en fracturant le collectif de travail.
  •     Plus besoin des syndicats pour négocier. Quand on est un-e élu-e isolé-e, comment résister aux pressions et chantages d’un employeur ???

 De nouveaux droits pour préparer l’avenir

La CGT et son UGICT portent des propositions pour répondre aux défis d’aujourd’hui et demain : l’emploi, le paiement des qualifications, ou encore la révolution numérique :

Définanciariser l’entreprise et restaurer le rôle contributif de l’encadrement

Avec de nombreuses personnalités, l’UGICT-CGT a publié un manifeste pour définanciariser l’entreprise. Il s’agit de créer de nouveaux droits pour faire primer les stratégies de long terme sur la rapacité des actionnaires

  •     Droit de refus, d’alerte et d’alternative en cas de directive contraire à l’éthique pour permettre un plein exercice de la responsabilité professionnelle
  •     Augmentation du nombre de salarié-es dans les conseils d’administration
  •     Droits suspensifs des comités d’entreprise sur les aides publiques et les licenciements

Un code du travail plus simple et plus protecteur

Un collectif d’universitaires a rédigé un code du travail 4 fois plus court et beaucoup plus protecteur. En mettant fin à toutes les dérogations dont bénéficient les employeurs, il permet de rendre les droits beaucoup plus simples et lisibles pour les salarié-es

L’égalité F/H dès demain c’est possible

Il y a urgence de mettre fin aux 26% d’écart de rémunération et au sexisme omniprésent

  •     Sanctionner les entreprises qui discriminent
  •     Réduire le temps de travail et mieux accompagner la parentalité
  •     Mettre en place des obligations de négocier, notamment sur la suppression des écarts de carrière

Un statut de l’encadrement pour reconnaitre la qualification et la responsabilité professionnelle

Alors que le statut cadre est fragilisé par la disparition de l’AGIRC (la retraite complémentaire des cadres) la CGT demande l’ouverture d’une négociation pour garantir à tous les cadres et assimilé-es

  •     La rémunération de leur qualification, le droit à un déroulement de carrière et à la mobilité
  •     Une protection sociale garantissant le maintien du niveau de vie en cas de chômage, retraite…

Construire le numérique autrement

Après avoir gagné l’obligation de négocier sur le droit à la déconnexion, l’UGICT fait de nombreuses propositions pour que la révolution numérique se traduise par du progrès social et environnemental

  •     Garantir les libertés et encadrer strictement l’utilisation des DATA
  •     Utiliser les gains de productivité pour réduire le temps de travail et créer de l’emploi
  •     Revaloriser le collectif de travail et transformer le management
  •     Mieux protéger le télétravail

Tous les tracts et l’article d’origine : ici !

NE LAISSONS PAS LE CODE DU TRAVAIL MOURIR SUR ORDONNANCE !
MOBILISONS-NOUS !
Mardi 27 juin
Rassemblement unitaire
12h00
Esplanade des Invalides

10 Questions qu’on nous pose à propos des amputations de salaires…

 

1. QUI EST-CE QUE CA TOUCHE ?

Peu importe. C’est le principe qui est dégueulasse. Du jour au lendemain, les collègues perdent jusqu’à un tiers de leur salaire sans qu’aucune raison légale leur soit expliquée, sans que personne n’accepte d’en prendre la responsabilité ? Pour l’instant, les personnes affectées par cette décision du maire – et certainement pas du Trésor Public – sont « les chargés de mission », c’est à dire grosso modo tous les agents qui étaient censés organiser du travail en transversalité entre les différents services et les différentes directions. Mais même ce critère ne vaut pas puisque certains des collègues touchés ne sont pas chargés de mission. En réalité, ça touche qui l’exécutif a décidé que ça touchait…

2. EST-CE QU’IL Y A UN RISQUE POUR LES CATÉGORIES B ET C ?

Oui. En tous cas c’est ce qui a été annoncé aux agents qui ont été reçu par la directrice ressources et finances…

3. COMMENT CA SE FAIT ?

En très gros, une délibération a été votée en février 2014 pour réévaluer le régime indemnitaire des agents de catégorie C dans la filière administrative. Cet effort de la collectivité (le premier en la matière depuis plus de dix ans) était appelé à se poursuivre pour les Catégorie B et C de toutes les filières… Ca n’a malheureusement pas été le cas.

Par contre, la délibération de 2014 reprend les grilles de toutes les catégories en précisant qu’elles viennent remplacer les grilles existant précédemment…

Sauf que les Chargés de Mission ont été oubliés sur cette délibération. Et c’est là que ça devient surréaliste.

Parce que ce qu’on nous explique c’est que le Trésorier Payeur, considérant que les chargés de mission ne sont pas sur cette délibération, ne veut plus les payer comme avant… Seulement voilà : ce n’est pas à lui que revient cette décision. Elle appartient uniquement au maire qui pourrait parfaitement le contraindre. En matière financière, le maire décide, le trésorier payeur vérifie la légalité et applique – mais il n’empêche pas…

Et par dessus le marché, on voit mal le trésorier payeur prendre seul la décision de qualifier ce qu’est le Niveau de Responsabilité d’un agent, et de décider tout seul s’il est NR 3, 4 ou 5 !

4. MAIS EST-CE QUE VOUS AVEZ ÉCRIT AU TRÉSORIER ?

Oui. Nous avons écrit au trésorier payeur – et nous n’avons pas été les seuls !

Le problème de Villejuif, c’est l’attractivité, nous répète-t-on depuis trois ans. On n’arrive pas à embaucher. La ville n’offre pas assez. Tout le monde se souviendra de la fameuse « on ne va tout de même pas embaucher que des brèles ! » dont nous avons eu l’honneur d’être récipiendaires en octobre 2015 et qui n’avait pas qu’à moitié participé à la colère des agents (mal payés) de l’époque…

Une seule solution, en ce qui nous concerne, pour remédier à cette situation : la négociation salariale. Seulement celle-ci n’ayant jamais eu lieu, nous nous étonnions de voir arriver de nouveaux collègues qui nous expliquaient avoir négocie leur salaire – et obtenu des émoluments fort attractifs au sein d’une collectivité qui ne l’est pas…

Ce que nous dénoncions auprès du trésor public, c’est que certains, à la mairie commençaient à être payés en dehors de ce qui était légal en matière de régime indemnitaire. Et si quelqu’un doit être mieux payé à Villlejuif, alors tout le monde doit être mieux payé à Villejuif.

A qui pouvait on se plaindre ? Au préfet et au Trésorier Payeur. C’est ce que nous avons fait. Et comme nous n’avons obtenu aucune réponse de leur part, non plus, nous nous étions résignés, sans doute à tort.

5. MAIS ? VOUS ALLEZ ATTAQUER CETTE DECISION EN JUSTICE, N’EST CE PAS ?

Pour cela, encore faudrait-il qu’elle soit prise. Dans toute administration, il n’y a que l’écrit et notre exécutif, savamment secondé, sait fort bien ne rien produire… Nos collègues ont même reçu une fiche de paie indiquant qu’en mai… ils avaient touché un salaire complet. Le solde de leur compte en banque démontre le contraire…

6. ET TOUT CA C’EST LA FAUTE A MONSIEUR VIDAL ?

Non. Monsieur Vidal n’est plus l’adjoint aux finances. Mais s’il l’était encore, nul doute qu’il participerait à trouver une solution… Enfin… En même temps, s’il l’était encore, il serait encore dans la majorité de monsieur le maire et alors…

En attendant, s’il a une part de responsabilité dans cette affaire elle vient du fait qu’il a demandé les arrêtés de nomination d’une directrice générale adjointe dont le cas avait été posé au Comité Technique et qu’il n’a jamais obtenu – en dépit de la légalité et de la légitimité de sa demande… Il a donc saisi la Commission d’Accessibilité des Documents Administratifs pour que celle-ci demande au maire de lui donner accès. On lui a répondu : « l’avis de la CADA est un avis, je suis libre de faire ce que je veux. »

7. MAIS ? ILS SERONT PAYES NORMALEMENT LE MOIS PROCHAIN, HEIN ?

Non. Sans doute pas.

8. ET EN FAIT C’EST PARCE QU’ILS ÉTAIENT TROP PAYES AVANT ?

Non. Pas du tout : ils étaient payés en fonction de leur carrière, de leur grade, de leur ancienneté et avaient tous les documents (arrêtés, délibérations, contrats) justifiant leur rémunération. C’est bien une décision aussi arbitraire qu’injuste. 

9. ET ALORS, C’EST TOMBE COMME CA, AU HASARD ?

On pourrait croire que oui, mais ce serait singulièrement naïf dans la mesure ou 60% des personnes concernées sont des représentants du personnel. Il y a fort à parier, du reste, que ceux qui ne le sont pas se retrouvent dans cette situation uniquement pour éviter qu’on puisse accuser l’exécutif de discrimination syndicale…

10. ET ALORS QU’EST-CE QU’ON PEUT FAIRE POUR EUX ?

Venir à l’assemblée générale du personnel, jeudi 22 mai à 13h30 à la bourse du travail… C’est là que nous déciderons ensemble de ce que nous ferons pour manifester notre mécontentement face à cette façon inique et arbitraire de traiter nos collègues et témoigner de notre solidarité. On peut aussi distribuer ce tract :

20170619 – tract AG Juin 2017 salaires amputés

Résultat de recherche d'images pour "Salaire fonction publique"

CODE DU TRAVAIL – LA MOBILISATION S’IMPOSE !

Les projets de réforme du gouvernement concernant le droit du travail auraient des conséquences sur le contrat de travail, les salaires, la santé, la sécurité au travail, l’assurance chômage, les retraites…

Les projets sont dangereux, ils ouvrent la voie à la flexibilité, la précarité pour les salariés !

Pour organiser la riposte,  un premier « rendez-vous » de lutte s’organise.

Le mardi 27 juin, Meeting unitaire interprofessionnel

aux Invalides

A partir de 12h.

ASSEMBLEE GENERALE DU PERSONNEL : FAUDRAIT FAIRE COMME SI TOUT ALLAIT BIEN !

Rien ne va plus. C’est le triste constat que nous sommes contrains de faire après trois ans de règne de l’actuel exécutif. Cette fois ci, nous ne voyons pas comment réparer la confiance qui doit exister entre les agents et leur employeur. Entre silence et mensonge, non seulement aucune avancée n’a pu avoir lieu dans le dialogue social, mais maintenant, nous en sommes aux viles attaques et aux crises d’autoritarisme.

Les dernières réunions des instances, conseil municipal compris, révèlent que nous sommes entrés dans une nouvelle phase : avant on n’écoutait pas, maintenant on ne laisse plus parler ! Et ceux qui parlent, les représentants du personnel, ont été gravement attaqués déjà : mises au placard, refus de promotion interne, amputations de salaires, disparition même de l’organigramme de la ville ! On nous attaque pour mieux vous atteindre ensuite !

Un exemple : l’exécutif exige des gardiens d’effectuer 400 heures annuelles gratuitement pour justifier leur logement. Selon la directrice des ressources humaines, c’est le seul moyen de justifier une nécessité absolue de service. À côté de ça 2800 € de loyer sont pris en charge par la ville pour le logement du directeur général des services. 7 millions d’euros d’économie sur le budget de fonctionnement en 2016. Une centaine de poste a disparu. 93 postes sont restés inoccupés en 2016. Et c’est aux présents de compenser. Le personnel trinque, se précarise (20% de contractuels) et rien n’avance. Certains collègues voient leurs salaires amputés. Des primes disparaissent. Les processus d’avancement de grade et de promotion interne se réalisent dans l’opacité la plus totale. Les avis des instances ne sont suivis d’aucun effet. Les négociations avec les organisations syndicales n’ont rien donné depuis novembre 2015…

Les amputations de salaires dont nous avons tous été prévenus par mail le 22 mai ont touché une dizaine de collègues. Mais ça n’en restera pas là. Si pour l’instant, au prétexte fallacieux que le trésorier payeur aurait relevé une non-conformité dans une délibération de 2014, des collègues ont touché fin-mai un salaire diminué d’une partie, voire de la totalité de leur régime indemnitaire. Pourquoi ? La délibération ne prévoit pas l’existence sur la ville de Chargés de Mission et ceux-ci ont été ramenés par défaut sur un NR3. Du coup, certains perdent une partie de leur RI. D’autres en perdent la totalité, soit plus du tiers de leur salaire. Le tout sans le moindre écrit, sans arrêté… Le maire annonce qu’il s’agit d’une décision du Comptable Public. Mais c’est impossible. La libre administration des collectivités territoriales lui garantit de pouvoir anticiper et résoudre ce genre de problème sans difficulté majeure. Il y a eu deux séances du Conseil Municipal depuis le 22 mai. Il aurait suffi de compléter, avec l’accord du Comité Technique, la délibération défectueuse. Ça n’a pas été fait. Et pour ce qui est de contacter les organisations syndicales pour trouver une solution… Ni mail, ni courrier, ni coup de fil… Encore une fois : un effet d’annonce suivi de rien du tout.

Et nos collègues, qui continuent d’effectuer leur travail, avec un salaire diminué, sans perspective de solution, qui voient leur ancienneté, leur qualité, leur carrière remise en cause non seulement arbitrairement mais illégalement, de s’entendre dire : « Le comptable public a commencé par les catégories A de la filière administrative. Il regarde maintenant les autres filières, mais aussi les catégories B et C+ ».  La menace est émise : À Villejuif, on peut travailler pendant vingt, trente ans, et du jour au lendemain voir son salaire baissé sans que l’administration en fournisse le moindre justificatif ! Demain quoi ? Nos jours de congés ? Nos primes annuelles ?

Déjà les fonctionnaires ont été la bête à abattre de la période électorale. C’était au candidat qui en supprimerait le plus ! Aujourd’hui il n’y a plus de ministère de la fonction publique, ce qui augure d’une grave menace sur notre statut. Villejuif est précurseure : de nouveaux élus qui n’ont pas la notion de ce qu’ils ont besoin de bras pour réaliser leurs programmes sont aux manettes !

Comme par hasard, la moitié des agents concernés par cette première vague sont nos représentants ! Ce sont ceux qui disent le malaise de la collectivité au quotidien, qui sont en première ligne. En se cachant derrière le Comptable Public, l’exécutif espère pouvoir nous abattre en mode sniper les uns après les autres ! D’abord les A, puis tous les autres !

 

NOUS SOMMES TOUS CONCERNES !

Aussi nous appelons à une

ASSEMBLEE GENERALE DU PERSONNEL

Le Jeudi 22 juin 2017 de 13 h 30 à 15 h 30

Rassemblement à la Bourse du Travail

20170612 – tract AG Juin 2017

20170619 – tract AG Juin 2017 salaires amputés

AMPUTATION DE LA PAYE DES AGENTS : QU’EST CE QUE C’EST QUE CETTE HISTOIRE ?

Entre l’annulation du Conseil Municipal et l’interruption du Comité Technique, on ne parle plus que de ça en mairie de Villejuif. Il faut dire : à cinq jours de la paye, tous les agents qui reçoivent un courrier du Directeur Général des Services, leur expliquant que certains d’entre eux vont avoir de l’oseille en moins, sans préciser lesquels, ça a suscité une certaine émotion.

Il est question d’une soit-disant impossibilité juridique d’appliquer une délibération de février 2014 (donc votée par l’ancienne municipalité). En conséquence, c’est le trésorier payeur qui ordonnerait que soient retenues des sommes (indéterminées) sur la paye de certains agents. Et voici tous les agents de la collectivité qui se regardent en chien de faïence en espérant que c’est sur son voisin que la foudre va tomber en même temps que la paye… Finalement, les concernés ont tous été convoqués par la Directrice Ressources & Finances qui leur a donné une fiche de paye… absolument normale ! « Le trésorier a amputé les salaires, mais comme nous n’étions pas au courant, nous avons fait une fiche de paie comme d’habitude. » Donc, certains de nos collègues se retrouvent avec un tiers de salaire en moins pour pas moins d’effort, et aucun papier, ni délibération, ni arrêté, ni courrier du maire ou du trésorier. Seulement un courrier du Directeur Général des Services Municipaux (le même qui, lui, va bénéficier de son logement de fonction).

Double problème : Comment savoir d’où vient cette décision, puisque nous n’avons aucune pièce indiquant qui l’a prise ? Comment présenter des arguments contre elle, puisque nous ne l’avons sous aucune forme écrite ?

Et pendant ce temps là, notre employeur affirme que tout vient de la CGT… Mais d’où vient ce fantasme  ? Tout simplement d’un comité technique : Le 12 mars 2015, passe en séance un dossier visant à modifier le régime indemnitaire des directeurs. Les représentants du personnel s’offusquent, et déclarent qu’avant d’augmenter le régime indemnitaire de ceux qui gagnent le plus, il faut revaloriser les salaires de ceux qui gagnent le moins. En clair, soit on augmente tout le monde, soit on augmente personne – surtout pas ceux qui sont déjà dans les plus hauts salaires de la ville !

Le débat s’enlise et y compris dans le collège employeur suscite bien de l’émotion. Surtout qu’il est de plus en plus évident que c’est du salaire d’une seule personne qu’il s’agit… C’est à la suite de ce dossier que le maire adjoint chargé des finances saisira la CADA pour connaître la suite des évènements, aucun élément de suivi sur ce dossier ne nous étant communiqué, ni au collège employeur, ni au collège employé.

Nous, les syndicats des territoriaux, avons écrit au Trésorier Payeur pour qu’il s’assure, effectivement, qu’un des DGA ne s’était pas octroyé sans l’avis du Comité Technique ou du Conseil Municipal, une gratification supplémentaire. Personne ne nous a recontacté, même pas pour nous dire « nous avons bien reçu votre courrier… » Jusqu’à ce que l’adjoint aux Finances y aille de son propre courrier, et que le maire en réponse annonce en conseil municipal, en Octobre 2016, qu’il avait demandé au trésorier payeur de vérifier les salaires de tous les cadres, des directeurs, des chargés de mission…

Donc, si quelqu’un a cherché à éteindre l’incendie, c’est bien nous, les syndicats. Ceux qui l’ont allumé, ce sont ceux là même qui ont laissé passer ce problème de la rémunération, sans jamais chercher à négocier avec les représentants du personnel, sans communiquer des éléments que la loi les obligeaient à communiquer. Ils devaient penser que l’affaire disparaîtrait toute seule, mais c’était mal connaître le principe du double feu Villejuifois : il ne s’éteint jamais !

D’ailleurs, le dossier de l’enquête du Trésorier Payeur fit une réapparition inattendue (et très déplacée) au mois de février 2017, immédiatement après la mort de Thierry Holveck. Lors de notre première rencontre avec le maire à la suite de ce drame, celui-ci nous laissa entendre que le suicide d’un agent était certes une circonstance tragique, mais qu’il avait, lui aussi, des dossiers, dont celui de la rémunération des chargés de mission, qui sortiraient si nous ne mettions pas notre mouchoir par dessus. Après tout, monsieur Holveck n’étant pas mort sur son lieu de travail, il n’était pas nécessaire d’insister sur le lien potentiel entre son travail et son geste… D’ailleurs, à ce moment là, pouvait-on seulement parler de suicide… Etc…

Notons au passage qu’un autre dossier a été mentionné : le protocole d’accord avec les organisations syndicales… Nous verrons bien si celui-ci sort à son tour dans les semaines à venir.

Toujours est-il que nous avons répondu au Maire que c’était hors de question.

C’est donc dans un état d’esprit particulier que nous avons abordé le Comité Technique du mercredi 31 mai où nous devions aborder le Tableau des Effectifs (puisqu’il n’avait pas été approuvé lors de la précédente séance). Qui plus est, il y avait un mouvement de grève puisque les personnels des Affaires Générales, de l’État Civil et de l’Accueil contestaient le réaménagement du hall de la mairie… Malgré tout ça, aucune réponse de l’employeur quant à nos revendications…

Nous avons l’habitude.

Puis ce fut le tour du Conseil Municipal du 2 juin, pollué autant par le jeu des chaises musicales auquel se livrent les Conseillers Municipaux que par la question de l’amputation des salaires, le maire refusant d’inscrire à l’ordre du jour du prochain conseil municipal une délibération qui permettrait de résoudre l’affaire…

Vous en trouverez le compte rendu exhaustif sur le site de l’Avenir à Villejuif

Aujourd’hui, certains de nos collègues perdent jusqu’à près d’un tiers de leur salaire, sans préavis, sans que leur soit donné même un début de fondement légal à cette décision. Il faut croire sur parole la personne qui les a reçus…

En conclusion, on nous a clairement signifié que si cela commençait avec les « A » de la filière administratif, le comptable public allait « se pencher » sur le cas des « B » et des « C+ ». Il existe donc, aujourd’hui, un risque pour ces catégories.

C’est pour cette raison que nous appelons à une assemblée générale le jeudi 22 juin à 13h30  à la Bourse du Travail.

 

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

L’actualité est dense à Villejuif : entre les amputations de salaires et le douloureux dossier des logements de fonction des gardiens d’école, plus la préparation du comité technique du 15 juin, il est difficile de prendre le recul nécessaire pour informer…

Néanmoins, vous pouvez déjà noter sur vos tablettes une

Assemblée Générale

le 22 juin 2017, à 13h30, à la Bourse du Travail