DIALOGUE SOCIAL : LES AFFAIRES REPRENNENT ?

Après plus de quatre mois sans une seule séance – alors même que le nombre de dossiers à traiter est très important – nous venons enfin de recevoir les dates des prochaines séances des instances de représentation du personnel, le Comité Technique et le Comité Hygiène Sécurité et Conditions de Travail.

Pourquoi seulement maintenant ? Parce que le collège « employeur » a subi quelques petites altérations. Par exemple, ce n’est plus madame Loudière, maire adjointe chargée des Ressources Humaines qui assurera la présidence des instances, mais madame Duboille pour le CHS CT et madame Ouchard pour le CT.

Prochaine séance du Comité Hygiène Sécurité et Conditions de Travail : Le 19 Avril 2017

  • Décès de Thierry Holveck
  • Syndrome du Bâtiment Malsain

Prochain Comité Technique : Le 27 Avril 2017

  • Approbation des comptes rendus des séances du 5 septembre, 8 et 18 novembre 2016.
  • Le tableau des effectifs au 1er Janvier 2017
  • Impact de la création du poste de chef de projet numérique éducatif sur le poste de coordinateur TICE
  • Rattachement de deux agents d’accueil au service Accueil Central unifié
  • Questions diverses.

 

NBI : UNE PREMIÈRE VICTOIRE

Chers camarades,
Réunis en assemblée générale, les agents de la médiathèque avaient décidé d’une grève pour ce mercredi 12 avril 2017 à partir de 14h. Leurs revendications portaient sur le non-versement des NBI auxquelles ils pouvaient prétendre, validées lors du Comité Technique de juin 2017 au cours duquel les modifications de leurs horaires de travail avaient été actées.
Suite à la dépose de ce préavis, par le syndicat O/E et l’UGICT des Territoriaux de Villejuif, élargi à l’ensemble des agents de la ville tant la question des NBI concerne ​un large nombre dans toutes les catégories, nous avons obtenu une demande de rendez-vous de monsieur le maire et l’assurance du Pôle RH que les NBI dues seraient versées dès la fin du mois.
Après consultation de nos collègues de la médiathèque, nous avons donc décidé, devant cette première victoire, de lever le préavis de grève du 12/04/2017.
Si nous constations que les engagements pris ne sont pas tenus, nous serons appelés, bien entendu, à déposer un nouveau préavis de grève.
Nous vous remercions de faire circuler ces nouvelles auprès de vos collègues, notamment afin que personne ne se déclare en grève par manque d’information ce mercredi.
​Il demeure que face à notre détermination, l’exécutif a accepté d’entendre nos revendications et de s’y soumettre. Savourons donc cette petite victoire et souvenons nous de ce qui l’a permise : la mobilisation des agents de la médiathèque dans une démarche collective et solidaire.​

VICTOIRE DES TRAVAILLEURS SANS PAPIERS A RUNGIS !

Après 3 semaines de grève et d’occupation de la Tour Semmaris, les pressions sur les entreprises pour l’établissements des CERFA, les parties (Préfecture, Min de Rungis, Cgt) se sont mis d’accord sur les points suivants :

  • Etablissement par les services préfectoraux de récépissés avec autorisation de travail pour l’ensemble des grévistes ;
  • Dépôts des dossiers des 128 travailleurs sans papiers en Préfecture du Val-de-Marne.

En conséquence, l’occupation de la Tour Semmaris a pris fin dimanche 9 avril 2017.

Cette victoire est incontestablement à mettre au crédit de la lutte, de la détermination des travailleurs sans papiers, des militants de la CGT, des nombreux et divers soutiens qui auront pu s’exprimer. 

On bosse ici, on vit ici, on reste ici !

Le Saviez-vous ? DISCRIMINATION DIRECTE ET INDIRECTE

Résultat de recherche d'images pour "discrimination travail"Une discrimination directe est la situation dans laquelle une personne sur le fondement d’un motif prohibé est traitée de manière moins favorable qu’une autre ne l’est, ne l’a été ou ne l’aura été dans une situation comparable.

Une discrimination indirecte est une disposition, un critère ou une pratique neutre en apparence mais susceptible d’entraîner, sur la base d’un motif prohibé, un désavantage particulier pour des personnes par rapport à d’autres personnes.

Par exemple, le fait de ne pas embaucher une personne en raison de son sexe ou de son orientation sexuelle est une discrimination directe.

Le fait de ne pas prévoir de dispositions particulières pour accueillir du personnel en situation de handicap dans de nouveaux locaux est une discrimination indirecte.

Si vous en êtes victime à la mairie de Villejuif, contactez nous !

VOULEZ VOUS PLUS DE SOUS ?

25% de pouvoir d’achat en moins en dix ans… C’est le triste sort des fonctionnaires territoriaux… Alors même qu’ils sont, quoi qu’en disent les candidats à la présidentielle, l’ossature et le muscle qui permettent aux cerveaux que sont les politiques de mettre en œuvre la moindre de leur action… Celui qui veut moins de fonctionnaire, veut devenir impuissant… Autant, pour un politique, se couper les bras et les jambes…

Nous voudrions d’une hausse du Point d’Indice, mais les négociations sont au point mort avec un petit 0.6% d’augmentation sur deux ans. Alors il reste le régime indemnitaire – qui nous plaît moins parce qu’il n’a pas d’impact sur nos cotisations sociales, et donc nos retraites…

Mais puisqu’on a que ça et qu’il est de bon ton à la mairie de Villejuif de faire des questionnaires sur les questions importantes de la vie des agents, comme le CASC ou le stationnement, et que visiblement il suffit d’en produire un tout petit nombre pour prendre des décisions importantes, nous avons décidé, à notre tour; d’émettre un questionnaire, sur rien moins que le régime indemnitaire…

 

 

Merci, donc, de nous retourner le formulaire rempli au 21 rue Sévin.

Solidarité avec la Guyane en lutte !

Depuis deux semaines, une mobilisation large portée par une grève générale et un mouvement social puissant réclame que le gouvernement réponde aux revendications des habitant-es de la Guyane.

Après quelques jours de négociation les réponses apportées ne répondent toujours pas aux urgences sociales notamment en matière d’éducation et de santé alors que la situation économique et sociale est délétère.

La colère de la population de Guyane est légitime.

Les organisations syndicales CGT, FSU et Solidaires soutiennent les luttes en cours, exigent que le gouvernement assume pleinement ses responsabilités et appellent à manifester notre solidarité et notre soutien aux revendications portées notamment par les organisations syndicales Guyanaises en se réunissant mardi 4 avril à partir de 17 h 30 Place de la République à Paris.

Solidarité avec la Guyane en lutte !

Paris, 3 avril 2017
Communiqué commun CGT, FSU, Solidaires

CONSEIL MUNICIPAL : RÈGLEMENTS DE COMPTES

Tout le monde est plus ou moins médusé par ce qui s’est passé au Conseil Municipal du 31 mars. Le Parisien qualifie la séance de surréaliste. On s’étonnera d’abord de ce que la salle était comble, et de ce que pour une fois l’instance était pratiquement au complet (et que les absents aveint tous prévu de laisser un pouvoir). D’ailleurs, on a assisté au grand retour d’Alexandre Gaborit (FN) qu’on avait pas vu au Conseil depuis de longs mois… Mais pourquoi ?

Dans un premier temps, monsieur Vidal, adjoint en charge des finances qui, après des mois de joutes verbales avec le maire en Conseil municipal et d’altercations plus ou moins publiques en dehors, se voit retirer ses délégations en début de conseil – pour répondre à une demande de protection fonctionnelle émanant de deux agents, selon le maire… Les plus épris d’ironie d’entre nous y verront une volonté de la part de l’exécutif de prendre en compte la souffrance des agents, un progrès. En effet, quand des agents avaient demandé la protection fonctionnelle à cause du communiqué de presse des 17 élus qui vilipendaient les fonctionnaires, ils n’avaient eu, eux, aucune réponse…

Ensuite, le retour de monsieur Harel, évincé de la majorité avant même le premier conseil municipal suivant les élections de 2014. Il y a quinze jours encore, il critiquait le maire et son équipe et annonçait qu’il ne retournerait jamais dans la majorité, même si on le lui proposait, pas après les trahisons qu’il avait dû subir et vu ce que cet exécutif faisait subir à la collectivité… Mais bon : « Imagine-t-on le général De Gaulle mis en examen ? Moi si j’étais mis en examen, je retirerais ma candidature »…

Toujours est-il que monsieur Harel est de retour et que le maire a déclaré qu’il lui confierait dès le prochain conseil des responsabilités dans l’exécutif.

Au passage, c’est madame Ouchard qui lira ‘intervention de madame Casel annonçant qu’elle porte plainte contre X parce que des mails privés ont été diffusés et lus en Conseil Municipal par monsieur Girard (PS) lors du dernier Conseil Municipal. Ce qui est étrange, c’est que madame Casel est pourtant bien là !

Ensuite, il a été question de budget, et de la sincérité ou non de celui-ci. Au dernier Conseil Municipal le maire avait promis un budget « plus sincère que les précédents ». Là, encore une fois, c’est le budget de la RH qui trinque, le personnel étant comme de coutume la variable d’ajustement. Déjà en 2016, c’est sur ce poste qu’ont été réalisées les économies, en 2017 ce sera pareil, voire pire.

En séance, pourtant, les élus de l’exécutif défendent le bout de gras avec conviction. On aurait envie d’y croire. Mais quand on entend que « les animateurs jeunesse sont très heureux et en nombre suffisant » alors qu’ils sont deux fois moins qu’en 2014 on a du mal à croire au reste. De même, quand monsieur le Maire annonce fièrement qu’il est allé rencontrer les agents d’une crèche pas plus tard que la semaine dernière et que cela démontre qu’il est très au contact du personne, on a envie de lui rappeler qu’on est près de 1100 agents et que les 8 qu’il a rencontré la semaine dernière attendaient un rendez-vous depuis plusieurs longues semaines… Mais tout sera à l’avenant.

Vote du budget, donc, à bulletin secret. Une petite farce démocratique dans les premières minutes de ce premier avril… Bilan, 23 voix contre 22… Est-ce la voix du seul élu Front National qui permet à feu l’Union Citoyenne de passer son budget 2017 ? Si c’est le cas c’est dramatique parce qu’on est passé de « à partir de maintenant plus rien ne se décidera sans vous » à « à partir de maintenant plus rien ne se décidera sans lui »… Et ça, bien sûr, ça soulève de grave questions.

Passé le débat, très houleux, sur le budget, les dossiers s’enchaîneront sur un ton monocorde, comme s’il n’y avait plus rien d’important. Un à un, vu l’heure tardive (le conseil avait tout de même débuté à 19 h 30), les conseillers municipaux s’égrainent. Monsieur Vidal, madame Loudière, le groupe socialiste dans sa quasi totalité, EELV… Ils disparaissent les uns après les autres.

Quand arrive le vœu sur la directive Molière, il ne reste pas grand monde, mais le Conseil votera tout de même contre l’émission de ce vœu : il s’agissait de demander au Conseil Régional de supprimer cette directive qui fait couler beaucoup d’encre, parce que discriminatoire. Mais ça, visiblement, ça ne gène pas tout le monde : la majorité votera encore une fois avec le FN…