CONSEIL MUNICIPAL : RÈGLEMENTS DE COMPTES

Tout le monde est plus ou moins médusé par ce qui s’est passé au Conseil Municipal du 31 mars. Le Parisien qualifie la séance de surréaliste. On s’étonnera d’abord de ce que la salle était comble, et de ce que pour une fois l’instance était pratiquement au complet (et que les absents aveint tous prévu de laisser un pouvoir). D’ailleurs, on a assisté au grand retour d’Alexandre Gaborit (FN) qu’on avait pas vu au Conseil depuis de longs mois… Mais pourquoi ?

Dans un premier temps, monsieur Vidal, adjoint en charge des finances qui, après des mois de joutes verbales avec le maire en Conseil municipal et d’altercations plus ou moins publiques en dehors, se voit retirer ses délégations en début de conseil – pour répondre à une demande de protection fonctionnelle émanant de deux agents, selon le maire… Les plus épris d’ironie d’entre nous y verront une volonté de la part de l’exécutif de prendre en compte la souffrance des agents, un progrès. En effet, quand des agents avaient demandé la protection fonctionnelle à cause du communiqué de presse des 17 élus qui vilipendaient les fonctionnaires, ils n’avaient eu, eux, aucune réponse…

Ensuite, le retour de monsieur Harel, évincé de la majorité avant même le premier conseil municipal suivant les élections de 2014. Il y a quinze jours encore, il critiquait le maire et son équipe et annonçait qu’il ne retournerait jamais dans la majorité, même si on le lui proposait, pas après les trahisons qu’il avait dû subir et vu ce que cet exécutif faisait subir à la collectivité… Mais bon : « Imagine-t-on le général De Gaulle mis en examen ? Moi si j’étais mis en examen, je retirerais ma candidature »…

Toujours est-il que monsieur Harel est de retour et que le maire a déclaré qu’il lui confierait dès le prochain conseil des responsabilités dans l’exécutif.

Au passage, c’est madame Ouchard qui lira ‘intervention de madame Casel annonçant qu’elle porte plainte contre X parce que des mails privés ont été diffusés et lus en Conseil Municipal par monsieur Girard (PS) lors du dernier Conseil Municipal. Ce qui est étrange, c’est que madame Casel est pourtant bien là !

Ensuite, il a été question de budget, et de la sincérité ou non de celui-ci. Au dernier Conseil Municipal le maire avait promis un budget « plus sincère que les précédents ». Là, encore une fois, c’est le budget de la RH qui trinque, le personnel étant comme de coutume la variable d’ajustement. Déjà en 2016, c’est sur ce poste qu’ont été réalisées les économies, en 2017 ce sera pareil, voire pire.

En séance, pourtant, les élus de l’exécutif défendent le bout de gras avec conviction. On aurait envie d’y croire. Mais quand on entend que « les animateurs jeunesse sont très heureux et en nombre suffisant » alors qu’ils sont deux fois moins qu’en 2014 on a du mal à croire au reste. De même, quand monsieur le Maire annonce fièrement qu’il est allé rencontrer les agents d’une crèche pas plus tard que la semaine dernière et que cela démontre qu’il est très au contact du personne, on a envie de lui rappeler qu’on est près de 1100 agents et que les 8 qu’il a rencontré la semaine dernière attendaient un rendez-vous depuis plusieurs longues semaines… Mais tout sera à l’avenant.

Vote du budget, donc, à bulletin secret. Une petite farce démocratique dans les premières minutes de ce premier avril… Bilan, 23 voix contre 22… Est-ce la voix du seul élu Front National qui permet à feu l’Union Citoyenne de passer son budget 2017 ? Si c’est le cas c’est dramatique parce qu’on est passé de « à partir de maintenant plus rien ne se décidera sans vous » à « à partir de maintenant plus rien ne se décidera sans lui »… Et ça, bien sûr, ça soulève de grave questions.

Passé le débat, très houleux, sur le budget, les dossiers s’enchaîneront sur un ton monocorde, comme s’il n’y avait plus rien d’important. Un à un, vu l’heure tardive (le conseil avait tout de même débuté à 19 h 30), les conseillers municipaux s’égrainent. Monsieur Vidal, madame Loudière, le groupe socialiste dans sa quasi totalité, EELV… Ils disparaissent les uns après les autres.

Quand arrive le vœu sur la directive Molière, il ne reste pas grand monde, mais le Conseil votera tout de même contre l’émission de ce vœu : il s’agissait de demander au Conseil Régional de supprimer cette directive qui fait couler beaucoup d’encre, parce que discriminatoire. Mais ça, visiblement, ça ne gène pas tout le monde : la majorité votera encore une fois avec le FN…

Une réflexion sur “CONSEIL MUNICIPAL : RÈGLEMENTS DE COMPTES

  1. et bien ce Conseil sera encore dans les annales de la « bêtise » et du « retournement de veste » VIDAL…HAREL….CASEL…rassurez moi c’était une pièce de théatre pas un Conseil Municipal, un soir de vote de Budget?

Laisser un commentaire