HARO SUR LE FONCTIONNAIRE

On pouvait entendre ce matin sur France Inter Eric Woerth promettre qu’il a allait, avec François Fillon, sans douleur et par un prompt retour aux 39 heures payées 35 supprimer 500 000 fainéants… pardon, 500 000 fonctionnaires – principalement dans l’enseignement, les hôpitaux et la fonction publique territoriale. Mais ça ne fera pas mal, on se contentera d’en embaucher moins qu’il n’en part et au final, ça fera des fonctionnaires « moins nombreux », « mieux payés » (?) et avec « des carrières plus intéressantes » parce que « plus qualifiés »… Et pour les salaires il faudra négocier avec les organisations syndicales (mais pas trop longtemps : deux mois au maximum)…

Ah le beau programme…

Sans rire, si comme moi vous êtes fonctionnaire, vous devriez aller l’écouter. Après vous aurez compris et vous aurez honte de « coûter trop cher » et d’être « trop désorganisé »… Au moins, on ne peut pas soupçonner Eric Woerth de ne pas savoir ce que ça fait de coûter trop cher à l’état. Ce serait même plutôt un spécialiste de la question…

Chez nous à Villejuif, on connaît bien le problème d’ailleurs et on applique déjà les mêmes solutions : on ne négocie avec les syndicats qu’à la marge (d’ailleurs on ne négocie pas, on organise des groupes de travail qui n’aboutissent jamais), on ne remplace les départs en retraite que quand c’est absolument indispensable (parce que sinon ça se voit), on ne crée pas un poste sans en supprimer un autre dans le même secteur, on réduit les espaces de travail, on n’engage pas de travaux pour remettre en état le hall de la mairie… Et on embauche que des fonctionnaires « plus qualifiés ». Par contre, ceux-là ne coûtent pas moins cher…

Donc, si vous êtes Villejuifois et que vous vous demandez ce que donne ce programme quand il est appliqué, c’est facile ! Il vous suffit de regarder autour de vous, et d’essayer d’inscrire vos enfants au centre de loisirs pour la première semaine du mois d’Août 2016…

Et si vous êtes fonctionnaires, quelle que soit votre fonction publique, au moment de glisser votre bulletin dans l’urne présidentielle, souvenez-vous des promesses de suppressions de poste : c’est du vôtre et de celui de votre collègue qu’il s’agit…

Laisser un commentaire