CONSEIL MUNICIPAL : La démocratie c’est « cause toujours » !

La soirée de vendredi a tenu ses promesses ! Des rebondissements et des éclats au Conseil Municipal ? Oui ! Il y en a eu !

Passons rapidement sur l’étude prospective de l’évolution de la population, qui nous promet 70 000 habitants à l’horizon 2025… Dans ces circonstances, la question se pose : est-ce bien le moment de réduire les dépenses de personnel ? Ces gens là, il faudra bien accueillir leurs enfants à l’école, nettoyer leurs rues, qu’ils aillent à la médiathèque… Non ? C’est pas la peine ? On verra bien ? A suivre…

Ensuite, il y a eu les débats passionnés entre majorité et opposition, notamment sur le Conseil des Seniors – dont certains se demandent s’il s’agit d’une forme de démocratie directe ou d’une jolie petite boîte vide qui servira de caution ? « C’est pas moi, c’est le conseil des Seniors qui l’a décidé, » peut-on déjà entendre en faisant preuve d’un tout petit peu d’imagination…

Au passage, on est soudain plongé dans la confusion : le Conseil des Séniors sera chapeauté par le service municipal des retraités et… accueilli dans ses murs au 155, rue Jean Jaurès ? Voici qui ne figurait pas dans les plans du service au CHS CT du 22 novembre 2016…

Puis il y a eu l’interruption de séance quand les gens du Chêne, proprement expropriés, ont voulu prendre la parole par l’intermédiaire de madame Gandais. « Hors sujet, » s’exclame le premier magistrat ! Plutôt que de les entendre, l’exécutif a préféré quitter la salle et du coup c’est un membre de l’association qui a lu son adresse devant un Conseil clairsemé… Tout dans l’écoute, la compréhension, le courage et le dialogue…

Mais ça, ce n’était que le début.

Ensuite, s’enchainaient quatre dossiers : le recrutement d’un adulte-relais pour accompagner les conseils citoyens, la création des postes de coordinateur(trice) et de référent(e) de Programme de Réussite Éducative et mise à disposition de ces postes pour le CCAS, la liste des emplois ouvrant droit à l’attribution d’un logement de fonction et le réaménagement intérieur du rez-de-chaussée de l’Hôtel de Ville situé esplanade Pierre-Yves Cosnier suite à un incendie…

Tollé, lever de boucliers : tout ça aurait dû faire l’objet soit de passages en CT (pour les trois premiers dossiers), soit de présentation au CHS CT (pour le dernier). L’opposition et une partie de la majorité s’indigne, alerte, prévient… Rien à faire : le clan du maire refuse d’ouvrir la discussion. « L’administration nous a dit qu’il n’y avait pas besoin de passer tout ça en CT ! » déclare le Maire. « Pour une fois que nous faisons confiance à l’administration, vous allez encore vous plaindre, » pérore monsieur Obadia. On comprend surtout qu’on n’écoute l’administration que si elle va dans le sens de moins de dialogue social…

L’opposition aura eu beau redire la loi, le groupe « Divers Gauche » de l’Union Citoyenne aura eu beau rappeler que « du dialogue social on en fait jamais trop », rien à faire… Pour le recrutement d’un adulte-relais pour les conseils citoyens, le vote est positif. Le second dossier est tout de même retiré jusqu’à passage en CT (comme quoi !)… En effet, il s’agit d’une création de service et de nouvelles missions ! Mais le poste d’adulte référent aussi…

Puis vient le dossier du logement de fonction du DGS – puisque c’est bien de ça qu’il s’agit. Et là, la vérité éclate : « Le traitement indiciaire des agents de cette ville est si bas… Il faut bien quelque chose pour inciter les gens à venir… » déclare un des élus qui soutient mordicus que la municipalité « cherche seulement à s’aligner sur les nouvelles lois en matière de logement de fonction… »

Billevesées…

Si notre employeur est conscient de ce que nous sommes mal payés, peut-être serait-il temps d’ouvrir des négociations et de lâcher un peu de leste plutôt que de faire croire qu’il n’y est pour rien et qu’il « doit » pour pouvoir recruter un nouveau DGS, lui offrir cet avantage en nature…

Rien n’interdit que le DGS bénéficie d’un logement de fonction. Par contre, la liste des agents pouvant bénéficier d’un logement de fonction doit faire l’objet d’un passage en comité technique. Mais encore une fois, l’exécutif ne veut ni dialogue, ni débat. Seulement de bonnes excuses pour faire ce qui lui chante !

Et quand vient le moment de parler de la remise en état du hall de la mairie, là encore l’opposition met en garde : l’absence de dialogue social ne fait qu’envenimer la situation !  Peu importe, visiblement : on nous promet pour les calendes un CHS CT qui ne viendra peut être jamais et on passe le dossier. Tant pis pour les agents de l’accueil. Après des mois et des mois dans un carton à chaussures, ils iront dans un local refait sans leur avis, sans étudier les éventuels besoins liés aux nouvelles missions qu’ils seront appelés à remplir, sans qu’il ait été tenu compte des préconisations en matière de sécurité et d’hygiène. Tant pis pour les représentants du personnel. Tant pis pour la loi.

Prévoir, anticiper, planifier, dialoguer ? Non. Toujours pas. Notre exécutif n’a pas non plus d’attrait pour l’intelligence collective et préfère se tromper tout seul que de réfléchir à plusieurs.

Ce qui compte, c’est que le pouvoir s’exerce dans la seule forme qui soit gratifiante (apparemment) : l’absolutisme !

On est loin du « plus rien ne se décidera sans vous » des débuts du mandat…

3 réflexions sur “CONSEIL MUNICIPAL : La démocratie c’est « cause toujours » !

Laisser un commentaire