COMITE TECHNIQUE : On se comprend pas…

BB CGTLe 18 novembre, se tenait la séance de réexamen des dossiers qui n’avaient pas été acceptés le 9 novembre…

Force est de constater que les représentants du personnel et les représentants de l’employeur ne se comprennent pas. En effet, les dossiers présentés lors de cette séance n’avaient subi aucune modification. Pourquoi alors le vote aurait-il été différent ?

En ce qui concerne le CNAS, dont le dossier était représenté, il n’y avait pas nécessité à le faire, puisque, les représentants du personnel et une partie du collège employeur ayant refusé de prendre part au vote, ce dossier avait été… adopté.

Pour les deux points suivants, il aurait fallu plus de temps pour retravailler les dossiers, ce sur quoi les deux collèges et l’administration sont tombés d’accord. Pour autant, il a fallu revoter… contre. Et donc seront appliquées des dispositions dont tout le monde s’accorde à penser qu’il aurait mieux valu prendre du temps pour qu’elles soient mieux harmonisées dans le cadre de la réorganisation des services…

Encore une fois, il est regrettable que toute volonté de construction et de dialogue soit systématiquement écartée par ceux qui souhaitent simplement marquer leur autorité et leur territoire.

 

COMITE TECHNIQUE : Marathon !

BB CGTLe 8 novembre 2016 s’est tenu un Comité Technique.

L’ordre du jour était :

  1. Approbation du compte rendu du CT du 31 mai 2016.
  2. Approbation du compte-rendu de la séance du CT et CHS CT du 21 juin 2016.
  3. Transfert des « Inscriptions et paiements (quotient familial) » de la Direction des Actions Sociales vers la Direction Accueil et Formalités. (3 pour, une abstention et 12 contre)
  4. Structuration de l’encadrement de Direction Accueil et Formalités. (4 pour, une abstention et 9 contre) – Des modifications ayant été remises sur table, le collège employé avait demandé le report du dossier, et du coup c’est l’ancien dossier qui a été étudié.
  5. Adhésion au CNAS. (4 pour, 10 non-participation au vote)
  6. Modification du poste de Coordinateur des ATSEM au service Affaires Scolaires (13 pour, une abstention).
  7. Médiathèque :
    7.1. Changement d’horaires de la médiathèque (pour à l’unanimité)
    7.2. Suppression du poste de Responsable adminsitratif et financier et création d’un poste d’assistant (pour à l’unanimité).
  8. Bilan de l’expérimentation des horaires de la loge de l’Hôtel de Ville (note d’information) (pas de vote – celui ci ayant déjà eu lieu le 5 septembre dernier – mais des décisions : appliquer le vote du 5 septembre et mettre fin de l’expérimentation, recrutement d’un troisième agents, levée des sanctions reçues par les agents sur ces missions eu égard au caractère illégal de l’expérimentation).
  9. Information concernant les agents et le projet de la ludomobile (dossier reporté).
  10. Questions Diverses (dossier reporté).

Ça c’est pour le fond.

Pour la forme, que dire ?

Les représentants du personnel ont subi une séance de neuf heures, au cours de laquelle ils ont dû rappeler constamment que le Comité Technique n’est pas une chambre d’enregistrement, que les décisions qu’il prend (par exemple sur la question de la loge, puisque le point était déjà à l’ordre du jour le 5 septembre) ne sont pas respectées, et qu’ils ne souhaitent pas prendre part à des votes qui entraîneraient des situations illégales…

Nos lecteurs les plus assidus se doutent bien que le point 5, sur l’adhésion au CNAS, a généré des échanges plutôt musclés, puisqu’il s’agissait pour notre employeur de justifier par un passage en CT une décision illégale. Des prestations sociales dont bénéficient les agents, il n’aura pas été question, et on ne nous en a donné ni le montant, ni la répartition. Pourtant, c’est de cela qu’un comité technique doit débattre…

Les élus du personnel ont beau être ouverts à la nuance, il va être clairement difficile de maintenir le dialogue quand la lettre de cadrage politique augure d’une forte réduction du service public Villejuifois et de sa gratuité…

Les points 3 et 4 seront de nouveau débattus le 18 novembre 2016, lors d’une nouvelle séance du CT, comme cela est prévu par le règlement intérieur…

Les comptes rendus des séance du Comité Technique sont disponibles sur l’intranet de la mairie.

UN AN QUE LA MAIRIE A BRULE

SuperCHSCT

Il y a un an que la mairie de Villejuif a été incendiée.

La semaine prochaine se tiendra un CHS CT dont le seul point à l’ordre du jour est : « La Relocalisation des Services ». Nous discuterons donc de la vaste opération à tiroir qui pourrait impacter prochainement les services de la Police Municipale, du Service Achats, de la Direction des Affaires Financières, du service Marchés Publics, du service des Retraités et de la Maison des Associations (entre autres).

Malheureusement, nous ne pouvons que constater que ce ne sont pas les services impactés par l’incendie qui seront concernés par l’occupation de nouveaux locaux. En effet, les Affaires Générales, l’État Civil et l’Accueil de la Mairie devraient continuer de subir des conditions de travail dégradées jusqu’en septembre 2017.

Pourtant, c’est bien pour ces services que l’urgence est la plus grande : ils sont placés dans des locaux bien trop exigus pour concilier à la fois leurs nombre, l’afflux du public et l’exercice de leurs missions.

Le code du travail ouvre des droits et fait des préconisations en matière d’espace et d’équipement. Nous souhaitons obtenir ce strict minimum réglementaire pour tous nos collègues. Le CHS CT est une instance qui travaille sur la prévention des risques et dénoncera les situations génératrices d’une dégradation des conditions de travail qui entrainerait, à court, moyen ou long terme, une augmentation des risques psycho sociaux ou des risques d’accident.

Les élus du CHS CT

CASC : Un communiqué des administrateurs

CASC de VillejuifChers collègues,

Depuis le 1er Septembre 2016, le CASC ne perçoit plus aucune subvention de la mairie, ni du CCAS, de la ville de Villejuif.

Face à cette situation, le Conseil d’Administration a décidé de maintenir malgré tout son action solidaire, sociale et culturelle au profit des agents de la collectivité.

Les élus du CASC ont décidé de maintenir un certain nombre d’activités.

A ce jour, pour des questions d’organisation pratique, le CASC ne pourra pas assurer la vente des produits de fête de fin d’année. D’autres produits de vente tels que : parfums, fête des mères/pères et billetteries sont à l’étude.

Concernant les séjours, nous ne pourrons plus appliquer le quotient familial toutefois une réduction forfaitaire sera appliquée pour chaque adhérent.

Pour les loisirs, quelques activités sont maintenues (Ciné-Midi, théâtre, etc…). L’offre évoluera en fonction des possibilités.

En l’absence de catalogue cette année, nous vous invitons à consulter régulièrement le site internet du CASC (ici) pour vous tenir informé de l’évolution et des offres ainsi que des réunions qui seront organisées pour décider ensemble de l’avenir de notre CASC.

Plus que jamais, l’implication de tous est indispensable pour que vive le CASC.

Prochaine Assemblée Générale le 12 janvier 2017

Votre adhésion reste valable jusqu’à cette date.

ASSEMBLEE GENERALE

OUVERT A TOUS

FB_IMG_1449813745570

Le jeudi 17 novembre 2016 de 14H à 15h30

Assemblée Générale du Personnel

À l’Union Locale

16, rue Jean Jaures à Villejuif

 

Fonctionnaires de Villejuif ça vous concerne :

  • L’évaluation se définit comme étant un moment d’échange entre l’agent et sa hiérarchie directe permettant d’apprécier la valeur professionnelle de l’évalué et de réévaluer la pratique du cadre. Cet entretien est encadré d’une procédure stricte.
  • Le stationnement : suite à la rencontre avec le Maire où en sommes-nous?
  • Le Régime Indemnitaire : après 2 rencontres avec l’adjointe RH que pouvons-nous attendre de notre employeur sur sa revalorisation ?
  • Où en sont Les déménagements des services ?
  • Le PPCR (Parcours professionnels, Carrières et Rémunérations), c’est la poursuite de la politique de transfert de primes/points, c’est aussi : les indemnités constituant des compléments de salaire et instaurant l’inégalité de traitement et la mise en concurrence entre les agents, l’allongement de la carrière, la perte de salaire en effet c’est l’évaluation de l’agent qui déterminera le niveau de son salaire !
  • La lettre de cadrage politique : Fonctionnaires, nous ne sommes pas des magiciens, nous ne pouvons pas rendre un service public sans moyens ! C’est impossible.
  • Les conditions de travail se détériorent, comment arrêter l’engrenage ?

Retrouvons nous afin d’échanger autour de ces sujets lors de l’AG du personnel le jeudi 17 novembre 2016 de 14h à 15h30 à l’UL de Villejuif 16, rue Jean JAURES.

MOBILISATION AUX COTES DES PERSONNELS DE SANTE

L’Union départementale CGT du Val-de-Marne appelle les salarié-e-s à soutenir et à participer à la mobilisation des personnels de Santé, du Médico-social, du Social, le 8 novembre à l’appel de CGT, FO, SUD.

Usagers comme personnels nous sommes tous concernés !

Complétant la loi Bachelot qui a créé les ARS (Agences Régionales de Santé), la loi Touraine entend imposer la « mutualisation » de 850 hôpitaux publics en 135 GHT (Groupements Hospitaliers de  Territoire), dans la continuité des exigences du Capital et de l’Europe.

L’hôpital et ses personnels sont attaqués de toute part. En six ans, ces deux lois ont dévoilé leur objectif : détruire le système hospitalier français.

Ce qui entraine :

1. L’abandon de la proximité des soins pour les patients, la suppression de 16 000 lits et 22 000 postes,  des conditions de travail fortement dégradées, une pénibilité accrue, des burn-out en série, des suicides de soignants. Tous les secteurs de la Protection Sociale sont concernés ; les centres de Sécurité Sociale continuent de fermer ;

2. Les déserts médicaux s’étendent en Ile de France et entraînent obligatoirement une dégradation de la qualité des soins, de la qualité des services rendus aux usagers. Le PLFSS 2017 (Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale) vient d’être voté en première lecture au Parlement. Le gouvernement veut faire de nouvelles coupes budgétaires à hauteur de 4 Milliards d’euros. C’est totalement irresponsable au regard de la situation dans tous les domaines de la Santé et de la Protection Sociale. La population va être une nouvelle fois victime des choix du gouvernement qui se détourne de ses obligations en matière de Santé et de Protection Sociale. La baisse et l’éloignement du service rendu à la population, que ce soit en termes de proximité et de qualité des soins, aura un impact direct sur la possibilité de se soigner.

La branche retraites est prévue en excédent et pourtant il n’y a aucune revalorisation des pensions !

L’UD CGT du Val-de-Marne appelle à participer à la mobilisation en Ile-de-France à l’appel de CGT, FO, SUD :

  • Contre le maintien des coupes budgétaires du PLFSS 2017 issues des directives européennes ;
  • Pour des moyens budgétaires à la hauteur des besoins pour toutes les branches de la Sécurité Sociale ;
  • Pour l’abrogation des lois HPST (Bachelot) et Santé (Touraine) ;
  • Pour l’arrêt des fermetures de lits d’hôpitaux et des suppressions de postes ;
  • Pour des moyens (personnels, établissements, …) permettant la satisfaction des besoins de toute la population.

LE CORTEGE PARTIRA A 10 h DE MONTPARNASSE POUR REJOINDRE LE MINISTERE A 11 h.

14, avenue Duquenne, métro Ecole Militaire

ou l’ensemble des secteurs de la santé, du médico-social et les acteurs de la protection sociale participent à un rassemblement.

Etat d'Urgence Sociale

GREVE DES FEMMES A PARTIR DU 7 NOVEMBRE !

salaires_couv-2-1

Mesdames, à partir du 7 novembre prochain à 16h34 (et 7,5 secondes pour être précise), vous travaillerez “bénévolement”.

Les 38,203 jours ouvrés restant sur l’année 2016, représentent la différence de salaire entre les femmes et les hommes. Pour un travail égal, cette différence c’est 15,1% de salaire en moins que les hommes, ce qui correspond à une moyenne de 263 euros de moins  par mois.

Le 10 décembre 1948, les 58 États Membres qui constituaient alors l’assemblée générale ont adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme à Paris. Même si dans son préambule il est précisé que cette déclaration est « l’idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations », il n’en reste pas moins qu’on en est loin de cet idéal, et que dans certains domaines les volontés de l’atteindre restent à prouver.

Pas que pour les femmes, mais principalement vis-à-vis d’elles, selon vous on en est où avec l’article 23 de la déclaration universelle des droits de l’Homme ?

  1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage.
  2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal.
  3. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s’il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale.
  4. Toute personne a le droit de fonder avec d’autres des syndicats et de s’affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts.

Au-delà des différences de salaire, les inégalités dans le monde du travail sont nombreuses et s’accumulent pour les femmes qui sont aussi beaucoup plus touchées que les hommes par les contrats précaires, les temps partiels non choisis, les horaires morcelés.

Sur la ville, vous rencontrez peut-être ces femmes rémunérées par l’entreprise privée mandatée pour l’entretien d’une grande partie des locaux municipaux. Elles sont vacataires et donc précaires ; elles ne travaillent pas à temps complet et quand la ville change de prestataire leurs horaires et leurs rémunérations changent aussi quand elles ne perdent pas tout simplement leur emploi ; elles travaillent sur plusieurs équipements à raison de quelques heures par-ci par-là réparties sur des plages horaires pouvant s’étendre de 6h à 21h !!!

Même les statuts de la fonction publique ne protègent pas totalement les femmes. Sur la ville, comme ailleurs, ce sont majoritairement les femmes qui prennent des congés parentaux, qui travaillent à 80% pour élever les enfants, qui s’arrêtent quand ces derniers sont malades. Ceci impacte grandement les déroulements de carrière des femmes qui de fait accèdent plus difficilement à des postes à responsabilité, leurs salaires progressent moins vite et par conséquence, leurs retraites sont donc moins élevées.

C’est fortes de ces constats que des femmes initient des mouvements de protestation un peu partout dans le monde, comme le lundi 24 octobre dernier où des milliers d’Islandaises ont quitté leur lieu de travail à 14h38.

En France, le collectif de femmes « Les Glorieuses » appelle les femmes, les hommes, les syndicats et les organisations féministes à rejoindre le mouvement du “7 novembre 16h34” et à multiplier les événements et manifestations pour faire de l’inégalité salariale une problématique politique centrale. En s’emparant collectivement de ce sujet, nous montrerons que l’inégalité des salaires entre les genres n’est pas une “affaire de bonne femme”.

Rejoignez le mouvement

Source : Les Glorieuses

Un préavis de grève a été déposé par l’UGICT-CGT des territoriaux de Villejuif en soutien de ce mouvement

Le 29 novembre, dans toutes les professions et dans l’ensemble des territoires : Mobilisons-nous pour faire entendre et gagner sur nos revendications !

Capture

Appel unitaire des organisations syndicales de la Fonction publique CGT, FAFP, FSU et SOLIDAIRES à une journée de mobilisation dans les trois versants de la Fonction publique le mardi 29 novembre 2016.

Les organisations syndicales de fonctionnaires considèrent que de nombreuses revendications restent encore aujourd’hui sans réponse. Parmi elles :

- L’augmentation significative des salaires, les mesures de rattrapage des pertes accumulées depuis l’année 2010.
- La poursuite de la politique de transfert prime/points pour en finir avec les indemnités constituant des compléments de salaire, comme le RIFSEEP, instaurant l’inégalité de traitement entre les agents.
- La revalorisation des filières et des corps à prédominance féminine afin d’appliquer le principe : « un salaire égal pour un travail de valeur égale ».
- L’amélioration des conditions de travail et de l’organisation du temps de travail qui pourrait être mis en cause dans les concertations faisant suite au rapport Laurent : aucun nouveau recul en la matière n’est acceptable.
- Le renforcement du Statut général des fonctionnaires, de leurs statuts particuliers, des droits et des garanties collectives des personnels.
- Le renforcement des garanties aux usagers d’un service public de pleine compétence et de proximité sur l’ensemble du territoire national, y compris en Outre-Mer.
- L’octroi des moyens budgétaires nécessaires à l’accomplissement des missions publiques dans les trois versants de la Fonction publique avec les créations d’emplois statutaires nécessaires, de nouvelles mesures visant à la résorption de toutes les formes de précarité, des crédits de fonctionnement et d’investissement à la hauteur des besoins.
- La fin de la précarisation des emplois publics par un plan de titularisations

En l’état actuel, les projets de lois de finances et de financement de la sécurité sociale 2017 restent marqués par l’austérité budgétaire, la poursuite des suppressions d’emplois, de nouvelles et conséquentes amputations de crédits, au détriment de la qualité et du financement de l’action publique et plus particulièrement celle mise en œuvre par l’Etat, les collectivités territoriales et les hôpitaux.
Dans un tel contexte, nos organisations syndicales décident de s’adresser à Madame Annick Girardin, Ministre de la Fonction publique, afin d’exiger que les discussions sur ces revendications soient rouvertes.
Elles organiseront une conférence de presse unitaire.

Nos organisations appellent les personnels des trois versants de la Fonction publique, dans toutes les professions et dans l’ensemble des territoires, à contribuer à la réussite du mardi 29 novembre 2016, journée nationale d’expressions de leurs revendications avec notamment :

- L’élaboration de cahiers revendicatifs professionnels et territoriaux.
- L’interpellation et des demandes d’audience auprès des hiérarchies administratives locales.
- L’envoi de motions aux préfets et l’organisation de rassemblements devant les préfectures.
- La distribution de tracts aux usagers du service public.

Enfin, nos organisations appellent les personnels à débattre des conditions de l’engagement, après le 29 novembre, de nouvelles étapes de mobilisation.

Paris, le 26 octobre 2016

Nous vous tenons au courant très rapidement des initiatives qui seront mises en place le 29 novembre à Villejuif !

PPCR : CE QUI FAIT DEBAT ? LE REGNE DE L’ARBITRAIRE !

systeme-d

Encore une fois c’est unilatéralement et sans l’accord des principales organisations syndicales que le gouvernement a choisi de mettre en place la loi sur les PPCR (Parcours Professionnel Carrières et Rémunération)… La loi est passée en force, le 1er janvier 2016 et les territoriaux de Villejuif en voient les effets sur leur fiche de paye depuis le mois dernier (pour les catégories B dont les primes commencent à être intégrées dans le calcul des retraites).

Dans l’absolu, au pays des papillons et des petits oiseaux, c’est du tout beau tout mignon tout gentil : égal accès aux emplois publics, séparation du grade et de l’emploi, prise en compte de la valeur professionnelle dans le déroulement de la carrière, nécessité d’affecter des fonctionnaires dans tous les territoires y compris les moins attractifs, importance de la mobilité au sein des trois versants et dans chaque versant, unité de l’ensemble de la fonction publique.

Dans le contexte de la dette et de la crise mondiale assortie d’état d’urgence, on est bien entendu dans l’objectif de réduire les effectifs : de précédents accords allant dans le même sens n’avaient jamais été appliqués ; fonction publique mise à la diète dans le cadre du « pacte de responsabilité » ; un calendrier d’augmentation du point d’indice étalé jusqu’en 2020 (pour des queues de cerises) ; des engagements imprécis, diffus, non datés ; la suppression de l’avancement d’échelon à durée minimale (ce qui était appliqué jusqu’à ce jour à Villejuif) pour 500 millions d’économies (prises dans les poches des fonctionnaires, donc) ; le rallongement de la durée des carrières…

En conséquence, en octobre 2015, les principaux syndicats (la CGT ; FO ; Solidaires) représentant 50.2% des personnels ont refusé de signer l’accord.

Et en janvier 2016, c’est passé sans l’accord des organisations syndicales. Naturellement, comme depuis nous avons vécu le mouvement contre la loi Travail, les 49-3 et leurs corollaires ne nous étonnent plus tellement…

Donc résumons nous :

  • Les fonctionnaires vont être augmentés un tout petit peu et pas tout de suite (un point à partir de 2016 dans le meilleur des cas), sans rattrapage des conséquences du gel du point d’indice ;
  • Leurs carrières seront plus longues et ils progresseront dans les échelons moins vite, certains grades et certaines filières n’ayant de cette loi que des effets néfastes ;
  • l’état va à nouveau se sucrer sur le dos des fonctionnaires et réalisant 500 millions annuels d’économie ;
  • A chaque étape de la carrière correspondra un mode de reconnaissance de la valeur professionnelle : il s’agit de revoir la logique de l’avancement (d’échelon, de grade et de corps) en faisant la part belle à l’individualisation des carrières et des rémunérations, et en harmonisant les taux de promotions entre les administrations ;
  • Une partie des primes seront converties en points d’indice (ce qui devrait permettre qu’ils aient au finale une meilleure retraite) mais de façon très anecdotique notamment pour les catégories qui touchent peu de primes… Ainsi, le PPCR devrait permettre aux catégories B de toucher 4.6 € de plus par mois dès à présent…

Afficher l'image d'origine


La CGT réaffirme la priorité absolue qui doit être donnée à l’augmentation immédiate de la valeur du point d’indice et au rattrapage des pertes accumulées, mesures sans lesquelles toute réforme des carrières et des parcours professionnels est vouée à l’échec, car le décrochage avec l’inflation future annulerait les revalorisations de la grille indiciaire.

(Fédération CGT des Services Publics)


Et quand on sait qu’à Villejuif, nous avons déjà eu à nous battre contre une individualisation des carrières et des rémunérations (comme par exemple sur le point 2 du CT du 12 mars 2015), on peut craindre le pire. Si demain notre avancement, qui était jusque là garanti par le statut, est remis en cause et soumis à des critères arbitraires, imaginer les résultats est relativement facile : ne plus progresser dans sa carrière sera une sanction invisible qui donnera à un tout petit nombre le pouvoir de bloquer la carrière des agents… sans recours possible !

Appel unitaire des organisations syndicales de la Fonction publique CGT, FAFP, FSU et SOLIDAIRES à une journée de mobilisation dans les trois versants de la Fonction publique le mardi 29 novembre 2016.

Nos organisations appellent les personnels des trois versants de la Fonction publique, dans toutes les professions et dans l’ensemble des territoires, à contribuer à la réussite du mardi 29 novembre 2016, journée nationale d’expressions de leurs revendications avec notamment :

- L’élaboration de cahiers revendicatifs professionnels et territoriaux.
- L’interpellation et des demandes d’audience auprès des hiérarchies administratives locales.
- L’envoi de motions aux préfets et l’organisation de rassemblements devant les préfectures.
- La distribution de tracts aux usagers du service public.

 

Et pour lire plus sur le sujet :

La Gazette des Communes (lire aussi les commentaires de l’article)

La Fédération CGT des Services Publics

La CGT Trésor Public

2eb3b1b1be08ce1df5d8b620c4e35f97[1].jpeg