CT : PASSE LES BORNES, Y A PLUS DE LIMITES…

BB CGTHier, lundi 5 septembre, s’est tenu un nouveau CT fleuve, de 9 h 30 à 18h (presque 15)…

A l’ordre du jour,

  • l’approbation de deux comptes rendus (adoptés),
  • un dossier sur le service archives et documentation recalé en attente du projet de direction,
  • un dossier sur le regroupement des crèches pendant l’été transformé en note d’information parce que le CT n’a pas à se prononcer sur une organisation du travail qui a déjà été mise en place,
  • un dossier sur la transformation d’un poste d’agent d’entretien en crèche recalé dans l’attente du projet de direction et parce que le CT n’a pas vocation à valider des aménagements de postes destinés à un seul agent ;
  • un dossier sur l’expérimentation des horaires des gardiens de la mairie recalé en l’absence d’un expert et d’un bilan, l’expérimentation prenant fin dès à présent ;
  • une note d’information sur le projet des Hautes Bruyères marquant la fin d’une expérimentation d’un an et demi qui a donné lieu à un débat de fond et mis en lumière un sentiment général que c’est l’abandon du projet ;
  • un débat sur le Rapport d’Etat de la Collectivité (REC) qui a mis en lumière une hausse des dépenses en matière de personnel malgré la réduction des effectifs (83 postes en moins entre 2013 et 2015 au tableau des effectifs alors que les dépenses en personnel sur la même période sont passées de 46 994 558 € à 48 599 361 €, soit une augmentation de 3.41% pour un delta d’ 1 604 803 €). Les causes ? Des choix politiques, avant tout  qui ont consisté à remercier certains directeurs et agents à qui il faut soit payer un congé spécial, soit verser une Allocation Perte d’Emploi, et une adhésion aux ASSEDIC qui était censée faciliter la séparation d’avec nos contractuels… Somme toute, nous sommes de moins en moins pour faire le boulot – ce que dénonçait déjà la médecine du travail, la psychologue du travail comme facteurs de risques psycho-sociaux, mais ça ne coûte pas moins cher aux Villejuifois. Par ailleurs, on note sur le REC une chute libre du nombre d’agents bénéficiant de formations imputable là encore à la diminution d’effectifs. En effet, les agents qui sont en souffrance sur leur poste et dont le service est dégarni ont plus de difficultés à envisager d’aller en formation…
  • Un examen des questions diverses particulièrement musclé sur les sujets de l’enquête suite aux articles évoquant une chasse aux sorcières (enquête que le Directeur Général des Services affirme ne pas pouvoir mener puisqu’il semble que ce ne soit pas au sein de l’administration se déroule cette « chasse ») et, entre autres, l’adhésion de la ville au CNAS (non débattue en CT comme l’aurait exigé la loi) et le lancement d’une campagne de recrutement pour un référent CNAS (sans arrêté présenté au Conseil Municipal).

En résumé, cette année l’administration doit s’attendre – outre à des CT d’une longueur insupportable – à des débordements et des illégalités puisque passé les bornes, il n’y a plus de limites…

Dans l’attente, l’adjoint aux finances nous aura gratifié d’un proverbe, « Chat maigre saute haut« , dont on peut déduire que non seulement nous, fonctionnaires territoriaux de Villejuif, sommes mis au régime, mais qu’on espère bien nous faire sauter encore plus haut, quitte à nous affamer…

Attention tout de même aux félins qui se rebiffent…

Une réflexion sur “CT : PASSE LES BORNES, Y A PLUS DE LIMITES…

Laisser un commentaire