DEGRAISSAGE ?

12417896_867517950042139_6320275619878305478_nC’est un poncif : l’état se désengage, les dotations de fonctionnement des collectivités territoriales sont en baisse, les transferts de compétence de l’état ne sont pas compensées par de nouvelles ressources pour les collectivités…

Et c’est la faute à qui ? Il semblerait bien que ce soit celle de Bruxelles, qui a voulu à toute force la Loi NOTRe, qui permet la création de la métropole du Grand Paris et de son corollaire, le T12.

En attendant, dans les caisses de collectivités, toujours pas un Kopeck – même si le président François Hollande a annoncé début juin qu’il enlèverait moins aux collectivités qu’il l’avait initialement prévu dans le cadre de l’austérité, du Pacte de Responsabilité, etc…

Le discours ambiant, jusque sur les bancs du Conseil Municipal, c’est que ce qui coûte trop cher à l’état, ce sont les fonctionnaires, bien sûr.

Alors, il faut bien prendre des mesures : c’est ainsi que les budgets RH sont réduits à peau de chagrin et qu’à terme, des postes sont supprimés – comme les soixante postes de Paul Guiraud.

A la mairie de Villejuif, nous arrivons à peine à nous compter : nous étions apparemment un peu moins de 1128 quand les compteurs ont été arrêtés fin 2015… Ce qui signifie que nous avons perdu pour cette année là à peu près soixante dix postes.

Mais pour autant, s’agit-il bien d’une fatalité venue d’aussi haut que l’Europe ou même juste l’Etat ?

A Villejuif, bien sûr, il s’agit aussi de faire des économies pour rembourser les emprunts toxiques… Réduire les budgets, ce n’est même plus un crédo, pour les agents territoriaux, c’est devenu à la fois un art de vivre et la source de toutes les angoisses… On économise aussi bien sur le personnel que sur les budgets de fonctionnement – ce qui fait par exemple qu’on a plus de gants pour faire la toilette des personnes âgées au service retraités, ou des alertes sporadiques sur les produits d’entretien dans les écoles…

Sous effectifs, pénibilité accrue du travail… On pourrait croire que ce sont là des fatalités qui ne sont voulues par personne – mais quand la mobilité forcée est érigée en levier managérial, ou qu’on ferme les accueils de loisirs une semaine en Août, il y a de quoi se poser des questions…

En attendant, on peut se consoler en constatant que tant la médecine du travail que la psychologue ou l’assistante sociale du personnel s’accordent sur un point :  le personnel ne va pas bien.

Il faut dire… C’est dangereux tous ces régimes carencés dans lesquels on se lance sans bien en maîtriser les implications pour la santé…

 

Laisser un commentaire