CT : A court d’arguments, la présidente lève la séance…

BB CGTUne séance abrégée aujourd’hui pour le Comité Technique… Avant même l’appel, les organisations syndicales ont lu la déclaration suivante :

Nous sommes quelque peu indignés de constater qu’encore une fois, madame la Présidente, vous vous obstinez à ne respecter ni la loi, ni le règlement intérieur que vous avez adopté. Vous décidez par cet ordre du jour, de maintenir les deux rapports « Création de poste TLPE » et « Agenda 21 » ainsi que le rapport « Direction Accueil et Formalités » alors que nous vous avions envoyé un mail le 10 février, resté sans réponse de votre part, suite à votre mail envoyé le 9 février, soit six jours précédent le CT, dont je vous donne lecture :

 

Madame la Présidente,

Nous accusons réception de votre mail du 9/02 dont l’objet est « des documents complémentaires » pour le comité technique de mardi 16 février. 

Pour rappel, la date limite de communication de la convocation et dossiers était le 26 janvier. Vous n’êtes donc plus dans les délais conformément à l’article 8 du règlement intérieur et comme vous vous y êtes engagée à plusieurs reprises en CT, » tout dossier incomplet ne passerait pas en CT ». Par conséquent, le rapport relatif à la création de la Direction Accueils et formalités est à retirer de l’ordre du jour du CT du 16 février.

Par ailleurs, lors du CT du 2 février, avec votre accord, le Directeur général des services a informé qu’aucune modification d’organisation ne pouvait s’opérer tant que que le projet de direction ne passait pas en CT. Hors nous avons à l’ordre du jour du CT du 16 février, deux créations de poste « poste agenda 21 » et « mission TLPE » pour lesquels il n’y a pas le projet de direction auquel ils sont rattachés, ni d’organigramme. Ces deux dossiers ne peuvent donc pas être examinés en CT du 16 février eu égard à votre engagement.
Devons nous vous rappeler que tous les documents composant les rapports doivent être transmis au moins vingt et un jour avant la date de la séance plénière à tous les élus du CT ?
De plus, vous vous étiez engagée en septembre 2015  à ce qu’aucun rapport ne soit présenté en comité technique s’il était incomplet. 
Alors nous ne comprenons pas, ou nous comprenons trop bien, la stratégie que vous avez choisie. S’il s’agit d’exprimer votre mépris pour cette instance et pour le personnel, votre méthode est la bonne et votre message est bien reçu. Ce passage en force de ces dossiers est intolérable.
Madame la Présidente, aucun des engagements pris par l’élue que vous êtes n’ont été tenus.
Vous retirez toute légitimité à cette instance.
Madame la Présidente, nous réitérons notre demande de retrait des trois rapports. Dans l’alternative, vous ne nous laisseriez d’autre solution que de quitter cette séance qui n’est qu’une parodie de dialogue social au mépris le plus total du législateur et du personnel.
S’en est suivi un échange de plus d’une heure, au cours duquel le collège employeur est tombé d’accord avec nous pour rappeler que les dossiers ne sauraient être présentés incomplets, qu’on ne saurait déroger à un règlement intérieur, adopté il y a à peine six mois à l’unanimité.

Une proposition est faite par Monsieur Vidal, du collège employeur, à Madame la Présidente : une présentation sans vote de l’un des dossiers. Les représentants du personnel expriment leur accord. Madame la Présidente demande une interruption de séance. À son retour, elle reprend la proposition : examen du dossier sur ce CT, et vote avec débat si nécessaire sur CT suivant ; en revanche, les 2 dossiers orphelins d’une vision d’ensemble (projet de direction qui passe au CT suivant : l’Agenda 21 et Taxe LPEnseignes) devront passer coûte que coûte…

Les représentants du personnel excédés s’insurgent : » Nous n’en serions pas là si vous accomplissiez correctement votre charge, si à nos mails, vous répondiez ! Ce sont des questions que nous aurions pu régler il y a trois semaines si vous aviez pris cette peine ! » Monsieur acquiesce. Madame se froisse, Madame se lève, Madame lève la séance sous le regard médusé de l’assistance.

[Monsieur, sans doute pour se faire pardonner, jouera plus tard sur les réseaux sociaux les coqs outragés « ces cuistres seront punis, ils seront radiés et plumés, ma mie ». Incroyable, mais vrai. A Villejuif, les élus, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnait !]

Fi des sept autres dossiers à l’ordre du jour…
Une nouvelle fois, les représentants du personnel, déconcertés, consternés, sidérés mais toujours plus que jamais motivés, regrettent profondément ce déficit de dialogue social. Il serait plus que souhaitable que les dossiers parviennent aux élus du CT (personnels et aux représentants du collège employeur) sous une forme complète, ce qui permettrait laisserait le temps enfin pour aborder le fond des dossiers, et ainsi mener de véritables débats pour permettre à tous d’avancer.
Si tant est bien entendu que l’employeur sache utiliser l’intelligence collective. Mais ceci est une autre histoire.
A suivre …

Laisser un commentaire