COMITÉ TECHNIQUE : 25 Janvier 2016

BB CGTÉpique !

Un des grands regrets des représentants du personnel et de ne pas pouvoir communiquer sur le CT en vous présentant un bêtisier vidéo des séances. Vous comprendriez alors, comme nous, l’essence même de la vision « collège employeur » du dialogue social  à Villejuif : « Nous voulons du dialogue et de la concertation, mais ni avec les organisations syndicales, ni avec les agents… »

C’est du moins l’impression que cela donne.

Après un préambule au cours duquel en trois minutes la présidente (Madame Loudière) a répondu à quelques unes des questions posées lors des précédentes séances de CT ou lors de réunion de la commission d’ordre du jour (sans rappeler les questions auxquelles elle répondait et sans nous apporter les éléments que nous avions demandé, mais bon saluons l’effort), l’approbation des comptes rendus des séances précédentes a donné lieu à un grand moment d’incertitude : nous ne comprenions plus pourquoi le compte-rendu de la séance du 2 juin dernier repassait ? N’était-il pas déjà à l’ordre du jour du CT du 10 septembre ? Finalement, tous les comptes rendus ont été approuvés.

S’en est suivi un débat sur la définition d’un organigramme. A quoi ça sert , un organigramme cible ? Pour nous, il se veut être un outil au service du projet politique, quelles politiques publiques défendues par l’exécutif ? Il doit permettre au personnel de se situer, de savoir « qui fait quoi », « qui dépend de qui » et ainsi d’améliorer l’efficacité du travail.

Le collège employés a posé beaucoup de questions pour essayer de comprendre pourquoi cette proposition d’organisation et pas celle de l’audit organisationnel proposée en novembre 2014 par le cabinet De Castelneau. Nous avons souligné toutes les incohérences qui nous avaient été signalées par les agents lors de la consultation préalable organisée par les organisations syndicales.

L’employeur n’a pas su répondre aux deux questions posées hormis une volonté de resserrement de la direction générale (4 pôles au lieu de 6 précédemment), de maintenir une masse salariale identique… Nos questions sont restées sans réponses : quel est le projet politique qui sous-tend cet organigramme ? Pourquoi n’a-t-on pas commencé par une cartographie du service public offert par la mairie qui aurait permis de n’oublier personne, d’avoir une meilleure lisibilité des activités et de voir les éventuels doublons?

Il a même fallu protester contre les propos sexistes d’un des élus du collège employeur…

Le dossier a été rejeté à l’unanimité des voix du collège employé, contre huit voix du collège employeur.

Les organisations syndicales ont refusé de signer un chèque en blanc à l’exécutif. En effet, force est de constater que des postes sont supprimés, des services ont changé d’intitulé, des équipements ont disparu, des agents sont rétrogradés sans parler d’incohérence de positionnement de certains services ou directions. À tout cela il nous est demandé de faire confiance et qu’un comité de suivi sera mis en place et qu’il se chargera de réguler au fur à mesure les dysfonctionnements de cette réorganisation. Encore une instabilité de l’organisation administrative à prévoir, des périmètres de mission mouvants, donc de l’anxiété supplémentaire pour les agents.

Ce fut aussi le cas du dossier sur le régime indemnitaire de la police municipale. Le collège employeur nous opposant que nous étions contre l’orientation politique d’avoir une police municipale à Villejuif et nous demandant que la revalorisation du régime indemnitaire soit effective pour tous les agents et pas que pour les policiers municipaux, cela s’appelle de l’égalité de traitement.

Le dossier suivant fut le tableau des effectifs où nous prenons acte de la disparition de trente poste à la ville de Villejuif pour l’année 2015, adopté à l’unanimité, mais sans obtenir d’explications sur le pourquoi de la disparition de ces postes. Sachant que ce qui nous est présenté relève plus d’un tableau d’évolution des carrières que de la photographie réelle du nombre d’agents en poste par service.

Puis vint le dossier sur la DDTM (direction du développement territorial et métropolitain), dont nous soulignons l’irrégularité légale – puisque ce dossier s’appuie sur un dossier précédemment rejeté par le CT mais passé en force par notre employeur. On nous objecte qu’un avocat a émis une lettre expliquant que la disposition est tout de même légale, alors nous demandons le document mais comme on n’est pas en mesure de nous le présenter, le dossier fut donc repoussé…

Les deux dossiers rejetés (réorganisation et régime indemnitaire de la police municipale) repassent donc lors d’un comité technique exceptionnel mardi 2 février 2016 à 14h.

En espérant qu’il nous soit présenté des dossiers qui intègrent toutes nos remarques puisque c’est bien là l’objet de la loi de re-convoquer dans les huit jours un nouveau CT.

Laisser un commentaire