CASC : ÉTAT DE PROVOCATION

BB CGTUnLogo CGT Territoriaux Villejuif certain élu, qui s’invite à la table des négociations de la subvention du CASC, ferait bien de se remettre en question et d’être un peu plus à l’écoute de son maire…

En effet, lors de nos rencontres, celui-ci s’est dit attaché à la solution de proximité que représente le CASC et ne pas vouloir du CNAS.

Un protocole d’accord dans ce sens devrait très prochainement être signé.

Nous, pour notre part, nous n’avons rien contre le CNAS tant qu’il vient en plus du CASC, comme c’est le cas pour les agents territoriaux de la Communauté d’Agglomération du Val de Bièvre, par exemple. Ils ont les deux.

Comme quoi c’est possible.

Mais le second adjoint, chargé des finances, souhaite pour sa part abandonner le CASC. Il le dit clairement : Il préfère le CNAS.

Pourquoi alors, le maire nous dit-il le contraire ? Et pourquoi nous dit-il que ce n’est pas son second adjoint, mais l’élue chargée du personnel, madame Loudière, qui mène les négociations ?

L’élu en question a déclaré aux agents médusés : « Le maire peut dire ce qu’il veut, ce n’est pas à lui de décider… C’est le bureau politique qui décide à la majorité de 3 sur 4″.

Logo UgictEncore une fois, nous nous trouvons en butte aux divisions de l’Union Citoyenne. Ça n’est pas quelque chose dont nous aimons parler, mais c’est une réalité quotidienne pour nous autres, agents territoriaux de Villejuif, depuis l’arrivée de cette nouvelle « équipe ».

Mesdames, messieurs, est-ce que vous pourriez vous mettre d’accord et cesser de jouer de l’individualisme, de l’égo et du velléitaire quand vous discutez des décisions qui affectent les salariés ou la collectivité ?

Merci d’avance.

 

Une réflexion sur “CASC : ÉTAT DE PROVOCATION

Laisser un commentaire