LES JEUDIS DE LA COLERE

 

tract

Ca fait un bout de temps qu’on le sait : ça ne pourra pas continuer comme ça.

Nous, à Villejuif, nous vivons ce mépris au quotidien et de la part de notre exécutif direct en permanence et c’est le service public qui s’en ressent. Nous l’avons déjà dit : nous ne pourrons pas continuer éternellement à faire plus avec moins !

Attaques contre nos emplois, réduction de nos moyens, gel de nos salaires, tentative de suppression du CASC

Face à nous un employeur qui nous demande plus de flexibilité, de faire confiance à notre hiérarchie, plus d’agilité

Et au national : métropolisation sauvage, réduction du budget du CNFPT

D’ores et déjà, nous avons annoncé au maire de Villejuif que tant que nos revendications ne seraient pas prises en compte, nous renoncions à tout dialogue social – fini les groupes de travail qu’il nous a imposé à son rythme et selon ses conditions – tant que nos revendications ne seraient pas entendues, tant qu’il ne ferait pas un pas en direction de ses agents, de ceux qui font le service public aux villejuifois !

Quant aux instances, le Comité Technique et le Comité d’Hygiène Sécurité et Conditions de Travail, de toutes façons elles ne peuvent pas faire leur travail dans des conditions satisfaisantes !

Nous refusons un dialogue social qui n’a pas lieu, qui ne mène à rien !

Assemblée Générale du Personnel le 5 novembre 2015

9h, Bourse du Travail

Suivi d’un débrayage de 10h à 11h

Laisser un commentaire