IL N’Y A PLUS DE CASC

Logo CGT Territoriaux VillejuifHier, nous faisions état du blocage des négociations sur la convention du CASC.

Pour mémoire, le CASC n’est pas un privilège qui nous est généreusement octroyé par notre employeur. Le CASC, c’est une partie de nos salaires mise en commun pour garantir à chacun, et particulièrement aux moins bien lotis d’entre nous un accès à la culture, aux loisirs, aux vacances. C’est une œuvre de solidarité, un exercice d’éducation populaire…

Les négociations concernant le CASC sont des négociations salariales, d’où l’insistance des syndicats à y participer.

L’employeur est tenu de financer un organisme tel que le CASC. Il y avait donc urgence pour nous, pour lui, soit d’aboutir à une nouvelle convention, soit de signer un avenant à la convention actuelle. En effet, la convention passée entre le CASC et la municipalité prenait fin au 15 octobre 2015.

Hier, la municipalité, par le truchement du maire adjoint chargé des finances, a quitté la table des négociations.

Pas d’avenant. Plus de CASC.

En l’état actuel des choses, il n’y a plus de CASC, pas de possibilité pour lui de fonctionner.

L’avenant est prêt. Il n’y a qu’à y apposer une signature.

Mais si hier le second adjoint s’y est refusé, aujourd’hui madame Loudière, chargée des questions de ressources humaines, s’y est refusée également : elle ne pourrait prendre seule la décision.

Il n’y a pas de décision à réfléchir : il y a une urgence pour tous les agents territoriaux de cette ville !!!

 

2 réflexions sur “IL N’Y A PLUS DE CASC

  1. Et pendant ce temps, Philippe Vidal abat son jeu: https://www.facebook.com/philippe.vidal9514/posts/10206974991069316

    Capture d’ecran pour ceux qui n’utiliseraient pas Facebook (avec raison):
    http://pix.toile-libre.org/?img=1445371238.png

    Lien que poste Monsieur Vidal:
    http://www.cnas.fr/

    En gros, en (mauvais) gestionnaire, la majorité Union Citoyenne veut « faire prester » (comme on dit chez les nouveaux patrons), externaliser, l’action sociale et culturelle envers ses agents.
    C’est aux agents eux-même, via leur CASC et leurs organisations syndicales de gérer les œuvres sociales et culturelles.
    Seule la mobilisation les fera reculer !
    Alors il va falloir se bouger et montrer aux Vidal, Le Bohellec et Gandais, que non, les agents de la ville ne laisseront pas brader, ni le service public, ni leurs conditions de travail, ni leurs maigres acquis !

Laisser un commentaire