LES JEUDIS DE LA COLERE

 

tract

Ca fait un bout de temps qu’on le sait : ça ne pourra pas continuer comme ça.

Nous, à Villejuif, nous vivons ce mépris au quotidien et de la part de notre exécutif direct en permanence et c’est le service public qui s’en ressent. Nous l’avons déjà dit : nous ne pourrons pas continuer éternellement à faire plus avec moins !

Attaques contre nos emplois, réduction de nos moyens, gel de nos salaires, tentative de suppression du CASC

Face à nous un employeur qui nous demande plus de flexibilité, de faire confiance à notre hiérarchie, plus d’agilité

Et au national : métropolisation sauvage, réduction du budget du CNFPT

D’ores et déjà, nous avons annoncé au maire de Villejuif que tant que nos revendications ne seraient pas prises en compte, nous renoncions à tout dialogue social – fini les groupes de travail qu’il nous a imposé à son rythme et selon ses conditions – tant que nos revendications ne seraient pas entendues, tant qu’il ne ferait pas un pas en direction de ses agents, de ceux qui font le service public aux villejuifois !

Quant aux instances, le Comité Technique et le Comité d’Hygiène Sécurité et Conditions de Travail, de toutes façons elles ne peuvent pas faire leur travail dans des conditions satisfaisantes !

Nous refusons un dialogue social qui n’a pas lieu, qui ne mène à rien !

Assemblée Générale du Personnel le 5 novembre 2015

9h, Bourse du Travail

Suivi d’un débrayage de 10h à 11h

Dernières nouvelles du CASC de Villejuif

L’avenant a été signé.

Naturellement, il ne sert à rien car il aurait dû passer en Conseil Municipal.

C’est dommage, il y avait un Conseil Municipal, mercredi, le lendemain du jour où les négociations ont été interrompues. (Pas par nous, d’ailleurs).

Pour l’instant, et dans la confiance avec notre employeur qui s’est engagé en signant l’avenant et en nous certifiant que le Conseil Municipal serait informé comme de juste – et surtout dans le soucis de ne pas laisser les agents le bec dans l’eau – le CASC a rouvert.

Mais ce qui est bien dommage, c’est d’avoir pu voir ceci jusque vers 15 h cet après midi :

CASC Fermé

Ce qui est dommage aussi, c’est de se dire que nous sommes dans une incertitude totale quant à 2016, que la nouvelle convention n’est pas aboutie en dépit des efforts du Conseil d’Administration pour faire avancer les négociations dès le mois de janvier 2015.

En très gros, il faudra que la nouvelle convention soit prête le 10 novembre pour passer en Conseil Municipal en Décembre. Elle est loin de l’être et hier encore, il n’a pas été possible de resserrer le calendrier des négociations.

On ne devrait jamais pouvoir fermer le CASC, car l’employeur a obligation de proposer une politique en matière d’Action Sociale pour ses agents.

Petit exercice de mesquinerie…

Il y a des jours comme ça, où on se demande un peu quand même ce qui peut bien passer par la tête de notre employeur.

Cela va faire un mois que nous sommes en mouvement contre les réductions drastiques des frais de fonctionnement des services, nous alertons sur le manque de fourniture, la disparition des effectifs, l’attaque contre notre CASC, les baisses de dotations de l’état… Notre maire lui même nous demande de faire des efforts et au final qu’est-ce qu’ils font ?

Vous voyez l’erreur ?

Fenêtres Fleuries

Si si, aujourd’hui, les fenêtres de la mairie ont été fleuries. C’est pas joli, ça ?

Alors que dans les écoles, les agents d’entretien se battent pour avoir du papier toilette…

Faudrait savoir.

C’est pour la Toussaint ?

Métropole : Un semblant de démocratie ?

Logo CGT Territoriaux VillejuifPour la petite histoire, quelques conseillers municipaux ont voté hier un vœu au Conseil Municipal : ils demandaient le report d’un an du transfert des compétences des collectivités territoriales vers la métropole, le temps que soient organisées des concertations avec les citoyens et les agents territoriaux qui vont être transférés à la métropole.

Lors d’un Conseil Municipal consacré entièrement à la Métropole, à la création des territoires (et notamment à l’intégration de Villejuif au T12), la question des transferts de compétence a été largement abordée – et de grandes inquiétudes sur la continuité du service public exprimées. Le devenir des personnels par contre, personne n’en a parlé…

Ce n’était peut être pas le lieu.

On jugera de ce qu’un préfet demandant en urgence la validation de la constitution d’un territoire = à titre purement consultatif – d’un Conseil Municipal remplace efficacement (ou non) la concertation avec les citoyens, les personnels territoriaux, etc… Pour des intérêts liés au développement économique…

On nous parlera ensuite de dialogue social ?

Pff.

4947093_la-carte-des-territoires-jpeg_545x460_autocrop

T12

Rassemblement à l’Assemblée Nationale

cropped-cgt_icone512.pngLe premier jeudi de la colère, c’est demain avec le rassemblement devant l’assemblée nationale à 13h pour la manifestation de solidarité avec tous les employés d’Air France en passe d’être licencié !

 

Communiqué de la CGT

Un rassemblement est organisé à l’initiative des syndicats d’Air France

jeudi 22 octobre place Edouard Herriot à Paris (Assemblée Nationale).

La CGT appelle ses organisations à apporter leur soutien à ce rassemblement. D’ores et déjà des délégations de syndicats ont annoncé leur présence à Paris, des rassemblements sont aussi organisés en Province, notamment à Marseille, Bordeaux, Toulouse, Chartres …

A l’instar de ce que réclame l’intersyndicale Air France, il est indispensable que soit levées les poursuites envers les 6 salariés interpellés à leur domicile, déférés au parquet et soupçonnés de violence en réunion.

La direction doit aussi renoncer aux poursuites disciplinaires qu’elle envisage envers de nombreux autres salariés.

C’est une condition pour une véritable reprise du dialogue social.

Il faut également que soient entendues les alternatives portées par les organisations syndicales, aux licenciements envisagés par la direction d’Air France. Une table ronde impliquant l’Etat actionnaire doit y contribuer et permettre d’envisager une stratégie de développement de l’entreprise, de maintien de l’emploi et des capacités d’investissements.

Dans ce cadre, la CGT décide de participer à la solidarité financière mise en place pour les salariés victimes de mises à pieds sans salaires, et/ou pour couvrir les frais occasionnés par les procédures judiciaires.

Montreuil le 19 octobre 2015.

L’austérité nous impacte tous ?

Impactons l’austérité !

Un pas en avant, deux pas en arrière !!!

Logo Ugict Logo CGT Territoriaux VillejuifInutile de vous rappeler que le CASC est en grand danger. Pour ceux qui ne seraient pas des agents territoriaux de Villejuif, le CASC, c’est comme notre comité d’entreprise… Ce n’est pas quelque chose que nous volons, pas quelque chose que nous quémandons, mais c’est une chose que notre employeur est tenu d’abonder par la loi.

Il y a cinq jours déjà que la convention liant le CASC à la mairie est arrivée à terme. Cela n’aurait pas été un problème car un avenant était prévu, qui la prolongeait jusqu’au 31 décembre 2015. Sauf qu’en raison du départ de l’exécutif de la table des négociations sur la nouvelle convention du CASC, cet avenant n’a pas pu être signé.

Les organisations syndicales ont reçu ce matin un coup de téléphone de madame Loudière, maire adjointe chargée des ressources humaines. La présidente du CASC doit aller signer l’avenant demain matin !!!

Donc dès le jeudi 22 octobre après midi il y aura de nouveau un CASC.

Cela ne signifie nullement qu’il y en aura un après demain. En effet, sur sa page Facebook, l’élu en charge du budget fait l’apologie du CNAS dont il souhaite qu’il vienne remplacer notre CASC.

Vous pourrez vous pencher vous même si vous êtes agent municipal sur les activités consenties par cet organisme, mais vous constaterez aisément qu’ils sont très inférieurs à ce que le CASC peut proposer : des séjours plus chers, des activités et des sorties plus restreintes, des prises en charge moindres notamment sur les activités sportives (en club partenaire, mais pas avec l’Union Sportive de la Ville ou au Stade Nautique Youri Gagarine)… Le calcul est vite fait. Et l’économie mirifique que l’élu laisse miroiter n’est même pas au rendez-vous, puisque le delta entre la subvention que verse la ville maintenant et ce qu’elle verserait au CNAS n’est qu’un bout de chandelle…

Le CASC est un dû. Il s’agit de nos salaires.

Nous serons extrêmement vigilants quant à la reprise des négociations sur la nouvelle convention du CASC et ne laisserons certainement pas l’exécutif liquider trente ans de savoir-faire et de technicité des agents ayant travaillé pour l’action éducative, sociale et culturelle au service de leurs collègues depuis toutes ces années. L’héritage du Comité d’Oeuvres Sociales, ancêtre du Comité d’Action Sociale et Culturelle, nous y tenons, et ne le laisserons pas disparaître sans rien dire !

RENDEZ VOUS LE 5 NOVEMBRE

A 9h  A LA BOURSE DU TRAVAIL

A NOTRE ASSEMBLEE GENERALE !

IL N’Y A PLUS DE CASC

Logo CGT Territoriaux VillejuifHier, nous faisions état du blocage des négociations sur la convention du CASC.

Pour mémoire, le CASC n’est pas un privilège qui nous est généreusement octroyé par notre employeur. Le CASC, c’est une partie de nos salaires mise en commun pour garantir à chacun, et particulièrement aux moins bien lotis d’entre nous un accès à la culture, aux loisirs, aux vacances. C’est une œuvre de solidarité, un exercice d’éducation populaire…

Les négociations concernant le CASC sont des négociations salariales, d’où l’insistance des syndicats à y participer.

L’employeur est tenu de financer un organisme tel que le CASC. Il y avait donc urgence pour nous, pour lui, soit d’aboutir à une nouvelle convention, soit de signer un avenant à la convention actuelle. En effet, la convention passée entre le CASC et la municipalité prenait fin au 15 octobre 2015.

Hier, la municipalité, par le truchement du maire adjoint chargé des finances, a quitté la table des négociations.

Pas d’avenant. Plus de CASC.

En l’état actuel des choses, il n’y a plus de CASC, pas de possibilité pour lui de fonctionner.

L’avenant est prêt. Il n’y a qu’à y apposer une signature.

Mais si hier le second adjoint s’y est refusé, aujourd’hui madame Loudière, chargée des questions de ressources humaines, s’y est refusée également : elle ne pourrait prendre seule la décision.

Il n’y a pas de décision à réfléchir : il y a une urgence pour tous les agents territoriaux de cette ville !!!