Un dialogue social « Pas aussi problématique » ?

Logo CGT Territoriaux VillejuifA la mairie de Logo UgictVillejuif, depuis quelques semaines, tout le monde fête plus ou moins les « un an » de l’Union Citoyenne. Naturellement, en toute objectivité, ses membres faisant fi des fissures de l’édifice s’auto-congratulent et se félicitent de leurs avancées…

Ainsi, dans une tribune du Villejuif Notre Ville, on pouvait lire :

Enfin, le dialogue social ne s’avère pas aussi problématique que l’on nous l’avait prédit avec l’adoption de textes avec les représentants du personnel de la ville voté à l’unanimité.

BB CGTTrès rapidement, nous voulions préciser qu’effectivement, nous avons voté avec lui en comité technique les règlements intérieurs négociés pendant de longs mois (cinq mois), l’adoption de lettres de missions consensuelles pour les agents travaillant sur le projet de quartier des Hautes Bruyères, et pour adopter la charte informatique de la ville… Nous avons également voté contre l’indécence de la proposition d’augmentation des primes appliquées à un seul membre de la direction générale…

Pas de quoi se glorifier…

Pour le moins, notre perception n’est pas aussi rose, au contraire : le dialogue social, à la mairie de Villejuif, s’avère très problématique.

Nous avons dû attendre 10 mois pour obtenir un rendez-vous que nous réclamions régulièrement à notre employeur Monsieur le Maire pour lui faire état de la dégradation des conditions de travail…

Nous sommes constamment sollicités par des agents en souffrance, évoluant dans un climat de plus en plus anxiogène – les habitudes et le travail de chacun étant constamment remis en cause, tant avec suspicion,  qu’à l’aune des restrictions budgétaires. Et si toutes les collectivités territoriales doivent faire face à un désengagement de plus en plus important de l’État , à Villejuif, il est aggravé par l’exigence de créer une police municipale, parfois aux dépens d’autres dépenses relevant tout autant du service public, dont certaines d’ailleurs toutes aussi nécessaires pour la prévention de la bascule dans la délinquance…  Enfin bref, notre particularité est que si nous voulons dépenser les budgets mêmes qui ont été votés pour que nous travaillions, il faut le justifier à l’envi, comme si nous étions suspects du seul fait de vouloir faire ce pour quoi on nous paye… Avouez que la situation est compliquée entre la population qui adhère généralement au cliché du fonctionnaire-paresseux-parasite et de l’élu Villejuifois qui se méfie du fonctionnaire-obstacle.

Qui plus est, il existe un fait nouveau pour les personnels de la ville : il leur arrive désormais de se voir livrés à la vindicte sur internet où leurs patrons les élus les critiquent, les insultent, les blâment pour des faits ne relevant ni de leur compétence ni, bien souvent de leur fait !!!

Le dialogue social est très difficile quand on met des bâtons dans les roues du Comité Technique et du Comité Hygiène Sécurité et Conditions de Travail en ergotant sur le nombre d’heures allouables aux élus du personnel. Le CHSCT a tenu sa première séance hier, mardi 16 juin, alors  que la réglementation impose aux communes que la première séance devait se tenir  dans le premier trimestre de la nouvelle année civile.

Le dialogue social est inexistant quand les élus bottent en touche sur toutes nos revendications et nous renvoient systématiquement la baisse des dotations globales de fonctionnement. C’est la faute à l’état, donc…

Nous avons interpellé le maire à l’oral et à l’écrit sur plusieurs sujets  au cœur de nos préoccupations et de nos revendications : la métropolisation ? Pas de réponse. Le dossier de la promotion interne et des avancements de grade ? Pas de nouvelles. La réorganisation des services ? Elle est censée avancer avec les syndicats, qui seront tenus au courant ultérieurement le temps que les services travaillent… Les agents partis et non remplacés ? Pas pris en compte, tant pis pour la fatigue de ceux qui restent et occupent de fait plusieurs postes. La renégociation du régime indemnitaire des agents ? Pas avant septembre et on nous a expliqué pendant un CT que cela coûterait bien trop cher – tant pis, donc, pour la baisse de niveau de vie des fonctionnaires de près de 45% en dix ans. Le CASC ? On va baisser la subvention de 10% (l’état se désengage) et vous devrez vous débrouiller sans l’appui des services pour organiser le Noël des enfants du personnel ! Les conditions de stationnement et de restauration des agents ? La prise en charge de leur mutuelle ? Un calendrier de travail doit être élaboré dans un avenir proche… depuis un an ! Nos élus n’ont pas le temps, ils sont tous débordés, et ils débutent… « Merci d’être compréhensifs. »

Et c’est sans parler de nos principes de syndicalistes bafoués par l’attaque de la municipalité contre la Bourse du Travail ou la décision de la municipalité de faire travailler les agents du service propreté le premier Mai…

Pour couronner le tout, ces trois dernières semaines les élus du personnel au CHSCT ont été saisis à quatre reprises par des agents souhaitant exercer leur droit de retrait en raison de conditions de travail inacceptables dans quatre services différents et cette instance n’a pas encore été réunie pour statuer comme la loi le prévoit sur ces saisines…

Somme toute l’agent moyen de la ville de Villejuif est lessivé, et a le sentiment constant que personne ne prend ses difficultés en compte – ce qui ne l’aide guère dans sa fatigue. Il a peur de s’en plaindre, il ne sait pas comment en sortir et il a l’impression qu’on le pousse à la faute pour mieux pouvoir l’éjecter le moment venu… Signe de la bonne santé du dialogue social, peut être ? Ou le contraire ?

Ce que voulait dire cette tribune c’est sans doute que les syndicalistes CGT ne sont pas des ogres bolchéviques assoiffés de sang, se baladant le couteau entre les dents, prêts à les déchiqueter. Ce sont plutôt des gens de dialogue, de patience, et d’écoute. Donc de ce côté-là : Ouf ! « C’est pas si problématique que ça… »

Mais nous,  pouvons difficilement nous contenter de l’apport incontestable qu’est la fin d’un préjugé pour affirmer de notre côté que le dialogue syndical fonctionne ! Pour l’instant, il n’a pas permis d’arriver à quoi que ce soit pour les agents de la Mairie de Villejuif…

Si c’est là l’image d’un dialogue social « pas aussi problématique que prévu » pour la municipalité, les années à venir s’annoncent comme une véritable croisière sur une mer d’huile…

Surtout ne regardez pas ce qu’il y a sous l’eau : ça vous gâterait le paysage…

Creative Commons License
Un dialogue social « Pas aussi problématique » ? by UGICT is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 4.0 International

2 réflexions sur “Un dialogue social « Pas aussi problématique » ?

Laisser un commentaire