L’austérité continue

2eb3b1b1be08ce1df5d8b620c4e35f97[1].jpeg

… et nous.

7 Milliards d’économie…

C’est ce que le gouvernement reconnaît aux fonctionnaires par l’entremise de Marylise Lebranchu, interrogée le 16 juin 2015 sur BFM TV. Un bel effort qui devra continuer…

Le gouvernement entend choyer les fonctionnaires… en 2017. Invitée de BFMTV-RMC mardi matin, la ministre de la Fonction publique et de la Décentralisation, Marylise Lebranchu,  a annoncé que la refonte des grilles de rémunération des fonctionnaires serait réévaluée dans les prochaines années. « On démarre aujourd’hui, on est en 2015. La signature (des syndicats) interviendra, je l’espère, en septembre et je me donne jusqu’à 2020 », a-t-elle expliqué.

Un « premier pas » en 2017 « 

« Cela fait trente ans que l’on n’a pas revu la grille (de salaire des fonctionnaires, elle est obsolète et injuste », a-t-elle ensuite martelé. Le gouvernement a engagé à l’été 2014 avec les syndicats une négociation pour rendre les carrières des agents plus attractives. Il entend remplacer une part des primes par une grille de salaires revalorisée, et ajoutera des mesures complémentaires de revalorisation des grilles.

La ministre s’est ainsi engagée à revaloriser les salaires des fonctionnaires très vite. « On fera le premier pas pour tout le monde en 2017 », a-t-elle annoncé sur BFMTV-RMC, assurant « se donner jusqu’en 2020 » pour étaler cette revalorisation. Avec cette modification des grilles, les fonctionnaires devraient toucher « entre 30 et 40 euros par mois » et jusqu’à 70 euros de plus, en fonction de l’ancienneté notamment, à l’horizon 2020, a-t-elle indiqué.

En clair, la première revalorisation interviendra dès 2017, a précisé la ministre. « Tous les fonctionnaires seront revalorisés », a-t-elle promis, s’engageant à leur faire bénéficier d’une « carrière plus juste ».

Le point d’indice reste gelé

Dans l’immédiat toutefois, la ministre a confirmé que le gel du point d’indice des fonctionnaires « est maintenu, oui ». Le gel est maintenu « au jour où je vous parle. Le Premier ministre et le président de la République ont été très clairs: si la croissance repart, on remet effectivement ce dossier du gel du point d’indice sur la table ».

« Au printemps 2016, on verra ensemble (…) si la croissance est repartie, nous parlerons effectivement d’abandonner le gel, même si je ne veux pas laisser filer d’illusion, ce ne sera jamais une forte somme », a-t-elle ajouté. Et de se dire consciente des efforts demandés à cette catégorie de travailleurs. « Entre 2010 et cette année, 7 milliards d’économies ont été réalisées par les fonctionnaires », a-t-elle souligné.

Courage, donc, ils savent que nous sommes la bouche ouverte et ils… s’en foutent. Avec 70 euros, on aura de quoi se payer quelques queues de cerises… en 2020…

Sympa de s’engager alors que la métropolisation va permettre de sucrer à peu près 50 000 postes de fonctionnaires territoriaux…

Surtout que parallèlement :

Suppression de l’indemnité de compensation de la CSG

Le décret n° 2015-492 du 29 avril 2015 abroge l’indemnité de compensation de la CSG pour les fonctionnaires.

Marylise Lebranchu, ministre de la décentralisation et de la fonction publique a décidé de supprimer l’IECSG à partir du 1er mai 2015.

Actuellement, près de 960 000 agents dans les trois fonctions publiques bénéficient de ce mécanisme de compensation, créé pour neutraliser les pertes de salaire subies par les fonctionnaires touchant des primes, non assujetties aux cotisations, mais frappées par la Contribution sociale généralisée (CSG).

Pour 710 000 agents, elle sera supprimée progressivement, « au fil des avancements pour éviter des pertes de salaire mensuel ». En tenant compte du rythme des avancements, on estime qu’elle sera complètement supprimée avant la fin 2017, générant une économie de 500 millions d’euros.

Seuls les agents de catégories C les moins bien rémunérés seront exemptés provisoirement du dispositif (250 000 personnes environ dont le traitement est inférieur à l’indice majoré 400). Ils ne verront appliquée la mesure de réduction de l’indemnité que lorsqu’ils auront atteint cet indice.

Créée il y a 18 ans, cette prime visait à compenser la perte de pouvoir d’achat des fonctionnaires lors de l’élargissement de l’assiette de la CSG et de la substitution CSG / cotisation d’assurance maladie. En effet, si ces mesures n’avaient pas eu d’impact sur les salaires du privé, elle avait fortement impacté les fonctionnaires, l’assiette de la CSG portant sur l’ensemble de leur rémunération (traitement et primes) alors que l’assiette des cotisations maladie portait uniquement sur leur traitement.Pour plus d’infos : 
- Suppression de l’indemnité exceptionnelle de compensation de la CSG

http://www.fonction-publique.gouv.f…http://www.fonction-publique.gouv.f…
- Décret n° 2015-492 du 29 avril 2015 portant abrogation de l’indemnité exceptionnelle

http://legifrance.gouv.fr/affichTex…

Donc, ce n’est pas demain la veille que nos salaires vont augmenter, mais qu’on se rassure : notre ministre ne veut pas créer de faux espoirs…

On en avait pas…

Par contre, nous vous invitons plus que jamais à signer la pétition pour la revalorisation des salaires, des minima sociaux et des pensions diffusée actuellement par la CGT et qui sera portée au ministère le 25 juin !

infos récoltées sur :

http://www.communcommune.com/2015/06/le-double-jeu-de-la-ministre-socialiste-maryline-lebranchu-elle-annonce-la-revalorisation-des-carrieres-des-fonctionnaires-mais-sign

Laisser un commentaire