9 avril : Nous étions bien au rendez-vous !

 

2eb3b1b1be08ce1df5d8b620c4e35f97[1].jpegLogo Ugict

 

Logo CGT Territoriaux VillejuifDe l’avis général, la manifestation d’hier fut un succès retentissant.

A Villejuif, nous nous sommes retrouvés à près de cent-cinquante agents et sympathisants devant la mairie pour manifester notre attachement au service public et notre défiance face à la politique d’austérité menée aussi bien au niveau de l’état qu’à celui de la municipalité. Et nous remercions chacun de  sa présence.

En effet, qu’il s’agisse de la baisse des dotations de l’Etat ou de la volonté de mettre en place une police municipale à tout prix, les budgets s’en ressentent. Déjà, certains services tournent pratiquement à vide. Les premiers à pâtir de ces orientations seront les Villejuifois.  Les secteurs d’activité sur lesquels on rogne sont l’entretien des bâtiments, la culture, mais aussi les accueils de loisirs, la ludomobile, l’aide sociale . A terme, ce sont nos postes mêmes qui sont en danger, comme le démontre déjà la volonté de ne pas reconduire les contrats de certains d’entre nous. Et maintenant comment rendre le service public que faisait celui qui est parti ? 

Nos conditions de travail  se dégradent de jour en jour. Tant bien que mal, alors que les départs en retraite (ou les départs tout court) ne sont pas remplacés, nous continuons d’assurer le service public. On nous demande de faire à l’identique, voire mieux avec moins, mais aussi en étant traités comme des girouettes, appelées à faire une chose la veille, et son contraire le lendemain, au gré des orientations politiques de l’élu qui parle le plus fort. Le comportement irrespectueux de certains d’entre eux, adjoints au maire ou conseillers municipaux, nous a poussé de nombreuses fois depuis un an à intervenir auprès du Maire pour rappeler des évidences en matière de relations humaines. Dans ce contexte, beaucoup d’entre nous sont épuisés, stressés, démotivés et dans l’incapacité d’envisager l’avenir à plus ou moins long terme.

Et encore, c’est sans mentionner le gel de nos salaires, le recul de l’âge de nos retraites, la baisse de notre pouvoir d’achat et l’incertitude dans laquelle nous plonge la loi Macron et la Réforme Territoriale. Quelle sera la place des mairies demain dans le Grand Paris ? La question se pose pour nous, territoriaux, mais également pour tous les services publics de proximité, à commencer par l’école et les hôpitaux.

La journée d’hier n’était qu’un premier rendez-vous pour faire obstacle à ces parti-pris. Mais combien de temps pourrons nous tolérer de nous « serrer la ceinture » au nom d’une crise dont nous ne sommes pas à l’origine et qui n’empêche en rien les actionnaires d’engranger les profits. Comme en Grèce, en Italie, en Espagne et au Portugal, nous essuyons les conséquences des diktats de la Troïka et de leurs alliés du MEDEF : moins de dépenses publiques et toutes les facilités pour les patrons de traiter leurs salariés en esclaves. Corvéables à merci pour des salaires de misère et dans des conditions de travail dérégulées au nom de la compétitivité.

Mais ce qui coûte à notre économie, ce ne sont pas les dépenses publiques : ce sont les sommes faramineuses que se partagent les individus les plus riches.

Le rendez-vous d’hier était important, et nous avons su manifester notre mécontentement, devant notre lieu de travail, en dépit de l’angoisse et de la peur qui règnent actuellement dans les services.

La prochaine fois soyons encore plus nombreux !

D’ores et déjà la CGT appelle pour le 1er Mai à une journée de mobilisation en réaction aux politiques désastreuses qui menacent de transformer la crise financière en une stagnation de long terme et un chômage structurel élevé. L’objectif sera aussi d’avancer des réponses conjuguant investissements et développement de l’emploi. Salariés du privé, fonctionnaires, retraités, privés emplois… Tous pourront s’y retrouver pour une grande manifestation unitaire.

Le 19 mai, l’Union Départementale du Val de Marne appelle à une Journée Rouge pour la Défense et la Reconquête de nos Services Publics ! Notre objectif lors de cette journée sera de rencontrer la population pour l’informer des conséquences de l’Austérité et du Pacte de Responsabilité qui constitue non plus ni moins que cadeau de 40 milliards d’euros aux banques et aux multinationales.

Pourtant, si jusqu’ici les français ont été relativement épargnés par les effets de la crise qui secouent les autres pays européens, c’est justement grâce à nos services publics : retraites par répartition, assurance chômage, sécurité sociale, CAF, Maisons du Handicap, école gratuite pour tous, santé accessible… Tous sont issus des principes de solidarité énoncés dans le programme Commun du CNR. Il est grand temps que l’argent public serve à les financer plutôt que de renflouer des banques !

Si nous les laissons faire, personne ne sera épargné !

Mais cette fois encore nous serons présents et nous ne lâcherons rien, ni personne !

Affiche_Rouge_Generale[1] 19 MAI

Creative Commons License
9 avril : Nous étions bien au rendez-vous ! by UGICT is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 4.0 International

Laisser un commentaire