Petites remises des pendules à l’heure concernant la Bourse du Travail de Villejuif…

On peut réellement lire des choses proprement invraisemblables sur internet !

Quelques petits rappels s’imposent, mais auparavant, vous trouverez ci dessous, la position officielle de l’intersyndicale concernant la conduite du maire de Villejuif ce vendredi dernier.

 

20150210 Tract Intersyndical20150210 Lettre ouverte au maire de Villejuif

A suivre donc, et nous ne manquerons pas de vous tenir informés des suites de cette rencontre, dans l’attente du nouveau conseil Municipal, prévu le 6 mars 2015.

Par contre, il y a quelques points qu’il nous paraît important d’éclaircir, surtout en fonction des diverses réactions des élus de la très diverse majorité municipale. Diversité d’opinions, diversité de postures… Difficile d’y retrouver ses petits :

Ils ont dit : Les manifestants n’étaient pas tous de Villejuif. C’est vrai et c’est pas vrai. Les bourses du travail servant aux salariés, il peut arriver que les dits salariés ne résident pas sur la commune mais y travaillent tout de même. Il s’agissait bien de réunir, vendredi soir, les usagers de la salle du Conseil Municipal. Difficile, dans la mesure où leurs employeurs paient des impôts à la collectivité, de considérer que la politique locale ne les intéresse pas du tout…

Ils ont dit : Les syndicats ne paient plus de loyer depuis bien longtemps. En effet. En réalité, ils n’en ont jamais payé. Les Bourses du Travail, quand elles existent, sont entretenues par les mairies qui leur reconnaissent une mission d’utilité publique (pour faire court). De même, que les associations domiciliées à la maison des associations, ou disposant de locaux ne payent pas de loyer, ou de droit d’adresse… Qui plus est, l’occupation des lieux est régie par une convention, validée (il y a longtemps) en Conseil Municipal, et qui n’a jamais été remise en cause. Le fait que le bâtiment soit envisagé à la vente sans que les syndicats aient été consultés est justement en grande partie à l’origine du problème…

Ils ont dit : Les syndicats n’ont pas laissé la première adjointe s’exprimer devant la manifestation. C’est exact, parce que l’intersyndicale avait résolu de ne pas laisser s’exprimer les partis politiques et que madame Gandais souhaitait s’exprimer pour le compte d’EELV. Il ne nous a pas paru opportun, dans le contexte des élections cantonales de donner tribune à un parti plutôt qu’à un autre…

Ils ont dit : Les syndicats ont feint de n’être pas au courant du démenti du maire. En réalité, nous nous étions assuré que tout les intervenants l’avaient bien eu, et tous, nous le trouvions déjà contradictoire. L’histoire prouve que nous avions quelques raisons, puisqu’en somme l’attitude du maire, et les prises de positions de son adjoint au finances, ont démenti le démenti. Tout dans cette affaire n’est que contradiction de ce qui vient d’être dit par celui qui  l’a dit depuis l’annonce du désir de vendre la Bourse du Travail. Le Maire dit qu’il ne veut pas vendre :

Contrairement  au  tract  cosigné  par  FO94,  la  CGT  du  Val de Marne,  l’Union  syndicale  Solidaires  94  et l’U.  94, appelant  à un  rassemblement  vendredi  6  février  18h  sur  le  parvis  de  l’Hôtel  de  Ville,  la  Bourse  du  travail située  16  rue  Jean Jaurès  à  Villejuif  ne  sera  pas  fermée.  Attaché  à  la  défense  de  l’action  syndicale,  Franck  Le  Bohellec encourage bien entendu la  protection des  travailleurs,  la  création  d’emplois, l’insertion  professionnelle,  la  défense  des  droits  et l’ensemble des  combats  légitimes  avancés  par  les  différents Syndicats  du  Val de Marne.

 

Mais sur le blog de Villejuif NOTRE Ville, il est écrit :

La municipalité est en train de construire son budget et cherche donc à l’équilibrer, puisque obligatoire. Il lui faut donc trouver des recettes. Plusieurs pistes pourraient être mises en œuvre : augmenter les impôts, emprunter, vendre des biens. Les 2 premières pistes, la majorité municipale s’y refuse. Donc vendre des biens est une piste que la majorité souhaite creuser. Ainsi cette demeure, qui, en fourchette basse est valorisée à 800 000€.

Ce n’est plus tout à fait la même chose…

Ils ont dit : La Démocratie a été empêchée. Non. Ce qui a été empêché, c’est un débat unilatéral et une attaque contre les droits de tous les travailleurs. Comme l’explique les tracts ci-dessus, une tentative de rencontrer le maire avant la manifestation avait été faite, et ignorée. C’est cela, la démocratie ? Décider tout seul et en discuter sans nous ?

Décidez vous-même…

Creative Commons License
Petites remises des pendules à l’heure concernant la Bourse du Travail de Villejuif… by UGICT is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 4.0 International

Laisser un commentaire