MANIFESTATION DU 24 JANVIER CONTRE LA REFORME DES RETRAITES

Macron nous invente un problème qui n’existe pas et nous apporte des solutions dont nous ne voulons !

 

Départ en car à 10h à la Bourse du Travail. Réserver au 06 12 54 60 76.

MARCHE AUX FLAMBEAUX

Les organisations syndicales de Villejuif CGT, FO, FSU, Solidaires, CNT ainsi que l’Assemblée
interprofessionnelle de Villejuif contre la réforme des retraites vous invitent à participer nombreux

 à la manifestation aux flambeaux à Villejuif

Jeudi 23 janvier

départ à 17h30 devant la mairie.

SOIREE DE SOUTIEN AUX GREVISTES

Tarif d’entrée libre : tout sera reversé à la caisse de grève.

SOYONS NOMBREUX POUR CETTE SOIREE EXCEPTIONNELLE !!!

MANIFESTATION LE 24 JANVIER 2019

Nous vous invitons tous à rejoindre le cortège de la CGT derrière la banderole de l’Union Départementale CGT 94 !

Rendez-vous sous le ballon de l’UD94

Place de la République pour 11 heures en direction de la Place de la Concorde.

Cette manifestation aura lieu en même temps que le Conseil des ministres qui doit étudier le projet de loi de réforme des retraites.

Un départ en car est prévu de la Bourse du Travail à 10h ! Réservations au 06 12 54 60 76.

 

APPEL AUX AGENTS TERRITORIAUX

Depuis le 5 décembre, les agent.e.s territoriaux, titulaires ou contractuel.les, prennent toute leur part dans la mobilisation contre le projet de réforme des retraites dont l’ampleur considérable témoigne de l’opposition massive des travailleurs et travailleuses à un système universel à point.

En effet, ils feront partie des grands perdants de cette réforme si elle se met en place. Avec les plus bas salaires de la fonction publique, un salaire médian inférieur à celui du secteur privé et peu de primes pour la grande majorité des agent.e.s, le système par points fera mécaniquement baisser leurs pensions et les obligera à travailler plus longtemps.

Cette réforme se fera sur le dos des agent.e.s par la suppression de leur caisse, la CNRACL, qui participe déjà à la solidarité par compensation notamment avec le régime général.

Notre caisse est viable, à travers elle, les agent.e.s bénéficient d’une retraite calculée sur les 6 derniers mois d’activité à hauteur de 75% du dernier traitement pour une carrière complète. Notre régime reconnait la pénibilité dans un cadre collectif et solidaire par un départ anticipé. Alors que nous revendiquons la prise en compte de toutes les pénibilités, le gouvernement confirme aujourd’hui le choix inverse !

Cette réforme se fera également au détriment des femmes qui subissent majoritairement une carrière incomplète et verront leur situation se détériorer.

Espérant convaincre, le gouvernement a publié sur son « simulateur » des cas types cherchant à faire croire au caractère avantageux du système, mais c’est tout le contraire :

Ainsi, alors que l’âge moyen de départ en retraite dans la territoriale se situe aujourd’hui autour de 62 ans, le nouveau système n’apparaîtrait plus favorable qu’à partir de 64 ans pour les agent.e.s de catégorie A, 65 ans pour la catégorie B, et 67 ans pour la catégorie C. De plus, les carrières prises en exemple sont calculées sur la base d’un point d’indice qui suivrait l’inflation, alors que le gouvernement a pris le parti de ne plus revaloriser le point, ainsi que des primes dont les montants sont fantaisistes (quand elles existent).

Enfin, la part des primes pour certains métiers est nettement surévaluée (22% de primes dans le salaire d’un rédacteur territorial est bien au-delà de la réalité). Ces nombreuses distorsions des chiffres montrent bien que ce nouveau régime de retraite est un danger pour les agent.e.s territoriaux.

Danger d’autant plus grand que de trop nombreux agents de la fonction publique territoriale connaissent la précarité (titulaires à temps non complets, assistantes maternelles, assistant.e.s familiaux.ales, contractuel.le.s …).

Cette nouvelle attaque s’ajoute aux mesures de destruction du statut et du service public contenues dans la loi dite de transformation de la fonction publique : recours accru aux contrats, restriction du droit de grève, rupture conventionnelle, détachement d’office en cas de privatisation… La coupe est pleine !

Pour défendre le statut, pour l’augmentation des salaires et l’amélioration de notre système actuel de retraites, l’intersyndicale CGT, FA-FPT, FO, FSU TERRITORIALE et SUD CT appelle les agent.e.s des collectivités territoriales et leurs établissements à construire les conditions d’une grève interprofessionnelle d’ampleur, dès le 9 janvier, avec des manifestations partout sur le territoire. Elles appellent à mettre en débat […] dans toutes les entreprises, services et lieux d’études en organisant des assemblées générales de salarié.e.s, d’étudiant.e.s et de lycéen.ne.s, les conditions de la réussite du 9 janvier et de ses suites dès le lendemain. Elles appellent à faire du samedi 11 janvier, une journée de manifestation dans tout le pays.

Montreuil, le 7 janvier 2020

36 JOURS SANS TREVE ! ON CONTINUE !

COMMUNIQUE DE L’INTERSYNDICALE

Une nouvelle fois, la mobilisation ce 9 janvier a été exceptionnelle par son ampleur et son caractère interprofessionnel. Elle s’inscrit dans une mobilisation lancée par la grève depuis trente-six jours partout en France. Cette situation démontre le rejet massif et croissant du projet de régime unique de retraites par points voulu par le gouvernement et refusé par la majorité de la population.La grève et les mobilisations continues depuis le 5 décembre ont contraint le gouvernement à des reculs, et notamment à concéder le maintien de dispositions spécifiques dans plusieurs secteurs et professions. La prétendue universalité de cette réforme n’existe donc plus.Les organisations syndicales CFE-CGC, CGT, FO, FSU, MNL, Solidaires, UNEF, UNLréaffirment que le projet de régime unique par points conduirait inévitablement au recul des droits à la retraite tant en termes de niveau de pension que d’âge auquel les salarié-es d’aujourd’hui et de demain pourront bénéficier d’une retraite décente.

C’est pourquoi nos organisations appellent,dès demain et dans les jours qui suivent, l’ensemble du monde du travail et la jeunesse à poursuivre et renforcer la grève, y compris reconductible là où les salariés le décident, pour maintenir et augmenter le rapport de force.Elles appellent à faire du samedi 11 janvier une journée de manifestation et de mobilisation massive de toute la population, pour obtenir le retrait de ce projet et l’ouverture de véritables négociations sur l’emploi, les salaires, les cotisations et l’amélioration du droit à la retraite dans le cadre du système par répartition et solidaire et des régimes existants.Les organisations syndicales CFE-CGC, CGT, FO, FSU, MNL, Solidaires, UNEF, UNL appellent le 14 janvier à une journée de grève et de convergence interprofessionnelle localement dans tout le pays qui s’inscrit dans la continuité d’actions et d’initiatives déclinées sous toutes les formes les 15 et 16 janvier. Elles appellent à réunir partout les assemblées générales pour mettre en débat les modalités permettant de poursuivre la mobilisation dans le cadre de la grève lancée le 5 décembre.

Elles décident de se revoir dès le samedi 11 janvier 2020 au soir.

Paris, le 9 Janvier 2020

 

DEPART DE LA MANIF : 14 H à NATION LE SAMEDI 11 JANVIER

REJOIGNEZ LA LUTTE !

Depuis plus d’un mois, de très nombreux travailleurs et travailleuses sont en grève contre le néfaste projet de contre-réforme des retraites.

Nous avons largement communiqué sur les raisons de notre opposition. S’il voyait le jour ce projet toucherait tout le monde (régimes spéciaux ou non), réduirait considérablement nos futures pensions, nous ferait travailler plus longtemps, casserait les processus de solidarité du système actuel. La finalité de ce gouvernement est de pousser toutes celles et ceux qui le peuvent vers la « capitalisation » et tous les autres vers la misère ! Les seuls gagnants seraient les sociétés d’assurances et les multinationales financières.

Contrairement à l’image que les médias veulent dresser de la CGT et des grévistes, nous avons de nombreuses solutions pour améliorer significativement le système actuel, en augmentant les droits de toutes et tous et en réduisant les inégalités. Quant au financement, il est extrêmement simple : faire payer aux plus riches plutôt qu’aux plus pauvres ; arrêter d’exonérer les grandes entreprises de leurs cotisations, augmenter les salaires et imposer l’égalité salariale Femme/Homme.

Notre combat est parfaitement légitime, il est même vital ! Une majorité de la population est consciente que le projet Macron/Delevoye/Philippe est contraire à ses intérêts et soutient donc logiquement le mouvement social en cours. Pourtant beaucoup ne sont pas encore mobilisés dans la lutte.

C’est à vous, travailleuses et travailleurs non-grévistes, que nous nous adressons aujourd’hui.

Nous menons un combat pour l’intérêt de toutes et tous, et c’est bien toutes et tous, ensemble, que nous le remporterons. Nous ne pouvons laisser certains secteurs professionnels, tel que les cheminots, les agents de la Ratp, les enseignants, les agents territoriaux ou encore les salariés de la pétrochimie, assumer seuls le blocage de l’économie.

Nous avons toutes et tous un rôle à jouer dans cette bataille. Chacun-e- doit produire des gestes, petits ou grands, afin de faire grandir le rapport de forces. Il n’est pas trop tard pour rejoindre ses collègues en grève, que ce soit dans la durée ou lors des journées nationales interprofessionnelles.

La participation active aux manifestations régionales ou départementales, comme celles du 09, 10 et 11 janvier prochain, ou à toutes les initiatives qui se tiennent en territoire quasiment tous les jours, contribue également à ce mouvement social inédit.

Et pour toutes celles et ceux qui ne peuvent pas participer activement au blocage de l’économie, alors vous pouvez participer à la solidarité financière aux grévistes par le biais de nombreuses caisses de grève, dont celle de l’union départementale du Val-de-Marne.

https://www.lepotsolidaire.fr/pot/zu036er9

Le combat que nous menons dans l’intérêt général se gagnera avec vous !

Contrairement au gouvernement, dont la stratégie est de diviser le monde du travail, la CGT tente de le rassembler, de l’unifier, de le rendre plus fort face à ces politiques décidées par et pour une infime minorité. N’attendez plus, c’est le moment de renforcer le mouvement et de peser pour de nouveaux choix de société.

REJOIGNEZ-NOUS !